vendredi 5 mai 2017

Les oubliés de l'an dernier

Hello.

Mine de rien, ça commence à faire un bail que je ne suis pas venue me plaindre et partager mes états d'âmes par ici. D'ailleurs, ça fait un bail que je ne suis pas venue partager tout court...

Je commence à me demander si je ne me serai pas fait un petit burn out post défi délire à la con... A moins que ça ne soit encore un coup des Dalton, tu sais, les 4 nains qui hantent mon salon... ou bien toutes ces questions qui bourdonnent dans ma tête...

Qui suis-je ? Où vais-je ? Dans quelle étagère ?...

Ou tout simplement la faute à ce putain de Printemps qui ne vient pas et aux cons qui fleurissent à la place des jolies fleurs...

Qui sait ?

Quoiqu'il en soit, et comme je suis quelqu'un de parfaitement équilibré ET rationnel, j'ai quand même voulu faire quelques recherches hématologiques et biologiques, juste pour en avoir le cœur net. J'ai donc fait une prise de sang. Et ouf ! Pas de maladie cachée, pas de grosse carence, et même pas la queue d'un début de ménopause... (si si, je me suis vraiment posé la question pour de vrai). Conclusion, je suis soit tarée, soit "juste" chiante, soit "juste" fatiguée, soit les trois en même temps. Je pense d'ailleurs retenir cette dernière hypothèse, faut savoir être lucide.

Forcément, pendant toute cette période où je me suis encore regardé le nombril en gémissant, je n'ai pas été très productive. Mais comme dirait mon chéri, mon roc, ma péninsule "produire n'est qu'un moyen de se conformer à notre société de consommation... tu crées, donc tu es... Laisses tomber, dors". OK... Sauf que déjà que je consomme pas énormément - à part de la bouffe, genre beaucoup - si j'arrête, on va tous finir à poil... étant donné que je me refuse de plus en plus à aller acheter des fringues, exception faite des chaussures (pour l'instant) ;-)

Il serait donc plus que temps que je me foute un bon coup de pied au cul et que je rouvre mon petit atelier clandestin. En vrai, c'est déjà chose faite, mais comme ça fait juste 15 jours que je suis sur une petite tunique pour la mini tornade, ça commence à avoir des airs de mythic fail...

A se demander si je me suis pas faite marabouter, ou un truc du genre.

Pour pouvoir repartir sur de bonnes bases, je me suis dit que ça serait pas mal de solder tous mes trucs non publiés qui trainent. Comme ça, bien obligée de me bouger, si je veux reviendre un jour ;-) Pas con le bourdon...

Justement, je gardais depuis L'AN DERNIER oO quelques petites cousettes pour ma jolie Julie, du temps où elle était encore en CM2, et où elle avait encore des joues rondes de bébé... Snif... La sixième, je te le dis, c'est le mal absolu, une machine infernale à transformer les petites filles en jeunes filles, avec en option le rire à la con, le je-m'en-foutisme total niveau organisation et hygiène, et la croyance profonde qu'elle peut te répondre, comme ça, pour le fun "vas-y, fais pas ta meuf Maman". Je te rassure, sur ce dernier point, j'extrapole, pour la galerie. Sinon, tu penses bien que je lui aurais offert un aller-retour pour Mars, et pas en première classe.

Alors, de quoi s'agit-il ?

 

TROP TOP D'IVANNE S. VERSION B (ma préférée)

Encore. Cousu à la suite des trois autres réalisés environ à la même période. Mais en tissu chaine et trame.

Il a été porté, reporté, encore et encore. Je crois bien que c'est aussi son préféré. D'ailleurs, il sort tout juste de la machine. Et j'en suis ravie, parce que vu comment elle a grandi, c'était pas évident que ça lui aille toujours, un an après.

Le tissu vient de Mondial Tissu, un vrai coup de cœur. Le seul hic, c'est qu'il est OBLIGATOIRE de le repasser si je veux pas la voir se promener avec un chiffon sur le dos, ET que la parementure, malgré sous piquage et surpiquage (sous le col) refuse de tenir en place. La relou...

A part ça, on l'aime ♥

Trop Top Ivanne S (1)

Trop Top Ivanne S (2)

Trop Top Ivanne S (3)

En bref

  • Trop Top d'Ivanne S. en 12 ans.
  • Version B. Dos en un seul morceau. Col claudine et bas du devant arrondi comme le dos.
  • Tissu principal de chez Mondial Tissu, col claudine en lin violet de mon marché.

 

LATE SUMMER DE LOU AND ME

Je craque rarement sur des modèles au premier coup d'œil. Un peu comme dans la vie de tous les jours, je commence souvent par me méfier pour ensuite me laisser convaincre (ou pas...). Et parfois, il y a ces exceptions qui confirment la règle. J'ai littéralement adoré cette jolie robe salopette dès sa sortie, et j'avais hâte d'en coudre une. J'aime beaucoup les patrons de Lydie qui sont toujours simples sans être simplistes. Tout s'emboîte parfaitement, les explications sont claires. Pas de mauvaise surprise.

D'après mes souvenirs, ça a encore été confirmé lors de la réalisation de cette robe. Je crois me rappeler que je me suis bien amusée... J'ai volontairement mis la doublure des poches à l'extérieur afin que la robe puisse s'assortir avec le Trop Top vu précédemment, et inversement ;-) J'ai bordé ces mêmes poches de passepoil rose. Et j'ai tout surpiqué de manière visible afin de bien souligner tous les détails de cette jolie robe.

Le seul et unique problème que j'ai rencontré est uniquement dû au jean utilisé en matière principale. Celui-ci étant relativement épais, j'ai eu un peu de mal à faire mon ourlet - simple, mais quand même.

Robe Late Summer Lou and Me (1)

Robe Late Summer Lou and Me (2)

Robe Late Summer Lou and Me (3)

Robe Late Summer Lou and Me (7)

Robe Late Summer Lou and Me (8)

Robe Late Summer Lou and Me (9)

En bref

  • Late Summer de Lou and Me, en 12 ans.
  • Ajout d'une boutonnière centrale sur chacune des pattes de boutonnage latérales. Mon tissu étant épais, je voulais éviter que "ça baille".
  • Jean Lolie shop. Coton fleuri (viscose... je suis nulle en tissu) et boutons de chez Mondial Tissu. Coton de doublure RIJS textile.

Après essai il y a quelques jours, il s'est avéré que ma grande l'a trouvé "un peu courte"... De toute façon, au-dessus du genou, c'est indécent en ce qui la concerne. Je sais, ça ne va pas durer. En attendant, cette robe a été modérément portée l'an dernier. Comme tu peux le constater sur la dernière photo, j'avais cousu les boutons relativement haut sur les bretelles. Je les ai descendues au maximum pour rallonger la robe. J'espère qu'elle vivra quelques beaux jours cet été, avant d'aller rejoindre le carton des futurs vêtements d'Émilie.

 

SHORT JOYEUX D'HER LITTLE WORLD

Les deux pièces précédentes ayant été réalisées au mois d'avril (de l'an) dernier, je te propose un petit saut dans le temps, à peine quelques mois plus tard, début Août plus exactement.

Pour son anniversaire, Julie avait reçu pour cadeau un stage d'une semaine dans une école de cirque. Par soucis d'équité ET d'organisation, son frère et sa sœur ont également pu y participer. En terme d'équipement, on ne leur demandait qu'une tenue adaptée, normal, sauf que... La petite rentrait encore dans son Joyeux de l'été précédent (deux ans déjà... oO), j'avais taillé un short à Camille dans son jogging troué... et Julie était à poil. Comme d'hab'.

Je me suis donc retrouvée la veille ou l'avant-veille du premier jour de stage (je ne sais plus très bien) à lui coudre ce petit short que j'adore. Seulement voilà, il s'arrête au 10 ans, et ça, c'était clairement trop petit pour ma sauterelle. J'ai donc extrapolé un 12 ans... pas tout à fait à la ouaneaguène mais presque, en espérant très très fort que ça aille.

Côté tissu, j'ai utilisé un très vieux Boubou rapporté par mes parents ou mes grands-parents à l'époque où ils vivaient en Côte d'Ivoire (longue Histoire...). Après avoir découpé mes pièces, je me suis rendue compte que le tissu était beaucoup trop fin pour être porté tel quel. J'ai donc tout doublé. Et j'ai cassé le côté uni et un peu strict avec un passepoil que j'avais fait dans les restes de sa combi d'anniversaire.

Rien à dire sur ce short. J'ai hâte d'en coudre un nouveau à Émilie pour cet été... Ce short, c'est la base. Rien de plus.

Short Joyeux Her Little World (1)

Short Joyeux Her Little World (2)

Short Joyeux Her Little World (3)

En bref

  • Short Joyeux d'Her Little World extrapolé en 12 ans
  • A part ça, aucune modif ;-)
  • Recyclage de Boubou Africain et passepoil fabriqué dans des chutes.

Et sans surprise, celui-là va encore, et risque d'être encore très très porté cet été ;-)

 

Robe Late Summer Lou and Me (6)

 

Je te laisse sur cette photo de ma tragédienne en herbe...

A très bientôt.

Tschuss.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 


lundi 20 mars 2017

Pour qu'elles soient les plus belles ♥

Hello ;-)

Ouais, je sais, j'ai zappé la récap, Ô combien attendue, de mon magnifique défi de Mars...

Ceci n'est en réalité pas un oubli, et est totalement indépendant de ma volonté. La semaine ayant été entièrement placée sous le signe de notre amie la gastro, sautant d'hôte en hôte, jour après jour, telle une puce dans un chenil... Se concluant en apothéose, par Émilie rendant son apéro fraîchement englouti, samedi soir, chez des amis. Mais je te rassure, en bons parents indignes que nous sommes, nous l'avons bien calée dans le canapé avec un doliprane et une couverture. On allait pas se gâcher la fête pour si peu ;-)

Et cerise sur le gâteau, j'ai réussi, dans un geste d'une élégance toute Royale, à faire choir, de toute ma hauteur, la prunelle de mes yeux. oO Finalement, rien de cassé. Mais il a fallu accélérer une opération capitale, prévue de longue date et systématiquement repoussée. Après quelques heures d'angoisse, tout est revenu dans l'ordre. Je suis soulagée de te dire que mon formidable PC fonctionne de nouveau parfaitement, et même mieux qu'avant, grâce à son tout nouveau disque dur électronique. Décidément, je kiffe la technologie =D

Pour en revenir à l'épisode viral, tu te souviens peut-être que dans mon dernier billet, je te parlais d'une tenue que je devais coudre d'urgence à la demi ado, et ce pour le lendemain. Forcément, c'est elle qui a ouvert le bal. Malade comme un chien toute la nuit de dimanche à lundi, elle a tout de même tenu à aller au Collège pour montrer à ses copines le résultat de nos essais de bigoudis. Ces ados... Sans surprise, elle est rentrée à la maison, en moins de temps qu'il ne m'en a fallu pour boire mon café. Et c'est donc avec ma gamine verdâtre, allongée dans le canapé, que j'ai cousu une jolie robe de fête pour la "journée de l'élégance" organisée par le Collège.... En espérant qu'elle soit assez remise le lendemain pour pouvoir la porter.

La réalisation de ladite robe ne présentant aucune difficulté majeure, elle a été assez vite assemblée, jusqu'au moment où j'ai dû poser la fermeture éclair invisible. Une grande première pour moi. LE truc que j'évitais soigneusement depuis des années.... Eh bien je dois dire que je ne m'en suis pas si mal sortie, surtout sans pied spécial. Il faut pas mal de minutie, mais finalement ça fait partie des choses que j'aime dans la couture. Je n'irai pas jusqu'à te mentir et te dire que je l'ai posé parfaitement du premier coup... Tu n'es pas dupe. Je m'y suis reprise à 3 fois avant d'obtenir un résultat qui me satisfasse. Et ça fait plutôt bien le job je trouve.

Wendy Ottobre 6-2015 (11)

Le soir venu, ma grande ayant recouvré ses forces... nous sommes passé à la préparation de la bête. Le test boucles de la veille était concluant, mais je n'avais vraiment pas assez de bigoudis dans mon placard, et pas de fer à friser ni à lisser en ma possession non plus. Et si le proverbe dit que "ce que femme veut...", ramène ça à l'échelle d'une ado de presque 12 ans, et tu t'approcheras presque de la dure réalité. Dans ses recherches sur Youtube (l'ami des grands et des petits), elle avait dégotté un tuto dans lequel la jeune femme utilisait des feuilles de Sopalin en guise de bigoudis. Dommage, j'ai banni l'essuie-tout il y a de cela quelques semaines... Et c'est dans un éclair de génie que je me suis rappelée toute ces chutes qui attendaient leur heure à l'étroit dans leur petite boîte.

C'est pas joli comme ça ? Limite j'aurai pu la laisser aller au Collège avec ces papillotes colorées, non ? ;-)

Bigoudis chutes

Le lendemain, elle était levée aux aurores... Habillage, coiffage, maquillage... Petite séance photo très très vite faite sur le parking. J'ai gardé ce cliché parce que c'est le seul que j'avais en pied et donc sur lequel tu pouvais avoir une vue d'ensemble, chaussures comprises. Je t'avoue que je ne la trouve pas trop à son avantage... Le sourire crispé y est certainement pour quelque chose. Ça lui donne de faux airs de Nelly Olson... MDR

Wendy Ottobre 6-2015 (1)

Wendy Ottobre 6-2015 (8)

Modèle : Wendy, modèle numéro 25, Ottobre 6/2015, en 158 cm

Matos : dentelle, gabardine, biais satin et fermeture éclair invisible de chez MT.

J'ai payé le tout une petite fortune. Jamais je n'aurais acheté une robe à ce prix-là... Mais je me console en me disant qu'il m'en reste bien assez pour faire une ou deux pièces à sa petite sœur. Et que vu ses résultats scolaires, elle la méritait bien.

Wendy Ottobre 6-2015 (9)

La journée était assortie d'un petit concours. Chaque classe devait élire son Roi et sa Reine de l'élégance. Ma grande est rentrée un peu déçue de ne pas avoir été choisie. Mais elle a quand même remporté quelques suffrages, et ça, en début d'année, c'était loin d'être gagné.

Et puis pour moi, elle était forcément la plus belle ♥

Wendy Ottobre 6-2015 (2)

Wendy Ottobre 6-2015 (3)

Wendy Ottobre 6-2015 (4)

Wendy Ottobre 6-2015 (5)

Je sais pas toi, mais je trouve qu'avec ces baskets, c'est la grande classe.

Wendy Ottobre 6-2015 (6)

Wendy Ottobre 6-2015 (7)

Je termine cette série avec une photo prise le Jour J avec mon portable, recadrée et passée par un des filtres d'Instagram. Je me demande encore comment mon bébé a pu devenir une aussi jolie jeune fille.

Wendy Ottobre 6-2015 (10)

 

Il ne t'aura pas échappé que le titre parlait "d'elleS", au pluriel.

Samedi soir, nous étions donc invités chez des amis. Les parents du meilleur ami pour la vie de notre grand, en l'occurrence, et heureux jeunes parents d'une petite fille depuis bientôt... 18 mois. Honte sur moi, je n'avais jamais pris le temps de leur offrir un petit cadeau. J'ai profité de l'occasion pour réparer l'affront.

Je lorgnais depuis très très longtemps sur la Kate's dress, admirée moult fois chez la Reloux et sa concubine Louetjo. Pour les adeptes du premier degré, je précise qu'un fait alternatif s'est glissé dans la phrase précédente....

Et justement, avant de me jeter sur Kate sans réfléchir, eh bien j'ai beaucoup trop cogité. Je suis tombée raide dingue de cette version de Céline, et je me suis autorisée à la copier sans vergogne. Et j'en ai chié... Cette robe m'a pris des heures, alors qu'en réalité elle est extrêmement simple à réaliser.

Mais à trop vouloir simplifier...

J'ai donc retiré la doublure, ce qui m'a obligé à finir l'encolure et les emmanchures avec un biais. Que j'ai fait moi-même forcément. J'en ai bavé pour les emmanchures. Je crois que c'est le truc qui m'a fait le plus enrager. Juste parce que cette finition n'était finalement pas compatible avec cette version de plastron... Tant pis.

J'ai doublé les manchons. Et ça, j'adore ♥

Et j'ai fait le dos en une seule partie en préférant une fente, qui ne m'a posé aucun problème. SAUF ! Et ça je ne m'en suis rendue compte que le lendemain. Comme j'ai coupé le dos en une seule partie, et que les marges sont incluses dans le patron... le dos est sensiblement plus large que le devant... Ça ne devrait pas être flagrant porté, mais c'est encore un de ces semi-échecs qui me gonflent bien comme il faut.

J'y ai donc passé l'après-midi et je n'ai fini la robe qu'une poignée de minutes avant de partir pour notre dîner. D'où les photos pourraves à la lumière de ma lampe de salon...

Kate's dress Lily Bird Studio (1)

Modèle : Kate's dress, Lily Bird Studio, en 3 ans (trop peur qu'elle soit trop petite...)

Matos : Coton ? de mon marché et liberty Mauvey rose gagné chez Stragier.

Kate's dress Lily Bird Studio (2)

Kate's dress Lily Bird Studio (3)

J'ai eu un peu de mal à me détendre après avoir lutté avec cette pauvre Kate, mais la vue d'ensemble m'a rassurée. Je la trouve superbe. Il va d'ailleurs falloir que j'en refasse une à Émilie de toute urgence ;-) Et tu me connais, l'urgence, c'est mon dada...

 

Rendez-vous dans 2 jours pour une "petite" récap des deux dernières semaines de défi.

En attendant, bon lundi. Keep it real.

Tschuss.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

vendredi 23 septembre 2016

Je ne suis pas z'un héros, un héros...

Hello meuf.

J'ai cru remarquer (dis moi si je me trompe) que ça n'a pas l'air de te gêner plus que ça quand je me mets à râler et à me plaindre. Franchement, t'imagine pas comment je trouve ça trop cool de ta part. Mon mec, lui, n'est plus aussi conciliant ;-) Je comprends pas pourquoi =D

Comme t'aimes ça et que tu ne sembles pas être à deux doigts d'aller consulter un avocat (je te rassure, mon mec non plus, hein ?!), ben... je vais en remettre une couche, ça me fera du bien. En même temps, t'es pas obligé(e) de lire. Mon mec, lui, il est obligé d'écouter. Quoique... Et puis, toi et moi, on n'est pas marié'e)s... Mais c'est pas une raison, hein. T'en vas pas.

En plus, je vais même pas râler, je vais pleurnicher, c'est encore pire. Mais d'abord, je vais t'avouer un truc, j'adore quand tu m'envoies des fleurs et que tu me prends pour une Wonder Woman. Mais très franchement... j'en suis tellement loin. Tu me diras, et c'est ce que j'ai répondu à un commentaire hier, "on est toujours le Super Héros de quelqu'un. C'est un peu comme avec les cons...." Alors, je te remercie, infiniment, de m'avoir élevée au rang de Super Héroïne, même si je ne pense pas vraiment le mériter, malgré le fait que j'essaye de m'en auto persuader... Ouh la... Je crois que la schyzophrénie me guette.

Si je ne t'ai pas encore perdue, on arrive enfin là où je voulais en venir. Sous mon apparence de fille enjouée, toujours prête à dire une connerie, se cache une grande angoissée qui, d'après mon mec (et il à pas tort), ne voit souvent que le verre à moitié vide et non pas à moitié plein. Et ça, je te jure, à vivre au quotidien, c'est super chiant. Autant pour mon entourage que pour moi. Aujourd'hui par exemple, je me suis reveillée non pas de mauvais poil (comme souvent), mais ultra tendue, limite déprimée. Après avoir eu envie de pleurer en déposant un Chouchou lui-même en pleurs à la garderie, je suis rentrée chez moi, quelques minutes à peine après que la grande soit partie pour le Collège (re envie de pleurer), et je me suis retrouvée toute seule, pour la première fois depuis des mois, dans mon appart. Normalement, j'aurais dû sortir les cotillons et la boule à facette. En mode Toutouyoutou... Ben même pas.

Pour ne pas gâcher cette journée de liberté, j'avais quand même tout prévu. Je devais coudre un jean à Julie. Youhou ! Une journée de couture et de silence rien que pour moi ! Ben non. En fait, si. Mais il m'a fallut une heure avant d'arrêter de déprimer et de pouvoir m'y mettre. T'en veux du Super Héro en carton ? Au final, j'ai passé le reste de ma journée en tête à tête avec ma machine et quand mon alarme a sonné pour aller chercher les nains à l'école j'ai faillit re déprimer... C'était déjà fini... Je crois que je suis définitivement foutue. Un jour, peut-être, je saurai apprécier chaque moment à sa juste valeur, au lieu de n'en voir que les mauvais aspects... Ou pas...

Bon, bref, je suis une dépressive en sursis, une emmerdeuse patentée, une éternelle insatisfaite, un cauchemar ambulant pour qui vit avec moi. Mon pseudo te trompe sur la marchandise ;-) Et tu te laisses embobiner. Je t'adore. En plus, après tout ce blabla dont tu n'avais strictement rien à battre, je te montre même pas le jean dont je t'ai parlé. Je suis vraiment toute pourrie ;-)

Allez, pour te remercier d'être aussi sympa avec moi, pour profiter du fait que l'automne ne soit pas encore installé (c'est quoi le rapport ? ), et puis un peu parce que j'étais venu là pour ça à la base, je vais te montrer une petite cousette qui ne date pas d'hier puisqu'elle a été réalisée au mois d'Avril et que les photos, elles, ont été prises, très précisément, le 8 mai dernier...

Ça faisait très très très longtemps que je voulais coudre une Alula d'Ivanne S. Mais soit j'avais une trouille (inexplicable et inexpliquée) de m'y mettre, soit un baobab géant dans la main... toujours est-il que je me suis réveillée un matin d'avril, froid et moche, avec une envie irrepressible de robe estivale. Une Alula, et rien d'autre. J'avais le tissu. Yavaipluka. Une fois mes deux pièces coupées (j'ai zappé le col), je me suis rendue compte que le tissu serait trop transparent à porter tel quel. J'ai donc coupé une doublure. Et c'est là que c'est parti en cacahuette. J'ai mis un certain temps à trouver comment doubler la robe... Finalement, je ne sais plus d'où ou de qui est venue l'idée (mais pas de moi assurément), il suffisait d'assembler selon la technique dite "de la cuillère". La même que celle employée pour assembler le haut de la Datura de Deer and Doe. Bon sang, mais c'est bien sûr ! Comment avais-je fait pour ne pas y penser ? On est douée où on ne l'est pas. CQFD.

Une fois ce "problème" résolu, la robe a été achevée en deux coups de cuillères à pot. Un ourlet rapporté avec un biais doré pour l'extérieur et un roulotté pour le bas de la doublure (raccourcie par rapport à l'extérieur) et c'était fini. Le genre de couture rapide et sans accro. Enfin, c'était sans compter sur l'un des élastiques utilisé en guise de boutonnière, qui a décidé de céder au bout deux jours. Va réparer un si petit truc dans un angle déjà coupé. Je te raconte pas la galère...

Pour aller avec , j'avais cousu un joli bandeau, tout simple. Je dis bien avais... Tel que tu le vois, il a tenu une journée à l'école avant de disparaître... Même pas vener. Depuis, j'en ai refait un autre, qui lui, ne verra jamais la Grande Section... Faut pas chercher les emmerdes.

A toi qui a tout lu, je te laisse avec mon actrice dramatique en herbe.

A toi qui a sauté le monologue abrutissant, t'inquiètes, je t'en veux pas. Tu peux aussi profiter des talents de mon mini moi =D

Robe Alula Grain de Maïs Ivanne Soufflet (9)

Modèle : Alula d'Ivanne Soufflet en 4 ans rallongée en 6, Grain de couture pour enfants

Fournitures : plumetis à fleurs du marché, première étoile guimauve (doublure) MOtif Personnel, biais doré gagné je ne sais plus où.

Robe Alula Grain de Maïs Ivanne Soufflet (11)

Robe Alula Grain de Maïs Ivanne Soufflet (12)

Robe Alula Grain de Maïs Ivanne Soufflet (13)

Robe Alula Grain de Maïs Ivanne Soufflet (16)

Attention photo moche mais au grand intérêt couturesque... Le biais doré, in situ.

Robe Alula Grain de Maïs Ivanne Soufflet (4)

Je te remets quelques clichés de la Star en lutte contre les Paparazzi (ou le vent, ou le soleil... au choix).

Robe Alula Grain de Maïs Ivanne Soufflet (10)

Robe Alula Grain de Maïs Ivanne Soufflet (14)

Robe Alula Grain de Maïs Ivanne Soufflet (18)

Robe Alula Grain de Maïs Ivanne Soufflet (19)

Robe Alula Grain de Maïs Ivanne Soufflet (15)

Robe Alula Grain de Maïs Ivanne Soufflet (17)

Allez, on dirait que moi aussi j'ai 4 ans et demi, qu'on est Dimanche et qu'on va au Parc... ♥

Robe Alula Grain de Maïs Ivanne Soufflet (20)

Promis, demain, je vois la vie en rose...

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

lundi 7 septembre 2015

L'indispensable de l'été

Il y a pas à dire, mais cette année, on a vraiment eut un été de dingue... Tellement dingue que les canicules se sont succédées si vite que j'ai l'impression d'avoir passé tout mon temps à poil (ce qui, j'espère, à fait le bonheur de mon voisin d'en face). Il paraîtrait même que ça a été l'été le plus chaud depuis qu'on a commencé à faire des relevés de températures... Un été historique quoi. J'espère que mon voisin a profité de sa chance pour faire des photos, ça risque pas de se reproduire tous les ans. L'année prochaine on devrait avoir un bon vieil été de merde. L'occasion de pouvoir se remettre à râler sur le temps pourri, toussa toussa. Parce que forcément, cette année, à part les éternels mécontents (et toi même tu sais qu'ils sont nombreux) on n'a pas pu dire qu"'il n'y a plus de saison ma bonne Dame !" D'ailleurs après un été pareil, j'espère qu'il va neiger abondamment cet hiver. Ça ne serait que justice. Et puis, n'en déplaise aux râleurs, l'été il fait chaud, l'hiver il fait froid. Point barre. Et quitte à se peler les miches, autant que ça soit joli et féérique. Je dis ça, je dis rien.

Bref, il a fait beau et chaud. Impossible donc de faire l'impasse sur la crème solaire, les chapeaux, les glaces (hum hum), le rafraichisseur d'air qui te sauve la life, n'ayons pas peur des mots, et... la Robette. Ben ouais, LA Robette quoi ! Comment ça cet été t'as pas cousu de Robette ? Non mais allo quoi ? C'était l'occas' ou jamais ! Rappelle toi, l'an prochain, il fera moche. Si tu veux une consultation sur ton avenir, laisse moi un message via "contacter l'auteur", c'est pas cher. Et pour presque rien je te promets aussi le retour de l'être aimé, l'épilation définitive à distance et les journées de 35h ;-)

Donc, la Robette... D'habitude, j'ai toujours une voire deux saisons de retard dans mes réalisations. Je suis une véritable has been de la mode que ça soit en prêt-à-porter ou en couture. Il n'y a qu'à parcourir les pages de ce blog pour se rendre compte que je couds rarement la même chose que tout le monde et que je n'ai pas non plus les mêmes dealers de matière première que la moyenne des bloggeuses. Une vraie rebelle...  Mouais. C'est surtout parce que je suis un gros diesel, et que le temps que je me décide à coudre un patron qui vient de sortir, eh bien finalement, il vient plus de sortir et on l'a tellement vu partout que ça frise l'overdose. Et puis, je craque que sur ce qui me plaît et pas sur ce qui plaît à la masse. Mais ça, c'est un autre débat.

Rappelle toi ce que je t'ai dit plus haut : cet été a été historique. Tellement historique que j'ai réussi à coudre un patron presque au moment de sa sortie, et en deux temps trois mouvements par dessus le marché. Ce qui fait que mes Princesses ont pu en profiter tout l'été. Je crois qu'après les médailles de la mère qui déchire et celle de la Reine de l'organisation, j'ai bien mérité celle de la parfaite couturière. Continue à m'appeler Modestie, ça me va tellement bien.

Comme je suis une grande malade, et une fan inconditionnelle de mes petits duos de sistas, c'est sans aucune hésitation que j'ai utilisé le même jersey pour les deux robes. J'ai juste utilisé des biais différents pour les encolures et les bretelles. Fallait bien trouver un truc pour les différencier quand même. Comment ça elles font pas la même taille ? Mouais, si tu le dis ;-) Et puis comme j'avais pas envie de mettre d'étiquette mais que je voulais quand même que les robes aient un sens - parce que c'est bien sympa le côté réversible mais le délire un jour à l'endroit, un jour à l'envers, je suis pas fan... - j'ai posé des flocks velours sur l'un des côtés devant. Mais même comme ça Julie a osé me demander dans quel sens elle devait la mettre... Au secours... La dégénérescence neuronale a déjà débuté oO

En ce qui concerne la réalisation de ces robes, rien à redire. Ça roule tout seul. Deux pièces à assembler, 4 biais à poser et un ourlet... Rien de plus simple. Si je n'avais pas eu d'autres envies couturesques cet été, j'aurais pu en coudre à la chaîne (ou presque).

Robettes HLW (39)

Patron : La Robette patron gratuit de Her Little World en 10 ans avec marges et en 4 ans sans marges, et ajout de 3 cm en bas de chacune des robes.

Fournitures : jersey marin rose Mamzelle Fourmi, biais maison liberty pour Julie, reste d'un superbe coton acheté aux Tissus du Centre à Laval pour Émilie (ourlets rapportés avec les mêmes biais).

Et mes jolies Princesses qui jouent de plus en plus le jeu des photos. Merci à elles ;-) Je ne sais pas ce qu'elle ont vu. Peut-être rien d'ailleurs. Elles sont tellement Actor's Studio ! MDR ;-)

Robettes HLW (17)

Les fameux biais qui font toute la différence.

Robettes HLW (44)

Robettes HLW (1)

La preuve qu'on peut tout faire en Robette !

Robettes HLW (7)

Robettes HLW (8)

Robettes HLW (9)

Le biais rapporté qui rend l'arrondit de la robe si joli.

Robettes HLW (46)

Ces décolettés ♥

Robettes HLW (19)

Robettes HLW (6)

Robettes HLW (10)

Allez, tournez-vous les filles que je vois votre biais... Oo Hum hum... Il y a encore du boulot avant de pouvoir parader sur les podiums.

Robettes HLW (20)

Et les si jolis flocks de chez Ki-sign. Julie a choisit un petit papillon étant donné que j'ai refusé de lui refiler (encore une fois) une de mes têtes de mort. Faut pas pousser. Quant à Émilie, sur une planche remplie de mignonnes petites bestioles genre coccinelle, escargot, girafe, zèbre etc.. et bien elle a préféré le serpent. Il va falloir que je la surveille de près. Ça sent la future psychopathe tout ça...

Robettes HLW (41)

Il y a qu'à regarder le sourire là... flippant ;-)

Robettes HLW (36)

Je ne pouvais pas finir ce billet sans te montrer cette magnifique photo. A gauche mon duo de princesses, et à droite mes petites nièces trop belles dans leurs robes cousues par leur maman. Les connaisseuses reconnaitront le modèle Monoï de Ti Molokoy.

J'adore ♥

DSC_4248

Et pour ne pas faire de jaloux... La même avec nos garçons ♥

DSC_4246

Et voilà le travail. Autant te dire qu'elles ont adoré leurs robes et qu'elles les ont beaucoup porté. Une vraie couture bien rentable comme je les aime. D'ailleurs, si tu me suis sur IG, tu as dû les voir passer plus d'une fois.

Allez, je vais aller organiser un tirage au sort pour choisir le sujet de mon prochain article, parce que j'ai encore pas mal de trucs à te montrer.

Tschuss ;-)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

Posté par amazingironwoman à 23:28 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

lundi 20 juillet 2015

Miss années folles

Pinaise ! 15 jours que les nains sont en wouacances...

Entre "déjà" et "c'est tout"... mon cœur de mère de famille nombreuse schizophrène balance sévère.

Il faut dire aussi que si la première semaine a été particulièrement active et organisée, les derniers jours écoulés m'ont gravement donné l'impression de partir en free style total. Et pourtant, en y réfléchissant bien, entre la journée de retrouvailles familiales pendant laquelle bébé Simon a enfin pu rencontrer ses oncles et tantes ainsi que ses cousins, le traditionnel feu d'artifice du 14 Juillet, le plan canicule dans le canapé, la visite de SOS médecin pour Camille (pfff... le gamin qui arrive à choper une angine en plein mois de juillet par 40 degrés...), la fin d'après-midi au parc qui s'est transfomée à la one again en pique nic improvisé et les visites de quelques amis, on peut dire qu'il y a encore eu de l'animation.

Franchement, je crois vraiment que je ne remercierai jamais assez ce blog pour ce formidable travail d'introspection qu'il me pousse à faire sur moi-même. Finalement, malgré tous mes doutes et tous mes défauts, il y a pas à dire, je suis trop une mère qui déchire ;-) Je sais, mon troisième prénom, après Confiance, c'est Modestie. Bon, en vrai c'est Madeleine et Renée, mais si tu le répètes, je te tue...

Bref, je suis une mère top niveau. Ok... le genre de mère qui va t'envoyer bouler 7 fois sur 10 parce qu'elle a autre chose à faire que de contruire des Lego ou de jouer aux Pokémon ou à un quelconque jeu de société. Je sais, c'est très très mal. Mais une fois les taches ménagères journalières effectuées, et les minus nourris, je n'ai plus qu'une envie... coudre... Ce qui n'arrive pas tellement souvent ces derniers temps, puisqu'il faut aussi compter sur le sommeil fractionné du bébé qui a la fâcheuse tendance à se réveiller à chaque fois que j'ai enfin l'occasion de m'approcher de Ginette. A croire qu'il le fait exprès le petit boulet.

Mais également le genre de mère qui va se mettre en quatre pour faire presque tout ce que tu lui as demandé, notamment ton costume pour le spectacle de fin d'année... Ce qui signifie, en général, des heures de prise de tête pour 3 minutes de passage sur scène. Du pur masochisme.

Cette année, pour une fois, le thème du spectacle a été annoncé assez tôt : Paris à différentes époques. Les maîtresses de Julie ayant choisi de représenter les années folles, je me suis donc retrouvée confrontée aux croquis de ma grande qui, malgré des recherches sur le web, s'était fait une idée bien précise de ce qu'elle voulait (ou pas). Idée qui n'entrait pas forcément en adéquation avec le thème. Début de la prise de tête... De plus, elle s'était persuadée qu'il lui fallait absolument son costume pour les différentes répétitions. En bref, ça urgeait grave. Limite on aurait dit que c'était une question de vie ou de mort. Il a fallut lui faire comprendre que l'essentiel, c'était de l'avoir pour le jour du spectacle, et que je ne pouvais pas miraculeusement pondre un costume comme ça, entre deux tétées. Surtout que, comme souvent dans ces cas-là, rien dans mon stock ne correspondait à ses critères. Comment se pouvait-il que je n'ai pas le moindre centimètre de tissu noir dans mes tiroirs...?

J'ai donc été obligée (horreur) de me rendre chez MT pour acheter un ou deux coupons de tissus. Deux en l'occurrence, dont un sur lequel j'avais parié d'avance qu'elle n'en voudrait pas (mais qui ne tente rien...). Bingo ! Refus catégorique de la demoiselle d'utiliser ledit coupon pour son costume. Pas chiante la môme... Après quelques heures de discussion, elle a fini par changer d'avis, ouf. Puis le temps a passé et l'échéance approchant, j'ai commencé a trouver l'idée de départ un petit peu ambitieuse et ça manquait quand même cruellement de franges tout ça.

Finalement, moi qui ne voulais pas acheter trop de fournitures pour un simple costume de spectacle, me suis retrouvée à retourner chez MT pour acheter des franges Charleston... Ce qui, au bout du compte, a grandement simplifié le croquis initial et la réalisation elle-même. Exit le tissu dont elle ne voulait pas à la base, ainsi que le croquis ultra alambiqué. Note à moi-même: c'était bien la peine de se prendre a tête... hum hum. Je suis repartie d'un patron ultra basique, le Aime comme Miss en taille S, rallongé en robe sur le bas de laquelle j'ai cousu les franges. Simple, rapide, efficace ET réversible. Je l'ai laissé choisir le tissu de doublure dans mon stock et en quelques heures, j'avais monté la bête. Ne manquait plus que les franges et les ourlets.

Pour être sûre de reporter la robe ultérieurement, elle m'avait demandé de coudre les franges à la main... (est-ce que ça t'étonnes si je te dis que depuis elle a changé d'avis ?!) Et ce pour le mardi précédent le spectacle, sous prétexte d'une générale en costume. Soit... Je me suis exécutée en ponctionnant sur mes heures de sommeil. Quelle ne fut pas ma joie d'apprendre le lendemain que ladite robe n'avait jamais été sortie du sac dans lequel je la lui avais mise le matin. Foutus gosses.

Malgré toutes ces péripéties, et le fait que j'ai faillit la passer plusieurs fois par la fenêtre (Julie hein, pas la robe...), je suis bien contente d'être allée au bout de cette modeste réalisation. Il y a pas à dire, ça lui va vraiment à ravir. Et elle était toute fière de la porter le jour du spectacle.

Je te laisse juger toi même avec quelques clichés... côté pile...

Robe spectacle Julie (35)

Patron : Aime comme Miss, moins 1 cm sur le pli, raboté après coup sur les côtés et rallongé en robe.

Fournitures : voile de coton noir et franges Charleston MT, tissu jaune à fleur du marché.

Robe spectacle Julie (37)

Au début de la séance photo, Mademoiselle n'était pas très coopérative, voire faisait carrément la gueule. Trop de soleil dans la tronche... (soleil qui s'est caché assez vite, merci pour rien). Résultat, elle s'est mise à sucer son pouce. Trop la classe ;-)

Robe spectacle Julie (40)

Robe spectacle Julie (41)

Robe spectacle Julie (45)

Gros plan sur les franges Charleston achetées à MT. C'est joli, mais qu'est-ce que c'est pourri ! Les franges s'emmêlent, la bordure s'écrase. Bref, une vraie plaie.

Robe spectacle Julie (43)

... et côté face ♥ J'avais acheté ce tissu l'an dernier sur le marché à côté de chez moi dans l'idée de m'en faire une tunique. Finalement, je le trouve parfait en robe pour ma grande.

Robe spectacle Julie (50)

Bon, j'ai toujours un doute sur le côté esthétique du côté pile et des franges qui dépassent, mais elle l'aime comme ça.

Robe spectacle Julie (53)

Robe spectacle Julie (54)

Robe spectacle Julie (57)

Robe spectacle Julie (56)

Mais qu'elle est belle ma fille ♥ Quand je pense que c'est moi qui l'ai faite.

Robe spectacle Julie (48)

Pour que tu te rendes bien compte du rendu de la robe in situ, je t'ai fait un petit montage de ces fameuses 3 minutes de spectacle. En toute objectivité, Julie est une artiste née ;-)

Maintenant, je crois que je vais aller boire pour oublier que ma fille n'est plus un bébé... Non, mais t'as vu ce déhanché ?! oO

En même temps, je dis ça, mais je te raconte pas la sensation de gueule de bois que je me suis payée la dernière fois que j'ai bu une demi bière. Put*** ! Ça y est. Je suis trop vieille pour ces conneries. Ou alors, il faut que je me réhabitue ;-)

D'ailleurs, je te laisse, j'ai un plan d'entraînement spécial Hei*****n à mettre en place. J'ai une réputation à récupérer.

Tschuss !

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

Posté par amazingironwoman à 07:30 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


lundi 20 avril 2015

♫ ♪ Libérée, délivrée ♪ ♫... Mais bien sûr... ;-)

On dit souvent "telle mère, telle fille"... En ce qui concerne Julie, c'est totalement vrai. Cette gosse est belle, sage, intelligente, manuelle, créative, appliquée. Bref, c'est mon portrait craché. Si quelqu'un(e) a une objection, qu'il(elle) s'exprime maintenant, ou se taise à jamais ;-) Par contre en ce qui concerne Émilie, je ne vois pas - hum, hum... Tu la sens poindre la mauvaise foi là ? C'est tout le contraire de moi cette gamine ! Bon d'accord, elle est jolie, intelligente, mais également capricieuse, comédienne, bavarde, déjantée, passionnée, complètement fêlée... Franchement, je ne me reconnais pas une seule seconde dans ce mini moi machin... =D

Bref, tout est normal, c'est tout simplement une gosse de 3 ans et demi avec beaucoup beaucoup d'imagination et une forte personnalité. Et comme 99% des 99% des petites filles de son âge qui ont vu La Reine des Neiges, Émilie se prend pour Elsa, Je dis 99% des 99%, parce que je te jure qu'il y en a qui ne l'ont jamais vu et d'autres qui n'ont pas aimé. Si, si, ça existe pour de vrai. Et là tu te dis : "OMG !!! Ils ont trop de chance les parents..." Je te rappelle quand même que tout comme moi, c'est toi qui a la télécommande et qu'au bout du compte, tout est de notre faute, on l'a bien cherché... En tout cas, moi, je plaide coupable. C'est moi qui les ai emmené le voir au cinéma et qui l'ai mis en boucle à la maison par la suite. Mais j'avoue que mes gosses sont très bon public pour ce genre de dessins animés, et faut bien reconnaître que celui-là est particulièrement bien ficelé. Je te laisse imaginer Camille en train de chanter "Libérée, délivrée..." Priceless ;-) J'ai même une vidéo, mais je la garde pour plus tard, pour quand il me ramènera des filles à la maison =D Ça me fait penser qu'il faudrait que j'arrive à choper mon mec en train de la chanter... Si j'y arrive, je te jure, je partage.

Pour en revenir à Elsa, lors d'un petit tour au marché l'été dernier, j'étais tombé sur un très joli tissu auquel j'avais tout de suite attribué un fort potentiel Reine des Neiges. Je me suis donc tout naturellement jetée dessus avec dans l'idée de coudre un déguisement à ma petite tornade pour son anniversaire au mois d'octobre. Alors, je te la refais pour la centième fois, nauséees + fatigue = abandon total du projet. Finalement, elle a dû se contenter de ça, la pauvrette. Je suis vraiment une #mèreindigne ;-) J'ai ensuite voulu repousser à Noël. Mais là, ce sont les travaux et le déménagement qui sont venus se mettre en travers de ma route. Et puis finalement, c'est lors de la deuxième réunion parents/prof avec sa maîtresse que j'ai décidé de me lancer. J'avais une deadline de ouf ! Le carnaval de l'école. Pas moyen que ma Princesse y aille déguisée n'importe comment. Elle devait être la plus belle pour aller danser ♫ Parce que ça rigole pas le carnaval dans ma maternelle. En plus du défilé et du goûter, il y a une boum ! Je te jure, imagine une salle pleine de nains déguisés en train de danser... Ça doit juste être énorme.

J'avais donc un but, et c'est tout naturellement, que je m'y suis prise... 4 jours avant... Rien de bien exceptionnel non plus ;-) J'avais déjà choisi mon patron de base, puis j'ai dessiné avec l'aide de Julie les modifications que je voulais lui apporter. Et c'est là que c'est parti en cacahuète. Pour faire court, je me suis basée sur Éternelle, le déguisement de fée de HLW dont je voulais compléter le bustier comme dans le dessin animé et rajouter des manches. Pour ce faire, j'ai passé une journée entière à patronner des manches et redessiner le corsage. J'ai ensuite coupé mes pièces et comme je ne le sentais vraiment pas du tout, j'ai juste faufilé le tout vite-fait mal-fait afin de faire essayer à ma chipie avant assemblage. Et là, forcément, ça a été le drame. Je m'en doutais un peu beaucoup, mais ça fait quand même bien suer quand on se retrouve face à l'évidence. J'avais merdé, c'était trop petit et importable. C'est pas la première fois que j'essaye de patronner un truc. Là, je suis 100% convaincue que ce type d'impro n'est pas pour moi. Chacune ses points forts. La preuve chez Domitille. Celui-là ne fait pas parti des miens.

Cette constatation digérée, j'ai tout bonnement abandonné l'idée des manches et j'ai juste modifié la jupe et ajouté une traîne dans le dos. Même si on s'éloignait un peu de l'original, ça restait tout à fait reconnaissable et puis elle pourrait la porter au cœur de l'été sans risquer un gros coup de chaleur. On se console avec les excuses qu'on peut ma brave Dame. Comme le carnaval, lui, s'est déroulé fin mars et que le temps n'était pas si chaud que ça, je lui ai tout simplement mis un tee-shirt blanc en-dessous, ce qui a très bien fait l'affaire. Pas la peine d'aller chercher midi à quatorze heure finalement. Pour la jupe, j'ai juste fait deux trapèzes comme sur la version de Gaëlle, basée sur le même patron. J'aurais quand même dû élargir la base à la taille afin de froncer le tout pour que ça s'adapte au côté élastique du dos du bustier. Mais bon. Elle arrive à l'enfiler, c'est le principal. Ce déguisement est très très loin d'être parfait, mais vu le temps qui m'était imparti et mes maigres aptitudes à l'improvisation, il remplit parfaitement son office. Je me console en me disant que ce n'est qu'un déguisement après tout. Le but c'est qu'elle s'amuse avec pas que je remporte le prix du déguisement de l'année ;-) Pourtant, j'aurais bien aimé...

Et puis il y aura eu un autre point positif dans cette réalisation. J'ai enfin eu l'occasion de tester mon premier ourlet roulotté. Je ne me voyais pas ourler toute la traîne... J'y serai très certainement encore. J'aime vraiment beaucoup cette finition. Il faut trouver le bon réglage. Mais une fois fait, c'est vraiment magique. C'est également de cette manière que j'ai ourlé le bas de la robe.

Il ne manquait plus qu'à accessoiriser le tout. Alors, j'ai bien pensé à customiser la cape avec des flocons comme la tuerie cousue par Ludivine à sa fille. Mais j'ai eu la flemme. Je me suis contentée d'une couronne. Et encore. J'ai laissé Julie customiser une couronne qui traînait dans le coffre à jouets avec une chute de tissu et du vernis colle. Et c'était parfait. J'ai complètement oublié de la prendre en photo. Tu peux l'apercevoir portée un peu plus bas. La seule modif qui lui a été apporté c'est le petit cœur bleu tout en haut.

Allez, trève de blas blas. Faisons silence, et contemplons.

Déguisement Reine des Neiges Émilie (13)

Patron : base Éternelle de HLW en 4 ans. J'ai gardé le buste dont j'ai redessiné la découpe devant, puis modifié la jupe et ajouté une traîne.

Fournitures : tissu du marché à deux faces (turquoise et gris), voilage de récup pour la traîne et strass Ki-sign.

Déguisement Reine des Neiges Émilie (15)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (19)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (21)

Et la petite séance photo qui va bien avec une Émilie totalement role play. Elle m'éclate ♥

Déguisement Reine des Neiges Émilie (29)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (30)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (32)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (45)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (49)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (54)

Donc là, elle jette de la glace...

Déguisement Reine des Neiges Émilie (62)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (70)

Là, elle salue...

Déguisement Reine des Neiges Émilie (71)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (73)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (76)

Et là, elle danse comme dans la chanson. Tu sais, le moment où Elsa fait ce joli mouvement d'épaules ! Je suis morte de rire !

Déguisement Reine des Neiges Émilie (78)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (79)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (80)

Déguisement Reine des Neiges Émilie (81)

Telle que je l'ai emmenée à l'école le matin du carnaval. Le tee-shirt blanc, ça le fait, non ?

InstagramCapture_71832b72-f953-48d3-a9d0-0a13fe417ccb

Juste après la séance photo, le même pote que j'ai exploité pour monter mes meubles est passé récupérer un truc, et au passage il avait apporté un petit cadeau à la Princesse : la peluche d'Olaf ! Autant te dire qu'il a eu un franc succès. Eh oui, je l'exploite et en plus il offre des cadeaux. Je te dirais mon secret un de ces jours ;-)

InstagramCapture_4f912126-503b-4fc9-a91e-d7ea23134047

Et puis, on a beau être une Reine, toutes ces émotions ça fatigue. Dans sa grande mansuétude, notre tornade ravageuse nous fait quand même l'insigne honneur de dormir au moins deux heures toutes les après-midi. Il faut au moins ça pour se remettre de toute cette énergie qu'elle déverse en permanence dans tout l'appartement... Rien que d'y penser je suis épuisée. Tu remarqueras au passage, que même ses draps sont à l'effigie de son idole du moment.

InstagramCapture_863728c8-cdf6-4a8a-89ff-f0f4a948ce65

En attendant, je vais pouvoir me reposer un peu puisqu'on a lâchement abandonné nos 3 nains à mes beaux-parents pour les deux semaines que durent les vacances de Pâques. Il ne me reste plus qu'à contempler ma tornade en photo... Sans le son, c'est pas mal non plus ;-) Je fais ma maline mais même si je sais que ça va être tout benef pour eux comme pour moi, ça reste tout de même difficle de me séparer de mes enfants.

Pour faire passer la pillule, je vais me faire une orgie de couture, si le microbe me laisse m'assoir derrière ma machine.

En attendant je vais aller faire le plein de sommeil et de grasses mat ;-)

Tschuss !

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

Posté par amazingironwoman à 07:30 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

jeudi 12 juin 2014

Ma tornade étoilée ♥

Voilà à peine plus d'un an que j'ai pris mon courage à deux mains et que je me suis lancée dans la confection de vêtements. Avant cette date, tu peux vérifier, je me contentais de petits accessoires et de tricots. Un an et des poussières, et que de chemin parcouru, que d'obstacles surmontés. Certes, il me reste encore pas mal de choses et de techniques à apprendre, mais je t'avoue que j'ai nettement moins peur qu'avant. Comme on dit chez moi "j'ai grave pris la confiance" ;-) Tellement que j'ai enfin osé ressortir mon tout premier projet couture laissé à l'abandon en pièces détachées dans ma panière à en-cours.

A mes tous débuts (genre je suis une vieille pro/peau à qui on ne l'a fait plus), j'avais craqué sur la collection d'été de Lou and Me, et plus particulièrement sur la robe Méhonia. D'une, parce que c'était vraiment trop joli (et ça l'est toujours). Deuz, parce que c'était du PDF, donc rapide à acquérir (j'ai pas tellement la patience de poireauter devant ma BAL). Et troiz ça avait l'air facile. Et le fait est que, finalement, ça l'est facile. Mais sur le coup devant les explis et mes morceaux découpés, ben ça a été le trou noir. Il faut dire aussi qu'à la base, ce patron devait faire l'objet d'un double duo-défi avec ma copine. Mais voilà, nous sommes toutes deux tombées dans un time warp, et les obligations de la vie ont fait que finalement ma cop's n'a pas pu me suivre dans ce délire. Et pour en rajouter, j'ai flippé à mort rien qu'à l'idée de surfiler mon tissu à la MAC tellement il est fin (et bien évidemment pas de surjetteuse à cette époque). De ce fait, après avoir découpé les pièces pour faire une taille deux ans à mon mini moi, j'ai un peu mis le projet de côté (genre dans un sac plastique et hop, aux oubliettes...). Là, on se situait à peu près en avril de l'année dernière, hum hum...

J'y ai repensé de temps en temps pendant toute l'année écoulée, à chaque fois que je me cherchais un nouveau projet ou quand je rangeais mon "petit" espace (qui s'agrandit de mois en mois en annexant de plus en plus la cuisine...). Mais j'avais toujours une bonne raison de le laisser là où il était : c'était plus la saison, ça serait trop petit, non non j'ai trop peur... Bref, plein de trucs hyper crédibles.

Et puis, il y a deux semaines, après avoir cousu la chemisette de ma grande, je me suis dit "allez, hop, on y va, en route pour l'aventure !" En vrai, j'avais réussi, grâce à l'aide précieuse d'une copinaute à régler ma surjetteuse pour faire de jolis surfils sur les tissus fins. C'était le moment où jamais de m'y mettre. Toutes les conditions requises étaient au rendez-vous : le soleil, la surj, Mars en Vénus, et le Taureau dans le Capricorne (je sais, c'est dégueulasse)... La seule inconnue restant juste de savoir si ça n'allait pas être trop petit. Je te rappelle que j'avais coupé en deux ans pour ma tornade de 18 mois... Le temps passe et les enfants grandissent, ben ouais. Forcément, le deux ans sur ma tornade de deux ans 1/2, j'avais le droit d'avoir des doutes. Allez, je lève le suspens tout de suite. On va dire que pour l'an prochain, même pas en rêve, mais pour cet été ça va le faire. Faut juste pas oublier de la faire passer par les pieds (parce que par la tête, c'est sûr, ça craque...).

Sinon, que dire du patron et de la réalisation. Ben pas grand chose en fait. Ça roule tout seul (facile à dire avec l'expérience). Il y a plein de petits détails qui donnent tout son charme à cette jolie robe. J'ai adoré la coudre, et je pense très certainement faire la version top à basques à Julie (si celle-ci me le permet...grr...ces gosses...). Seule modification au patron, je n'ai pas mis de rubans sur le devant. Connaissant la bête, je savais que ça serait source d'ennuis à la longue. A l'époque où j'ai coupé, c'était surtout pour l'empêcher de les machouiller. Aujourd'hui, ça m'évite de refaire le noeud toutes les dix secondes parce que Mademoiselle trouve rigolo de jouer avec... Et j'ai également opté pour un biais à cheval en guise d'ourlet, afin de ne pas raccourcir la robe et casser un peu le côté uni (même si plein d'étoiles) du tissu. Et ça rigidifie un peu le bas de la robe, et ça, j'aime beaucoup !

Je te laisse juger sur pièce, mais moi, c'est clair, je suis totalement in love ♥ La preuve, l'avalanche de photos. J'ai été totalement incapable (en tout lucidité) de faire le moindre choix entre tous mes clichés. J'en ai retiré quelques uns, je te livre le reste en vrac.

Méhonia Emilie (1)

Patron : Méhonia de Lou and Me

Fournitures : Première étoile lavande Motif Personnel (pas 100% coton, à repasser pas trop chaud sinon ça fond), tissu issu d'une box toujours de chez Motif Personnel, et biais du marché.

Méhonia Emilie (3)

Méhonia Emilie (6)

"Allez, tourne chérie, montres moi ton dos" ♥ Une poseuse née, c'te gosse !

Méhonia Emilie (8)

Méhonia Emilie (10)

Méhonia Emilie (11)

Et sans le tish, vu qu'on a le droit à un peu de canicule, autant en profiter. Le seul hic, c'est que c'était en sortant de la garderie où Mademoiselle s'était tranquillement craché du dentifrice dessus... La preuve que c'est également une robe à vivre ;-)

Méhonia Emilie (18)

Comment ça, j'achète les séances photos de mes réalisations avec des bonbons ? Je vois pas de quoi tu parles...

Méhonia Emilie (19)

Méhonia Emilie (20)

Méhonia Emilie (22)

Méhonia Emilie (24)

Méhonia Emilie (26)

Ça te donne pas envie de croquer dedans ?

Méhonia Emilie (27)

Méhonia Emilie (30)

On va pas dire que je regrette de ne pas m'être lancée plus tôt... Mais c'est quand même dommage qu'elle ne la porte que cette année. Tant pis, ça sera l'occas' d'en refaire une autre (ou pas).

Allez, Tschuss ;-)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Posté par amazingironwoman à 00:22 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mercredi 19 mars 2014

Faire d'une pierre deux coups, ou comment gâter ses neveux et relever des défis ni vue ni connue

Au début de l'année, au moment de prendre mes bonnes résolutions, je m'étais dit que ça serait pas mal d'essayer de relever les défis proposés çà et là sur la toile. Je me rends compte d'ailleurs que j'avais gardé cette bonne résolution pour moi. Et c'était pas plus mal finalement. Parce que quand tu es atteinte de la maladie incurable du retard chronique et que tu décides de relever des défis, faut voir les choses en face, t'es en pleine phase de déni. Et le déni, ça craint... Alors voilà un mois que j'essaye tant bien que mal de rattraper mon retard en la matière. Mais ce n'est pas chose aisée, surtout quand tu te plantes dans les tailles (mon défi Valseurs est en stand by), ou que tu rajoutes des trucs dans ta to-do list, comme ça, pour rien... Complètement inconsciente la meuf... Le pire c'est quand une de mes voix intérieures me dit que les défis, c'est sympa, mais que c'est pas très utile en fin de compte. Et qu'une autre lui répond : "Ben si, Madame ! Ça sert ces défis ! Ça te booste à faire des trucs que t'aurais jamais pensé à faire toute seule, à apprendre des techniques, à marier des matières, etc..." Et moi, j'aime apprendre. Alors je finis par écouter la voix numéro 2.

Et donc dans la série j'ai une liste longue comme mon bras, et je n'ai pas encore appris à anticiper (pauvre de moi), je me suis rendue compte en début de semaine dernière que ma petite nièce fêtait ses 6 ans le samedi et qu'il était peut-être temps de se décider à lui confectionner quelque chose ou d'aller lui acheter un truc. Forcément, mon lobe créatif l'a emporté. Il fallait donc trouver une idée pour une bricole home made à faire fissa fissa. Et si, cerise sur le gâteau, je pouvait valider dans la foulée un ou deux des défis sus-nommés, ça serait la fête du slip. Après concertation avec ma grande qui se sentait très concernée par le cadeau à offrir à sa petite cousine, mon choix s'est porté sur une petite robe d'été. Un modèle Ottobre qui me faisait de l'oeil depuis quelques temps. L'occasion de m'attaquer au défi de Charlotte "Ta mère en fluo et Liberty" ET à celui des BCE "à nous les petites anglaises". Forcément, le défi "Ta mère..." s'étant transformé en "ta nièce..." on va éviter les vannes graveleuses et autres blagues pourries. C'est pas que je sois contre le taclage de gnomes, mais je préfère m'en tenir aux miens, ils sont blindés, ils ont l'habitude (et puis ils le méritent...hum hum) ;-)

Ma recherche du tissu adéquat m'a permis de retrouver un coupon enfoui dans un de mes tiroirs et oublié depuis. Un joli coupon de tissu hautement fleuri absolument parfait. Bon, d'accord, ce n'est pas un vrai liberty, mais toutes ces fleurettes, ça compte quand même un peu, non ? Et puis, pour me donner bonne conscience et ne pas avoir l'impression d'escroquer tout le monde (et puis parce que ça fait joli aussi), j'ai utilisé du biais Betsy fluo pour les finitions. Du deux en un, la classe moi je dis. Là où ça s'est nettement compliqué, c'est quand il a fallu passer à la réalisation. Parce que qui dit coutures anglaises, dit marges de coutures adaptées. J'ai donc recalculé toutes les marges. Ça, encore, ça va. Mais comme je te l'ai déjà dit une fois, je suis hyper scolaire, et je ne voulais pas retirer les poches de ce modèle. Il m'a donc fallu trouver comment faire mes coutures anglaises tout en gardant les poches. Autant te dire que ça n'a pas été de la tarte. Mais j'ai vaincu et je peux affirmer fièrement que toutes, je dis bien TOUTES les coutures d'assemblage de cette robe ont été faites en coutures anglaises ! Et j'en profite pour affirmer également que c'est la première et la dernière fois que je réalise cet exploit... J'aime bien les défis, mais quand ma pause couture se transforme en casse-tête chinois, ça a tendance à me gonfler.

Flower Hexagon Daphné (3)

Modèle : Flower Hexagon, modèle 16, Ottobre 3/2013, taille 122

Fournitures : voile de coton (je crois que c'est comme ça que ça s'appelle) du marché, biais Betsy fluo et fil rose fluo.

Flower Hexagon Daphné (5)

Flower Hexagon Daphné (6)

Flower Hexagon Daphné (7)

Flower Hexagon Daphné (8)

Gros plans sur mes petites anglaises.

Flower Hexagon Daphné (9)

Flower Hexagon Daphné (11)

Flower Hexagon Daphné (13)

Flower Hexagon Daphné (15)

Unique modification au patron, je n'ai pas compris comment réaliser la fente avec du biais, alors j'ai récidivé comme ici, et je me suis servi d'une parementure "toute simple" dessinée à main levée.

Flower Hexagon Daphné (17)

Et la bête sur ma petite nièce qui a bien voulu se prêter au jeu des photos alors qu'on allait bientôt servir le gâteau. Comme nous étions dans un parc de jeu, je ne lui ai pas demandé de se déshabiller pour essayer sa nouvelle robe. J'aime bien vanner les gosses, mais je ne suis pas un tortionnaire, quoique... On peut voir qu'elle est légèrement transparente (mais ça reste décent) et un peu grande. Elle lui ira donc parfaitement cet été (si on en a un...). En tout cas, elle était ravie, même si elle m'a gentiment demandé si elle pouvait la retirer à la fin de la séance photo. Entre 500 m2 d'aire de jeux et ma robe, il y avait pas match. Et ça se comprend aisément.

Flower Hexagon Daphné (18)

Flower Hexagon Daphné (23)

 

Cet anniversaire a été également l'occasion d'offrir à ma belle-soeur ce que j'avais préparé à l'occasion de la naissance de mon neveu tout neuf. Pas si neuf que ça en réalité, puisqu'il est né le 25 décembre dernier. Mais nous n'avions pas encore eu le temps de nous voir et pour être honnête, mon cadeau n'était pas prêt depuis si longtemps que ça. C'est mon chéri, cette-fois, qui a décidé du cadeau, étant donné qu'il s'agit du fils de son frère. Il a opté pour une gigoteuse, et ça tombait bien, j'avais très envie d'essayer le patron de Lou and me, Bambou. Comme je n'avais pas eu le temps de terminer l'assemblage avant de partir en vacances, la gigoteuse a fini dans mes valises. Il ne m'a pas fallut longtemps pour en venir à bout. Et malgré quelques doutes, en cours de réalisation, quant au choix des tissus, le résultat final me plaît bien. Et à ma belle-soeur aussi ;-) Cette gigoteuse me permet d'ailleurs de clore le chapitre de mes cousettes de vacances.

Turbulette Marian (2)

bande_pour article_blog-10

Modèle : Bambou de Lou and me, version arrondie et col "garçon"

Fournitures : wax de mon stock, tissu guitares Michaël Miller, coton très fluide du marché (pour la doublure) et pressions kam

Turbulette Marian (8)

Turbulette Marian (5)

Turbulette Marian (13)

Petit délire avec mon appareil photo tout beau.

Turbulette Marian (18)

Turbulette Marian (19)

Je voulais accompagner cette gigoteuse de l'un de mes traditionnels lange teint, mais j'ai manqué de temps. La robe ayant été terminée 1h avant de partir à la fête. Je me rattraperai plus tard. Ce cadeau de naissance ne mérite donc pas (pour l'instant) l'appellation contrôlée de "baby box". Je sais, c'est inadmissible. J'ai d'ailleurs beaucoup hésité à me faire sepuku pour laver mon honneur. Mais je me suis dit que c'était peut-être un peu trop exagéré... J'espère simplement qu'il permettra à mon neveu de faire de jolis rêves.

Et puis j'ai encore quelques baby box à réaliser, pleins d'occasions de me remettre dans le droit chemin.

Tschuss

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

lundi 13 janvier 2014

Novembre en Décembre

Et oui, on est déjà lundi ! Et non, ce n'est pas déjà le résultat de mon petit concours ;-) Au passage, merci les filles de vos participations, franchement j'ai adoré vous lire ! On en reparle dans la semaine, si j'ai le temps. Sinon, la semaine prochaine. Et oui, ça a pas l'air comme ça, mais la mère au foyer que je suis est surbookée, une vraie Ministre... Mais pas avec des idées à la con... Mais ça c'est un autre débat... Enfin je dis ça, je dis rien...

Bon, parlons couture, ça me détendra. Au mois de Novembre dernier, mes petits neveux fêtaient leurs anniversaires, comme l'an dernier, et les années précédentes toujours à la même date. Comme c'est original ;-) Nous étions donc conviés à aller festoyer pour l'occasion chez mon frère à Nantes. Sauf que la veille, mon chéri n'a rien trouvé de mieux que de choper une gastro, un véritable aimant à microbes c't'homme là (je peux le dire, il lit pas mon blog, enfin c'est ce qu'il dit...). Donc pas de week-end Nantais, pas de champagne, pas de délicieux nems cuisinés par ma belle-soeur aux origines martiniquaises et qui aime le chinois comme tous les martiniquais... Par les temps qui courent, un petit raccourci racial ne fait pas de mal... Je sens que ce blog cherche à se politiser, il va falloir qu'il se calme, et moi aussi d'ailleurs... Donc pas de week-end Nantais, pas de distribution de cadeaux...

Plutôt que de les faire parvenir par la poste, j'ai donc attendu patiemment Noël pour offrir mes présents. Ce qui m'a permis de voir en live les réactions des destinataires et je ne suis pas déçue <3

Pour ma petite Claire, qui à deux mois près, a l'âge de mon Emilie, j'ai cousu un ensemble tiré du livre Ti coud de soleil de Sabrina aka Ti Molokoy. Ca faisait tellement longtemps que je voulais coudre un vêtement issu de son livre, que l'occasion m'a paru trop bonne pour la rater. J'ai porté mon choix sur la tunique Combava associée au sarouël Ara que j'ai découpé en taille 3 ans (entre le 2 et le 4 ans donc...) car ma nièce est plus grande que les autres enfants de son âge. Mais malgré tout, ça reste encore un peu trop ample. Elle les portera ainsi plus longtemps ;-) Enfin, je l'espère. Pour les fournitures, j'ai utilisé un velours milleraies rose que j'aime beaucoup et un coton légèrement ethnique acheté chez Indigotex. La réalisation s'est très bien passée, à part le petit moment de solitude au moment de couper la tunique... moment où je me suis rendue compte que je n'aurais pas assez de velours pour faire le devant ET le dos... d'où le côté pile et le côté face. Et non, ce n'était pas voulu à la base. Il paraît que les plus grandes découvertes l'ont été après une erreur, je valide ;-) (en toute modestie, bien sûr). Et pour toi qui te pose la question, le truc en appliqué sur la tunique est une feuille de Combava. Cet ensemble ayant été cousu à l'époque du défi "Feuille d'automne" lancé par les Piqueuses et auquel je comptais participer. Mais deux mois de retard, c'est franchement trop la honte. Ah, et j'ai également modifié la ceinture après avoir lamentablement foiré mes boutonnières... Désolée pour les photos pourries.

Combava et Ara Claire (4)

Modèle : Combava et Ara du livre Ti coud de soleil de Ti Molokoy

Fournitures : velours milleraies MT, coton Indigotex, biais première étoile Motif Personnel et bouton Manucréa

Combava et Ara Claire (13)

Elle est pas trop choupi ma petite nièce (et elle est aussi sage qu'elle en à l'air ;-))

Combava et Ara Claire (21)

Combava et Ara Claire (23)

Combava et Ara Claire (24)

Comme tu as pu le constater, si tu as cliqué sur le lien des cadeaux de l'an dernier, pas de tricot cette fois-ci, mais de la couture et uniquement de la couture. Pour mon neveu, je n'avais pas vraiment d'idées vestimentaires, par contre, ça faisait déjà un bout de temps que j'avais imaginé lui faire un tapis de voitures nomade. Il est complètement accro aux bolides et il doit certainement être le fan le plus inconditionnel au niveau planétaire (sans exagération, n'est-ce-pas?!) de Flash Mc Queen, le héro de Cars. J'avais vu passer sur le net un tuto bien sympa mais que je trouvais vraiment minuscule pour un enfant de 4 ans. Juste une petite route toute droite, ça ne laisse pas beaucoup de place à l'imagination... J'ai cherché d'autres tutos et j'en ai trouvé un second, qui lui non plus ne pas trop plu. Trop alambiqué à mon goût. Je me suis donc décidée à le créer moi-même. Ouh la la , prise de risque de malade, tu te rends même pas compte. Moi je suis plutôt du genre à suivre les explications comme une neuneu comme à l'école sans changer un seul truc, alors créer un tapis... J'en reviens toujours pas de mon audace. Enfin bref, après quelques croquis (enfin, quelques traits indéchiffrables sur une feuille) et le décalquage d'un circuit automobile sur un puzzle de mon grand, je me suis lancée, et voilà le résultat. De tous les cadeaux offerts en cette fin d'année, il arrive en deuxième position dans ma fierté de couturière débutante. D'une part, parce que je le kiffe et que mon neveu s'en sert régulièrement, et d'autre part parce que j'ai vu mon frère ouvrir ce paquet avec son fils et j'ai vu son regard qui disait "trop beau, j'ai 4 ans, il est pour moi !" et franchement, il y a rien de plus gratifiant. Merci Vincent <3

Tapis voiture Noah (3)

Tapis voiture Noah (5)

Tapis voiture Noah (9)

Tapis voiture Noah (11)

Tapis voiture Noah (13)

Patron : maison

Fournitures : tissu Mc Queen chez MT, sergé noir de mon stock et tissu inclassable du marché. Route dessinée au Posca blanc.

A peine déballé, déjà utilisé <3

Tapis voiture Noah (15)

 ♥ ♥ ♥

Et pour finir, voici ce que le Père Noël - Tatie Delphine (ma belle-soeur) a cousu pour mes filles et moi. De gauche à droite : un sac, patron maison je pense, pour ma grande, un Circé de Mavada customisé à sa sauce (une pure tuerie tellement il est beau <3) pour la petite qui ne sort plus jamais de la maison sans son sac à dos, et pour moi un agenda dont la housse est elle aussi issue du livre d'Edwige. Merci Delphine pour ces superbes cadeaux

Cadeaux Noël Delphine (2)

Bon c'est pas tout ça, mais j'ai des obligations, et un planning de ouf, alors à plus ! La prochaine fois, je te montre mes cadeaux de Noël Hand made.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

mardi 8 octobre 2013

Nous sommes deux soeurs jumelles...

Il y a un mois, j'ai craqué sur le défi "Autour de... Martine". Et comme le hasard fait parfois bien les choses, Lydie de Lou and Me a sorti au même moment le patron de la robe Cléome. Un véritable coup de foudre !!! C'était LA robe parfaite pour ce défi ! Alors, oui, pour le coup, là je suis plus qu'en retard vu que le défi était à rendre entre le 15 et le 20 septembre... Mais bon, c'est pas un concours, hein ? Le principal c'est de participer, non ?

En ce qui me concerne, je suis surtout ultra fière d'avoir réussi à réaliser ces deux robes pour mes Princesses. Ben voui, je leur en ai fait une chacune ;-) Je me suis d'ailleurs fixé comme objectif de tout coudre en double pour ELLES, pour les assortir, parce que je trouve ça trop mignon (et que ça évite les jalousies aussi), mais, et surtout, parce qu'elles adorent ça !!!

C'était la première fois que je réalisais une cousette "complexe" : parmentures, assemblage de pièces façon puzzle, col.... Pour en rajouter j'ai décidé de poser mon premier passepoil, et je peux te certifier que c'est, exactement comme tout le monde le dit, beaucoup plus simple que ça en à l'air et que le seul truc qui m'avait empêché de le faire avant, c'était la peur ! Seul hic peut-être... j'ai fait moi même mon passepoil avec de la queue de rat de chez ma mercière et celle-ci (la queue de rat, pas la mercière) était vachement rigide. Si tu as des tuyaux à partager, n'hésites pas ;-) Lydie préconise également de faire les finitions de la parementure à la main. En deux petites heures c'était réglé, et je ne regrette pas d'avoir suivi son conseil, c'est incroyable comme ça fini bien !

J'ai coupé le patron en 10 ans pour ma grande de 8 et 1/2 et en 2 ans pour ma mini de presque 2 ans (dans 10 jours). Et j'aurai pu/dû couper plus grand...

En bref, un super patron, un super défi, j'adore coudre pour mes filles ♥

Allez, je te laisse avec mon duo de Martine ;-)

Cléomes Julie et Emilie (24)

Cléomes Julie et Emilie (31)

Cléomes Julie et Emilie (32)

Cléomes Julie et Emilie (33)

Cléomes Julie et Emilie (34)

Cléomes Julie et Emilie (35)

Cléomes Julie et Emilie (36)

Patron : Cléome de Lou and Me

Fournitures : flanelle MT, coupons de cotons colorés offerts par ma Maman, tissu première étoile Motif personnel (j'ai oublié le nom du coloris) et pressions Kam en guise de boutons (pas envie de faire des boutonnières ;-))

Cléomes Julie et Emilie (38)

Cléomes Julie et Emilie (39)

Cléomes Julie et Emilie (41)

Cléomes Julie et Emilie (42)

Cléomes Julie et Emilie (43)

Cléomes Julie et Emilie (44)

Cléomes Julie et Emilie (46)

Cléomes Julie et Emilie (48)

Cléomes Julie et Emilie (49)

Cléomes Julie et Emilie (50)

Cléomes Julie et Emilie (51)

Cléomes Julie et Emilie (52)

Je suis amoureuse de mes deux filles, elles sont pas mignonnes ? D'où l'avalanche de photos, impossible de faire le tri :-p

Pour voir les autres Martine, c'est par ici

Allez, je vais couper mon tissu pour le défi Cap ou pas Cap de samedi... dernier ;-)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Posté par amazingironwoman à 10:42 - - Commentaires [47] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,