lundi 9 février 2015

Grand-mère Yeta sort de ce corps !

A moins que tu ne vives au fin fond du Larzac et que tu y élèves des chèvres (ce qui n'est pas forcément incompatible avec un minimum de connexion au monde), il ne t'as pas échappé qu'au mois de Novembre s'est tenu le Salon Création et Savoir-Faire, LE salon à ne rater sous aucun prétexte. Je t'avoue qu'on y découvre des choses bien sympathiques et qu'il faut avoir une volonté de fer ou être au bord de la banqueroute pour ne pas ressortir de là complètement ruinée. Et puis, c'est également devenu le lieu de rendez-vous de blogueuses venues des quatre coins de la France et qui y trouvent l'occasion rêvée pour se rencontrer pour la première fois ou faire plus ample connaissance. J'y passe en général une journée très très agréable et riche en souvenirs. Ça fait très culcul dit comme ça, mais un peu de niaiserie ne fait pas de mal de temps en temps.

Je te rassure tout de suite (ou pas), le sujet qui nous intéresse aujourd'hui n'est pas le Salon en lui-même, mais ce que je me suis cousu in extremis pour l'occasion. Je dis in extremis parce qu'en tant que Reine incontestée de l'anticipation, c'est forcément la veille de m'y rendre que je me suis enfin décidée à me coudre un truc exprès pour l'occas'. Parce que ça fait toujours bien de venir habillée avec un truc qu'on a fait soi-même, d'autant plus quand tu ne l'as jamais montré. Et c'est là que je te réponds : il n'y a que les cons qui ne changent pas d'avis. Faire comme les autres, parfois, c'est fun.

Et pour le coup, je me suis vraiment bien amusée. J'ai enfin pu mettre à exécution un projet qui me trottait dans la tête depuis presque un an. J'avais acheté le patron au cours du CSF de l'année précédente. Les tissus attendaient bien sagement. Mais je n'avais pas encore trouvé pris le temps de me lancer. J'ai donc profité de ma journée pour décalquer mon patron, couper mes pièces, et coudre ma tenue de lumière. En ce qui concerne la réalisation, je n'ai rien à redire. Ça a coulé tout seul. Tout s'emboîte parfaitement, et j'ose le dire j'adore le principe ET le rendu. Là où j'ai rencontré un problème, c'est dans le métrage de mes tissus. Je pensais avoir assez pour faire mes deux devants dans le même tissu. Que nenni. D'où le demi-devant contrastant. Pas du tout prévu à la base. Mais il faut savoir improviser. Au final, ça reste cohérent, et c'est tout ce qui compte.

Forcément, comme je m'y suis prise au dernier moment, je n'ai pas pu totalement terminer mon œuvre d'art. Surtout par manque de matière première. Il s'est avéré que je suis tombée à cours de biais et que je n'ai pas pu faire mes différents ourlets. Qu'à cela ne tienne. Ça ne m'a pas empêché de me promener pendant deux jours avec une veste non achevée. On y a vu que du feu ;-) En même temps, vu l'association de tissus qui piquent, ça n'est pas très étonnant. Je soupçonne toutes les personnes qui ont posé les yeux sur moi ce jour-là d'avoir été atteintes de cécité momentanée. Moins discrète que moi tu meurs !

Sans plus tarder je te présente ma Manufacture qui pique les yeux. Ma Manufacture rock'n'girly. Ma Manufacture grand-mère Yeta's style ! La grande classe quoi ;-)

Manufacture qui pique (5)

Patron : Aime comme Manufacture de Marie

Fournitures : jersey têtes de mort qui tue, fe et biais fuschia MT, jersey matelassé France Duval Stalla et biais fuschia Motif Personnel.

Vu que j'ai annoncé qu'ici on jouait la carte de la transparence, je ne vais pas te mentir, ce jersey matelassé FDS que tout le monde s'arrache au prix du caviar... eh bien, c'est pas tellement ça côté qualité. En tout cas, en ce qui me concerne, je trouve gravement abusé de te vendre à 18€ le mètre, un produit, certes très joli, mais qui bouloche sans même être passé au lavage ! En une demi-journée, mon devant était recouvert de petites peluches... Autant te dire que je suis assez déçue. Et c'est bien dommage, parce que cette gamme de coloris en matelassé est quasi introuvable. Mais je ne me vois pas en racheter vu le résultat final.

Comme tu peux le constater sur les photos suivantes, j'ai finalement trouvé le temps de faire mes finitions... courant du mois de janvier. Mieux vaut tard que jamais.

Manufacture qui pique (8)

Ceci étant dit, ce laps de temps m'a permis d'avoir le recul nécessaire pour décider de comment j'allais finir mes manches. Un simple biais me semblait un peu hasardeux. J'ai donc imaginé des bracelets de manche, totalement à l'arrache. Je crois bien que c'est la première fois que j'ose autant improviser sur une cousette. Alors, j'aurais pu les faire un peu plus serrés, mais je suis quand même très satisfaite du résultat. Je trouve que c'est LA petit touche qui finit bien l'ensemble. Auto-satisfaction à fond les ballons.

Manufacture qui pique (10)

Manufacture qui pique (11)

Cette veste a l'avantage d'être extrêmement douillette et chaude. Je la porte plus que régulièrement. Un vrai doudou. J'ai juste un peu de mal à l'assumer en public vu son potentiel mémérisant-beauf-ultra pas discret. On aime ou on aime pas. Moi je l'adore, mais c'est un peu comme un petit plaisir honteux que j'ai du mal à partager avec tout le monde. Peut-être que de te l'avoir montré me servira de thérapie ;-) Allez, soit sympa, dis moi que tu m'aimes ♥

Place aux photos portée gentiment prises par mon Prince Charming, qui a eu la patience de me prendre en photo alors que je râlais, comme d'hab'... Et qui a surtout eu la présence d'esprit de couper mes fesses... Parce que, comme les précédentes, ma grossesse se développe également dans les parties charnues de mon postérieur. Mon corps, ayant peur de manquer, fait des réserves pour l'hiver prochain, hum...

Manufacture qui pique (37)

Manufacture qui pique (46)

Réserves que tu peux apercevoir au niveau de ces magnifiques poignées d'amour...

Manufacture qui pique (34)

Quand je pense que je viens à peine de rentrer dans mon sixième mois... Encore 4 à tenir. Mais je te rassure, je ne suis pas pressée. Je n'ai même pas envie que ça se termine. Une dernière grossesse, on aimerait que ça dure toujours. J'arrête là sur le sujet, sinon, je vais chialer.

Manufacture qui pique (36)

Manufacture qui pique (39)

Je t'ai gardé cette photo. Je pensais qu'elle te ferait bien marrer ;-) Profites, c'est cadeau.

Manufacture qui pique (18)

Manufacture qui pique (43)

Finalement, après avoir visionné toutes ces images, je me suis sentie pas mal rassurée. C'est sûr que ce n'est pas très passe-partout comme tenue, mais je trouve que ça me va bien.

Et pour en finir pour aujourd'hui, je te dédicace cette photo collector de moi et de celui qui m'a coûté ma place au sein de la Team Cousu Main. J'ai nommé Jésus !!! Je me suis bien marrée à lui dire que j'avais tenté le coup et que je pensais que la Prod ne m'avait pas choisit à cause de lui ! Et je te raconte pas la tête de ma fille quand je suis revenue le soir avec cette photo. Elle, grande fan de Jésus ! Elle m'a fait la gueule (façon de parler) pendant trois jours...

FB_20150208_10_28_35_Saved_Picture

Allez, je vais me coucher.

Tschuss, et comme dirait Jésus... ROCK'N'ROLL !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer