vendredi 7 avril 2017

Le baggy, c'est la vie...

...et c'est surtout bien pratique pour y caser de jolies petites fesses... empaquetées dans des couches ;-)

Tu noteras avec quelle finesse j'ai réussi à faire débuter ce billet à peu près comme j'avais clos le précédent. Des années d'études pour en arriver à une telle maîtrise de la transition. Bloguer, c'est vraiment pas facile tous les jours.

Tu auras donc compris qu'aujourd'hui je ne te parlerai pas de mon royal postérieur mais bien de celui du seul et unique membre de la famille n'ayant pas encore acquis la propreté, en dehors de mon mec bien sûr (mais ça, c'est une autre histoire...=D). Et oui, enfin un peu de mignonnerie dans ce Monde de Brutes. La Star du jour n'est autre que Simonchouchou, le Chouchou de tous les Chouchous ;-) Je sais que certaines attendaient ce jour avec impatience. You're welcome.

Ces derniers mois, le microbe a bien grandi, et il a fallu se rendre à l'évidence, malgré le petit stock de vêtements offerts, prêtés ou donnés - j'avais fini par me débarrasser de la plupart de ceux datants de son grand frère par manque de place - le pauvre malheureux n'avait plus grand chose à se mettre. Entre les pantalons qui lui donnaient l'air d'aller aux fraises et les T-shirts qui lui remontaient au-dessus du nombril, il devenait évident qu'il fallait agir. Et vite.

J'ai donc mis un bon mois à lui coudre un jean et 4 T-shirts. Normal.

Smart Guitars et Baggy Bottom - Ottobre 1-2015 (1)

Pour les t-shirts, rien d'extraordinaire. J'ai cousu 4 fois le même en jouant sur les associations de tissus. J'ai juste foiré quasi toutes mes encolures... Pas grave, vu le temps qu'ils seront portés. Et je crois que le microbe ne se rendra compte de rien. Alors, chut ;-)

Smart Guitars - Ottobre 1-2015 (1)

Modèle : Smart Guitars, modèle 11, Ottobre 1/2015, 92 cm (sans les marges)

Fournitures : Jerseys de mon marché et jersey guitares Lillestoff acheté au CSF il y a deux ans...

Smart Guitars - Ottobre 1-2015 (2)

Smart Guitars - Ottobre 1-2015 (3)

Côté bas, l'an dernier, ma copine Émilie m'avait transmis un petit pantalon en velours côtelé jaune moutarde qu'elle avait cousu jadis pour son petit dernier. Comment te dire que ce fute, je l'aime d'amour. Je n'ai donc pas cherché plus loin quand j'ai décidé de lui faire un pantalon. J'avais le fameux Ottobre dans lequel elle avait pris le patron. Yavaipluka.

Au départ, je comptais le faire dans une de mes chutes de velours milleraies canard, mais je ne m'étais pas rendue compte de la quantité ENORME de tissu qu'il fallait pour un pauvre petit pantalon en 3 ans oO Ouais, je suis passée direct au 3 ans... D'une, ça ira plus longtemps, et de deux, le modèle n'est pas proposé la taille au-dessous. Après avoir tenté de faire rentrer toutes mes pièces dans mon mini coupon de 50 x 30, l'espoir fait vivre, j'ai évidemment abandonné. En faisant la gueule, bien entendu. J'ai voulu me rabattre sur une autre chute, de jean cette fois-ci. Même déconvenue. Nan mais sérieux ? J'allais pas aller acheter un mètre de tissu pour ça quand même. Nan mais allo quoi ?! Et c'est là que je me suis rappelée les jeans usés de son père, que je gardais au cas-où... Ben c'était le cas-où-jamais =D

Après un minimum de procrastination, mon loulou a enfin pu enfiler son nouveau petit baggy 100% jean recyclé, d'où la totale inégalité des teintes quel que soit l'angle sous lequel tu le regardes. Et je trouve ça bien marrant.

Le seul truc qui m'a posé problème, c'est la ceinture. J'ai eu beaucoup de mal à faire en sorte que l'élastique ne s'étire pas trop à la couture, rendant le pantalon trop large. J'ai fini par le coudre avec le point le plus long possible. Je ne suis pas totalement satisfaite, mais ça fera l'affaire.

Baggy Bottom - Ottobre 1-2015 (1)

Modèle : Baggy Bottom, modèle 12, Ottobre 1/2015, 92 cm

Fournitures : vieux jean de son père

Baggy Bottom - Ottobre 1-2015 (2)

Baggy Bottom - Ottobre 1-2015 (4)

Baggy Bottom - Ottobre 1-2015 (3)

Smart Guitars et Baggy Bottom - Ottobre 1-2015 (2)

Et comme il va comme un gant à mon petit homme, je lui pardonne sans peine ses petites imperfections ♥

Smart Guitars et Baggy Bottom - Ottobre 1-2015 (5)

Smart Guitars et Baggy Bottom - Ottobre 1-2015 (6)

Il est pas beau mon fils... ? ♥

Smart Guitars et Baggy Bottom - Ottobre 1-2015 (3)

Smart Guitars et Baggy Bottom - Ottobre 1-2015 (4)

J'espère que tu auras apprécié ce retour à la couture et à la poésie ;-)

See you soon.

Tschuss.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Posté par amazingironwoman à 07:30 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,


vendredi 18 novembre 2016

Casual and Smart, again

Il y a un peu plus d'un mois, souviens-toi, j'étais venu te montrer un jean pour ma grande. Un jean de ouf. Un jean avec un grand V comme "Victoire". Ma victoire sur la braguette. Et tout ça, grâce au tuto encore plus ouf que propose Closet Case dans le sew along de son Ginger Jean. J'en avais déjà mis des tartines à "l'époque". J'en remets une couche... T'as jamais vraiment cousu de braguette tant que t'as pas essayé sa méthode. Je dis ça, je dis rien.

Sur le coup, j'étais tellement fière de moi que j'en ai cousu un deuxième, pour mon fils. Rien à voir avec le fait qu'il n'avait rien à se mettre lui non plus (au point que j'ai été OBLIGEE de lui acheter un fute pour la photo de classe... honte sur moi, je sais).

Les premières étapes, braguette incluse, ont été plutôt rapides. Mise à part l'utilisation du cordonnet. J'ai eu un peu de mal à règler la tension de ma machine. Finalement en montant sur 7, c'est devenu relativement satisfaisant. Mais comme je suis tête en l'air, j'ai plusieurs fois oublié de la rerégler à chaque nouvelle étape. Bref, j'ai un peu galéré. J'avoue que je préfère largement ma méthode habituelle qui consiste à doubler mon fil au moment d'effectuer les surpiqûres. Même s'il est vrai qu'au final, c'est beaucoup moins esthétique. Choix Cornélien. J'essaierai bien le fil à surpiquer Gütterman, mais mon MT n'en vend pas.

Ce jean aurait pu être fini très rapidement, mais c'était sans compter sur les vacances de Toussaint, et mon manque total de motivation niveau couture. Il a donc fallu attendre limite la veille de la rentrée pour que je mette la touche finale, à savoir finaliser la ceinture, et coudre les ourlets et les poches arrières. Presque rien quoi. Au bout du compte, il n'y avait plus vraiment d'urgence, vu que je lui en avais acheté un ;-) Bon, en fait, si. En faisant le bilan de l'année précédente, j'ai réalisé que pour un garçon, un jean et un jogging, c'est vraiment pas assez. Même adepte du minimalisme vestimentaire, il faut se rendre à l'évidence qu'un petit mec, c'est pas une petite fille, et que là où ses sœurs remplacent les futes par des jupes et des robes, lui, il n'avait rien. Donc 3 pantalons, finalement, c'est loin d'être trop.

Et puis, vu comment ça lui va, ç'aurait été dommage de faire l'impasse... ♥

Jean Cosy and Smart Ottobre (1)

Modèle : Casual and Smart, modèle 28, Ottobre 6/2014, 134 cm

Fournitures : Jean, coton et cordonnet MT

Cette fois encore, j'ai choisi de lui coudre le Casual and Smart d'Ottobre. Ce jean est la perfection pour les petits gars qui portent des slims. C'est pas que j'aime ce genre de pantalon. En fait, je les déteste... Mais Camille continue de grandir sans pour autant s'étoffer. Et il n'est pas vraiment facile de trouver comment habiller ses petites cuisses de grenoulle sans qu'il ait l'air de flotter dans son ben. Avec ce modèle, aucune inquiétude, il taille parfaitement, sans trop mouler non plus, et ses découpes tournantes sont du plus bel effet. La classe à Dallas.

Jean Cosy and Smart Ottobre (2)

Jean Cosy and Smart Ottobre (11)

Jean Cosy and Smart Ottobre (9)

Le modèle propose aussi deux types de poches. Vu que j'en avais essayé une des deux la dernière fois, j'ai opté pour la deuxième cette fois-ci. C'est clair comme de l'eau de boudin tout ça... Je lui ai donc mis les poches structurées, mais en zappant le pliage du coin (pas envie de me prendre la tête...). Comme pour le jean de Julie, j'ai suivi les conseils de Closet Case, et je les ai cousu à la toute fin en ajustant leur place directement sur les fesses du propriétaire. Surtout, attention à ne pas piquer avec une épingle =D

Jean Cosy and Smart Ottobre (3)

Jean Cosy and Smart Ottobre (4)

Et puis comme mon petit excité ne porte jamais de ceinture, j'ai aussi zappé les passants et modifié le dos en élastiquant la ceinture et en la surpiquant pour éviter que l'élastique vrille.

Jean Cosy and Smart Ottobre (14)

Jean Cosy and Smart Ottobre (8)

Quant à la braguette... rien de plus à dire. Tu suis les explications, et ça se coud presque tout seul. C'est magique... à chaque fois ;-)

Jean Cosy and Smart Ottobre (12)

Jean Cosy and Smart Ottobre (10)

Jean Cosy and Smart Ottobre (13)

Étant donné que tu t'es extasié(e) la dernière fois sur les clowneries de mes filles, je tenais à te montrer qu'on ne s'ennuie pas avec lui non plus.

Help.

De Napoléon...

Jean Cosy and Smart Ottobre (5)

Jean Cosy and Smart Ottobre (6)

...à la crise cardiaque...

Jean Cosy and Smart Ottobre (7)

C'est pas facile tous les jours d'être la mère de ces 4 là. C'est moi qui te le dit ;-)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

Enregistrer

Posté par amazingironwoman à 07:15 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

lundi 10 octobre 2016

La révolution de la braguette

Wazaaaaaaaaaaa !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Si tu as plus de 30 ans et que tu n'as pas compris la référence, tu es le maillon faible... au revoir...

Nan, vas-y, c'est bon, tu restes, mais fais gaffe que ça se reproduise plus. En attendant, je t'offre un petit cours de rattrapage, ça te fera pas de mal. Et pour le même prix, je t'offre la version "8 ans plus tard", qui vaut, elle aussi, son pesant d'or =D Avec toute cette culture, t'auras pas complètement perdu ta journée.

Allez, aujourd'hui, on va passer directement au cœur du sujet. Je vais enfin lever le voile sur l'un des trois teasing de malade que je t'ai fait la dernière fois =D Et comme tu as déjà bien assez mariné cmme ça, je vais pas te faire le coup de te raconter ma vie pendant 20 minutes avant de passer aux choses sérieuses... En plus, figures toi que pour une fois, j'ai rien à dire... Je dois couver un truc.

Je t'avais promis de la haute voltige couturesque, de la prise de risque maximale, de l'orfèvrerie en coton et polyester. Et voilà, ton rêve est exhaucé. J'ai cousu... un Trop Top.

Trop top à volant (4)

Modèle : Trop Top version B, dos fermé et volant croisé devant, en 12 ans

Fournitures : coton citrons jaunes MT. La demi ado voulait des citrons verts... mais ils étaient en rupture. Dommage...

What ??? C'pas ça que je devais te montrer ? T'es sûre ? Arrêtes. Il déchire ce Trop Top. En tout cas , moi, je l'adore. Et la demi ado aussi ;-) Elle le voulait tellement qu'elle s'est presque roulé par terre pour que je le lui couse, jalouse qu'elle était des deux que j'avais cousu à sa petite sœur. Tu veux les voir aussi, ceux-là ? T'inquiètes, ça peut s'arranger. La prochaine fois peut-être. Comment ça, des promesses, toujours des promesses ? J'ai l'impression d'entendre mes gosses.

Trop top à volant (1)

Oh la la... Ce dos... ♥

Trop top à volant (2)

Bon, si je voulais chipoter un peu, je dirais quand même que j'aurais pu baisser un choulle la ligne de taille et par la même occasion faire un volant moins haut. Des détails tu me diras. Mais ça me chiffonne un peu.

A part ça, je suis plutôt fan de cette version. Côté technique, pas d'ourlet au bas du volant, mais un simple roulotté à la surj, et j'ai fixé les marges de couture dudit volant au haut du Top. J'ai également fixé la parementure au niveau des épaules ET de la pointe du dos avec quelques points à la machine. En ton sur ton, on n'y voit que du feu, et de cette manière, la parementure ne bouge pas d'un poil, et ça, c'est cool.

Trop top à volant (3)

Elle est pas trop jolie ma grande ? Ça grandit vraiment trop vite ces bêtes-là...

Trêve de conneries. J'imagine que tu l'as repéré, hein. Tout ce foin pour un Trop Top ? (même si c'est vrai qu'il est top ce Trop Top).

Eh oui ! Il est là, il est beau, il fait Pro, et il lui colle à la peau ;-) Mieux qu'un Trop Top, j'ai cousu... un jean !!!

Alors, si tu me suis depuis longtemps, tu sauras que ce n'est pas mon premier. Alors qu'est-ce qu'il a de différent celui-là ? L'essentiel ma petite Dame, l'essentiel. La TECH-NIQUE. Il y a quelques mois, Caro nous montrait son siouperbe Ginger Jean et nous parlait de la méthode révolutionnaire grâce à laquelle la créatrice cousait la braguette. Après avoir cherché le tuto, pensé qu'il était payant, en avoir informé Caro, être passée pour une gourdasse (again) vu qu'il est totalement gratuit et facilement trouvable (surtout qu'elle met le lien dans son article, hum hum...), j'ai enfin pu l'étudier en long en large et en travers, et BORDEL ! pourquoi que c'est pas comme ça dès le départ qu'on t'apprend à coudre une braguette ??? Je crois que je vais ouvrir un fanclub de la nénette qui a pondu ce tuto, parce que franchement, il y aura eu un avant et un après cette découverte, une véritable révolution sous le pied de ma MAC. There's no turning back, comme dirait nos amis anglophones. Ma vie a changé pour toujours. Maintenant, je le déclame haut et fort : je n'ai plus peur de la braguette, je gère la braguette, je fais des braguettes de Pro... I'm the Queen of the Braguette !!!! Ouais, rien que ça...

La preuve.

Jean Angel Wings Ottobre (10)

Après ça, forcément, le reste est passé comme une lettre à la Poste. Beaucoup mieux même. Vu la Poste de nos jours. D'ailleurs, faudrait voir à changer cette expression, parce que pris au pied de la lettre, ça pourrait porter à confusion.

Le tuto de la braguette était tellement top que j'ai carrément pris le parti d'utiliser tout le sew along du Ginger Jean pour coudre ce modeste jean Ottobre. Si tu comptes te coudre un jean un jour, ou juste un fute, LIS LE ! C'est absolument indispensable. Je n'ai aucune action dans son entreprise mais quand les choses sont aussi limpides et simples, pourquoi chercher plus loin. Le seul hic, c'est que tout est en anglais. Si tu ne maîtrises pas la langue de Shakespeare et que tu veux l'utiliser, demandes moi, je t'expliquerai du meiux que je peux. Sinon, tu peux trouver les explis en français ici.

Toutes les étapes sont détaillées, de la coupe, au traitement des marges de couture, en passant par la braguette, la pose de la ceinture et même la position des poches arrières oO. J'ai plus appris sur la couture d'un pantalon en suivant ce sew along qu'en cousant les quelques pantalons Ottobre que j'ai déjà cousu. Je radote, mais j'insiste, c'est une révolution.

Et porté par ma sauterelle, on en parle même pas ♥

Jean Angel Wings Ottobre (1)

Modèle : Angel Wings, modèle 34, Ottobre 1/2014, 158 cm (rapport au tour de taille et de hanches de la demoiselle)

Fournitures : jean et coton MT.

Jean Angel Wings Ottobre (2)

Jean Angel Wings Ottobre (4)

bande_pour article_blog-10

Les fameuses poches arrières. Cousues beaucoup plus haut que préconisé dans le magazine, et encore un tout petit peu trop bas à mon goût... Ou alors, trop grandes. J'aurai peut-être dû les réduire. A voir pour le prochain.

Jean Angel Wings Ottobre (5)

Non mais tu m'as vu ces jambes !!! Oo

Jean Angel Wings Ottobre (6)

Petit zoom sur les détails techniques. Je me rends compte, en écrivant, que j'ai fait la braguette à l'envers. Enfin, je crois. Ou alors, elle l'était la dernière fois. Je suis pas très au point sur le sens d'ouverture des vêtements selon qu'on soit une fille ou un mec. En même temps, est-ce que c'est vraiment très important ?

Jean Angel Wings Ottobre (7)

Où tu constates que cette braguette est absolument parfaite. Et accessoirement, que j'ai bordé les marges de couture de mes poches avec un biais assorti, à la Ivanne's touch. Je sais, je suis une grande malade. J'assume.

Jean Angel Wings Ottobre (8)

Jean Angel Wings Ottobre (9)

Au final, je crois que j'ai rarement été aussi fière de moi. Il y a encore quelques détails à améliorer, mais ça serait franchement chercher la petite bête.

Et ma grande était tellement contente qu'elle est partie avec cette tenue le jour de la photo de classe.

Jean Angel Wings Ottobre (3)

Alors, ça valait le coup d'attendre, non ?

Allez, à plus, avec encore plus de culture et encore plus de coton et de polyester ;-)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

mercredi 11 mai 2016

Le retour de la couture glam

En septembre 2013, autant dire une éternité, je te présentais mon tout premier pantalon : un magnifique survêtement de sport, aussi communément appelé "Jogging". Une pièce indispensable et de toute beauté que toute couturière qui se respecte, ou pas, devrait coudre au moins une fois dans sa vie afin de pouvoir se la péter 30 secondes et dire "moi aussi, j'y étais". Bref, le summum de la classe.

A "l'époque", comme diraient mes gosses, genre comme dans "est-ce qu'à ton époque Maman...?" #dinosaureattitude Donc, à "l'époque", je concluais en espérant que ce pionnier de la couture glam tienne le choc jusqu'à la fin de l'année scolaire. Et... Figure toi qu'elle le portait encore à la dernière rentrée ! Ça lui faisait un look hyper mode avec un fute ultra taille basse et qui remontait jusqu'aux genoux. Just perfect.

Nan, vas-y je déconne. J'ai le souvenir de l'avoir rafistolé au moins 3 fois au niveau des genoux avant qu'il finisse par devenir tellement court qu'on aurait dit qu'elle allait aux fraises. Il doit actuellement se trouver dans ma boîte spéciale pour "cousettes trop petites ou trop abîmées pour être portées mais impossible à donner ni à jeter à la poubelle". Mon petit cimetière perso rien qu'à moi.

L'an dernier, j'ai fait ma feignasse et c'est chez L*****c que j'ai trouvé son ami des cours d'éducation physique et sportive. Et puis, cette année, vers le mois de Mars (mieux vaut tard que jamais), j'ai eu envie de vider un peu mes stocks et j'ai remis ça. Pour celles qui se demandent, depuis le début de l'année, elle s'est contenté de deux leggings... Hum, hum... Heureusement que l'hiver a été doux. En même temps, elle ne s'est pas plainte, chose rare actuellement, c'est que ça n'a pas dû la géner tant que ça.

Alors que dire que je n'ai déjà dit la dernière fois. Vu que ce n'était plus du tout mon premier pantalon, tout s'est passé sans encombre. Comme mon coupon était un peu trop petit, j'ai coupé les jambes devant en deux fois. Ça donne un style et je me dis que peut-être, sur un malentendu, ça renforcera la zone. Et j'ai également ajouté un effet passepoil plat aux poches en laissant dépasser la doublure. Étant donné que ma grande ne voulait pas de flex ou autre déco sur son pantalon, c'est la seule idée que j'ai trouvé pour égayer un peu cette couture un brin austère.

Je m'excuse d'avance pour les photos suivantes qui sont hyper sombres, mais je n'ai pas réussi à faire mieux...

Jogging Remainder Ottobre (1)

Patron : Remainder, modèle 32, Ottobre 4/2013 en 152

Fournitures : molleton Lollie shop et jersey de mon marché

Jogging Remainder Ottobre (2)

Jogging Remainder Ottobre (3)

Et sur la bête, toujours prête pour faire des singeries.

Jogging Remainder Ottobre (4)

bande_pour article_blog-10

Tu le vois le doigt qui t'indique ce qu'il faut regarder ?

Jogging Remainder Ottobre (5)

Détail des poches et de mon nétiquette cousue à l'arrache sur le côté. Je trouve ça super stylé.

Jogging Remainder Ottobre (6)

Jogging Remainder Ottobre (7)

Vu la taille que j'ai coupé, il paraît légèrement large, mais mon molleton n'était pas trop extensible. Je ne voulais pas risquer qu'elle soit mal à l'aise dedans. C'est quand même un pantalon destiné à faire du sport... Et comme ça, au moins, je suis sûre qu'il tiendra jusqu'à la fin de l'année. Parce qu'il faut bien l'avouer, même si c'est relativement rapide à coudre, ça manque un peu de fun.

Heureusement, il n'y a pas que les joggings dans ma vie ;-)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Posté par amazingironwoman à 07:30 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

jeudi 21 janvier 2016

Séance de rattrapage #3 - Julie t'invite à Goa

This is the end.

Nous voilà enfin arrivés à notre troisième et dernière séance de rattrapage. Et j'ai envie de dire "last but not least". Attention, je me sens d'humeur bilingue ;-)

Lors de l'introduction de cette série, je t'avais annoncé qu'il me restait 8 pièces à te présenter, dont 6 cousues pour Julie. Donc, si tu as bien suivi et que tu n'es pas trop naze en maths, aujourd'hui, je vais te présenter les 3 dernières.

Encore une fois, si tu as bien suivi, tu dois commencer à avoir un petit aperçu du vestiaire de ma fille : un short, deux jupes, quelques t-shirts et deux leggings cousus dans l'urgence à la rentrée. That's all. J'en entends déjà qui se demandent comment on peut vivre avec si peu. Je leur répondrais que moi-même je vis très bien avec mes 5 t-shirts et mon jean, que je déteste faire les magasins, que je trouve que remplir des étagères pour finir par mettre toujours les mêmes vêtements c'est un sacré gâchis et qui plus est quand ces mêmes vêtements sont destinés à des nains en pleine croissance. Ça va bien de payer la peau des fesses un truc qui sera porté trois fois avant d'être trop petit. A ce compte-là, je préfère en coudre un ou deux. C'est (parfois) plus long mais moins cher et plus rigolo. Ceci n'engage que moi, bien évidemment.

Après avoir paré au plus pressé avec les leggings, je m'étais consacrée à coudre un pantalon à Camille, qui, logé à la même enseigne que sa sœur, ne possédait que 2 bermudas. T'inquiètes, j'assume.

Ma mission accomplie, et pour ne pas perdre la main à l'endroit de la braguette, hum, hum... je m'étais aussitôt attelée à coudre un jean à ma fille. Parce qu'il n'y a pas à dire, mais même minimaliste, une garde robe sans jean, c'est vraiment la loose.

DSC_4755

bande_pour article_blog-10

DSC_4776

Contrairement à Camille, pour lequel j'avais dû fouiller pour trouver un modèle ultra slim afin de ne pas lui coudre un truc dans lequel on pourrait en mettre deux comme lui dans une seule jambe, j'ai cherché un modèle un peu large pour faire rentrer les formes pré pubères de ma 10 ans oO Et j'ai trouvé mon bonheur dans un Ottobre. What else ?

DSC_4741

Modèle : Angel Wings, numéro 34 du 1/2014 en 152 pour ma Julie d'1,40 m. Mais faut ce qu'il faut pour faire passer les hanches...

Fournitures : jean violet Lolie shop et coton MT

Rien à redire sur le modèle. Je me suis beaucoup amusée à monter ce pantalon. J'aime décidément ce genre de challenge.  J'aime les détails techniques, m'appliquer, surpiquer. C'est parfois fastidieux, mais encore une fois, ça remplit parfaitement mes besoins d'autosatisfaction.

DSC_4742

DSC_4761

A tel point que je n'ai pas pu m'empêcher de rajouter quelques détails de finitions tels les biais autour des poches ;-)

La braguette, quant à elle, n'est toujours pas parfaite mais on s'en rapproche. Je ne désespère pas. Et je n'ai surtout pas dit mon dernier mot Jean-Pierre.

DSC_4744

Je te laisse admirer le travail de surpiqûre... =D

DSC_4746

On le voit mieux sur la photo à plat, les ourlets au bas des jambes sont volontairement très grands. Forcément, quand tu coupes un 152 pour un 140, t'as de la marge. Mais pour une fois, j'ai anticipé la pousse presque surnaturelle de la bête et j'ai préféré conserver la longueur afin de me réserver la possibilité de rallonger les jambes au besoin, pour pas gâcher. Et j'ai bien fait. Parce qu'en regardant ces photos, prises il y a déjà plusieurs semaines, j'ai la nette impression que le pantalon fait beaucoup plus long que ce que j'ai pu observer hier matin sur le chemin de l'école oO

DSC_4767

DSC_4768

Pour accompagner ce petit ensemble, dont je te présente la deuxième pièce plus bas, j'ai eu envie d'un gilet de berger tout simple en moumoute. Depuis le temps que ça me trottait dans la tête, je suis enfin passée à l'acte ! Youhou ! Vu les températures de cette fin d'année, il n'était nul besoin de se précipiter sur les polaires et autres petites laines. Le gilet de berger faisait parfaitement l'affaire. Pourquoi se priver ?

De tous les vêtements que j'ai cousu, je crois que c'est celui qui m'aura pris le moins de temps de toute ma courte vie de couturière, tout confondu, leggings inclus. N'ayant pas de patron de gilet à la taille de ma grande (celui de FDS s'arrêtant au 8 ans), j'ai pris comme base un t-shirt Ottobre dont j'ai coupé le devant en deux parties et redessiné le bas en arrondi. Je me suis basée sur la construction de celui de France. Et voilà un gilet cousu en moins de temps qu'il n'en faut pour dire Quidditch...

DSC_4747

Modèle : gilet de berger, patron perso (j'ose) sur la base d'un tish Ottobre

Fournitures : moumoute et coton MT

Je suis une fan inconditionnelle de cette tenue et de ce gilet (de la gamine aussi d'ailleurs). La pauvrette a subit quelques moqueries de la part de certains membres de ma famille peu au fait de la mode. Pauvres mécréants. Ce qui ne l'a pas perturbé une seule seconde. Sur ce coup-là, nous avons fait un travail formidable d'éducation, en ce sens qu'elle a bien compris que si ce qui lui plaît ne plaît pas autres, c'est leur problème, pas le sien. Well done.

DSC_4773

DSC_4750

DSC_4781

C'est bon, j'ai l'air naturelle, là ? Ah ah ah...

DSC_4783

Tu n'as pas pu le rater, sous le gilet pas la plage, mais LE Trop Top ! Ben oui, trois posts, trois Trop Top. Si c'est pas de l'addiction ça. Et voilà le dernier. Toujours une version B oO Toujours dos boutonné (à la demande de l'intéressée) mais avec seulement 4 boutons cette fois. Quitte à ne pas changer de version, j'ai quand même voulu tester les bonus. J'ai donc rajouté des épaules pétales et des bracelets de manche. J'adore.

Alors, parlons peu, parlons bien. Les épaules pétales, c'est simple, c'est ludique et ça a son petit effet. Les bracelets de manches, c'est une autre histoire. Ça reste très joli, il y a pas à dire. Mais putain qu'est-ce que c'est chiant à coudre !!! J'irai même jusqu'à dire que c'est à la limite du réalisable à moins d'avoir un bras amovible hyper étroit sur sa MAC (ce que je ne possède pas). Et quand je pense à comment j'ai galéré avec une taille 12 ans, je ne vois pas bien comment on y arrive sur du 2 ans. Une chose est presque sûre, je ne pense pas tester. Ça risquerait de m'énerver. Mais je me connais. Ne jamais dire jamais.

DSC_4753

Modèle : Trop Top d'Ivanne Soufflet taille 12 ans, version B, dos boutonné, bracelets de manches et épaules pétales

Fournitures : tissu viscose ? voile ? synthétique ? de mon marché et voile noir MT.

Ce dos reste, pour moi, un des atouts majeurs de ce patron ♥

DSC_4789

Tiens, si je me mettais un doigt dans le nez ? Ça t'aiderait pour ta photo ? Ben voyons...

DSC_4791

Craquage de fin de shooting.

DSC_4793

Bon, la piqûre du pétale n'est pas nickel, mais franchement, ça me gonflait de découdre.

DSC_4795

Ça ne s'arrange pas.

DSC_4798

DSC_4796

DSC_4774

Ainsi s'achève cette petite série. Normalement, j'ai enfin soldé 2015 !

La prochaine fois, on s'attaque aux cadeaux de Noyel ! Beware ,-)

Tschuss.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 


samedi 16 janvier 2016

Séance de rattrapage #1 - A la faveur de l'automne

Yo ! What's up ?

Avant d'entrer dans le vif du sujet, je tenais à te remercier, encore une fois, de ta présence ici, qu'elle soit active ou muette. Le simple fait de savoir que tu es là quelque part, m'encourage fortement à continuer sur cette voie, à apprendre encore et toujours, et à faire de mon mieux. Bon, faut pas se leurrer non plus, je le fais aussi beaucoup pour moi-même ;-) Mais une chose est sûre et certaine, sans toi, ça ne serait vraiment pas pareil. Je crois d'ailleurs que je te l'ai déjà dit. Mais mon chéri te le confirmerai... j'aime bien me répéter.

Suite à ma petite rétrospective de la dernière fois, tu m'as pas mal félicité pour ma productivité. Encore une fois merci. En ce qui me concerne, en bonne éternelle insatisfaite qui se respecte, j'ai un peu l'impression de m'être laissée vivre. Ce à quoi tu me répondras qu'avec 4 nains, dont un bébé, je suis un peu trop exigeante avec moi-même. Soit. Mais c'est pas comme si j'avais un boulot (autre que celui d'élever 4 enfants, hum hum...). Il est vrai que gérer la logistique d'une famille nombreuse, c'est pas facile tous les jours, mais je ne suis pas seule. Et puis, les trois grands sont à l'école. Moi qui déteste perdre mon temps, je devrais pouvoir mieux optimiser mes journées.

Je te rassure, je ne me plains pas ! En l'écrivant ici, devant témoin, j'espère juste me donner un petit coup de pied aux fesses pour ne pas trop me laisser aller cette année. Il y a encore tellement de projets que j'aimerai mener à terme, tellement de choses que je rêve de réaliser depuis de longs mois mais que je n'ai pas encore pris le temps de faire. D'ailleurs, c'est pas en monologuant pendant des heures que tous ces projets vont prendre vie. Alors trêve de blablas.

Ah ah ah ! Je suis au top de ma crédibilité là !... Comme si j'allais pouvoir arrêter de parler. Portenawak.

Bwef. Pour en revenir à la rétrospective de la dernière fois, je t'avais dit qu'il manquait encore quelques petites choses que je ne t'avais pas montré. Quand je dis quelques petites choses, en fait, c'est trois fois rien.. Genre 8 pièces à peu près, dont 6 rien que pour Julie. Une broutille quoi.

Comme je ne peux pas me résoudre à te faire un post fourre-tout pour liquider l'affaire (j'aurais trop l'impression de bâcler, et ça, j'aime pas), je vais te montrer tout ça en plusieurs fois.

DSC_4557

Après cet été caniculaire, ma pauvre Julie s'est retrouvée bien dépourvue quand l'heure de la rentrée fut venue. Pas un pantalon, ni un caleçon long à se mettre sur le ... En mère exemplaire que je suis, je me suis empressée de lui coudre deux leggings afin de lui éviter la honte de se rendre à l'école en petite culotte. En vrai, il lui restait deux jupes et un short, mais on a vu mieux comme tenue pour les séances de sport hebdomadaires.

Rien de révolutionnaire dans ces réalisations. Cinq coutures à la surjet', trois ourlets et un élastique. Basta. Plus simple, tu meurs.

Comme ça date pas d'hier, j'ai oublié de noter le nom du patron, et j'ai gravement la flemme de rechercher. Je sais juste qu'il provient d'un Ottobre et que j'ai choisi de le faire en 152 pour le 140 de ma poulette, afin de coller au mieux à ses mensurations taille et hanches. Quant aux jerseys, ils viennent tout droit de mon énorme stock et ont probablement été achetés sur l'un des stands de mon marché.

DSC_4538

Histoire d'égayer un peu ces basiques, j'ai ajouté des flexs. La tête de mort vient d'une planche Ki-sign, et le diamant m'a été offert par Charlotte.

Ces leggings ont à peine le temps de sécher qu'ils sont immédiatement reportés. De la couture bien rentabilisée comme j'aime.

DSC_4540

Sur la première photo, tu as certainement remarqué le Trop top ;-) Ou pas. Et peut-être qu'il t'a vaguement évoqué quelque chose... Ou pas.

En fait, c'est le jumeau presque parfait de celui cousu à Émilie cet été (à l'exception du tissu contrastant et des boutons). D'ailleurs, ils ont été cousus l'un après l'autre dans le but totalement assumé de me faire encore un petit duo de frangines. Je ne me lasse pas de leur coudre les mêmes vêtements. Et je crois qu'elles apprécient aussi beaucoup. J'ai hâte de faire pareil avec mes gars.

DSC_4543

Modèle : Trop top d'Ivanne Soufflet en 12 ans, version B, dos boutonné et revers de manches.

Tissus : coton broderie anglaise de mon marché, tissu rayé à fleurs offert par Émilie et biais réalisé dans ce même tissu.

DSC_4544

Je ne compte plus le nombre de fois que j'ai réalisé ce modèle. Je l'adore. Il va falloir que je teste la version A maintenant.

DSC_4562

DSC_4564

A la demande de ma grande, j'ai rajouté un bouton dans le bas du dos. Je ne voulais pas la contrarier, mais ce n'était pas vraiment une bonne idée. Je trouve que ça resserre trop le top sur les hanches et nuit au joli tombé. Mais je n'allais pas créer un incident diplomatique juste pour un bouton.

DSC_4546

DSC_4548

Bon, c'est pas super flagrant sur ces photos, mais porté avec un jean, je ne vois que ça.

DSC_4565

DSC_4566

Et puis, comme toujours, les jolies finitions proposées par Ivanne, et qui, en plus de rendre le vêtement aussi beau à l'intérieur qu'à l'extérieur, procurent un profond sentiment de fierté dans l'aboutissement de la réalisation. Je te les recommande. C'est devenu, pour moi, indispensable et indissociable de mon besoin d'autosatisfaction ;-)

DSC_4549

Vu la saison, ce petit haut est forcément beaucoup moins porté, mais il ressortira du placard avec plaisir dès les premiers beaux jours. En espérant que ma future collégienne oO n'ait pas pris trop de centimètres d'ici-là.

Et avant de te quitter, je te montre, encore, un petit cadeau reçu pour mon #bébésimontropmignon. Un joli doudou issu du dernier livre de Tournicote, un joli bavoir et un organiseur d'aiguilles envoyés par Nolwenn alias By Corte. Encore merci Nolwenn ! Il aura vraiment été pourri gâté ce petit chouchou ♥

DSC_4597

Je te dis à très vite pour la suite des séances de rattrapage.

En attendant, je te souhaite un bon week end. Ne bois pas trop. Sinon n'oublies pas, boire ou conduire, il faut choisir ;-)

Tschuss !

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

vendredi 6 novembre 2015

Le cas du haricot vert qui aurait pu finir surgelé

Yo ! (tu noteras le retour de l'interjection top classe en guise d'intro =D)

Normalement, j'aurais dû te montrer un troisième Trop Top, mais je me suis dit que ça serait plus sympa de varier un  peu les plaisirs. Je voudrais pas que tu commences à t'emmerder en venant chez moi, et que tu confondes mon blog avec un blog co' d'addicts aux patrons d'Ivannes S. (je précise que je n'ai rien contre les blogs co', hein, ni contre Ivanne S. d'ailleurs... on sait jamais que t'es l'esprit mal placé...).

Donc, pour changer, aujourd'hui je ne te parlerai ni de jupe, ni de tunique, ni même de fille. Aujourd'hui, c'est un post 100% garçon ! Youhou !!!

Il faut avouer que même s'il m'arrive de plus en plus souvent de coudre pour mon grand, ça reste encore assez anecdotique à côté de tout ce que je peux faire pour ses sœurs. Il faut dire aussi que quand je couds pour lui, c'est surtout par nécessité et que la couture pour petits mecs c'est quand même vachement moins funky que la couture pour nénéttes. Pas facile de glisser du rose et des boutons dorés en forme de cœur. Faudrait pas qu'on se foute de lui en disant qu'il porte des trucs avec des "fanfreluches de chochotte" (attention citation :-))

Tu me diras que je pourrai m'amuser à lui faire des chemises, mais ici on a plus tendance à porter du casual. Avec des parents qui vivent en jeans / T-shirt / baskets, c'est pas avec nous que nos gosses vont développer un grand sens de la mode. Et puis, qui dit nécessité, dit basiques. Bref, je vais pas te faire un dessin, mais jusque début octobre, le pauvre petit n'avait plus que deux bermudas dans son placard, l'un étant celui que je lui avait cousu cet été lors du test pour la sortie du livre de Perrine, et l'autre un jeans H&M acheté en avril ou en mai et qui a duré un mois à tout casser avant de se retrouver entièrement déchiré au genou (à croire que mon fils vit à quatre pattes dans la cour de l'école), jeans que j'ai donc raccourci pour lui donner une seconde vie. A ce moment-là, finalement, ce n'était pas tellement génant puisque nous rentrions dans le premier épisode de canicule. Mais forcément, début octobre, ça commençait à devenir un peu limite. Il a bien aussi un jogging sur ses étagères, mais faudrait vraiment que la situation soit désespérée pour que je le laisse le porter tous les jours.

Comme je déteste toujours autant faire les magasins et que j'ai vraiment du mal à acheter un truc que je peux faire, j'avais déjà planifié de lui coudre un nouveau pantalon. Il a quand même fallut qu'on me demande, à la sortie de l'école, s'il n'avait pas froid avec son bermuda, pour que je fasse passer ce projet en top priorité sur ma to do list. Je te rassure, la remarque venait d'une de mes rares copines de l'école ;-) Dans le cas contraire, tu peux compter sur moi, ça aurait été coup de tête balayette direct. Nan mais oh... Faut pas déconner...

Donc, le pantalon. Je lui en avait déjà cousu un l'an dernier (tu noteras que le pauvre gamin n'a le droit qu'à un fute, voire deux par an... tu peux appeler l'aide sociale à l'enfance...), mais même si j'étais fière de mon exploit, le modèle, lui, ne me plaisait pas plus que ça. J'avais tenté une modif des poches dont le résultat était plus que moyen et la coupe n'était pas très flatteuse pour mon haricot vert, trop large, trop loose. J'ai donc fouillé dans mes Ottobre et je suis retombée sur un modèle déjà vu sur le haricot vert de Lison, qui, j'ai pu le constater de visu cet été, a à peu près la même morphologie que le mien. En plus d'être slim, ce modèle présente une découpe des jambes assez originale, puisqu'elles "tournent" autour du mollet. Pas besoin de chercher plus loin. Je tenais mon Graal. Côté réalisation, rien à redire. Décidément, j'aime beaucoup les pantalons. C'est à chaque fois une rude épreuve de patience et de minutie mais je dois être du genre maso. Et puis j'adore faire des doubles surpiqûres parallèles partout. Je crois que ça satisfait mon moi psychorigide. Bon, il y a toujours cette p***** de braguette au milieu de tout ça... A chaque fois j'ai l'impression que je vais gérer, et je fini toujours par faire une boulette. Le jour où je ferai une braguette 100% parfaite, je pourrai sabrer le champagne. En attendant, c'est portable. Je ferai mieux la prochaine fois (ou pas). En fait, je peux déjà te dire que j'ai fait mieux ;-) Mais c'est pas encore ça...

DSC_4575

Modèle: casual and smart, modèle 28, taille 128, ottobre 6/2014

Fournitures : velours milleraies Lolie shop et coton MT pour les poches

Gros plan sur la braguette qui dépasse un peu. Je sais, je chipotte...

DSC_4576

Et sur les découpes du bas.

DSC_4577

Je suis particulièrement fière de mes poches ♥ Et j'en profite pour te parler de mon unique modif. Mon fils n'ayant pas de ceinture, et aussi parce que j'avais grave la flemme, j'ai zappé les passants et j'ai élastiqué le dos de la ceinture.

DSC_4578

Puis comme il manquait également cruellement de petite laine, et que son seul gilet était une veste de survet' dont la fe était cassée... hum... hum... (je peux me dénoncer toute seule à l'aide sociale à l'enfance si tu veux), je me suis dit que je pouvais bien lui coudre un petit sweat dans la foulée. J'ai trouvé mon bonheur dans un Maison Victor. Une petite couture simple et reposante qui ne m'aura pris que quelques heures dans la même journée. Un exploit pour moi ! Quand je pense que je connais des filles qui arrivent à coudre plusieurs pièces le même jour oO Bon je dis simple et reposante, mais j'ai quand même réussi à me foirer en inversant les empiècements d'épaule. Un petit coup de découd vite, et hop...

Désolée pour les photos toute sombres, mais j'ai pas eu le courage de les refaire.

DSC_4580

Modèle: leather sweater (avec du sweat gris à la place du simili) taille 128, Maison Victor

Fournitures : sweat sable Lolie shop, gris Motif Personnel et bord côte donné par ma copine Marie

DSC_4582

Et sur mon Camille... Je trouve que l'ensemble lui va à la perfection. Il est trop classe ♥ Et décidément, la coupe du pantalon est vraiment top.

DSC_4584

DSC_4588

DSC_4589

DSC_4591

DSC_4592

DSC_4595

Camille est ravi de ses nouveaux vêtements, surtout de son nouveau sweat, tout doux à l'intérieur. Il l'a d'ailleurs fait toucher à tous ses camarades de classe, c'est dire =D En fait, il est toujours content que je couse pour lui, et ça ça fait vraiment plaisir. Et puis, contrairement à ses sœurs, pas besoin de négocier les modèles et les tissus. Il est d'accord avec moi à tous les coups. En vrai, je crois qu'il s'en fout, c'est bien un mec... Mais pour une fois, ça m'arrange ;-)

Allez, tschuss !

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

vendredi 9 octobre 2015

"Couture pour garçons"...

...ou quand Perrine sort un livre et me demande si je veux faire partie des testeuses. Si si, je te jure, sérieux ;-)

Tu commences à me connaître, mais je récapitule pour celles du fond de la classe qui tentent de se réchauffer à côté des radiateurs pas encore allumés, moi-être-un-gros-diesel... Je suis une fille tellement cérébrale que je réfléchis entre chaque couture, pas entre deux pièces, non non (enfin si, mais c'est pas ce que je veux dire, là) mais bien entre deux "coutures". Genre je couds une manche, je réfléchis, je couds l'autre manche, je réfléchis, je couds un côté, je réfléchis, je couds l'autre côté, je réfléchis, je fais un ourlet... ouh la... je réfléchis grave là... Bref, il me faut des heures pour faire un truc tout simple. Pour te donner un exemple concret, j'ai coupé un pantalon mardi, et au moment où je publie cet article j'ai juste assemblé les côtés externes et la braguette. Me restent encore les côtés internes, la fourche, la ceinture et les ourlets. On n'est pas rendues (et mon pauvre Camille va encore passer quelques jours à porter son pantalon de survet'). Bref, je suis ultra lente et en plus, je suis une mère indigne. 

Et donc, comme tu commences à me connaître (enfin, si tu squattais pas à côté du radiateur), jamais de la vie tu me demanderais quoi que ce soit, et surtout pas de te servir de testeuse. Parce que qui dit test, dit délai, et là ma petite Dame, on atteint le paroxysme de la "diesel attitude" ou comment ma lenteur arrive à se combiner avec mon pouvoir de procrastination et mon esprit de contradiction. C'est bien simple, si je DOIS faire quelque chose pour une date précise, soit certaine que je le ferai... genre 10 minutes avant la fin du temps qui m'était imparti et à la vitesse qu'on sait. Et je peux te dire que cette affirmation est 100% véridique dans 100% des cas. Pour être sympa, on pourrait dire que je bosse mieux sous la pression. Mais on va être honnête, je suis ultra organisée mais trop optimiste pour anticiper. Et alors quand il n'y a pas de délai, c'est carrément la porte ouverte à toutes les fenêtres (remember Hippolyte...)

Sachant tout ça, imagine mon immense surprise le jour où j'ai reçu un mail de la part de Perrine m'annonçant la sortie prochaine de son propre livre de couture 100% garçons du 6 au 16 ans et me demandant si je voulais bien tester quelques uns de ses modèles !? Pire que ma lenteur, il y a mon incapacité à dire non... J'étais tellement fière et flattée que j'ai répondu par l'affirmative, et bien plus vite que mon ombre. Nous étions au mois d'avril. Un peu plus d'un mois avant la date prévue de mon accouchement, qui elle correspondait presque parfaitement avec la date de sortie du livre. En mode optimisme à fond les ballons. 

Après un petit échange de mails et une vérification des mensurations de mon mini mec, Perrine m'a fait parvenir les planches patrons des deux modèles que j'avais choisi : une marinière et un bermuda. Planches patrons décalquées par ses soins. Ne restait plus qu'à couper et à se lancer. Du pré-mâché pour feignasse en quelque sorte. Autant te dire que je ne m'y suis pas mise tout de suite, et c'est seulement quelques jours avant l'arrivée de Simon que j'ai décidé qu'il était temps de remplir mon engagement. Forcément, ce qui devait arriver arriva. Et moi qui avais seulement eu le temps de commencer à assembler la marinière. Merdum... Forcément, il n'y avait pas moyen que le livre sorte dans ces conditions, j'ai donc fait modifier la date de sa parution. Et ouais, j'ai les Great Powers et je me contre-balance des Great Responsabilities.

Non, vas-y, je déconne. Sérieusement, sur ce coup-là, j'ai eu de la chance, Perrine ayant besoin de faire quelques modifs sur ses patrons, la date a effectivement été reculée et moi, j'ai pu finir tranquilou de coudre les deux pièces sur lesquelles je m'étais engagée. Et ce, pour le plus grand bonheur de mon Camille, qui les a porté quasiment tout l'été, surtout le bermuda, canicule oblige.

Alors que dire de ces modèles ? Parce que finalement, on est pas vraiment là pour que je te raconte ma vie, mais bien pour présenter le livre de Perrine. Eh bien moi je suis fan de ceux que j'ai réalisé. Je les trouve seyants, et malgré le fait que j'ai dû réduire un peu la longeur de la marinière, ils taillent parfaitement. Je n'ai pas non plus rencontré de grande difficulté de réalisation, uniquement des erreurs d'inattention comme lorsque j'ai monté les empiècements d'épaules à l'envers. Bonjour la gourdasse. Ou encore l'épreuve à chaque fois renouvelée du montage de la braguette. J'ai beau ne pas en être à mon premier pantalon, je suis dans l'incapacité d'acquérir un automatisme. On dirait que mon esprit est totalement réfractaire à cette technique. Il me faut, à chaque fois, relire et relire les explications de montage, et réfléchir encore et encore pour ne pas me planter. Et au final, ce n'est jamais aussi parfait que je le voudrais. Mon surfilage est toujours raté (il faudra m'expliquer comment surfiler ces petites parties arrondies à la surjet, mystère...), la pose de la fermeture éclair de moins en moins approximative certes mais la surpiqûre arrondie jamais bien dessinée (pareil si tu as une technique, fais péter). Bref, je suis nulle en braguette.

A part ça, rien à redire. Peut-être juste que je suis une testeuse pas très disciplinée, hum hum. Je me suis permise quelques modifs, pas grand chose, mais quand même... Je t'ai déjà dit que j'avais raccourci la longueur de la marinière, j'ai également transformé les manches longues en manches 3/4. Et j'ai terminé l'encolure avec une bande rabattue sur l'avant (au lieu du simple ourlet proposé dans le patron). Et en ce qui concerne le bermuda, j'ai zappé les passants de ceinture.

Allez, place aux photos sur la bête afin que tu puisses apprécier le rendu. Je te préviens, mon fils était encore une fois très coopératif, très Actor's Studio. Mes gosses sont des clowns...

Test Perrine (23)

Test Perrine (26)

Qu'est-ce que je te disais ?

Test Perrine (27)

Modèle : marinière

Fournitures : jersey marin Mamzelle Fourmi, première étoile Motif personnel

Test Perrine (31)

Et ma première vraie victoire sur l'aiguille double !!! (à part sur la bande d'encolure... faut pas regarder de trop près)

Test Perrine (32)

Test Perrine (35)

Test Perrine (36)

Modèle : bermuda

Fournitures : jean et fe MT, coton guitares Michaël Miller et pression Kam

Test Perrine (38)

Test Perrine (40)

J'aime vraiment beaucoup les bordures des poches ♥

Test Perrine (42)

Un ensemble qui aura été porté et reporté tout l'été pour notre plus grand plaisir à tous les deux.

Test Perrine (28)

Encore mille merci Perrine pour ta confiance (ou ton inconscience, c'est selon).

Et si tu veux te faire une plus grande opinion du contenu du livre je t'invite à aller chez l'auteur découvrir le nom des autres testeuses ainsi que leurs réalisations. En ce qui me concerne, mon opinion est faite. 

Allez, tschuss

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

mercredi 1 avril 2015

Pour mon petit mec

Oh yeah !!! I'm back ! Et c'est pas un poisson d'avril ;-) Désolée, blague pourrie, mais fallait que je la fasse. En plus j'avais pas la moindre inspiration pour introduire ce post... On fait ce qu'on peut ma brave Dame.

Et en ce moment, je peux peu. C'pas ma faute... J'ai perdu tous mes neurones ou presque, ma mobilité s'est drastiquement réduite (je tiens à remercier mes ligaments, muscles, nerfs et autres parties défectueuses de mon anatomie) et mon énergie est partie voir ailleurs si j'y étais... et forcément j'y suis pas. En bref, je suis en plein milieu de mon troisième trimestre. Plus qu'un mois et demi avant de renoncer définitivement à mes nuits de sommeil et encore tellement de trucs à te montrer, et d'envies sur ma to do list... Pfff...

J'ai des petites fiertés hyper récentes à partager avec toi, mais comme je ne sais pas trop à quel rythme je vais réussir à continuer de venir ici, je préfère commencer par liquider mon stock de cousettes de 2014. En même temps, je dis ça, mais il ne m'en restait plus qu'une, mais pas des moindres. Un jean pour grand garçon !

Alors, faut dire ce qu'y est : c'est vraiment très loin d'être mon exercice de couture préféré. Mais mon fils en avait vraiment besoin et comme j'avais déjà tenté l'expérience une fois, je m'étais dit que je pourrais recommencer les doigts dans le nez. Erreure fatale ! D'une, ce jean a été cousu courant octobre (nausées, nauseées, nausées...). C'est un miracle que j'arrive à supporter sa vue tous les jours - ceux-là n'ont pas eu cette chance... hum. De deux, mon premier fute était cousu dans une sorte de sergé hyper fin, là c'est un vrai jean bien épais, bien lourd, bien pas coopératif. Ginette, j'ai décidé de donner un petit nom à ma MAC, tu aimes ? Donc Ginette a un peu lutté, mais comme c'est une brave fille, elle a tenu bon jusqu'au bout. J'avoue que les ourlets ne sont pas entièrement cousus sur tout le tour, trop d'épaisseurs à gérer. Mais on s'en fout, ça se voit pas. Et je ne sais pas ce que j'ai loupé avec ma braguette, déjà je l'ai cousu côté fille, hum, hum. Et j'ai vraiment eu du mal.

Je ne sais pas si on peut tout mettre sur le dos du premier trimestre, ou si moi et les pantalons on n'est pas les meilleurs amis du monde, toujours est-il qu'il en fallait un aussi à ma grande et que je suis sans hésiter allée chercher bonheur chez mon ami K***i. Et que j'ai immédiatement pris la sage décision de ne coudre que des pièces qui me donnaient envie, et pas dont j'avais besoin, même si parfois l'un n'empêche pas l'autre. En tout cas, toujours rechercher le plaisir avant l'utile, afin que coudre reste un moment agréable et pas une obligation.

Malgré tout ça, je reste quand même assez fière de ce maudit pantalon. Alors je précise aussi que je n'ai pas ajouté les passants de ceinture, la taille élastiquée me semblait bien suffisante. Taille élastiquée que j'avais très mal cousue. En gros, l'élastique s'était barré d'un côté, super utile quoi. J'ai mis à peine trois mois à la refaire, rien que de normal. Il est toujours porté aujourd'hui. D'ailleurs les photos datent de ce fameux week-end à l'avant de goût de Printemps dont nous avons tous pu profiter il y a quelques semaines. Week-end pendant lequel j'ai shooté quelques réalisations et ainsi pu torturer mes affreux à coup de trop de luminosité dans la tronche. T'inquiètes, ils me l'ont bien rendu. Bonjour les grimaces.

Et finalement j'ai bien fait d'en profiter... Depuis, un joli trou est apparu sur l'une des jambes du pantalon. Pourquoi, comment ? Mystère. Et quelques jours plus tard, c'est carrément l'un des deux genoux qui s'est totalement fendu (mon fils va bien, le jean moins...). Je lui ai fait une magnifique opération chirurgicale, mais il ne sera plus jamais le même...

Jean Camille (1)

Patron : So good, modèle 10 du Ottobre 4/2013, 122 en largeur et 128 en longeur

Fournitures : jean Mamzelle fourmi, coton Les tissus du Centre à Laval (pour les poches et fonds de poches)

Jean Camille (2)

Jean Camille (4)

Jean Camille (6)

Jean Camille (7)

Jean Camille (9)

Je ne suis pas franchement satisfaite du modèle, mais mon fils le porte volontiers et très régulièrement. Il est utile, alors...

Et comme je suis une fille pleine de principes et qui tiens volontiers ses bonnes résolutions, j'ai cousu, en urgence, début février, un pyjama bien chaud pour mon petit bonhomme qui n'avait le choix dans son placard qu'entre un pyj en jersey de coton dans lequel il va nettement aux fraises et deux pyj d'été (sous-entendu shorts et manches courtes). Ça me semblait un peu léger pour partir aux sports d'hiver. Il fallait agir vite, et comme la surjeteuse était encore toute fumante de quelques cousettes réalisées pour moi (et pas encore photographiées), je me suis dit qu'il ne fallait pas la laisser refroidir au risque qu'elle attrappe une pneumonie, la pauvre.

Pour réaliser ce pyj, j'ai ressorti un jersey de velours acheté l'année précédente justement dans cette optique. En ce qui concerne les modèles j'ai repris le patron d'un tish Ottobre que j'avais déjà réalisé plusieurs fois et largement rallongé au niveau du buste (genre si il tire dessus, ça lui fait une tunique), et comme je n'ai rien trouvé qui me satisfasse pour le pantalon, eh bien tiens toi bien, j'ai fait moi même le patron !!! Oo Et c'est une catastrophe ! Mais c'est portable, et c'est qu'un pyj. Mais bonjour le carnage. Je n'irai pas dans les détails cette fois-ci, j'ai bien trop peur de te perdre dans les méandres de mes errances couturesques, mais saches que j'en ai "un peu" bavé. D'ailleurs, ça m'a soudainement rappelé que j'avais un jour pris la bonne résolution de ne plus jamais coudre de jersey velours. Comme dit le dicton "souvent femme varie". En ce qui me concerne, ma maîtresse de CM1 avait vu juste, je suis une girouette.

Pyjama Camille (17)

Patrons : Fall Basic, modèle 12 Ottobre 4/2013 en 122, et pantalon patron maison (agrandissement d'un de ses pyj à l'arrache)

Fournitures : jersey de velours indigotex.

Pyjama Camille (19)

Aussitôt cousu, aussitôt essayé, aussitôt adopté. Mon fils était tout content. Alors était-ce la joie de ne plus avoir froid ? Celle d'avoir été la cible d'une de mes séances couture qui lui pèse tellement ? - il paraît que je couds beaucoup trop... Ok... - Ou tout simplement le pyj qui lui a plut. Il ne voit pas les innombrables défauts et ça c'est top. Et puis, je sûre qu'il lui ira encore l'an prochain. On se console comme on peut.

InstagramCapture_bb0b530c-3b3e-406a-8095-d30df310f846

Mon fils, toujours en représentation. 

Pyjama Camille (3)

Pas moyen de le photographier sans qu'il fasse le singe.. Et encore j'ai gravement trié. Tu n'as que le haut du panier.

Pyjama Camille (4)

Pyjama Camille (6)

Il me reste assez de ce merveilleux jersey pour me faire avoir une nouvelle fois. Chouette alors... Je vais quand même attendre l'année prochaîne, afin de pouvoir prétexter l'amnésie partielle en cas de rechute. D'ici-là, je remercie les jours de rallonger et le temps de timidement se radoucir. Ça va considérablement me faciliter la couture ;-)

Sur ce, je reviens vite (enfin j'espère) avec de la couture 100% plaisir ou presque.

Tschuss !

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

Enregistrer

lundi 30 juin 2014

Ange ou démon ?

Je sais que j'avais proposé une alternance crochet/couture, mais voilà, toutes les petites bêtes commencées pendant les vacances d'avril sont actuellement au point mort. Soit abandonnées en pièces détachées, soit carrément en cours de crochetage... Je crois que je ne pourrai jamais résister aux appels de mes envies. On ne se refait pas.

La couture a donc repris l'ascendant. Et puis je te rappelle que j'ai fait le tri dans les fringues de ma grande, et que devant le vide intersidéral sur ses étagères, il fallait faire quelque chose... et vite !!! Donc, après la chemisette et la jupe culotte, c'est un legging et deux tishs à manches courtes qui sont venus remplir le placard. De bons basiques, qu'elle a tout de suite adopté. Elle attend d'ailleurs avec impatience que je récidive pour le legging.

Pour le coup, je n'ai pas grand chose à dire sur ces cousettes. Pour le legging, j'ai pris le patron de Marie, Love like legging en 10 ans. Il est parfait, bien taillé. J'ai coupé sans marges de couture et j'ai bien fait. Par contre la taille aurait peut-être mérité d'être un peu plus haute. Je remédierais à cela la prochaine fois. Les tishs sont des modèles Ottobre.

Tishs et legging Julie (1)

Patrons : Love like legging, Aime comme Marie

Fournitures : jerseys du marché, flex velours Ki-sign

Pour personnaliser un peu le t-shirt, j'ai sorti tout un tas de motifs à ma grande. Parmi eux, se trouvaient de superbes têtes de mort que je me destinais égoïstement... Après 10 minutes de supplications, j'ai fini par craquer. Je sais je suis faible. Je me le serai bien gardé mais ça lui faisait tellement plaisir. Et puis, comme ça, elle a pu se la péter à l'école.

Tishs et legging Julie (2)

Tishs et legging Julie (3)

Tishs et legging Julie (4)

Pour la petite histoire, les photos précédentes ont été prises en même temps que celles du sac volé / pas volé. Quand on a 45 minutes de retard, on est plus à une minute près. Oui, je suis une mère indigne, et j'assume ;-)

Et après la version rock'n'roll, place à la version sage.

Tishs et legging Julie (5)

Patron : Luz del sol, modèle 32 du Ottobre 3/2013 en 140 cm

Fournitures : jerseys du marché, flexs Ki-sign

Tishs et legging Julie (8)

Tishs et legging Julie (7)

Pour les finitions, après plusieurs échecs cuisants avec mon aiguille double (je dois être la seule meuf à pas savoir m'en servir), j'ai fait un truc de ouf, j'ai testé les points de ma MAC. Ben ouais, après tout ce temps, j'ai fini par découvrir de nouvelles possibilités. Et je dois avouer que j'aime particulièrement ce point d'épi sur mon ourlet. Et celui-là, je suis sûre qu'il ne craquera pas un de ces quatre.

Tishs et legging Julie (6)

▼ ▲

Et pendant que j'y étais, j'en ai profité pour tester le Love like legging pour Emilie. J'ai choisit de le faire en 2 ans avec marges de couture. J'ai bien fait de ne pas tailler plus grand.

Legging Émilie (1)

Patron : Love like Legging, Aime comme Marie

Fournitures : jersey du marché, flex ki-sign

Legging Émilie (2)

Elle me fait toujours autant craquer cette petite crapule ♥

Legging Émilie (9)

Au final, des cousettes utiles, faciles et immédiatement adoptées. Du temps bien rentabilisé, j'te dis.

Je commence à accumuler pas mal de vêtements home made. Et je prends un malin plaisir à les compter quand j'étends mes lessives.

Allez, je vais continuer sur cette lancée ;-)

Tschuss !!!

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook