The amazing Iron Woman

mercredi 13 mai 2015

OMG ! 10 ans #ouestpassémonbébé

Bon ben voilà, on y est... C'est un truc de ouf comme le temps passe vite... Le chien...

Pourtant, il me semble que c'était hier que je partais à la mater à la dernière minute pour accoucher, sans péri, telle Xéna la guerrière, à peine une heure et demi après mon arrivée. Un moment de pure magie. Tu me croiras, ou pas, mais j'ai adoré cette naissance.

Ce qui est marrant, c'est que j'ai le sentiment que c'était hier, mais ça peut aussi être demain... Ben oui ! J-13, et le microbe  est toujours accroché à mon utérus telle la moule sur son poteau... A partir de ce soir, je fais du trampoline, je me mets au jogging et je l'enfume. Ça suffit maintenant... Nan mais oh ! ;-)

C'était hier donc, mais hier c'était il y a déjà 10 ans. Je nous revois tout gauches, à nous demander "les bébés, comment ça marche ?"... Parce que t'as beau te préparer, la parentalité, tu la prends en pleine tronche quand même. Ça bouleverse tout sur son passage. Et surtout ça t'invente des nouvelles angoisses, des nouvelles peurs, des nouvelles responsabilités, mais aussi de nouvelles joies, bien intenses ♥

Et je me souviens de chacunes d'elle... de l'évocation de son entrée à l'école à la fois où je l'ai perdue sur la plage, de ses premiers pas, de ses rires, de ses pleurs.

10 ans putain... 10 ans d'amour.

Alors joyeux anniversaire ma jolie Princesse, ma #joliejuliepresqueparfaite ♥

10 ans de Julie (1)

10 ans de Julie (2)

10 ans de Julie (3)

10 ans de Julie (4)

10 ans de Julie (5)

10 ans de Julie (6)

10 ans de Julie (7)

10 ans de Julie (8)

10 ans de Julie (9)

10 ans de Julie (10)

Posté par amazingironwoman à 07:26 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , ,


lundi 11 mai 2015

En mode ado rebelle #jeveuxunscooter

InstagramCapture_1d6cb334-66bb-4ce9-8dc4-aa58fc889e5f

Ça y est, les moches, comme on les appelle avec mon mec, sont de retour depuis une bonne semaine. Semaine qui est passée deux fois plus vite qu'une semaine sans eux... C'est fou comme ça peut occuper la vie ces machins là. Même quand tu les laisses toute la journée à l'école. Comme j'ai bien fait le plein de sommeil et de patience pendant ces deux semaines, je me surprend à ne pas partir au quart de tour à chaque connerie (comme avant leur départ), et pourtant, je peux te dire que sur ce plan-là, ils sont revenus pleinement fidèles à eux-même. Je m'épate également à essayer de détourner l'attention de la dernière quand elle fait un caprice au lieu de lui hurler dessus, de prêter une oreille plus attentive à mon fils ou à rire plus facilement. Bref, ça nous a fait un bien fou !

Je tiens malgré tout à rassurer toutes les mères indignes qui me lisent (si si, toi aussi, là-bas, dans le fond), il m'arrive aussi d'avoir des envies de torture et d'abandon au bord de l'autoroute. Nobody's perfect... Faut pas rêver.

Bon, j'ai eu beau me creuser la tête pour trouver une transition valable entre l'évocation de ma vie presque parfaite de mère de famille presque parfaite et mon sujet du jour, mais ça été le black out total. Inspiration zéro ou alors ça me semblait beaucoup trop capilotracté pour être crédible. J'utilise donc mon joker et saute directrement du coq à l'âne. Et pour la peine, je ne passe pas par la case départ, et je ne touche pas les 200 M... Autopunition.

Je sais pas toi, mais moi, j'ai eu une adolescence un peu mouvementée... J'étais un peu le genre ado rebelle, à fleur de peau. Look cheveux longs qui auront arborés toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, y compris le bleu azur, le noir corbeau voire carrément l'arc-en-ciel lui même (résultante d'une teinture bleue made in London appliquée après un henné rouge... un truc de ouf...). Jeans noir bootleg, bottines Harley Davidson aux pieds et foulard têtes de mort of course. Le genre à faire la gueule pour un oui ou pour un non et qui fumait comme un pompier. Forcément j'étais fan des Gun's, Nirvana, Metallica mais aussi Queen #freddiemercuryforever et un peu plus tard de Kiss, Poison et autres groupes de glam rock. Le genre à aller aux concerts pour se taper des pogos et headbanger comme une tarée à la Wayne's World #waynesworlforever. Le genre à faire des jeux de rôles jusqu'au bout de la night avec mes copains chevelus. Bref, une ado rebelle et rock'n'roll, pas tellement éloignée finalement de l'adulte que je suis devenue. A l'exception peut-être du fait que j'ai arrêté de fumer depuis bientôt deux ans, que les concerts se font rares et que j'ai mis de la couleur dans ma vie (ailleurs que dans mes cheveux) ;-)

Et donc, avec un passif pareil, ce qui devait arriver arriva, je suis tombée raide dingue du fameux shawl skull. A croire que ce pattern avait été créé pour moi. Le coup de foudre au premier regard. Mais j'avoue que la bête m'a parue bien compliquée. J'ai donc un peu tergiversé avant de me lancer. Tu me diras, comme d'hab'... Faudrait vraiment que je me débarrasse de mon côté cérébral pour laisser plus libre cours à mes instincts primitifs (et pas primaires, hein ?!...) Bref, j'ai attendu le bon moment... Genre que Saturne entre en Capricorne, ou le déluge ou que sais-je encore. Ça aurait pu durer longtemps si Yolaine n'avait pas publié une de ses versions. Version qui a achevé de me motiver. Tout mon corps hurlait NEEEEED à la vue de ce shawl de ouf. J'ai donc commandé de quoi me le faire et en trois couleurs s'il te plaît !!! Au final je ne m'en suis fait qu'un seul, les autres couleurs ayant été utilisées pour d'autres projets.

Alors, il faut bien dire ce qui est, j'ai eu un peu de mal au départ à me faire au motif. Il faut vraiment être hyper vigilante, chaque rang étant différent du précedent. J'ai énormément pénélopé sur les premières répétitions, ce qui a eu pour effet de me faire abandonner, et ça, en général c'est pas du tout mon genre. Et puis sont arrivées les vacances d'Hiver. Et cette année, pas moyen de déménager la MAC, la surj et mon stock de tissus. J'ai préféré rester sobre, sachant que je ne pourrai pas profiter des plaisirs de la glisse et que j'aurai minimum deux heures par jour à moi toute seule pendant que mes nains seraient à leurs cours de ski, même la dernière ! LIBERTAD ! J'ai donc fait le tour de mes en cours tricot et crochet, beaucoup plus "light" à transporter et je me suis donnée comme mission d'en finir quelques uns. Et le premier à bénéficier de cette merveilleuse résolution et de ce temps libre providentiel fût bien évidemment mon châle d'ado rebelle. J'ai même réussi à éveiller la curiosité de la serveuse qui m'apportait ma tisane/croissant dans le rade au pied des pistes dans lequel je squattais tous les matins ;-)

Allez, sans plus attendre, je te le montre mon châle de la mort qui tue avec ses têtes de mort qui déchirent et... rose ♥ J'en suis raide dingue. 

Shawl skull rose fluo (5)

Patron : shawl skull selon cette traduction

Fournitures : 4 pelotes de Ricco design 100% coton DK achetées sur le site "Les pelotes de lolottes" et crochetées en 3,5

Shawl skull rose fluo (6)

bande_pour article_blog-10

Shawl skull rose fluo (8)

Shawl skull rose fluo (15)

Shawl skull rose fluo (9)

Shawl skull rose fluo (18)

Il est absolument parfait pour les températures actuelles et les petites soirées frisquettes. Ma grande a totalement craqué aussi. Je lui en ai donc crocheté un, en jaune comme elle le voulait, mais chutttt... c'est pour son anniversaire mercredi.

Sur ce, je te souhaite une bonne journée et LONG LIVE ROCK'N'ROLL comme dirait Jesus ;-)

Et comme j'en suis à J-15, je ne peux absolument pas te dire quand je reviendrais... J'espère seulement être encore là mercredi, pour participer aux 10 ans de Julie, mais il paraît que ce n'est pas moi qui décide...

Allez Tschuss !!!

Posté par amazingironwoman à 07:30 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 28 avril 2015

Heureux les bien nommés

Moi qui pensais pouvoir venir ici un peu plus souvent pendant ces vacances sans nains, je me suis gentiment mis le doigt dans l'œil jusqu'au coude... Si, si, je te jure. Même pas mal. En fait, le choc de l'abandon surmonté, soit à peine 24h, le temps de la première nuit et de la première vraie grasse mat depuis... - je préfère pas compter, ça risque de me replonger dans la dépression - eh bien on s'habitue assez vite à ce nouveau rythme, voire à ne pas avoir de rythme du tout.

La balance pencherait même beaucoup vers le pas de rythme... Ce qui finalement ne me convient pas des masses, vu que j'ai une fâcheuse tendance à me laisser aller quand je ne suis pas un minimum encadrée. Même mes tentatives d'organisation sont restées totalement vaines. Je vis au ralenti depuis une semaine, un vrai mollusque. J'ai pourtant encore assez de matière pour tenir ce blog pendant plus d'un mois. Sachant que d'ici quelques semaines, je serai overbookée, je risque encore de te montrer des trucs avec un nombre incalculable de mois de retard... Pfff...

Pour en rajouter, le microbe gigote tellement que la position assise derrière ma MAC est devenue relativement inconfortable. Je n'ai pu coudre qu'une petite demi journée, et le projet commencé à cette occasion traîne toujours en pièces détachées sur mon plan de travail. J'ai bon espoir de pouvoir m'y remettre demain. Mais comme c'est ce que je me dis tous les soirs depuis une semaine... Tu me diras l'espoir fait vivre. Et comme j'aime être optimiste et que je trouve que l'espoir complète bien les MacDo et les sucreries, je crois encore être en mesure d'offrir à Julie une jolie veste home made avant la rentrée de lundi prochain. Et peut-être tenter de coudre des Trop Tops, soyons oufs ! Je crois qu'optimisme et objectivité ne font pas bon ménage.

Bref, je suis à la ramasse. J'ai du mal à écrire, j'ai du mal à coudre. Je me rattrappe en crochetant et puis faut être honnête, je dors beaucoup. J'ai pas autant dormi depuis des semaines, voire des années. Des nuits de 12h t'imagines ? Et on a aussi beaucoup avancé sur les préparatifs de l'arrivée du microbe : le berceau est en place, les produits dans un panier, les petits vêtements lavés, pliés, rangés et la valise en cours de remplissage. Objectif, tenir jusqu'aux 10 ans de Julie le 13 mai. Après, c'est quand il voudra ;-)

Comme je ne couds pas, ce que je vais te montrer date un petit peu, de février pour être plus précise. A cette époque (trois mois c'est l'autre bout du monde), j'étais encore pleine d'énergie et ma protubérance ventrale ne me génait pas outre mesure. Ce qui fait que j'ai été relativement productive. Comme on venait de déménager, j'en avais profité pour faire un tri drastique dans mon armoire, ce qui avait eu pour conséquence de me laisser quasi sans Tee-shirts ni petit pulls, j'exagère à peine. L'occasion rêvée de tester l'un des fameux patrons de Marisa alias MLM, j'ai nommé le Confortable. Un patron hyper rapide à coudre, et qui porte terriblement bien son nom. J'en ai cousu deux dans la foulée, et je ne suis absolument pas déçue du résultat. Ils sont portés et reportés très régulièrement. Un basique que je recommande les yeux fermés.

InstagramCapture_00fb7d45-4e95-4b06-9d9a-b1ab68f1b5b5     InstagramCapture_19cc6f8c-0a9d-4b7c-96ca-c1d8d343d337

InstagramCapture_454c3dd9-46bb-405b-b221-bd9e4c19900b     InstagramCapture_7f501b52-5132-4e08-b9d0-7357c5d767ea

Photos publiées sur mon compte instagram au moment de leur réalisation.

Confortable 1 et 2 (2)

Confortable 1 et 2 (6)

Confortable 1 et 2 (9)

Patron : le Confortable de MLM en XXL sans marges (faut bien compenser les formes généreuses...)

Fournitures : maille noire du marché, biais moutarde Motif Personnel posé à cheval pour le contraste, fil mouliné à broder DMC, perles et clous issus d'un Chouette Kit.

Confortable 1 et 2 (15)

Pour réveiller un peu le coté obscur du petit pull tout noir, j'ai customisé le haut avec quelques clous, perles et étoiles brodées. Custo totalement à l'arrache que j'adore.

Confortable 1 et 2 (31)

Patron : le même. J'ai juste retiré un demi centimètre au pli pour réduire un peu l'ampleur de l'encolure que je trouvais un petit peu trop large.

Fournitures : maille rose à étoiles noires, du marché également. Encolure avec une bande posée façon bord côte (trop la flemme de mettre un biais)

Confortable 1 et 2 (18)

Pour info, les photos précédentes datent de la semaine dernière ;-) Tu sens bien la baleine en fin de course...

Je suis absolument ravie de ces petits pulls. J'ai plein d'autres projets de couture pour moi, mais j'attends maintenant de reprendre forme humaine pour me lancer. Inutile de te dire que j'ai un peu de mal à mesurer mes tours de taille et de hanches sans frôler la crise cardiaque. Et mon pauvre mètre de couturière a atteint ses limites. En ce qui concerne mon tour de poitrine, la pillule est plus facile à avaler ;-) Preuve par l'image ci-dessus.

Dans la foulée, je me suis lancée dans une mini série de pochettes atchoum d'après le simplissime tuto de La Reloux. Limite pas besoin de tuto pour réaliser ces pochettes mais j'avais vraiment envie de suivre les conseils avisés de ma copine. Et j'avais vraiment pas envie de réfléchir. Je me suis juste permise une légère modification en cousant les coins de mes pochettes afin de leur donner un peu plus de volume. Mais rien de vraiment révolutionnaire quand même. De la couture ultra rapide, ultra utile et hyper efficace pour faire diminuer les chutes et venir à bout des derniers centimètres de biais qui trainent. Les deux pochettes grises trônent respectivement sur mon bureau et ma table de nuit. La dernière, avec Hello Kitty, m'a été commandée par Julie qui est toute contente d'avoir sa propre pochette à mouchoirs dans sa propre chambre. Putain, c'que ça grandit vite ces bêtes-là !

Pochettes atchoum (3)

Patron : tuto des pochettes atchoum par La Reloux

Fournitures : tissus et biais de mon stock

Sur ce, je vais aller mettre la viande dans le torchon, comme on dit chez moi (enfin, comme moi je dis surtout...). Amie de la poésie, bonsoir.

Et j'espère trouver encore une petite étincelle d'énergie dans la semaine pour venir te présenter une autre de mes œuvres d'Art.

Allez, tschuss ;-)

Posté par amazingironwoman à 07:45 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 22 avril 2015

2 ans plus tard #1

J'ai gravement hésité sur le titre de ce post, mais finalement, je me suis dis que ça ne serait pas une mauvaise idée d'ouvrir enfin une petite rubrique "procrastination" sur ce blog. Comme tu le sais, je ne mens jamais =D Il m'arrive peut-être parfois de déguiser la vérité, mais ça n'est pas vraiment du mensonge, c'est juste pour faire plus joli ;-) Un peu comme quand on essaye de te faire croire que tu vas totalement oublier la douleur après ton accouchement, ou que ton mec te dis que non, tu n'as pas pris une ride...

Donc, si tu me suis depuis un bout de temps, tu as bien intégré le fait que la ponctualité et moi ça fait 1.000 (voire 1.000.000), tout comme l'anticipation... etc... etc... Et ça, pour le coup, c'est pas un demi-mensonge, c'est la vérité toute nue. En même temps, je ne vois pas ce que je gagnerais à te faire croire que je suis une psychorigide désorganisée.

Et forcément, vu que tu as bien compris le concept, jamais tu ne t'aventurerais à me demander de te faire quoi que ce soit ?! Parce qu'à ce niveau-là, j'appellerais plus ça de la confiance, mais carrément de l'inconscience oO Où alors, tu n'es vraiment vraiment pas pressé(e) et tu tiens absolument à avoir chez toi une de mes magnifiques œuvres d'Art. Et là, je ne peux que saluer ta patience et surtout ton sens du bon goût ;-)

C'est une des raisons qui explique pourquoi je ne suis pas le chemin de certaines de mes amies blogueuses qui ont réussi le pari de transformer leur passion en une activité professionnelle lucrative et à plein temps. Chose que mon mec me pousse à faire depuis quelques temps déjà. Sauf que d'une, je ne considère pas mes activités craftesques comme une passion mais plutôt un hobby. Deux, je ne pense pas être assez "pro" pour me permettre de vendre le fruit de mes expériences. Trois, comme je l'ai déjà souligné dans le précédent post, le patronnage et moi ça fait 1.000.000, et sans #patronmaison, pas de vente possible. Je ne m'abaisserai pas à vendre ouvertement des articles provenant de l'esprit créatif de quelqu'un d'autre... Et enfin, je mets parfois des semaines avant d'arriver à produire un simple truc pour mon propre usage personnel, alors... Pfff... Et puis, pas moyen que je n'ai plus le temps de faire ce que je veux pour moi et mes gosses. Bref, il va falloir que je trouve une autre idée pour ma reconversion professionnelle.

Je sens que je t'ai perdu et que tu te demandes où se trouve le rapport avec le sujet de cet article. Je te rassure, il n'y en a aucun. Bref, pour en revenir à nos moutons, je procrastine beaucoup et je suis toujours à la bourre. Conclusion : évtes de me demander un truc, t'es pas prête d'en voir la couleur.

Et c'est exactement ce qui est arrivé à une de mes copines. Suite à cet article, la malheureuse inconsciente m'a clairement dit qu'elle en voulait absolument un. Un quoi ? T'as pas cliqué sur le lien ? Feignasse... Un bunny. Ma copine avait craqué sur un petit lapin tout mignon et rêvait que je lui en crochète un. Elle m'a d'ailleurs réitéré sa demande à plusieurs reprises au cours de ces deux dernières années. Hum.. hum... Et puis, miracle, sa dernière demande en date a fini par faire tilt. C'était il y a presque deux semaines. Trop fatiguée pour coudre, j'ai rassemblé tout le matériel nécessaire. Ma copine voulait que son bunny soit vêtu de bleu. Coup de bol, j'avais tout ce qu'il fallait dans mon stock. Il ne m'aura fallut que deux jours pour arriver à rassembler toutes les pièces de la bête. Un record du Monde (malheureusement non homologué) ! Et une semaine supplémentaire pour me pousser à l'assembler. Je te rappelle que l'assemblage, ça me surgonfle. D'ailleurs, comme dirait mon mec "ça existe les trucs qui ne te gonflent pas ?"... Euh... Joker...

C'est ainsi qu'une petite séance photo plus tard, ma cop's a enfin reçu dans sa BAL son Graal tant convoité : un cutissime little bunny made by The Amazing Iron Woman herself ! Moi quoi... Je sais, la modestie m'étoufffe.

Pour cette fameuse séance, j'ai donné de ma personne. Imagine une baleine échouée, allongée sur le sol de son salon pour prendre en photo à ras du sol un lapin de 10 cm... Le grand n'importe quoi... Et comme, vu sous cet angle, il m'était impossible de ne pas prendre également les autres éléments de mon salon (et que je ne maîtrise pas le moins du monde la technique du deuxième plan flou), ma nouvelle blog assistante, j'ai nommé Julie, m'a fabriqué un joli fond sur lequel elle a dessiné des étoiles. Ne me demande pas le rapport entre le lapin et les étoiles. J'en sais rien... Mais en tout cas, ça m'a bien rendu service et elle était toute fière d'avoir participé. Elle a même bougé le bestiau pour lui faire prendre des poses, opération qui m'était impossible, puisque, je te le rappelles j'étais allongée sur le sol et vu mon état, dans l'impossibilité physique de faire autre chose que d'appuyer sur le bouton de l'obturateur.

Sophie's Bunny (26)

Modèle : ici

Fournitures : coton blanc Esterel de chez Pingouin, et bleu turquoise Ricco, yeux de sécurité Fifi jolipois.

Sophie's Bunny (33)

Sophie's Bunny (37)

Sophie's Bunny (40)

Sophie's Bunny (41)

Sophie's Bunny (43)

Je suis ultra fan de ce petit lapin. Ma copine a adoré ! A priori ça l'aurait même rendue totalement hystérique. Eh oui. Je fais aussi cet effet là... Pouvoir de super héro... Et Julie a eu du mal à le laisser partir. Je crois qu'il va falloir que je lui en fasse un. Encore un centième projet à rajouter à ma liste.

Sinon, désolée pour tout le bla bla inutile précédent les photos, mais j'ai beau essayer de faire court, mon cerveau trouve toujours un truc inintéressant à raconter. Je te jure que j'essaye, mais c'est plus fort que moi.

Sur ce, je te souhaite une bonne journée. Et si tu fais partie de ces inconscient(e)s qui m'ont demandé quelque chose, sache que ton tour viendra, un jour, peut-être ;-)

Tschuss.

Posté par amazingironwoman à 08:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 20 avril 2015

♫ ♪ Libérée, délivrée ♪ ♫... Mais bien sûr... ;-)

On dit souvent "telle mère, telle fille"... En ce qui concerne Julie, c'est totalement vrai. Cette gosse est belle, sage, intelligente, manuelle, créative, appliquée. Bref, c'est mon portrait craché. Si quelqu'un(e) a une objection, qu'il(elle) s'exprime maintenant, ou se taise à jamais ;-) Par contre en ce qui concerne Émilie, je ne vois pas - hum, hum... Tu la sens poindre la mauvaise foi là ? C'est tout le contraire de moi cette gamine ! Bon d'accord, elle est jolie, intelligente, mais également capricieuse, comédienne, bavarde, déjantée, passionnée, complètement fêlée... Franchement, je ne me reconnais pas une seule seconde dans ce mini moi machin... =D

Bref, tout est normal, c'est tout simplement une gosse de 3 ans et demi avec beaucoup beaucoup d'imagination et une forte personnalité. Et comme 99% des 99% des petites filles de son âge qui ont vu La Reine des Neiges, Émilie se prend pour Elsa, Je dis 99% des 99%, parce que je te jure qu'il y en a qui ne l'ont jamais vu et d'autres qui n'ont pas aimé. Si, si, ça existe pour de vrai. Et là tu te dis : "OMG !!! Ils ont trop de chance les parents..." Je te rappelle quand même que tout comme moi, c'est toi qui a la télécommande et qu'au bout du compte, tout est de notre faute, on l'a bien cherché... En tout cas, moi, je plaide coupable. C'est moi qui les ai emmené le voir au cinéma et qui l'ai mis en boucle à la maison par la suite. Mais j'avoue que mes gosses sont très bon public pour ce genre de dessins animés, et faut bien reconnaître que celui-là est particulièrement bien ficelé. Je te laisse imaginer Camille en train de chanter "Libérée, délivrée..." Priceless ;-) J'ai même une vidéo, mais je la garde pour plus tard, pour quand il me ramènera des filles à la maison =D Ça me fait penser qu'il faudrait que j'arrive à choper mon mec en train de la chanter... Si j'y arrive, je te jure, je partage.

Pour en revenir à Elsa, lors d'un petit tour au marché l'été dernier, j'étais tombé sur un très joli tissu auquel j'avais tout de suite attribué un fort potentiel Reine des Neiges. Je me suis donc tout naturellement jetée dessus avec dans l'idée de coudre un déguisement à ma petite tornade pour son anniversaire au mois d'octobre. Alors, je te la refais pour la centième fois, nauséees + fatigue = abandon total du projet. Finalement, elle a dû se contenter de ça, la pauvrette. Je suis vraiment une #mèreindigne ;-) J'ai ensuite voulu repousser à Noël. Mais là, ce sont les travaux et le déménagement qui sont venus se mettre en travers de ma route. Et puis finalement, c'est lors de la deuxième réunion parents/prof avec sa maîtresse que j'ai décidé de me lancer. J'avais une deadline de ouf ! Le carnaval de l'école. Pas moyen que ma Princesse y aille déguisée n'importe comment. Elle devait être la plus belle pour aller danser ♫ Parce que ça rigole pas le carnaval dans ma maternelle. En plus du défilé et du goûter, il y a une boum ! Je te jure, imagine une salle pleine de nains déguisés en train de danser... Ça doit juste être énorme.

J'avais donc un but, et c'est tout naturellement, que je m'y suis prise... 4 jours avant... Rien de bien exceptionnel non plus ;-) J'avais déjà choisi mon patron de base, puis j'ai dessiné avec l'aide de Julie les modifications que je voulais lui apporter. Et c'est là que c'est parti en cacahuète. Pour faire court, je me suis basée sur Éternelle, le déguisement de fée de HLW dont je voulais compléter le bustier comme dans le dessin animé et rajouter des manches. Pour ce faire, j'ai passé une journée entière à patronner des manches et redessiner le corsage. J'ai ensuite coupé mes pièces et comme je ne le sentais vraiment pas du tout, j'ai juste faufilé le tout vite-fait mal-fait afin de faire essayer à ma chipie avant assemblage. Et là, forcément, ça a été le drame. Je m'en doutais un peu beaucoup, mais ça fait quand même bien suer quand on se retrouve face à l'évidence. J'avais merdé, c'était trop petit et importable. C'est pas la première fois que j'essaye de patronner un truc. Là, je suis 100% convaincue que ce type d'impro n'est pas pour moi. Chacune ses points forts. La preuve chez Domitille. Celui-là ne fait pas parti des miens.

Cette constatation digérée, j'ai tout bonnement abandonné l'idée des manches et j'ai juste modifié la jupe et ajouté une traîne dans le dos. Même si on s'éloignait un peu de l'original, ça restait tout à fait reconnaissable et puis elle pourrait la porter au cœur de l'été sans risquer un gros coup de chaleur. On se console avec les excuses qu'on peut ma brave Dame. Comme le carnaval, lui, s'est déroulé fin mars et que le temps n'était pas si chaud que ça, je lui ai tout simplement mis un tee-shirt blanc en-dessous, ce qui a très bien fait l'affaire. Pas la peine d'aller chercher midi à quatorze heure finalement. Pour la jupe, j'ai juste fait deux trapèzes comme sur la version de Gaëlle, basée sur le même patron. J'aurais quand même dû élargir la base à la taille afin de froncer le tout pour que ça s'adapte au côté élastique du dos du bustier. Mais bon. Elle arrive à l'enfiler, c'est le principal. Ce déguisement est très très loin d'être parfait, mais vu le temps qui m'était imparti et mes maigres aptitudes à l'improvisation, il remplit parfaitement son office. Je me console en me disant que ce n'est qu'un déguisement après tout. Le but c'est qu'elle s'amuse avec pas que je remporte le prix du déguisement de l'année ;-) Pourtant, j'aurais bien aimé...

Et puis il y aura eu un autre point positif dans cette réalisation. J'ai enfin eu l'occasion de tester mon premier ourlet roulotté. Je ne me voyais pas ourler toute la traîne... J'y serai très certainement encore. J'aime vraiment beaucoup cette finition. Il faut trouver le bon réglage. Mais une fois fait, c'est vraiment magique. C'est également de cette manière que j'ai ourlé le bas de la robe.

Il ne manquait plus qu'à accessoiriser le tout. Alors, j'ai bien pensé à customiser la cape avec des flocons comme la tuerie cousue par Ludivine à sa fille. Mais j'ai eu la flemme. Je me suis contentée d'une couronne. Et encore. J'ai laissé Julie customiser une couronne qui traînait dans le coffre à jouets avec une chute de tissu et du vernis colle. Et c'était parfait. J'ai complètement oublié de la prendre en photo. Tu peux l'apercevoir portée un peu plus bas. La seule modif qui lui a été apporté c'est le petit cœur bleu tout en haut.

Allez, trève de blas blas. Faisons silence, et contemplons.

Déguisement Reine des Neiges Émilie (13)

Patron : base Éternelle de HLW en 4 ans. J'ai gardé le buste dont j'ai redessiné la découpe devant, puis modifié la jupe et ajouté une traîne.

Fournitures : tissu du marché à deux faces (turquoise et gris), voilage de récup pour la traîne et strass Ki-sign.

Déguisement Reine des Neiges Émilie (15)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (19)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (21)

Et la petite séance photo qui va bien avec une Émilie totalement role play. Elle m'éclate ♥

Déguisement Reine des Neiges Émilie (29)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (30)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (32)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (45)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (49)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (54)

Donc là, elle jette de la glace...

Déguisement Reine des Neiges Émilie (62)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (70)

Là, elle salue...

Déguisement Reine des Neiges Émilie (71)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (73)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (76)

Et là, elle danse comme dans la chanson. Tu sais, le moment où Elsa fait ce joli mouvement d'épaules ! Je suis morte de rire !

Déguisement Reine des Neiges Émilie (78)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (79)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (80)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (81)

Telle que je l'ai emmenée à l'école le matin du carnaval. Le tee-shirt blanc, ça le fait, non ?

InstagramCapture_71832b72-f953-48d3-a9d0-0a13fe417ccb

Juste après la séance photo, le même pote que j'ai exploité pour monter mes meubles est passé récupérer un truc, et au passage il avait apporté un petit cadeau à la Princesse : la peluche d'Olaf ! Autant te dire qu'il a eu un franc succès. Eh oui, je l'exploite et en plus il offre des cadeaux. Je te dirais mon secret un de ces jours ;-)

InstagramCapture_4f912126-503b-4fc9-a91e-d7ea23134047

Et puis, on a beau être une Reine, toutes ces émotions ça fatigue. Dans sa grande mansuétude, notre tornade ravageuse nous fait quand même l'insigne honneur de dormir au moins deux heures toutes les après-midi. Il faut au moins ça pour se remettre de toute cette énergie qu'elle déverse en permanence dans tout l'appartement... Rien que d'y penser je suis épuisée. Tu remarqueras au passage, que même ses draps sont à l'effigie de son idole du moment.

InstagramCapture_863728c8-cdf6-4a8a-89ff-f0f4a948ce65

En attendant, je vais pouvoir me reposer un peu puisqu'on a lâchement abandonné nos 3 nains à mes beaux-parents pour les deux semaines que durent les vacances de Pâques. Il ne me reste plus qu'à contempler ma tornade en photo... Sans le son, c'est pas mal non plus ;-) Je fais ma maline mais même si je sais que ça va être tout benef pour eux comme pour moi, ça reste tout de même difficle de me séparer de mes enfants.

Pour faire passer la pillule, je vais me faire une orgie de couture, si le microbe me laisse m'assoir derrière ma machine.

En attendant je vais aller faire le plein de sommeil et de grasses mat ;-)

Tschuss !

Posté par amazingironwoman à 07:30 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,



mercredi 15 avril 2015

THE blouson de la mort qui tue !

Vu ton enthousiasme débordant la dernière fois que je t'ai présenté de la cousette pour mon grand garçon, je me suis dit que j'allais être sympa et que j'allais t'en resservir une part. Ne me remercie pas, je suis comme ça, j'aime te rendre heureuse ;-)

Ça commençait à faire pas mal de temps que Camille se trainait un pauvre blouson d'hiver tout pourri... aux manches légèrement trop courtes - hum, hum - et aux aisselles déchirées -re hum, hum. Bref, un blouson en fin de vie, voire carrément décédé depuis quelques semaines. Une véritable honte. Et pour en rajouter dans le pathétique, il n'avait que celui-là.

Ben oui, mes gosses n'ont plus rien à se mettre. A croire que je ne sers vraiment à rien... Ce qui est véritablement le cas en ce moment. Il va falloir se rendre à l'évidence et aller acheter quelques basiques histoire qu'ils ne se baladent pas à poil tout le printemps.

Mais en attendant, s'il est bien un vêtement que je me refuse à acheter, c'est bien le manteau ou le blouson ! Alors oui c'est long, c'est fastidieux, parfois très prise de tête, mais bonjour le sentiment de fierté une fois la dernière couture achevée, le dernier petit fil coupé... Pas moyen qu'on me retire ce petit moment de plaisir solitaire.

Pour une fois j'ai cherché le patron après avoir selectionné mon tissu. Pour être honnête, j'ai un tel stock à la maison (et je sais que je suis très loin d'être la seule dans ce cas) et des moyens extrêmement limités en ce moment en raison des travaux et de l'aménagement, que je dois "me contenter" de ce que j'ai sous la main. Ça fait des mois que je n'ai pas acheté un seul bout de tissu. Tout ce que je te présente est inéxorablement issu de mes cartons. Alors loin de moi l'envie ni même l'idée de faire ma malheureuse. Vu ce que j'ai en stock, j'en suis super loin ! Ce petit aparté juste pour te montrer qu'on peut sans problème faire "avec ce qu'on a ;-)"

J'avais acheté il y a bien deux ans, lors de mes débuts en couture, un très joli coupon de velours milleraies bleu canard dans lequel j'avais imaginé un petit ensemble pour mon fils. Comme beaucoup de projets de cette époque, il est resté totalement en l'état depuis. C'est-à-dire qu'il n'a jamais franchit la barrière de mon cerveau. Mais je voulais absolument que ce coupon aille à Camille d'une manière ou d'une autre. Et comme je n'en avais pris qu'un mètre (ce qui n'est déjà pas si mal), il me fallait une réalisation pas trop gourmande. J'ai trouvé mon bonheur dans un Ottobre, comme souvent d'ailleurs. Il s'agit à la base d'un blouson style aviateur présenté en peau, bien chaud pour l'hiver. J'avais besoin d'un blouson de mi-saison. J'ai juste utilisé d'autres matières.

Avant de me lancer, je suis allée fouiller sur le blog co' et sur la toile pour voir un peu les réalisations des copines. Et je suis tombée sur les très jolies versions de Céline et de Véronique. J'ai particulièrement aimé les contours des empiècements d'épaules et des poches qu'elles avaient toutes deux passepoilés... J'ai tout bonnement copié.

En ce qui concerne l'intérieur, les températures n'étant pas encore estivales, je n'ai pas voulu faire l'impasse sur une triplure. J'ai donc ajouté une couche de polaire très fine sur les devants et le dos. Je n'ai pas triplé les manches, par contre, sur les conseils experts de Véronique j'ai utlisé du satin pour les doubler afin que le manteau s'enfile facilement.

En tout, il m'aura fallut une bonne semaine pour en venir à bout, dont une journée entière à comprendre la réalisation des poches... J'aurais mis le temps, mais j'ai fini par y arriver, comme toujours. Et à part un ou deux détails vraiment minimes, à la limite du chipotage, je suis terriblement fière de cet ouvrage. C'est sans conteste ma réalisation la plus technique à ce jour, et je suis ravie d'en avoir appris autant en cousant ce blouson. Il y a pas à dire, coudre des vestes et des manteaux, j'adore ça !!!

Je te laisse avec quelques clichés publiés au jour le jour sur mon compte Instagram (pseudo : amazingstephwoman) et ma page facebook (lien dans le blog roll à droite).

InstagramCapture_1b917064-14f5-4738-8a00-1df7b97c0221     InstagramCapture_18fdb9de-c64c-4f89-846e-ba13fff40b44

InstagramCapture_3ee04e03-2581-4f3f-8aec-e24806789a55     InstagramCapture_32fa56d5-f1c7-4768-9485-fb13b1c6b224

InstagramCapture_88b62ddc-8b1a-4176-bafd-2523c0792900

Patron : Blouson Cockpit, modèle numéro 17, Ottobre 4/2013 en 128 cm

Fournitures : velours milleraies bleu canard Motif Personnel, coton étoiles et FE métallique MT, triplure polaire et doublure satin pour les manches Rijs textiles, passepoil maison

Et quelques clichés sur mon parking. Parce que mon parking, il a la classe (et que chez moi il faisait trop sombre...)

Blouson Cockpit Camille (35)

T'as vu ? C'est moi dans le bouton =D

Blouson Cockpit Camille (40)

Blouson Cockpit Camille (41)

Blouson Cockpit Camille (43)

Blouson Cockpit Camille (46)

Et sur mon petit mec ♥

Blouson Cockpit Camille (48)

Blouson Cockpit Camille (50)

Genre, le gars, il remet ses lunettes =D

Blouson Cockpit Camille (52)

Blouson Cockpit Camille (55)

Cela fait maintenant plus d'un mois qu'il le porte tous les jours et tout se passe bien, fort heureusement -) On a frôlé le hâte crime un soir où il est rentré avec des tâches de sang provenant de sa lèvre toute craquelée (et que je n'arrive pas à soigner, grrr...). Mais finalement, après lavage, tout est rentré dans l'ordre. Il a d'ailleurs déjà fait deux séjours dans la machine à laver (le blouson, hein, pas mon fils) et il s'en sort toujours aussi bien. Si je peux me permettre juste quelques regrets, je trouve les manches un peu justes... Quand il porte son cartable sur les épaules, ça les fait légèrement remonter et elles ont l'air trop courtes. Et le bord côte blanc, c'est la classe, mais forcément c'est pas le top pour trainer à l'école. En même temps, je le savais, j'ai fait mon choix, j'assume ;-)

Et pour finir, je te montre quand même le fruit de mon après-midi de prise de tête avec le montage de la poche. Comme tu peux le constater, j'ai fait une toile ! Et j'ai bien fait, sinon, je te raconte pas dans quel état j'aurais mis mon pauvre velours...

Blouson Cockpit Camille (61)

Je ne sais pas quand, ni avec quoi je reviendrais la prochaine fois, mais sois en sûr(e), I'll be back !

Tschuss ;-)

PS : Julie ne possède actuellement qu'une doudoune trop chaude et trop petite... Je crois que c'est une nouvelle mission pour The Amazing Iron Woman... Mouah ah ah ah..

jeudi 9 avril 2015

Mini perles, mais elles font le maximum ;-)

Hann ! T'as vu ce titre de dingue ? Plus ça va, moins ça va. Je vais bientôt pouvoir faire concurrence à Libé et à l'Équipe... Du grand Art ;-)

Comme tout est déjà dit dans le fameux titre qui tue, pas de mystère. Aujourd'hui on va parler jupes avec un s. Parce que quand il y en a pour une, il y en a pour deux. Et pas n'importe quelles jupes bien sûr. Un modèle que tu n'as encore jamais vu nulle part, un patron ultra inédit - genre la fille qui tente encore le suspens, on sait jamais, au cas où tu n'ais pas lu le titre (comme Gaëlle ou Émilie, hein les filles ?), ou que tu souffres de graves troubles de la mémoire immédiate comme notre amie Dori la Dorade... Bref, un patron que personne n'a encore cousu : la mini perle d'Ivanne Soufflet, alias Grain de Maîs.

Que dire de ce patron ? Déjà qu'il est sorti bien avant les vacances de Noël si je ne m'abuse. Que j'ai sauté dessus direct le jour de sa parution. Un vrai coup de foudre. Et que j'avais préparé dans la foulée un petit combo de tissus pour en faire une première version à Julie, mais que les circonstances en ont décidé autrement. Ce n'est que début février que j'ai exhumé mon projet et vu les températures, mon idée initiale ne me semblait plus tellement appropriée. Pas moyen que ma fille attrappe une pneumonie par négligence vestimentaire juste pour satisfaire mes envies couturesques. Je ne suis pas toujours une mère exemplaire, mais faut pas pousser mémé dans les orties (surtout quand elle a pas de culotte - ça, c'est dit).

Là où ça n'a pas été facile, c'est que ma grande avait validé cette première version et qu'il a fallut négocier sévère et serrer les dents pour lui faire comprendre que ce n'était que partie remise, que c'était pour son bien, et puis que c'était moi qui décidais b****l de m***e ! Hum hum... N'appelle pas les services sociaux tout de suite, je te jure que mes gosses sont bien traités.

A ce stade, j'avais imaginé un petit duo de sistas trop cute avec cette fameuse mini perle dans des tissus identiques mais avec quelques variations pour tester plusieurs facettes du modèle. Parce que l'un des points forts de cette jupe, c'est qu'Ivanne ne te vend pas seulement un patron au top du top, mais aussi et surtout, un patron avec au moins 6 versions de base différentes et d'infinies variations, sans compter les précieux conseils concernant les finitions. De quoi passer des heures de plaisir derrière ta MAC à te prendre pour une pro de la couture tout en développant une forte addiction digne d'un véritable junky. Il n'y a qu'à aller se balader sur le blog collectif pour se rendre compte de l'ampleur des dégâts chez certaines qui titrent déjà "Mini perle #8 (voire plus)"... Mais où s'arrêteront-elles ? Je précise qu'au patron n'est pas adjoint d'abonnement chez le psy. Prends donc bien tes précautions avant d'en faire l'acquisition. Tu ne pourras pas dire que je ne t'ai pas prévenue ;-)

Et de fait, une fois que tu en as cousu une, il te tarde vraiment d'en recoudre une autre, puis une autre, puis... genre "vite, un shoot de mini perle !" Phénomène assez rare pour être souligné. C'est vrai qu'en général on n'aime pas trop refaire plusieurs fois le même patron. Mais là, les combinaisons sont tellement nombreuses qu'on a tout de suite envie de toutes les tester. Et comme aucun détail n'est laissé de côté, le rendu final de cette jupe est véritablement digne d'une pro, sous tous les angles.

J'ai suivi les conseils avisés d'Ivanne à chaque étape, en commençant par celui de débuter par la version la plus simple afin de me familiariser avec la bête. Bon, comme je ne suis plus totalement une novice en matière de couture, j'ai bien opté pour la version sans plis, ni volant, mais j'ai tout de même gardé les poches italiennes et le passepoil qui va bien ;-)

Mini perles Julie et Émilie (4)

Patron : mini perle d'Ivanne Soufflet en 4 ans, rallongée de 3 cm. Version B'.

Fournitures : molleton fuschia France Duval Stalla, coton rayures et fleurs offert par Émilie ♥, biais maison dans ce même tissu et passepoil première étoile Motif Personnel

Et pour la grande, j'ai tenté la version à plis malgré un gros doute sur le résultat final au niveau de la ceinture. Je n'étais pas certaine que tous ces plis ne fassent pas un gros paquet tout crado sur le devant. Mais au final, il n'en est rien.

Mini perles Julie et Émilie (2)

Patron : idem, en taille 12 ans rallongée de 3 cm également. Version A.

Fournitures : idem.

J'ai délibérément choisi de faire contraster les poches. Je trouvais dommage que ce joli coton ne serve que de doublure et de biais. Et puis ça casse bien l'uni ultra flash du molleton FDS. Molleton qui, soit dit en passant, n'a rien à voir niveau qualité avec son frangin le matelassé, dont je t'ai déjà vanté les avantages ici. Sur ce coup là, je ne regrette pas mon achat. Il est vraiment top. Il ne bouge pas, ne peluche pas. Et je peux te dire que la jupe de la petite est déjà passée moultes fois au lave linge... Les joies de la PS ;-)

Mini perles Julie et Émilie (7)

bande_pour article_blog-10

Mini perles Julie et Émilie (8)

Et l'intérieur, aussi beau que l'extérieur... Je te l'ai dit, aucun détail, même infime, n'est laissé à l'écart.

Mini perles Julie et Émilie (10)

Au final donc, un patron qui vaut 100 fois son pesant d'or. A acquérir les yeux fermés. Car même si tu débutes en couture, Ivanne t'accompagne à chaque étape. Plus qu'un patron, c'est un cours de couture à lui tout seul. Je précise que je n'ai aucune action dans son entreprise, mais vu le travail extraordinaire qu'elle accomplit, elle mérite bien quelques compliments en retour.

Place à mon duo de choc et de charme. Mes deux princesses ♥ On a improvisé un petit look juste avant de descendre prendre les photos et j'A-DO-RE !

Mini perles Julie et Émilie (16)

Mini perles Julie et Émilie (19)

La position dite "du flamant rose"...

Mini perles Julie et Émilie (22)

Mini perles Julie et Émilie (24)

Je sais pas toi, mais moi, je pourrais les regarder pendant des heures...

♥ ♥ ♥

Et pendant que j'y suis, et avant que l'été n'arrive, je te montre ce que mes filles ont reçu pendant les vacances de février et ce sur notre lieu de vacances ! Chacune un magnifique col très Reine des Neiges compatible envoyés par Émilie alias Batman et Bobines. Je t'entends dire "encore !" Ben oui... Qu'est-ce que tu veux que je te dise... C'est pas ma faute si elle m'adore =D Va quand même falloir que je rétablisse l'équilibre un de ces jours, parce qu'effectivement, là, ça commence à faire beaucoup ;-) Merci Émilie ! ♥

Cols Émilie B&B (1)

Je suis autant fan de l'extérieur que de l'intérieur. Et tu as vu ces magnifiques boutons ?

Cols Émilie B&B (4)

Et portés.

Mini perles Julie et Émilie (25).

Cols Émilie B&B (10)

Je ne pouvais pas ne pas te mettre cette photo de ma sublime grande fille de mon bébé. Objectivité totale. Comme disait Céline hier, "Ô temps suspend ton vol..." C'est clair, b*****l !!! C'est pas bientôt fini cette histoire ?!

Cols Émilie B&B (14)

Bon ça va... Il lui reste encore quelques grammes de folie. On est sauvés... ou pas.

Cols Émilie B&B (15)

Allez, ça sera tout pour aujourd'hui.

Tschuss ;-)

dimanche 5 avril 2015

Mes lapins en origami (DIY de Pâques)

Et voilà, aujourd'hui, c'est Pâques. La deuxième fête préférée de mes gamins après Noël. Forcément, après les cadeaux, voici venu le temps des CHOCOLATS ! Je ne sais pas comment ça se passe chez toi, mais ici, ils sont tout excités à l'idée de partir à la chasse aux oeufs et de remplir leurs petis sacs et surtout leurs petits estomacs. Encore une fête bien diététique à 150 points Weight Watchers par jour. C'était finalement peut-être pas la bonne semaine pour débuter un régime... (je te rassure, c'est purement rhétorique).

Côté chocolats, on est parés. Il ne reste plus qu'à faire passer les cloches et à lancer nos fins limiers sur leur piste tout en surveillant qu'ils ne retournent pas les tiroirs des commodes et les placards tels des cambrioleurs à la recherche de l'argenterie. Faudrait pas que ça tourne à la boucherie non plus. Niveau cloche, on est également parés... dixit mon père... Vu que j'y avais le droit tous les ans. "Ah bah on l'a déjà la cloche, hein Nonoche ?!" Nonoche, c'était moi... Et Nonoche, ça rime avec cloche. CQFD. Qu'est-ce qu'on se marre. Et niveau sacs, avec tous ceux qui trainent dans leurs chambres et ceux offerts par leur tante l'an dernier, pas besoin de me décarcasser.

Mais alors, qu'est-ce qui me reste à moi, à part tenir le rôle de la cloche et me goinfrer par pur esprit de sacrifice afin de leur éviter une vilaine indigestion? Tu me diras, c'est déjà pas si mal. Mais bon, même si je ne suis toujours pas la Reine de l'anticipation, Pâques fait partie de ces rares évènements de l'année pour lesquels j'aime bien faire un petit quelque chose : des cocottes en berlingots, des doudous lapins, des oeufs en déco patch... J'ai déjà tenté pas mal de petits DIY.

Et finalement; c'est samedi dernier que l'idée m'est venue. En rangeant l'un des derniers cartons qui restaient dans la chambre de ma grande, je suis retombée sur la fiche d'un tuto de lapin en origami. A part des bateaux et des "cocotes", tu sais le jeu où tu dois donner un chiffre et choisir une couleur pour entendre ton gosse te sortir la phrase philosophique du jour genre "t'as du poil au nez", ou te lancer le défi du siècle "saute sur un pied en essayant de toucher ton nez avec ta langue"... Bref, que de l'utile et de l'esthétique. A part ça, je n'avais jamais tenté autre chose. Vu que mon mec ronflait comme un sonneur après une longue nuit de boulot, que les enfants étaient scotchés sur un dessin animé et qu'un de mes potes montait nos nouvelles bibliothèques pour aménager le salon, c'était le moment idéal pour me lancer. Je te ferai un petit tuto un de ces jours pour t'expliquer comment faire pour exploiter tes amis pendant que tu fais des origamis tout en ayant bonne conscience. Tu verras, c'est enfantin, et ça peut toujours servir ;-)

Me voilà donc avec mon bloc de papier spécial pliages (donné il y a quelques années par je ne sais plus qui qui vidait ses tiroirs), mon petit tuto de pliage de lapin et ma ferme volonté d'obtenir le même résultat que la photo sur le papier. Et au bout d'une demi-heure, il a bien fallut que je me rende à l'évidence, l'origami, c'est pas une activité pour les faibles. Si tu n'es pas du genre à t'accrocher jusqu'à ce que mort s'ensuive pour obtenir ce que tu veux, oublie tout de suite, c'est pas pour toi.

En règle général, je n'ai pas trop de problème avec tout ce qui est situation dans l'espace, mais là, avec seulement des croquis, impossible de comprendre dans quel sens il fallait plier, retourner, tirer... J'avais l'impression que c'était écrit dans une langue étrangère totalement indéchiffrable. J'ai fini par chercher désespérément un tuto en images, voire en vidéo beaucoup plus détaillé afin de l'avoir mon foutu lapin. Et j'ai trouvé mon bonheur ici. Bon, j'ai encore lutté un peu pour tout bien comprendre. Selon moi, il manque encore quelques étapes intermédiaires, mais dans l'ensemble c'est le plus "lisible" que j'ai trouvé. Et donc, au bout de près de 2 heures , j'avais enfin réussi à me faire un petit lapin.

J'ai proposé à ma grande de me rejoindre pour en refaire un second. Toujours battre le fer tant qu'il est chaud. Et puis, je n'avais pas lutté 2 heures pour ne faire qu'un unique malheureux petit lapinou ! Elle a tenu jusqu'à la dernière étape, et puis elle a lâchement abandonné... Trop dur pour elle... Ben voyons. Moi j'étais lancée, alors j'en ai fait un dans chacune des couleurs de mon bloc. Et une fois la technique bien acquise, je me suis fait plaisir en les déclinant en deux fois plus grands dans du joli papier Fifi Mandirac aux couleurs printannières.

Lapins origami (5)

Lapins origami (3)

Lapins origami (11)

Lapins origami (17)

Lapins origami (18)

Lapins origami (22)

Tuto des lapins en origami à retrouver ici. Si tu ne sais pas quoi faire entre la poire et le dessert ;-)

Et qui dit Pâques, dit super cadeau fabriqué à l'école. Celui-ci ne vient pas de la dernière en PS mais de mon fils actuellement en CE1. Comme tu peux le constater, il y a du niveau... Mais bon, c'est pas sa faute, mais plutôt celle de la maîtresse qui ne doit pas bien maîtriser justement le concept de l'activité manuelle (surtout pour des enfants de cet âge). En tout cas, lui, il était tout fier, et surtout super content de ramener du chocolat à la maison.

Lapins origami (23)

Allez, je te laisse festoyer en famille. Gare à la crise de foie ;-)

Tschuss !

Posté par amazingironwoman à 08:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 1 avril 2015

Pour mon petit mec

Oh yeah !!! I'm back ! Et c'est pas un poisson d'avril ;-) Désolée, blague pourrie, mais fallait que je la fasse. En plus j'avais pas la moindre inspiration pour introduire ce post... On fait ce qu'on peut ma brave Dame.

Et en ce moment, je peux peu. C'pas ma faute... J'ai perdu tous mes neurones ou presque, ma mobilité s'est drastiquement réduite (je tiens à remercier mes ligaments, muscles, nerfs et autres parties défectueuses de mon anatomie) et mon énergie est partie voir ailleurs si j'y étais... et forcément j'y suis pas. En bref, je suis en plein milieu de mon troisième trimestre. Plus qu'un mois et demi avant de renoncer définitivement à mes nuits de sommeil et encore tellement de trucs à te montrer, et d'envies sur ma to do list... Pfff...

J'ai des petites fiertés hyper récentes à partager avec toi, mais comme je ne sais pas trop à quel rythme je vais réussir à continuer de venir ici, je préfère commencer par liquider mon stock de cousettes de 2014. En même temps, je dis ça, mais il ne m'en restait plus qu'une, mais pas des moindres. Un jean pour grand garçon !

Alors, faut dire ce qu'y est : c'est vraiment très loin d'être mon exercice de couture préféré. Mais mon fils en avait vraiment besoin et comme j'avais déjà tenté l'expérience une fois, je m'étais dit que je pourrais recommencer les doigts dans le nez. Erreure fatale ! D'une, ce jean a été cousu courant octobre (nausées, nauseées, nausées...). C'est un miracle que j'arrive à supporter sa vue tous les jours - ceux-là n'ont pas eu cette chance... hum. De deux, mon premier fute était cousu dans une sorte de sergé hyper fin, là c'est un vrai jean bien épais, bien lourd, bien pas coopératif. Ginette, j'ai décidé de donner un petit nom à ma MAC, tu aimes ? Donc Ginette a un peu lutté, mais comme c'est une brave fille, elle a tenu bon jusqu'au bout. J'avoue que les ourlets ne sont pas entièrement cousus sur tout le tour, trop d'épaisseurs à gérer. Mais on s'en fout, ça se voit pas. Et je ne sais pas ce que j'ai loupé avec ma braguette, déjà je l'ai cousu côté fille, hum, hum. Et j'ai vraiment eu du mal.

Je ne sais pas si on peut tout mettre sur le dos du premier trimestre, ou si moi et les pantalons on n'est pas les meilleurs amis du monde, toujours est-il qu'il en fallait un aussi à ma grande et que je suis sans hésiter allée chercher bonheur chez mon ami K***i. Et que j'ai immédiatement pris la sage décision de ne coudre que des pièces qui me donnaient envie, et pas dont j'avais besoin, même si parfois l'un n'empêche pas l'autre. En tout cas, toujours rechercher le plaisir avant l'utile, afin que coudre reste un moment agréable et pas une obligation.

Malgré tout ça, je reste quand même assez fière de ce maudit pantalon. Alors je précise aussi que je n'ai pas ajouté les passants de ceinture, la taille élastiquée me semblait bien suffisante. Taille élastiquée que j'avais très mal cousue. En gros, l'élastique s'était barré d'un côté, super utile quoi. J'ai mis à peine trois mois à la refaire, rien que de normal. Il est toujours porté aujourd'hui. D'ailleurs les photos datent de ce fameux week-end à l'avant de goût de Printemps dont nous avons tous pu profiter il y a quelques semaines. Week-end pendant lequel j'ai shooté quelques réalisations et ainsi pu torturer mes affreux à coup de trop de luminosité dans la tronche. T'inquiètes, ils me l'ont bien rendu. Bonjour les grimaces.

Et finalement j'ai bien fait d'en profiter... Depuis, un joli trou est apparu sur l'une des jambes du pantalon. Pourquoi, comment ? Mystère. Et quelques jours plus tard, c'est carrément l'un des deux genoux qui s'est totalement fendu (mon fils va bien, le jean moins...). Je lui ai fait une magnifique opération chirurgicale, mais il ne sera plus jamais le même...

Jean Camille (1)

Patron : So good, modèle 10 du Ottobre 4/2013, 122 en largeur et 128 en longeur

Fournitures : jean Mamzelle fourmi, coton Les tissus du Centre à Laval (pour les poches et fonds de poches)

Jean Camille (2)

Jean Camille (4)

Jean Camille (6)

Jean Camille (7)

Jean Camille (9)

Je ne suis pas franchement satisfaite du modèle, mais mon fils le porte volontiers et très régulièrement. Il est utile, alors...

Et comme je suis une fille pleine de principes et qui tiens volontiers ses bonnes résolutions, j'ai cousu, en urgence, début février, un pyjama bien chaud pour mon petit bonhomme qui n'avait le choix dans son placard qu'entre un pyj en jersey de coton dans lequel il va nettement aux fraises et deux pyj d'été (sous-entendu shorts et manches courtes). Ça me semblait un peu léger pour partir aux sports d'hiver. Il fallait agir vite, et comme la surjeteuse était encore toute fumante de quelques cousettes réalisées pour moi (et pas encore photographiées), je me suis dit qu'il ne fallait pas la laisser refroidir au risque qu'elle attrappe une pneumonie, la pauvre.

Pour réaliser ce pyj, j'ai ressorti un jersey de velours acheté l'année précédente justement dans cette optique. En ce qui concerne les modèles j'ai repris le patron d'un tish Ottobre que j'avais déjà réalisé plusieurs fois et largement rallongé au niveau du buste (genre si il tire dessus, ça lui fait une tunique), et comme je n'ai rien trouvé qui me satisfasse pour le pantalon, eh bien tiens toi bien, j'ai fait moi même le patron !!! Oo Et c'est une catastrophe ! Mais c'est portable, et c'est qu'un pyj. Mais bonjour le carnage. Je n'irai pas dans les détails cette fois-ci, j'ai bien trop peur de te perdre dans les méandres de mes errances couturesques, mais saches que j'en ai "un peu" bavé. D'ailleurs, ça m'a soudainement rappelé que j'avais un jour pris la bonne résolution de ne plus jamais coudre de jersey velours. Comme dit le dicton "souvent femme varie". En ce qui me concerne, ma maîtresse de CM1 avait vu juste, je suis une girouette.

Pyjama Camille (17)

Patrons : Fall Basic, modèle 12 Ottobre 4/2013 en 122, et pantalon patron maison (agrandissement d'un de ses pyj à l'arrache)

Fournitures : jersey de velours indigotex.

Pyjama Camille (19)

Aussitôt cousu, aussitôt essayé, aussitôt adopté. Mon fils était tout content. Alors était-ce la joie de ne plus avoir froid ? Celle d'avoir été la cible d'une de mes séances couture qui lui pèse tellement ? - il paraît que je couds beaucoup trop... Ok... - Ou tout simplement le pyj qui lui a plut. Il ne voit pas les innombrables défauts et ça c'est top. Et puis, je sûre qu'il lui ira encore l'an prochain. On se console comme on peut.

InstagramCapture_bb0b530c-3b3e-406a-8095-d30df310f846

Mon fils, toujours en représentation. 

Pyjama Camille (3)

Pas moyen de le photographier sans qu'il fasse le singe.. Et encore j'ai gravement trié. Tu n'as que le haut du panier.

Pyjama Camille (4)

Pyjama Camille (6)

Il me reste assez de ce merveilleux jersey pour me faire avoir une nouvelle fois. Chouette alors... Je vais quand même attendre l'année prochaîne, afin de pouvoir prétexter l'amnésie partielle en cas de rechute. D'ici-là, je remercie les jours de rallonger et le temps de timidement se radoucir. Ça va considérablement me faciliter la couture ;-)

Sur ce, je reviens vite (enfin j'espère) avec de la couture 100% plaisir ou presque.

Tschuss !

Posté par amazingironwoman à 07:30 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

jeudi 12 mars 2015

L'art de varier les plaisirs

Ma grande Julie, si jolie et presque parfaite, possède parmi ses innombrables qualités celle de susciter assez facilement l'amitié. Excellente qualité, tu me diras. Mais elle possède tout de même son revers de médaille : les constantes invitations aux anniversaires de copines, entre autres. En second rang, tu peux mettre les micros disputes entre filles qui se traduisent invariablement par une tronche de trente pieds de long à la sortie de l'école et qui t'obligent à écouter des trucs genre "Machine elle a fait ça", "Trucmuche elle m'a dit ça" ou "Bidule c'est plus ma copine"... Pas très grave en soi, mais à surveiller quand même. Crois-en mon expérience, ça peut très vite dégénérer et prendre des proportions inatendues, surtout pour les âmes sensibles.

Mais heureusement, tout rentre en général assez rapidement dans l'ordre, si tu sais veiller au grain. En tout cas, ça se passe comme ça chez moi. Ce qui nous ramène donc invariablement aux nombreuses invitations aux anniversaires des copines ;-) Et comme je te l'ai déjà dit tout récemment, j'achète très rarement mes cadeaux en magasin, privilégiant nettement le home made.

Entre fin janvier et les vacances de février, Julie a été invitée à deux anniversaires coup sur coup. De quoi m'occuper sainement, moi qui n'avait absolument rien d'autre à faire, et une to do list mini riquiqui... Surtout que ce qu'il y a de bien avec les invits, c'est qu'en général, tu les reçois rarement deux semaines à l'avance, le temps d'anticiper et de réfléchir à ce que tu pourrais bien faire, avec quoi et comment. Ben ouais, ça serait rendre la tâche bien trop facile. La deuxième invit est même apparue genre le mardi pour le samedi ! Je t'avoue que j'ai faillit craquer et aller acheter un truc. Mais finalement j'ai pris mon courage à deux mains, et je ne regrette pas de ne pas avoir jeté l'éponge. Ça m'a permis de découvrir une petite pépite.

Comme je suis particulièrement fière de cette réalisation, je vais bousculer un peu l'ordre chronologique - soyons ouf - et commencer par ma révélation de ce début d'année. Avant de me lancer dans quoi que ce soit, j'ai d'abord demandé à Julie ce qu'elle voulait que je fasse à sa copine. C'est là que j'ai découvert à quel point elle tenait également à ces petits cadeaux home made de ma part. Ça fait vraiment plaisir. Et c'est d'ailleurs beaucoup grâce à elle que je ne me suis pas ruée dans le premier magasin qui aurait pu croiser ma route. Assez rapidement, on s'est mises d'accord pour un sac. Il ne restait plus qu'à trouver le modèle.

L'an passé, j'avais déjà cousu pas mal de totes, ainsi qu'un sac d'après le tuto de la Barakossa. Sac qui m'avait donné quelques sueurs froides lors de sa réalisation et qui m'avait laissé assez perplexe. Il me fallait absolument autre chose. Je voulais tester du neuf. Et c'est là que je me suis souvenue des sacs cousus par Charlot' pour ses filles et leurs copines (en prévision d'annivs, genre la fille trop organisée !) Je suis allée zieuter le tuto, en anglais, de ces fameux sacs, et j'ai d'abord été déçue par ses dimensions. En effet le sac est initialement destiné aux petites filles. Mais après réflexion (quelques heures de prise de tête), je me suis dit qu'il pourrait quand même parfaitement convenir à une grande. Ce qui est d'ailleurs bien précisé à la fin du tuto. Comme quoi, lire jusqu'au bout peut t'éviter des heures de galère. J'aurais pu agrandir les dimensions mais n'en ayant jamais cousu je n'arrivais pas trop à me faire une idée de la taille finale. Même si toutes les dimensions sont données dans le tuto, ce n'était pas suffisant pour que j'arrive à me faire une opinion. Je suis du genre Saint Thomas moi. Faut que je vois et que je touche pour bien me rendre compte. Et puis je ne voulais pas tout gâcher en me plantant en modifiant les mensurations.

Bref, je l'ai pris tel quel, et j'ai bien fait. Comme je te l'ai dit plus haut, le tuto est en anglais. La première chose à faire, après avoir choisit les tissus, a été de convertir les pouces en cm. Merci les convertisseurs automatiques. Après, tout s'est enchaîné tout seul à une vitesse déconcertante. Il m'aura fallut moins de temps qu'il n'en faut pour le dire pour coudre ce sac. Toutes les étapes sont parfaitement expliquées et même si tu ne piges rien à l'anglais, les illustrations sont particulièrement explicites. En règle générale, je ne suis pas quelqu'un de très concentré, ce qui explique pourquoi je mets des heures à effectuer certaines tâches. Mais là, c'était tellement facile qu'une étape en entrainant une autre, j'ai eu fini avant de m'en rendre compte. Et je suis limite restée sur ma faim... J'ai tellement aimé coudre ce sac que je comprends Charlot' et sa production en série. Si je m'écoutais, j'en coudrais des dizaines ! En tout cas, attends toi à en revoir quelques uns. Ce tuto est devenu mon chouchou number 1 ♥

Sac Karen (7)

bande_pour article_blog-10

Patron : tuto ici

Fournitures : wax de mon stock déjà vu ici ou ici, doublure en première étoile Motif personnel (tu devras me croire  sur parole, j'ai oublié de la prendre en photo), bouton de récup.

Sac Karen (8)

Et pour bien se rendre compte des dimensions, le voilà porté par notre mini mannequin. Émilie, pas tout à fait croizans et demi, mesurant moins d'un mètre et totalement happée par la télé...

Sac Karen (10)

"Nan mais sérieux, tu vas me lâcher avec tes photos ?"

Sac Karen (11)

Et c'est là que super Papa arrive et me sauve mon shooting ! Il est formidable ce mec ;-)

Sac Karen (16)

Sac Karen (21)

Sac Karen (24)

Et porté par notre mannequin grand modèle. Julie quasi 10 ans... OMG !!! Je vais jamais m'en remettre... Presque 1,40.

Sac Karen (25)

Le mini sac idéal pour les petites sorties.

Sac Karen (28)

Et en gros plan pour mieux voir, et accessoirement couper la tête à miss je fais la gueule pour un oui ou pour un non. Quand je pense qu'on a pas encore passé le pire.

Sac Karen (31)

Bref, bilan de cette cousette : ça a été LA révélation de ce début d'année. LE coup de cœur. Je te recommande vivement de le mettre sur ta liste. Tu verras, l'essayer, c'est l'adopter ;-)

Pour le second cadeau, je suis largement moins fière de moi. Je ne vais donc pas m'attarder pendant des heures dessus, et puis tu as très certainement décroché depuis belle lurette. Julie voulais que je couse une pochette d'artiste comme celle cousue l'an dernier pour sa meilleure amie. Moi j'étais d'accord sur le principe, mais j'ai voulu innover un peu. J'aurais dû l'écouter. Je me serais moins emmerdée. Je suis partie de la base de la trousse Valentin de Mavada, que je couds maintenant les yeux fermés, et j'ai tenté de modifier le patron pour pouvoir y mettre un carnet format A5. J'ai fait beaucoup trop de calculs et j'ai à peu près réussi. En tout cas, ça rentre, même si ça manque d'équilibre. Mais je n'avais pas le temps de faire une toile. En ce qui concerne les tissus, rien de novateur. J'ai repris les mêmes que en ajoutant le tissu à fleurs. Idée qui me semblait pas mal au départ et qui finalement ne me plaît pas du tout. Trop de mélange tue le mélange... Et puis j'avais oublié que j'avais acheté ce tissu sur le marché et que ce n'était pas un vrai coton. J'ai voulu bien faire en donnant un dernier coup de fer un peu chaud, et il s'est légèrement rétracté le con. J'étais verte... Sa destinataire de 10 ans, elle, n'y a vu que du feu, et l'a beaucoup apprécié. Ce qui reste encore et toujours la raison principale pour laquelle je m'acharne à offrir des cadeaux home made aux filles.

Trousse d'artiste (1)

Patron : trousse Valentin modifiée (patron dans le livre Cartables et sacs à dos d'Edwige Foissac)

Fournitures : tissus divers de mon stock

Trousse d'artiste (3)

Trousse d'artiste (6)

Trousse d'artiste (7)

Trousse d'artiste (8)

Ces deux dernières cousettes referment le bal des cadeaux divers offerts ces derniers mois. Les prochaines fois il ne sera question que de fringues cousues pour mes minus ou pour MOI ! Et crois moi, j'ai été assez productive ces dernières semaines ;-) Celles qui me suivent sur IG en savent quelque chose. Et pour t'éviter de me chercher (je sais que ça arrive), je te redonne mon pseudo : amazingstephwoman. ET si tu n'as pas Instagram, tu peux me trouver aussi sur Facebook (lien dans le blog roll à droite). Voilà, une fois n'est pas coutume, c'était la minute publicitaire..

Allez, bonne fin de semaine ! Tschuss ;-)

Posté par amazingironwoman à 07:30 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , , , ,