The amazing Iron Woman

mardi 26 avril 2016

Quand le hasard fait bien les choses

Plus je vieillis, et plus je me dis que, même si elle n'est pas tous les jours rose, la vie réserve malgré tout de jolies surprises. Je n'irai pas jusqu'à dire que je crois au destin, mais j'aime être attentive à tous ces signes qui jalonnent notre route. Toute Athée que je suis, j'aime cette impression que quelque part, quelqu'un ou quelque chose donne une cohérence à notre vie. Et surtout, j'adore ce sentiment qu'aussi vaste qu'il soit, notre Monde est, finalement, minuscule.

Je ne sais pas ce qu'il en est pour toi, mais moi, je vois des signes partout.

Un immense signe d'amour et d'espoir le jour de la naissance de Julie, 6 ans jour pour jour après la disparition de son arrière-grand père.

Celui d'être toujours connectée à mon chez moi à travers ces noms de rue, de canaux, de restaurants, et même de magasins qui portent systématiquement ceux des lieux que je chéris le plus.

Et encore une fois, cette sensation que le Monde est tout petit, dans cette rencontre avec un ami depuis longtemps perdu de vue, un matin, devant la garderie au pied des pistes, à plus de 500 km de chez moi.

Je pourrai te dresser une liste impressionnante de tous ces hasards, plus ou moins heureux, qui pimentent mon existence. Mais je vais me contenter d'un seul, et pas des moindres.

Il y a maintenant un an et demi, Émilie, ma tornade, mon exhubérante, à rejoint les bancs de l'école. A peine quelque jours après la rentrée des classes, en arrivant devant l'école, j'aperçois un Papa accompagné de deux petites filles portant le même manteau visiblement faits mains. D'après mes souvenirs, il me semble que c'étaient des Sidney de C'est Dimanche en matelassé FDS. Quelque part, on s'en fout, là n'est pas l'important. Mais qu'ils étaient beaux ces manteaux... J'ai resisté à mon envie de les suivre, et finalement, en déposant ma Princesse devant sa classe, j'ai eu la bonne surprise de voir que l'un des manteaux était accroché pas loin du sien. Le Papa étant toujours là, j'ai mis ma timidité légendaire de côté et je lui ai carrément demandé si sa femme cousait. Réponse : oui. Ô surprise ;-) J'ai poussé ma chance en demandant si elle bloguait aussi. Et là, grosse suprise. Re oui. Et il s'est avéré que je venais de dénicher Mme Mademoiselle Angèle, pourvoyeuse de merveilles en tout genre. Mais l'histoire ne s'arrête pas là, heureusement. Si tu connais un peu son blog, tu connais peut-être aussi la petite sœur d'Angèle, la magnifique Simone, Sissi pour les intimes. Sissi est une petite fille timide (avec moi en tout cas), relativement réservée, mais qui au contact de ma tornade se transforme en petit zébulon. Un vrai plaisir à regarder que ces deux petites filles qui se sont trouvées un jour réunies dans une salle de classe, et qui depuis, ne cessent de parler l'une de l'autre. Deux petites filles qui sont devenues tellement inséparables que fêter l'anniversaire de l'une sans l'autre est totalement inenvisageable. D'ailleurs, la fête des 4 ans d'Émilie a dû être reportée au moins deux fois pour coller à l'emploi du temps de sa copine pour la vie ;-) Surtout que, hasard des hasards, il s'avère que ces deux-là sont de presque jumelles !!! Quelle n'a pas été ma surprise de découvrir qu'elles étaient nées le même jour, dans le même hôpital, à quelques heures d'intervalle oO Si ça c'est pas un signe...

Alors forcément, quand Sissi, enfin ses parents, trouvent enfin le temps d'organiser, avec à peine quelques mois de retard, un goûter pour son anniversaire, on ne raterait ça pour rien au Monde. En même temps, le retard, c'est bien aussi, ça permet d'étaler les fêtes sur l'année. Et comme ça, on est sûr de ne pas faire ça le même jour ;-)

Comme Sissi est la presque jumelle de mon Émilie, forcément, elle voue un culte à la grande blonde qui ne porte pas de manteau quand il fait -12, et voit, elle aussi, la vie en bleu Reine des Neiges. Je te raconte pas les regards entendus quand elles sont ressorties de l'école après la chandeleur avec leurs couronnes bleues. Je crois que la maîtresse et son ATSEM s'en souviendront de ces deux-là.

Après concertation avec ma jolie Princesse, nous nous sommes mises d'accord sur une poupée d'un des personnages de la RDN. Bon, on était pas si d'accord que ça en réalité, parce que si j'avais dû l'écouter, j'aurais dû tous les faire : Elsa, Anna, Olaf, Christophe et Sven... Mouais. Un seul, c'était bien assez.

Et comme un joli cadeau, ne va pas sans joli emballage, j'ai cousu un joli pochon doublé en guise de papier cadeau. Mais qui se cache donc à l'intérieur ?

Pochon (2)

Pochon (1)

Je pense que tu avais deviné. C'est évidemment Elsa qui a reçu le plus de suffrages, même si j'avoue avoir pas mal hésité avec Olaf. Je suis partie d'un des patrons de ma monomanie du moment : Ferdinand de poupées à coudre, transformé en Elsa. Je ne saurai te dire avec quel plaisir j'ai cousu cette poupée... Et je sais de source sûre qu'elle a également plût à sa destinataire.

Poupée à coudre Reine des Neiges (1)

Poupée à coudre Reine des Neiges (2)

Poupée à coudre Reine des Neiges (3)

Poupée à coudre Reinde des Neiges et pochon

Modèles : Ferdinand de Poupées à coudre aux éditions Marie Claire (transformé en Elsa) et pochon doublé trouvé sur un blog dont je n'ai pas noté le nom (shame on me)

Founitures : tout ce qui trainait dans mon stock, dont les restes de la robe de RDN cousue l'an dernier à ma tornade.

Je crois que je suis définitivement accro à ces mignonneries. D'ailleurs, j'en ai cousu deux autres, et j'en ai une troisième en préparation.

Je suis foutue, mais ça, tu le savais déjà ; -)

bande_pour article_blog-10


vendredi 15 avril 2016

Windy days, le manteau à capuche

Ce que j'aime par dessus tout dans la couture, c'est le fait d'apprendre tous les jours, de surmonter petit à petit les difficultés et de pouvoir me satisfaire, une fois le dernier ourlet réalisé ou le dernier bouton cousu, d'un "waouh, c'est moi qui l'ai fait !" Chaque nouveau patron, même simplissime, se révèle être une découverte et un défi, à chaque fois renouvelé, lancé à moi-même. C'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai déserté les défis proposés deci delà sur la toile. Mes propres besoins et envies remplissant déjà parfaitement cet office.

En tant que maman au foyer, ce "hobby" qui devait à la base me permettre de ne pas passer mes journées inactives à regarder Arabesque à la télé (si tant est qu'on puisse passer sa journée entière à ne rien faire dans son canapé quand on élève quatre enfants) a pris une place de plus en plus importante dans ma vie. Si bien que j'ambitionne aujourd'hui de remplir les étagères de mes enfants avec des vêtements quasiment 100% home made, et que je me retrouve ainsi avec une liste de projets à réaliser aussi longue que mon bras.

Je sais d'avance qu'il ne pourra pas en être éternellement ainsi, qu'il viendra un temps où le petit dernier entrera à l'école et qu'il faudra que je me retrouve une place sur le marché du travail d'une manière ou d'une autre. Mais en attendant ce jour, que j'espère le plus loin possible (j'aime me bercer d'illusions), je m'autosatisfait de la part grandissante de vêtements faits maison qui sèchent sur mon étendoir. A tel point que je m'amuse régulièrement à compter le nombre de réalisations (accessoires compris) que mes enfants portent sur eux le matin quand je les emmène à l'école.

Au fil du temps, de réussites en déconvenues, j'ai réussi à identifier les projets qui me font vraiment vibrer et ceux qui me donnent le plus de fil à retordre. Je sais par exemple qu'une encolure et des ourlets de t-shirts me font toujours tellement peur que je recule à chaque fois le moment de les réaliser et qu'une pièce qui devrait me prendre 2h à tout casser, me prend réellement deux voire trois jours... Que j'aime faire des sacs mais que je déteste travailler le simili, même si j'y reviens toujours. Que j'adore faire des pantalons même si je ne maîtrise toujours pas cette foutue braguette. Et que par dessus tout, j'adooooore coudre des manteaux.

Mais il faut bien le reconnaître, ce n'est pas le genre de pièce qu'on coud tous les jours. Dans mon idéal de penderie minimaliste, un manteau par personne et par an me semble bien suffisant, même si dans la réalité, en tenant compte des saisons, deux serait plus réaliste. De ce côté-là, ça tombe bien pour mes filles qui ont, pour l'instant, tout ce dont elles ont besoin. Soit en manteaux du commerce qui leur ont été offerts, soit, dans le cas d'Émilie, avec le magnifique Agatha (autosatisfaction quand tu me tiens) que je lui ai cousu il y a presque deux ans déjà et qui devrait vivre cette année sa dernière saison.

Concernant mon grand garçon, c'est une tout autre histoire. Je ne sais pas si tu te rappelles le blouson "de la mort qui tue" que je lui avais fait l'année dernière, mais force a été de constater que celui-ci est devenu rapidement trop juste, voire trop petit. Damned. J'avais pourtant bien respecté le tableau des tailles, mais soit le patron taillait petit, soit les épaisseurs en réduisait l'ampleur. Toujours est-il que très vite les manches se sont retrouvées à la limite du trois-quart et le coup du pull qui dépasse des manches, c'est pas ce qu'il y a de plus seyant ni de plus agréable à porter...

Il a fallut que je me rende à l'évidence, je me devais de lui recoudre un manteau cet hiver. Et à force de l'entendre se plaindre du fait que ses sœurs, elles, avaient des capuches et pas lui, je me suis mise à la recherche d'un patron de manteau à capuche qui satisfasse ses envies. Comme souvent, j'ai trouvé mon bonheur dans un Ottobre. Et comme toujours, face à un tel ouvrage, j'ai fait traîner. D'abord pour décalquer le patron, ensuite pour couper les innombrables pièces oO et enfin pour assembler la bête.

Je pourrai te refaire tout l'historique de sa réalisation, mais ça me semble un peu fastidieux et lourdingue. Alors je vais te laisser l'admirer, comme je le fais presque tous les matins en le voyant sur le dos mon Camille.

 Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (2)

Modèle : Windy Days, modèle 34 du Ottobre 1/2013 en 134 pour mon fils de 128 cm

Fournitures : velours côtelé, coton et boutons MT, bord côte offert par ma copine Marie qui n'a pas de blog et triplure en polaire.

Ah si, il y a un truc pariculièrement notable dans le montage de ce manteau, c'est la construction des ourlets qui sont rabattus sur la doublure. J'ai dû relire une bonne dizaine de fois les instructions du magazine sans rien comprendre. Et comme toujours, c'est en le faisant que j'ai fini par y arriver.

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (1)

Les épaisseurs ont été assez ardues à gérer, surtout que j'ai voulu doubler mon fil pour les surpiqûres. Ce qui a eu pour effet de faire sauter des points à ma machine, comme tu peux le constater sur la poche. Avec le temps, j'ai également fini par apprendre que le mieux est l'ennemi du bien, et une fois que j'ai eu surmonté ce sentiment de ratage qui m'envahit à chaque fois que quelque chose n'est pas parfait, j'ai décidé de faire comme si je ne voyais rien. Et finalement, ça fonctionne très bien comme ça aussi.

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (3)

J'ai quand même essayé d'insister sur les surpiqûres de part et d'autre de la fermeture éclair. Mais j'ai fini par abdiquer et utiliser un fil ton sur ton pour éviter que ce saut de points ne saute immédiatement aux yeux. Et on n'y voit que du feu. Il faut savoir ruser !

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (4)

J'aime particulièrement le détail de ces bracelets de manches.

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (5)

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (6)

Et ceci est ma toute première capuche ! Youhou !

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (7)

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (8)

Porté par mon grand, je peux te dire que je ne suis pas peu fière. Et lui non plus d'ailleurs ! Et oui, je sais, Céline, il a encore le soleil dans la tronche ;-) Pour le bonnet et le col que tu peux voir sur les photos suivantes, tu trouveras tous les détais ici dans le précédent article.

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (9)

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (10)

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (11)

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (12)

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (13)

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (14)

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (15)

Même si j'adore ça, je ne ferai quand même pas ça tous les jours. J'espère qu'il lui ira encore l'an prochain. Surtout que les journées se réchauffent pas mal par ici et que je le récupère systématiquement le manteau sous le bras à la sortie de l'école, et je n'ai pas forcément envie de lui coudre un manteau plus léger pour le Printemps.

Et puis, il serait peut-être temps que je m'en couse un pour moi. Mais ça, c'est une autre paire de manches ;-)

Posté par amazingironwoman à 07:30 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 11 avril 2016

Je moutonne, tu moutonnes, il/elle moutonne...

Début Février, j'ai décidé qu'il était plus que temps de se préparer pour l'hiver, au cas où celui-ci daigne enfin montrer le bout de son nez. Et puis nos vacances à la montagne se rapprochaient à grands pas et mes deux grands n'avaient pas l'ombre d'un bonnet à se mettre sur la tête. J'ai beau ne pas être éligible au titre de mère de l'année, je n'allais tout de même pas les laisser sortir sans rien sur le crâne. Côté microbes, médocs et garde malade, j'avais eu ma dose en Janvier. Pas moyen de remettre ça.

Ça tombait bien, puisque cela faisait déjà quelques semaines que je bavais littéralement sur un modèle de bonnet, vu et revu (à la limite du harcèlement) sur Instagram. Un concentré de mignonnitude avec des moutons en jacquard dessus, j'ai nommé le Baa-ble hat. Sauf que moi, le jacquard, j'avais essayé une fois il y a trois ans environ, et je n'avais pas trouvé ça très concluant. Et puis toutes ces couleurs, ça me semblait relativement insurmontable. J'ai donc continué à baver jusqu'à ce que Domitille nous montre les siens et qu'elle réponde à mon commentaire élogieux par des encouragements.

Et effectivement, en y réfléchissant bien, à part la peur de me planter, rien ne m'empêchait réellement d'y arriver. Je me suis donc retapée quelques vidéos Youtube sur la technique du jacquard, et je me suis lancée.

Te dire que je me suis amusée comme une petite folle serait un euphémisme. J'ai positivement adoré tricoter ce bonnet et voir ces mignons petits moutons apparaître au fur et à mesure que les rangs montaient. Côté jacquard, je peux te dire que c'est vraiment beaucoup plus simple que ça n'y paraît. Il n'y a jamais plus de deux couleurs par rang, ce qui est parfaitement gérable. Il suffit de bien s'organiser pour que les fils ne s'emmêlent pas en cours de route. Un vrai jeu d'enfant. Par contre, il ne faut pas être pressée, parce que faire courir des fils tout le long derrière son ouvrage, ça avance franchement moins vite qu'un bon vieux jersey. Mais je n'ai pas du tout l'impression d'avoir perdu mon temps. Ce bonnet est tellement beau, qu'il le vallait bien.

Baa-ble hat (1)

Modèle : Baa-ble hat, patron gratuit offert à l'occasion de la Shetland Wool Week

Fournitures : différentes laines de mon stock (initialement destinées à d'autres usages...)

Et l'envers, où tu peux voir les fils emprisonnés au dos du tricot. C'est presque aussi joli à l'intérieur qu'à l'extérieur ;-)

Baa-ble hat (2)

Mon seul regret est de ne pas avoir utilisé des aiguilles un tout petit peu plus petites. Ce n'est pas tellement qu'il est trop grand, mais le blocage l'a légèrement distendu et surtout, à complètement fait disparaître l'effet élastique des côtes qui sont devenues toutes plates... Rien de dramatique. Le bonnet reste parfaitement portable mais je ne peux m'empêcher d'être un petit peu déçue. On ne se refait pas. De son côté, ma grande l'adore. J'ai bien essayé de le lui piquer, en vain. L'ingrate.

Pour mon fils, j'ai faillit réitérer, puis une petite voix m'a dit que des petits moutons, pour un petit gars en CE2, c'était peut-être un peu too much. Je ne suis pas du genre à faire de distinction fille/garçon. Chez nous, les gars se déguisent en Princesses et les filles bricolent. Mais à l'école, en face des copains, c'est pas la même histoire. Alors pour éviter tout problème, je me suis reportée sur un modèle plus masculin qui venait tout juste de sortir, le Smalt de Lilofil.

Après le Baa-ble hat, j'ai tricoté ce bonnet les doigts dans le nez. La seule et unique difficulté résidant dans le fait de ne pas se perdre en suivant le diagramme. J'ai juste réussi à rater le pompon. Il serait temps d'investir dans un de ces trucs en plastique qui les font presque tout seuls.

Et comme la fiche proposait aussi le col assorti, je l'ai également tricoté. Pourquoi se priver ?

Smalt

Modèle : Smalt de Lilofil

Fournitures : Charly de Phildar

Baa-ble hat et Smalt (2)

Et voilà la seule et unique photo des bonnets portés pendant les vacances que j'ai réussi à rapporter. Tu remarqueras l'abscence du col. Normal. J'ai fini le bonnet sur le trajet aller, et j'ai tricoté le col pendant notre séjour. C'est d'ailleurs le seul ouvrage que j'ai réalisé en dix jours.

Baa-ble hat et Smalt (1)

Pour rattrapper le coup, on s'est fait une petite séance photo à la maison. Et mes deux zigotos s'en sont donné à cœur joie. Ils sont vraiment graves ces mômes...

Baa-ble hat et Smalt (3)

Baa-ble hat et Smalt (5)

Baa-ble hat et Smalt (6)

Baa-ble hat et Smalt (4)

Sur ces photos, tu peux également apercevoir deux cousettes pas encore montrées. Je reviendrais te les présenter en détail dans les jours prochains.

En attendant, je te laisse avec une photo qui a eu un succès fou sur Instagram... Va comprendre pourquoi ;-)

Baa-ble hat (3)

Je te souhaite un bon début de semaine, et de bonnes vacances, si c'est ton tour.

Tschuss.

jeudi 7 avril 2016

Tout vient à point à qui sait attendre...

...ou comment j'ai réussi à me trouver de bonnes excuses pour avoir plus d'un an de retard sur l'échéance d'un échange. La honte.

En règle générale, j'essaie au maximum de respecter mes engagements. Et même si je ne suis pas la reine de la ponctualité, j'ai développé assez d'auto discipline pour éviter, autant que faire se peut, de remettre ce qui doit être fait au lendemain. Mais force est de constater que je ne suis pas un robot, et que comme dirait l'autre "des fois ça marche, et des fois, ça marche pas".

Et là, il y a pas à dire, cette fois, ça n'a carrément pas marché du tout.

Il y a deux ans maintenant, Delphine et moi avons décidé de devenir des NSP, Non Secret Pal pour les néophytes. Le but du jeu étant de nous envoyer mutuellement un colis par trimestre, et ce, pendant un an.

Les deux premiers envois, que tu peux retrouver chez moi ici et ici se sont déroulés sans encombre. On ne peut pas en dire autant des deux suivants. La troisième partie de notre échange a dû attendre environ 6 mois, le temps que mes nausées du premier trimestre disparaissent et que les fêtes de fin d'année ainsi que notre déménagement se passent. Le quatrième volet, quant à lui, s'est carrément fait à l'unilatérale... Delphine m'ayant fait parvenir sa part courant Mai, peu de temps avant la naissance de Chouchou, alors que le mien n'est parti que la semaine dernière... Oups.

Alors, effectivement, on peut dire que j'avais de bonnes excuses pour avoir pris du retarrd. L'arrivée d'un quatrième enfant, les nuits pourries, la foutue embolie pulmonaire de mon mec (qui va bien mieux, merci). Autant de bonnes raisons pour ne pas être au top. Mais il faut se rendre à l'évidence que tous ces paramètres ne m'ont pas empêché de créer ces 10 derniers mois. Et pour être vraiment honnête, ce n'est pas tellement le temps qui m'a manqué, mais plutôt l'inspiration.

Delphine a toujours fait preuve de beaucoup de générosité dans ses envois et sachant que j'allais avoir du retard, je ne pouvais décemment pas me permettre de lui renvoyer n'importe quoi.

Avant de te montrer ce que j'ai finalement décidé de lui offrir, je te présente ce que j'ai reçu de sa part, il y a bientôt un an.

Je commence par le gros morceau, le truc qui m'a complètement fait halluciner et qui m'a obligé à me creuser la tête pour être à la hauteur : un superbe sac Romy de Mavada qui a remplacé avantageusement mon vieux sac à langer. Une pure merveille ♥ Et regarde moi ces raccords de dingue oO

En le découvrant dans mon colis, j'en suis restée sans voix. Et ça, mon mari te le dira, ça n'est pas chose courante.

Romy Mavada (1)

Romy Mavada (2)

Romy Mavada (3)

Avec le sac, il y avait également une très jolie corbeille crochetée, qui trône depuis sur la commode de ma chambre.

Corbeille hooked

Et une petite attention pour chacun de mes enfants. Sauras-tu retrouver quoi est pour qui ?

Cadeaux Récréations de Delphine

Indice...

Emilie au bandeau

Il y avait également une attache tétine pour Simon, mais j'ai oublié de la photographier.

Tu comprends maintenant pourquoi je tenais absolument à ne pas bâcler mes remerciements.

Et donc, voici ce que j'ai fini par lui envoyer.

Shawl skull, maxi pochette et Mahault le Viking (1)

La première pièce de mon colis a été comme une évidence. Après trois Shawl Skull, j'étais maintenant bien rôdée, et je savais qu'elle rêvait de s'en faire un. J'ai crocheté ce châle au mois d'Août dernier, pendant nos vacances à la campagne. Et rien que de le regarder, ça me donne envie d'en refaire un.

Shawl skull

bande_pour article_blog-10

Modèle : shawl skull d'après ce tuto

Fournitures : coton ricco DK

Et après ça, le trou noir. Toutes les idées qui me venaient me semblaient totalement insipides... jusqu'au jour où j'ai découvert les petites poupées de Clémentine Collinet dans mon Marie Claire Idées. Après ma publication sur mes premières réalisations issues de mon petit livret, Delphine m'a fait part, comme beaucoup d'entre vous d'ailleurs, de son coup de cœur pour Mahault le petit Viking. Bingo ! J'avais enfin mon idée. Et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, Mahault deuxième du nom était né.

Mahault le petit Viking

Modèle : Mahault, Poupées à coudre de Clémentine Collinet aux éditions Marie Claire.

Fournitures : chutes de mon stock

Et dans la foulée, après avoir testé et approuvé le tuto de la maxi pochette de Quick and Lovely que tu as pu découvrir en début de semaine, j'en ai recousu une seconde. Et je sens que ça ne sera pas la dernière. Tu peux constater au fil des photos que cette pochette à la particularité d'avoir deux faces différentes. Je trouvais ça amusant de jouer sur les contrastes.

Maxi pochette Quick and Lovely

Modèle : maxi pochette dont le tuto est inclus dans les kits chez Quick and Lovely

Fournitures :  cotons MT

En écrivant ces lignes, je me rends compte que je n'ai rien fait pour ses enfants, honte à moi... Mais je crois que ce colis lui a tout de même plût. En tout cas, moi, j'ai pris énormément de plaisir à le composer pour elle.

Shawl skull, maxi pochette et Mahault le Viking

Et une bonne chose de faite. Les bons comptes font les bons amis.

Tschuss.

mardi 5 avril 2016

Quick and Lovely, la couture garantie 100% pas relou(x)

Oyé oyé ! Amie Instagrameuse, il est enfin temps de lever le voile sur ces énigmatiques clichés au #projetsecret qui ont envahi ton fil toute la journée d'hier.

Et à toi, qui n'est pas encore inscrite sur ce réseau social, véritable lieu de perdition et de tentation, je t'explique. A la demande de notre plus si mystérieuse coordinatrice, mes amies blogueuses (ou pas) et moi-même avons légèrement "floodé" IG de photos comme celle que tu peux voir ci-dessous. Un vrai teasing de ouf digne des plus grandes créatrices.

Pochette Quick and Lovely (5)

Mais c'est quoi donc, m'a-t-on demandé dans la foulée...?

Réponse : une siouperbe maxi pochette à ouvrage, mais pas que.

En fait, il s'agit du tout premier kit de couture proposé par la créatrice du site Quick and Lovely, créatrice qui n'est autre que Céline, la célébrissime Reloux ;-) Un kit de couture destiné "aux débutant(e)s et aux couturier(ère)s qui souhaitent se perfectionner". Ici, en apprenant à poser un zip.

Ce kit comprend de quoi réaliser non pas une, mais deux maxi pochettes ! Il contient deux tissus prédécoupés, un au choix et un surprise, deux zips assortis, deux cordelettes pour accrocher aux zips et un livret complet et détaillé pour te guider dans ta réalisation.

Pour ce premier kit, Céline te propose pas moins de 25 assortiments différents, tous plus beaux les uns que les autres. De quoi passer plus de temps à te prendre la tête sur le choix de ton premier tissu que sur ton projet en lui-même. C'est dire. Voilà pour le Lovely.

En ce qui concerne la réalisation, je peux te confirmer que c'est simple et rapide, même si tu débutes. Chaque étape est parfaitement expliquée et illustrée dans le livret contenu dans le kit. Voilà pour le Quick.

La preuve en image. C'est y pas mignon ? Et mon petit doigt me dit que c'est pas la seule pochette que tu vas voir aujourd'hui...

Pochette Quick and Lovely (4)

Modèle : maxi pochette à retrouver dans les kits sur le site de Quick and Lovely

Pour info, cette maxi pochette n'a pas été réalisée à partir d'un des kits mais uniquement grâce aux explications contenues dans le livret. N'ayant pas de cordelette, j'ai utilisé quelques fils à broder tressés et j'ai personnalisé ma pochette grâce à un flex (non inclus dans les kits).

Pochette Quick and Lovely (2)

Pochette Quick and Lovely (3)

Et pour te permettre de te rendre compte de la taille de cette pochette qui mérite bien son titre de maxi ;-) Idéale pour transporter ton projet tricot/crochet ou, pourquoi pas, ton pyjama. Ben quoi ? On sait jamais, ça peut toujours servir.

Pochette Quick and Lovely (1)

Alors si tu veux te faire un petit quicky couture et donner un max de plaisir à ta mac, rendez-vous sur la boutique de Q&L, il y en a pour tous les goûts ;-) Tu peux aussi retrouver Q&L sur son blog, ici, sur FB, , ou encore sur IG, here.

Tschuss

Posté par amazingironwoman à 07:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


vendredi 1 avril 2016

Le cas du sac

Au commencement était un joli sac à main.

Acheté il y a déjà plusieurs hivers chez notre ami le Suédois, pas celui qui fait des meubles, l'autre, ce sac, pourtant si joli, commençait à faire clairement la gueule. L'image ci-dessous date de deux ou trois semaines juste après que j'ai découpé la bandoulière pour récupérer les anneaux (que je n'ai finalement pas utilisé). Je te laisse imaginer dans quel état j'ai trainé ce sac ces derniers mois. Bonjour la honte.

Vieux sac H&M

C'est ainsi qu'au mois d'avril de l'an dernier, quelques mois après notre déménagement et à quelques encâblures de la naissance de Chouchou, je décidais de me lancer dans une nouvelle aventure... la confection d'un sac à main tout neuf. Grande première pour moi. Je n'avais jusque là cousu que des cartables. Forcément, ça devait être différent. Mais bien sûr.

Au départ, j'avais bien imaginé un super modèle de Mavada issu de son dernier livre, mais, ne possédant pas cet ouvrage, ça n'allait pas être facile facile. Et aller m'acheter le bouquin juste pour me faire un sac à main, ça ne me semblait pas très rentable. Je me suis donc rabattue sur le tuto gratuit de Virginie : la Besace Made In China.

Je ne sais pas si c'est l'abscence de neurones dûe à l'état de grossesse, mais je me souviens avoir lu et relu le tuto une bonne dizaine de fois avant d'arriver à comprendre le montage de la bête (pourtant pas si compliqué). Et il m'aura fallut un temps inavouable pour découper et préparer toutes mes pièces. Si bien qu'une fois le rabat passepoilé, la double poche de devant montée et la moitié de l'extérieur assemblée, j'ai ressenti comme une grande lassitude. Je n'y arrivais tout bonnement plus. Et afin d'éviter de m'écœurer de ce sac avant même de l'avoir fini, je l'ai mis de côté pour le terminer plus tard, quand j'en aurais le courage.

Il s'avère que je suis restée lâche assez longtemps, vu que je n'ai repris cet ouvrage qu'avant les récentes vacances d'hiver... encore que très brièvement. Et c'est à notre retour, vraiment trop honteuse de sortir dehors avec un sac aussi pitoyable, que j'ai attaqué la deuxième partie du montage de cette besace.

Je me suis quand même offert un autre petit blocage concernant la poche intérieure zippée. Cette fois, pas d'excuses liée à la grossesse. A moins que l'allaitement ça compte...? Et une fois ce léger problème résolu, tout à roulé tout seul, ou presque.

Sur le coup, mon ouvrage une fois achevé, j'en avais tellement bavé, que je n'arrivais même pas à la trouver jolie, juste super relou. Et puis après quelques semaines d'usage, j'ai fini par oublier les galères et ne plus voir les défauts. Et je peux enfin te dire que je l'adore. Je ne ferai pas ça tous les jours, mais ça valait le coup.

Besace Made in China simili rose, liberty Mitsi et têtes de mort FDS (3)

bande_pour article_blog-10

Modèle : besace Made in China, Les Chiffonneries du Chat

Fournitures : simili rose de chez Reine, tissu têtes de mort FDS acheté initialement pour faire une chemise à mon fils (pas sûre qu'il m'en reste assez aujourd'hui...), et Liberty Mitsi from Liberty of London.

Je regrette de ne pas avoir passepoilé les coutures extérieures... Mais finalement, peut-être aurait-ce été too much...?

Besace Made in China simili rose, liberty Mitsi et têtes de mort FDS (1)

Je suis inconditionnelement fan de cette triple association à priori improbable et pourtant si parfaite ♥

Besace Made in China simili rose, liberty Mitsi et têtes de mort FDS (4)

Besace Made in China simili rose, liberty Mitsi et têtes de mort FDS (7)

Besace Made in China simili rose, liberty Mitsi et têtes de mort FDS (8)

Un sac aux apparences girly qui cache un cœur de rebelle ;-) Tout le contraire de moi, ou pas.

Besace Made in China simili rose, liberty Mitsi et têtes de mort FDS (9)

La fameuse poche, qui me semble beaucoup plus simple maintenant qu'elle est réalisée.

Besace Made in China simili rose, liberty Mitsi et têtes de mort FDS (10)

Et presque plein. J'ai pu y rentrer absolument tout ce qu'il y avait dans mon ancien sac. Je n'en demandais pas plus.

Besace Made in China simili rose, liberty Mitsi et têtes de mort FDS (2)

Reste quand même LE truc qui m'a demandé pas mal de réflexion, j'ai nommé la bandoulière. Je ne voulais pas la faire comme dans le tuto, en deux parties avec une bride. Je la voulais toute simple et non ajustable. Pas besoin. J'ai mes habitudes.

J'ai donc découpé deux bandes (quatre en vrai car plus assez de longueur dans mon tissu pour n'en couper que deux) que j'ai assemblé endroit contre endroit, puis retourné. Pour l'instant rien de bien différent par rapport à ce qui est préconisé. Par contre, sur le papier, le retournement de cette pièce à l'air d'une simplicité enfantine. Je te raconte pas comment, dans la vraie vie, j'en ai chié. J'ai bien cru que je n'y arriverai jamais. J'ai ensuite cherché un moyen de finir plus joliment les extrémités, mais je n'ai pas trouvé. Et ma machine ne supportant pas de coudre une triple épaisseur de simili, j'ai abandonné de faire un repli. J'ai même carrément abandonné de coudre tout court, et j'ai opté pour des pressions Kam. Et j'aime beaucoup le rendu.

Voilà, tout ça pour une bandoulière. C'est fou ce qu'on se marre chez moi.

Besace Made in China simili rose, liberty Mitsi et têtes de mort FDS (5)

Besace Made in China simili rose, liberty Mitsi et têtes de mort FDS (6)

Je suis quand même bien contente d'être allée jusqu'au bout de cet ouvrage. Maintenant, je n'ai plus honte de sortir avec mon sac à main. Il ne me reste plus qu'à m'attaquer à ma garde robe (dans mes rêves...).

Mon sac est mort ! Vive mon sac !

Tschuss

mardi 29 mars 2016

Trois fois rien...

Attention, flashback.

Après l'orgie de cadeaux de Noël home made qui m'aura laissée quasi au bord de l'overdose, une bonne semaine de vacances bien méritées m'avait permise de souffler un petit peu, loin de mes machines. A tel point, comble de la contradiction, que j'ai fini par me retrouver en manque. Non, non, je ne suis pas une emmerdeuse.

C'est donc avec plaisir que je suis rentrée chez moi, la tête de nouveau pleine de projets. Et surtout, enfin libre de créer pour mes enfants, les grands laissés pour compte de mon délire en mode Mère Noël.

Occupée comme j'étais, je n'avais pas eu une minute pour accéder à leurs demandes. Et au-delà de ça, pas moyen que je leur mette du home made sous le sapin... Même si j'ai réussi, sournoisement, à leur faire croire à tous (eh oui, même aux deux grands !) que le vieux Barbu mandatait les parents possédant quelques aptitudes créatrices pour alléger le travail éreintant de ses petits lutins, je ne pouvais décemment pas œuvrer pour eux en plein jour. Et puis de toute façon, je n'en aurais pas eu le temps.

Pour reprendre en douceur et éviter de me faire mal, je me suis contentée de petits projets rapides mais efficaces. De quoi contenter vite fait, bien fait les désirs de mes Princesses. Puisque, le plus souvent, ce sont elles qui réclament.

Depuis la fête d'anniversaire de sa petite sœur, la grande me demandait régulièrement de lui coudre la même housse de coussin que celle que j'avais faite à ma chipie pour cette grande occasion. Sur ce coup-là, je ne me suis vraiment pas foulée, et j'ai reproduit exactement le même à peu de choses près. Les seules différences résident dans le fait que le motif n'est pas tout à fait centré de la même manière, à quelques centimètrres... (chipotage) et que j'ai utilisé un tissu différent pour le dos du coussin afin de pouvoir reconnaitre lequel est à qui et éviter ainsi les engueulades, hum, hum. Mais non, je te jure, c'est toujours hyper calme chez moi, jamais un mot plus que l'autre (dans mes rêves).

Coussins Reine des Neiges

Oreillers reine des Neiges

Modèle : ben il y en a pas... juste un dessin vite fait et quelques maths niveau 6ème.

Fournitures : tissu RDN et cotons à pois ou à étoiles MT.

De son côté, la petite sœur en question, ayant reçu pour son anniversaire un merveilleux calendrier de l'avent sur le thème, je te le donne en mille, de la RDN (youhou !), il lui fallait absolument de quoi ranger tous ses petits trésors. Petits trésors qui n'étaient autres que du... maquillage. Une trousse s'est donc avérée plus qu'indispensable. Voilà donc ma gamine de quatre ans propriétaire de sa propre trousse à maquillage. Trousse deux fois plus fournie que la mienne. Tout va bien.

Pochette Reine des Neiges

Trousse Reine des Neiges

Camille, quant à lui, n'ayant rien réclamé de précis, je me suis tournée ensuite vers un projet plutôt urgent pour son petit frère. Le pauvre petit chaton se trainait par terre depuis plusieurs semaines sans rien à se mettre aux pieds. Ayant passé l'âge, ou presque, de passer ses journées en grenouillère (quand je n'ai pas la flemme de l'habiller), le maheureux ne portait que des chaussettes qui glissaient et/ou se faisaient la malle. Il était grand temps de lui fournir des petits chaussons. D'autant plus, que loin d'être en retard, il se mettait déjà debout pour faire le tour des meubles. Avec des chaussettes en mode patins à glace, c'était le gadin assuré.

Je ne sais pas ce que j'ai foutu en les cousant, mais je me souviens avoir pas mal galéré... Peut-être parce que je tenais absolument à ce qu'ils soient entièrement doublés. En tout cas, je les trouve trop mignons et Chouchou les porte tous les jours. Aujourd'hui, ils ne ressemblent plus vraiment à l'image ci-dessous, mais ils restent portables. Je vais quand même devoir sous peu lui en refaire une paire. Ça grandit tellement vite à cet âge-là.

Chaussons velours

Modèle : Petit Citron

Fournitures : chutes de mon stock

Chouchou en mode sérieux. Pas de zoom sur les chaussons. Juste pour le plaisir ;-)

Chouchou

Chaussons guitares

Chaussons bébé

Et avec le sourire, c'est encore mieux ♥

Simon

Ainsi s'achève ce petit voyage dans le temps.

Tschuss.

jeudi 24 mars 2016

Ce que Marie Claire Idées à fait pour moi (post garanti sans sponsor)

Cette année, lors de notre départ aux sports d'hiver, j'ai décidé de voyager léger. Pas de MACs, donc pas de sacs de tissus. Que des sacs pleins de tricots et d'en cours au crochet ;-) C'est beaucoup moins encombrant...

C'est marrant comme au fil des ans mes ambitions créatives nomades sont revues à la baisse. C'est un peu comme les valises des enfants. Plus t'en as, moins tu en prends. Je me souviens que quand nous n'avions que Julie, on arrivait à lui remplir un bagage entier. Aujourd'hui, on utilise toujours le même sac, mais pour 4.

J'avais donc pour ambition de mettre la touche final à deux doudous, un gilet, un bonnet, un col et je ne sais plus quoi d'autre encore. Des broutilles quoi. Mais c'était sans compter sur le fait que mon mec et ses poumons en convalescence ne pouvaient pas skier. Au bout du compte, je me suis retrouvée à accompagner mes graines de champions tous les jours sur les pistes. Trop dur. Je n'ai jamais autant skié cette année que depuis avant ma première grossesse. Toute cette blancheur, cet air frais, et ces heures rien que pour moi. Un vrai kiff. Autant te dire qu'au bout de deux jours, le soir, je m'écroulais like a mierda dans le canapé. J'avais même plus la force de tenir mes aiguilles.

Il faut dire aussi que ma nouvelle vie de sportive m'a poussée à aller me taper toutes les courses à pied. Récupération de forfaits, de cours, de matos, de pain, de fromage, de chocolat, hum, hum... Pas un jour sans que je bouge mon gros fessier. C'est bien simple, je suis revenue de ces vacances deux fois plus fatiguée qu'en partant. Et j'ai mis une semaine à m'en remettre ;-)

Au milieu de tout ça, mes activités créatives, elles, ont pris de véritables vacances. Après avoir terminé un bonnet dans la voiture sur le trajet de l'aller, j'ai à peine tricoté le col qui allait avec. Tout ça en 10 jours. Well, well.

Mais malgré le fait que je sois revenue les mains presques vides de réalisations terminées, ma tête, elle, débordait de projets.

Au début de notre séjour, j'avais emmené les enfants faire notre traditionnel tour chez le marchand de journaux afin de leur prendre à chacun un magazine pour occuper leurs temps morts. Et c'est là que je suis tombée sur le dernier Marie Claire Idées. J'avoue que j'en avais beaucoup entendu parlé mais sans jamais l'avoir acheté, ni même feuilleté. Enfin, si, peut-être une fois dans une salle d'attente. Ça ne m'avait d'ailleurs pas laissé un souvenir impérissable. Je ne sais pas ce qui m'a poussé à prendre ce numéro, mais je ne le regrette absolument pas (même si j'ai passé le reste de mes vacances à me maudire de ne pas avoir pris ma MAC, ni mes tissus).

En le feuilletant, j'ai repéré quelques tendances qui me parlaient pas mal. Et pourtant, moi et les tendances... Ce qui m'a donné quelques idées de réalisations à faire en rentrant. Parmi ces fameuses tendances se trouvaient de superbes idées pour utiliser de la Toile de Jouy. J'en rêve depuis des années. Et une déclinaison de décos et d'objets aux motifs écailles. Au détour d'une page, cette image m'a complètement fait craquer.

Tableau déco écailles Marie Claire Idées (5)

J'avais décoré le mur de mon atelier avec les pages détachables du premier Flow en Français. Au passage, c'est le seul que j'ai lu. Ce genre de lecture, c'est vraiment pas pour moi. Bref, j'avais quatre pauvres pages accrochées à mon mur avec du masking tape, et plus je les regardais, plus je me disais que ça ne me plaisait pas, mais alors, vraiment pas. Par un heureux hasard, j'avais un grand carton plume qui trainait à la maison. Et après quelques heures de découpes, je me suis retrouvée avec un joli tableau à accrocher au mur.

Tableau déco écailles Marie Claire Idées (2)

Rien à voir avec la photo du magazine, mais j'aime assez l'effet, et mon fils, qui d'habitude n'est pas très locace quand il s'agit de mes délires créatifs, m'a même dit qu'il trouvait ça beaucoup plus joli qu'avant. Merci mon chéri.

Je trouve que ça se fond plutôt bien dans le décor, non ?

Tableau déco écailles Marie Claire Idées (3)

Comme je ne voulais pas laisser trop de blanc, j'ai décidé de faire quelques rappels de motifs. Et j'ai collé des petits ronds découpés dans du masking tape avec une perforatrice.

Tableau déco écailles Marie Claire Idées (4)

Tableau déco écailles Marie Claire Idées (1)

Mais ce que j'ai préféré dans ce numéro ne se trouvait pas dans le magazine, mais dans le petit cadeau qui lui était joint. Avec, se trouvait un extrait d'un livre sur les poupées : Poupées à coudre aux éditions Marie Claire. Et c'est là que j'ai regretté ma MAC et mes tissus. Si j'avais tout eu sous la main, je m'y serai mise tout de suite. Et Julie aussi d'ailleurs. Nous avons bien dû feuilleter cet extrait une bonne dizaine de fois par jour pendant les vacances. Et en rentrant, je savais parfaitement celles que je voulais absolument réaliser et comment (ou presque).

C'est comme ça que je me suis retrouvée à fabriquer des poupées, quasi à la chaîne. A tel point que ma fille a fini par me traiter de droguée. J'avoue qu'une fois lancée, c'est difficile de s'arrêter tant c'est facile, rapide, ludique, et surtout, infini.

Je te montre aujourd'hui mes trois premières nées. Mais sâches que ça ne s'arrêtera pas là. J'en ai d'ailleurs une de découpée en attente d'assemblage en ce moment même.

Je te présente donc Ferdinande. A la base, dans le livre, Ferdinande est un Ferdinand. Mais moi, j'avais envie d'une Princesse avec une vraie couronne en simili doré (et pas en feutrine jaune...).

Ferdinande

Ferdinande poupée

Et comme toute Princesse qui se respecte, Ferdinande porte une cape, en tulle rose, bien évidemment.

Ferdinande dos

Mon deuxième coup de cœur, et finalement, mon préféré, Mahault le petit Viking ♥

Mahault

Il est pas trop chou ?

Mahault poupée

Et le dernier, Siméon... ou comment je me suis laissée emportée vers les limites de l'overdose. Ce qui a donné naissance à une poupée masculine qui assume à fond les ballons sa part de féminité. Je ne suis pas sûre d'en assumer la maternité, moi. Mais bon, ce qui est fait est fait.

Siméon

Par contre, j'adore cette petite broderie fantaisie sur son pantalon.

Siméon poupée

Si ce livre te tente, je tiens quand même à te prévenir qu'il risque de te provoquer une grave addiction. Mais je te le recommande tout de même chaleureusement.

Je te laisse sur cette touchante photo de famille.

Mahault, Ferdinande et Siméon

C'est pas tout, ça, mais j'ai une poupée à coudre moi.

Tschuss

Posté par amazingironwoman à 07:30 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

lundi 21 mars 2016

Pour petites et grandes filles

Fin Janvier, et début Février, il a fallut assurer pas moins de trois invitations, quasi coup sur coup, à des fêtes d'anniversaire. Deux pour la grande, et fatalement, scolarisation oblige, une pour la petite. Une grande première pour elle, parce que même si c'est déjà sa deuxième année d'école, les invitations se font quand même rares en petite section, et c'est bien compréhensible (cf. le traquenard de la fête d'anniversaire de ma petite tornade).

Je peux te dire que si ma petite choupinette était totalement excitée par la perspective de cette fête, de mon côté, j'étais très émue. Ça a beau ne pas être mon premier enfant, chaque étape où je la vois grandir me touche autant que si c'était le cas. Tu me diras, il y a qu'à voir dans quel état je me mets quand Chouchou dit "Maman" ou qu'il tente de se mettre debout. Irrécupérable, je te dis.

Pour la fête d'Émilie, et comme pour toute petite fille qui se respecte ces deux dernières années, nous elle avions avait choisi le thème ô combien original de la Reine des Neiges. Forcément, ça avait amené tout un tas de cadeaux sur le même thème. Youhou. L'occasion de se rendre compte que plusieurs des petites camarades de ma fillle avaient, elles aussi, été touchées par ce virus (au grand bonheur de leurs parents d'ailleurs... hum, hum...). La petite fille dont c'était à son tour l'anniversaire en faisant partie, mon cadeau était tout trouvé. Étant alors dans une "période" couronne et baguette, je n'ai eu qu'à reproduire le cadeau offert à ma nièce pour Noël. Une petite réalisation rapide, puisque déjà testée et approuvée, et qui a eu un succès fou.

Baguette et couronne Reine des Neiges

Modèle : patron perso

Fournitures : simili doré de mon marché, cotons et rubans MT

Pour les grandes, il m'a fallut me casser un peu plus la tête. La première invitation ayant été lancée par l'une des meilleures amies de Julie, chez qui elle dort assez régulièrment, et qui, ayant eu la bonne idée de naître pas très loin de Noël, n'avait jamais fêté son anniversaire avec ses copines (choix parental que je respecte), j'ai voulu marquer le coup. Exit la trousse (trop simple), la pochette d'artiste (trop bébé), le tote bag (déjà offert lors de l'anniversaire de Julie)... J'ai donc proposé à ma grande de coudre un sac... de grande. C'est pas comme si elles rentraient en sixième en Septembre. OMG.

Nous avons choisi le modèle dans le seul livre que je possède sur le thème et qui regorge de merveilles encore inexploitées à ce jour, j'ai nommé "Cartables et sacs à dos" d'Edwige Foissac. Et notre choix s'est porté sur le sac Pénélope. Une fouille dans mes bacs de tissus, quelques heures de couture, et voilà le travail. 

Pénélope Mavada

Modèle : sac Pénélope, "Cartables et sacs à dos" d'Edwige Foissac

Fournitures : Velours stretch et coton intérieur Rijs textiles, lin violet de mon marché, cotons d'origines diverses et pressions Kam.

bande_pour article_blog-10

Ce sac est d'une simplicité déconcertante pour un résultat trop mignon. Comme toujours, avec Edwige, tout s'emboîte parfaitement. La seule difficulté dans cette réalisation a résidé dans le caractère extensible de mon velours. Mais rien de bien catastrophique. J'ai vu pire.

Pénélope sac à main

Pénélope velours milleraies

Pénélope velours rose

Sac Pénélope

Pénélope Cartables et Sac à dos

Encore une fois, gros succès.

C'est pourquoi je n'ai même pas essayé de réfléchir à une autre option pour l'anniversaire qui se tenait le week-end suivant. Le patron étant déjà décalqué, je n'ai eu qu'à m'y remettre. Je ne vais pas te redire que c'était facile, mais j'avoue que réaliser deux fois de suite le même ouvrage, c'est un peu lassant... Surtout que si j'étais, à la base, assez convaincue de mon choix de tissus, une fois le sac terminé, je l'étais beaucoup moins. Les rabats de poches sont trop ternes à mon goût. Heureusement, ça n'a pas été l'avis de sa petite destinataire.

Pénélope cabane de Mavada

Modèle : idem que précédemment

Fournitures : velours Lolishop, cotons MT et pressions Kam.

Pénélope velours bordeaux

Pénélope graphique

Pénélope sac rentrée

Au final, trois demoiselles ravies. Que demander de plus ? ;-)

Tschuss.

jeudi 17 mars 2016

Noël home made 2015 #5 - Quand Julie coud #2 et autres mignonneries

Hello !

La dernière fois, je t'ai laissé en te disant qu'il me restait encore quelques cadals de Noyel à te présenter mais que je n'en étais pas l'auteur...

Il est enfin temps de lever ce suspens insoutenable et de dévoiler l'identité de cette mystérieuse créatrice (puisque c'est d'une créatrice dont il s'agit). Comme certaines s'en sont doutées, et toi aussi j'imagine, cette créatrice mystère n'est autre que Julie.

Je vais donc te montrer ce qu'elle avait préparé pour sa tante, son oncle, et ses petits cousins avec qui nous avons passé le réveillon de Noël.

Quelques jours avant les fêtes, ma grande a reçu un superbe livre sur la confection de poupées: "Poupées rigolotes" de Jane Bull aux éditions de l'Inédite. Ce livre est une véritable mine d'or. Au premier feuilletage, elle s'est mise à pousser des "oh" et des "ah", annonçant à chaque page qu'elle voulait faire tellle ou telle version. Et le livre à peine refermé, elle s'est ruée dans mon atelier pour collecter tout le matériel nécessaire pour commencer de suite. Il faut dire qu'en matière de travaux manuels, elle est relativement insatiable. Un projet en entraîne systématiquement un autre et elle ne passe jamais longtemps sans dessiner, coudre, peindre, bricoler, etc... Une véritable accro à la création. Ce qui, ça va sans dire, n'est pas pour me déplaire ;-) Sauf quand elle essaye de taper dans mes liberty (nan mais oh).

Partie comme elle était à vouloir TOUT faire, il a quand même fallut qu'elle décide par quel bout commencer et son choix s'est porté sur un modèle de poupée parfumée destinée à sa tante. Ça tombait bien, j'avais dans mon stock un petit sachet de lavande qui attendait son heure depuis plusieurs années. C'était l'occasion ou jamais d'enfin lui trouver une utilité.

Comme elle n'en est plus vraiment à son galop d'essai, je l'ai laissé se débrouiller pour patronner, reporter, découper et assembler selon les instructions du livre. Bien évidemment, je ne suis jamais bien loin en cas de questionnement existentiel, mais je la laisse faire à son idée. Et je suis toujours autant épatée par ce qu'elle arrive à faire de ses 10 doigts.

Poupée lavande (1)

Modèle : poupée parfumée issue du livre "Poupées rigolotes" de Jane Bull chez l'Inédite

Fournitures : stock

On voit nettement que ça manque de maîtrise, de précision. Mais pour une première, c'est plus qu'honorable et parfaitement offrable. Et pour une fois, il n'y a pas trop de faute de goût... Parce que force est de constater que, parfois, elle se laisse aller à des associations relativement hasardeuses... J'ai envie de dire "pourquoi pas", mais ça a tendance à me brûler les yeux. Pas là.

Poupée lavande (2)

Toujours pour sa tante, elle a choisit de faire une poupée de fils. Un ouvrage assez facile à réaliser. Ce n'était d'ailleurs pas sa première fois avec ce genre de poupée. Elle avait déjà pu tester cette technique lors de l'anniversaire de sa meilleure amie il y a quelques années.

Poupée en laine

Modèle : poupée de fils issu du même livre que précédemment

Pour ses petits cousins, elle a littéralement craqué pour de jolis coussins, qui, normalement, sont destinés à être coloriés, un peu comme ceux qu'on peut trouver dans le commerce. Comme je n'avais pas de noir dans mes feutres textiles, elle a donc dessiné ses personnages en couleur. Et je trouve ça vraiment trop chou.

Petits coussins (1)

Modèle : coussins rigolos toujours issus du même livre

Petits coussins (2)

Petits coussins (3)

Petits coussins (4)

Autant te dire que ces cadeaux ont eu un franc succès, et qu'en ce qui me concerne, je suis vraiment très fière de ma petite créatrice.

Noël aura également été l'occasion de recevoir de magnifiques cadeaux. Dans les semaines précédents les fêtes, Elisabeth avait organisé un petit concours sur son blog pour gagner des vêtements de Barbie. Vêtements pour la confection desquels elle était en train de développer une profonde addiction. Je n'ai malheureusement pas gagné. Mais étant donné le peu de participantes et face au pouvoir de mignonitude d'Émilie, Elisabeth m'a proposé d'en faire quelques uns pour les poupées de ma Princesse. Je m'attendais à recevoir un ou deux petits vêtements. J'étais loin du compte. Je te laisse constater par toi-même.

Vêtements Barbie (1)

Vêtements Barbie (2)

Vêtements Barbie (3)

Je suis restée en admiration devant la minutie de ces petites coutures. Et Émilie s'est empressé d'aller rhabiller ses Barbies. Encore mille mercis Elisabeth.

Et pour terminer cet article, voici une dernière production de Julie, mais pas pour Noël cette fois-ci. L'été dernier, ma grande a voulu se mettre à coudre plus sérieusement. Je te rassure, ça n'a pas duré tout l'été. Elle est douée, mais relativement volubile. Pas facile pour elle de rester concentrée très longtemps sur la même tache. État de fait qui tend à s'améliorer avec le temps d'ailleurs. L'apprentissage de la patience, peut-être...?

Donc, l'été dernier, Julie a commencé un projet issu du livre "Petites coutures à quatre mains" de Raphaëlle Belhache alias Les Doudous d'Olivia. Comme elle voulait absolument coudre pour son petit frère, elle a décidé de faire un bavoir. Le livre propose deux versions : un cochon et un chat. Et c'est le chat qui a remporté la partie.

Question réalisation, elle a encore tout fait par elle-même. Je ne suis intervenue que pour fermer l'ouverture à petits points invisibles, technique encore un peu technique justement pour elle. En ce qui concerne le choix des couleurs et des matières, voilà le parfait exemple du combo qui pique les yeux. Je sais pas toi, mais moi, ça me fait mal. Mais ce que Julie veut...

Au final, ce bavoir est tout de même assez compliqué à réaliser seule compte tenu des appliqués et des détails à broder. Mais encore une fois, elle s'est débrouillée sans mon aide, ou presque, et s'en est sortie comme une grande. Je crois qu'elle commence à être mûre pour des réalisations plus "costaudes" genre compléter sa garde robe.  

Bavoir Enora le chat (1)

Modèle : bavoir Enora le chat issu du livre "Petites coutures à quatre mains" de Raphaëlle Belhache chez Créapassions

Fournitures : stock

Bavoir Enora le chat (2)

Prochaine étape, la réalisation de vêtements ?

En attendant, elle continue à se faire la main sur de jolies poupées que je viendrais te montrer très prochainement.

Tschuss.

Posté par amazingironwoman à 08:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , , ,