vendredi 3 mars 2017

Même pas froid

Ahhhhh !!! Mars, enfin... La promesse du Printemps, des premiers bourgeons et des petits zozios qui chantent au petit matin. Les journées qui rallongent, ces doux rayons du soleil qui se réchauffent et cette merveilleuse heure d'été ♥

Mars et ses formidables défis lancés sur les réseaux sociaux. Ce MMM, comprendre Me Made March (trad : un mois de Mars de "c'est moi qui l'ai fait"), que j'ai lâchement zappé... Pas certaine d'avoir assez à montrer. Et cet incroyable #defiunmarsetçarepart, totalement décalé et un brin déjanté. Normal, celui-là, "c'est moi qui l'ai fait" =D Si tu n'as pas Instagram, pas grave, tu peux voir mon humble contribution sur ma page Facebook. Sinon, il te reste la blog roll sur ta droite. Et puis je compte bien te faire un petit recap hebdomadaire avec making off. Le partage, tu le sais, c'est toute ma vie ;-) Faut dire que tant de poésie, ça serait dommage de ne pas en faire profiter tout le monde.

Maintenant que je t'ai bien mis l'eau à la bouche, on va changer radicalement de sujet. De rien. Eh oui, je ne suis pas QUE douceur, calme et volupté. J'excelle également dans la torture et la manipulation. Une formidable palette de talents. Un vrai couteau Suisse de la vie en société =D

La dernière fois, je t'avais annoncé une série de posts à réalisations multiples mais toujours avec un dénominateur commun.

Celui d'aujourd'hui s'articule autour de ces petits accessoires bien utiles pour ne pas se peler les miches en hiver, mais pas que. Parce qu'on a beau être au début du mois de Mars et de ses promesses... toussa... on n'en est pas moins toujours en hiver et par moment, ça caille encore sévère. Et puis, je te rassure, toutes ces petites choses ont été réalisées au moment opportun, ou presque. Pas moyen que je couse des moufles ce mois-ci oO Mon cerveau est déjà passé aux manches courtes, aux petits shorts et aux jolies petites robes. Apparemment, il est pas aussi frileux que moi le bougre.

Le premier "petit" accessoire de cette série commençait à devenir une urgence absolue. Ma grande, Cendrillon comme on l'appelle maintenant (pour tout un tas de raisons que je te laisse imaginer), allait et venait dans notre appart tantôt dans un pyj trop petit, tantôt dans un pyj déchiré (mal raccommodé depuis...). Bref, elle avait froid et elle avait pas la classe. Damned. Après des semaines de supplications, j'ai fini par ressortir mes amis les jerseys velours. Beurk beurk beurk. J'avais même pensé un temps les revendre ou les donner tellement mes dernières expériences avaient failli me conduire à l'HP (, et ). Mais bon, je suis faible. Renoncer, c'est mourir. Je les ai gardés, pour mon plus grand bonheur. Youhou.

Après choix et découpe des patrons, j'ai essayé de faire rentrer toutes mes pièces dans ce qui me restait du coupon à rayures. Il est vite apparu que tout ne rentrerait pas. #fclb J'ai donc consulté l'intéressée et sans grande conviction de ma part, nous avons décidé de faire les manches dans le tissu uni violet. Pour être raccord, je l'ai également utilisé pour les bracelets de cheville du futal ainsi que la bande d'encolure du T-shirt.

Comme prévu, j'en ai chié. Ce tissu est une horreur. J'ai eu beau mettre le différentiel de ma surjeteuse au plus bas, les coutures se sont étirées et gondolent. J'ai un peu résorbé le carnage au repassage mais franchement, ça m'a gonflé. Les finitions sont à l'arrache. Pas envie de tout donner pour un truc qui ne servira que pour dormir et trainer le dimanche. J'ai pas que ça à faire non plus ;-)

Malgré tout, j'aime beaucoup le résultat final. Cette association de tissus n'est pas aussi agressive que je me l'étais imaginé. Ça aurait pu être pire.

Pyjama Ottobre (1)

Modèles : haut, Simple Plain, Ottobre 6/2014, modèle 24, 152 cm; bas, Remainder, Ottobre 4/2013, modèle 32, 158 cm (le même que son bas de jogging)

Fournitures : Jerseys velours dont j'ai oublié la provenance

Je lui trouve un petit côté Joker, tu sais, l'ennemi de Batman... Ça doit être mon esprit tordu.

Pyjama Ottobre (2)

Et sur ma Belle au Bois Dormant, toujours prête à poser en faisant des conneries. C'est pas la fille de sa mère pour rien, celle-là aussi.

Pyjama Ottobre (7)

Pyjama Ottobre (5)

Pyjama Ottobre (6)

Pyjama Ottobre (4)

Pyjama Ottobre (3)

Pyjama Ottobre (8)

Pyjama Ottobre (9)

Et oui, Playskool présente Julie, 11 ans 1/2, fan de Tsum Tsum, jamais sans doudou et qui suce toujours son pouce... Aucune ressemblance avec l'un ou l'autre de ses parents... hum hum... Je précise qu'elle a insisté pour faire ces deux dernières photos et pour que je les publie. Apparemment, elle aussi elle assume #proudmama

Pour cette deuxième réalisation, je te la fais pas à l'envers, c'est vraiment d'un accessoire qu'il s'agit. Mi-janvier (je crois), on annonçait une grosse vague de froid. La petite avait encore réussi à perdre un de ses gants. No comment. Il fallait agir vite. Mouais. J'ai légèrement raté la distribution de vitesse à la naissance moi. J'ai quand même "vite" trouvé le patron dans mes dossiers. Par contre, j'ai mis deux jours à choisir mes tissus. En fait, je n'arrive JAMAIS à imaginer le rendu final, ce qui fait que je tourne en rond pendant des plombes avant de finir par me dire "on verra bien"... Je m'auto épuise. Après toutes ces tergiversations, j'ai encore mis quelques jours à les réaliser. Je le sentais pas. J'ai un peu galéré, mais pas trop en fait. J'ai juste eu un petit souci de taille. Au premier essai, les pouces de ma fille ne rentraient pas... J'ai dû recoudre en réduisant mes marges de couture. J'ai finalement réussi à m'en sortir bien aidée par les "ça sert un peu MAIS C'EST PAS GRAVE" limite excédés de ma tornade qui commençait à en avoir ras la casquette de faire des essais pour vérifier que ses pouces rentraient bien dans ses moufles. Faites des gosses qu'y disaient.

Moufles Edelweis Lou and me (2)

Modèle : moufles Edelweiss, patron gratuit de Lou and Me

Fournitures : velours milleraies et micro polaire MT, cordon rose d'origine inconnue et boutons de la toujours merveilleuse Manucréa.

Comme tu peux le constater, j'ai ajouté un lien pour les passer dans le manteau afin qu'elles y restent bien coincées. Pas moyen qu'elle les perde celles-là. Je sais que d'autres y arrivent pourtant.... Ysa, je compatis. Ici, elles tiennent bon.

Je n'ai pas pris le temps de faire des photos sur la tornade. Pas envie. Tu me croiras donc sur parole quand je te dis qu'elles s'accordent magnifiquement avec sa doudoune noire à étoiles argentées et intérieur de capuche en moumoute rose fuchsia. La classe internationale. Et quand elle met sa jupe... c'est la totale ♥

Moufles Edelweis Lou and me (1)

Je précise aussi qu'il aura suffi de deux jours pour qu'elles soient dégueulasses et que le blanc vire au gris crado. C'est le jeu ma pauvre Lucette.

On termine avec deux petits trucs commandés par ma Môman pour l'accompagner dans son voyage au Vietnam. Une semaine qu'elle y est, la veinarde. Pas toute seule, hein ;-) Avec mon Papounet, ils sont partis rejoindre ma sista dans son périple autour du Monde.

Comme il fait froid au Vietnam, c'est bien connu, il lui fallait absolument de quoi se tenir chaud. En vrai, il paraît que certaines nuits sont fraîches...

Je lui ai donc fabriqué très vite fait, une housse pour sa mini bouillotte. Elle voulait quelque chose de très simple. Encore plus que celle faite pour ma sœur avant son grand départ. J'ai donc fait selon ses souhaits. Deux pièces, cousues ensemble et un élastique, cousu à même l'intérieur pour resserrer autour du goulot. Basta.

Housse de bouillotte minute

Et puis, pour ne pas encombrer son sac de vêtements trop imposants, elle a choisi d'emporter un petit gilet tout fin. Malheureusement, il lui manquait des poches. Tu sais, celles qui servent à transporter ton portable et tes mouchoirs. La base quoi. J'ai donc sorti mon crochet, une pelote de coton et un petit motif trouvé dans un Chouette Kit. Et hop. Par contre, il y eu un léger hic. J'ai crocheté ces poches en suivant les indications de taille données par ma Maman. C'était un peu juste. J'ai donc dû rajouter des brides de chaque côté.

On croirait presque qu'elles sont d'origine, non ? ;-)

Poches au crochet (1)

Poches au crochet (2)

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui.

Tu peux reprendre une activité normale.

Tschuss !

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


lundi 16 janvier 2017

Des rayures et du Liberty

Waouh... Il y a pas à dire, les pètages de câble, ça te parle ;-) Merci à celles qui ont pris le temps de commenter, de partager leurs expériences, de compatir, de me soutenir, etc... Ça fait du bien de ne pas se sentir seule, même si je m'en doutais déjà ;-) D'ailleurs, j'ai répondu individuellement à chacune, en profondeur, ou pas.

Pour être parfaitement honnête, et aller au fond des choses, j'avais pas vraiment besoin de me sentir soutenue. Je n'ai pas écrit tout ça pour te faire pitié. J'ai juste eu un sursaut de conscience après une semaine ultra difficile pendant laquelle j'ai recommencé à me foutre la barre plus haute que j'étais capable de sauter. Je me suis lâchée en mode écriture automatique en tapant simplement ce que j'avais dans la tête. Et ça m'a fait un bien fou. Si ça t'as fait du bien aussi, tu m'en vois ravie.

Le propos n'était pas de fustiger ce pauvre Bullet, j'imagine qu'il doit apporter beaucoup à certain(e)s. A l'évidence, pas à moi. Tout ce qui en est résulté, c'est une accentuation malsaine de mon besoin permanent de perfection. Celui qui m'oblige à passer des heures sur une couture pour que tout soit nickel. Ou à arpenter mon appart à l'affût du moindre truc pas rangé (de ce côté-là, je me suis pas mal soignée...). Une case pas cochée me rendait ouf... Et plus ça allait, plus j'en mettais. Je te laisse imaginer le tableau. J'ai déjà tendance à être ultra exigeante avec moi-même, mais là, ça confinait à l'auto mutilation psychologique.

Beaucoup d'entre vous m'ont conseillé de lâcher du leste, d'arrêter de me foutre la pression. Amen ! J'en rêve... Mais c'est pas si facile à faire. Pour moi en tout cas.

On m'a également rappelé que la vie sur les réseaux sociaux, c'était pas la vraie vie, qu'on ne voyait que ce que les autres veulent bien montrer. Alléluia. Je sais que ça partait d'un bon sentiment ;-) Mais je te rassure, il m'arrive souvent d'être naïve, mais je suis loin d'être crédule. Malgré tout, je reste humaine. Et ce que je déplore, c'est le manque d'honnêteté, de spontanéité... Dans cette société de la compet, t'as vite fait d'avoir l'impression d'être à chier...

Alors moi, là, tout de suite, je vais t'en donner de l'honnêteté. En même temps, t'as l'habitude, la langue de bois, c'est pas mon truc. On va y aller à fond... Ce Bullet (encore lui) m'a également permis, un temps, de me donner l'illusion d'un sentiment d'appartenance à un groupe. Parce que pire que mon besoin de perfection, il y a mon besoin de reconnaissance. Celui qui me pousse à demander mille fois à mon chéri et mes gosses, si ce que je fais c'est bien ou pas. Celui qui me pousse à angoisser sur ce que tu vas penser de mes réalisations. Attention, je dis pas ça pour me faire caresser dans le sens du poil. Les caresses de chat ça donne des puces ;-) Celui qui me pousse à me sentir mal quand je ne me sens pas aimée. Ce putain de besoin de reconnaissance qui domine mes émotions. Ces saletés d'émotions qui dominent ma vie...

Et puis, il y a cette impression permanente d'être en décalage total avec les autres. La plupart du temps. Dès que tu me dis noir, je pense blanc. Dès que tu me dis blanc, je pense noir. Une véritable emmerdeuse. Je ne suis en phase qu'avec très peu de personnes au fond. Je suis une bête sauvage, en vrai, mais ça ne se voit pas, parce que je me cache super bien. Tu me diras, ça dépend avec qui...

Et ça, tu vois, ça a un nom... Attention gros mots... Adulte surdoué, haut potentiel, zèbre, bête à rayures, etc. Il y a plein de qualificatifs, mais je m'arrête là. T'as compris le principe. Ou peut-être pas.

Encore une fois, je ne te raconte pas ça pour me faire plaindre, et encore moins pour me la péter. Surtout pas pour me la péter. Ceux qui savent, et j'en connais, comprennent parfaitement la problématique. En ce qui me concerne, c'est une source récurrente de souffrance.

Je ne vais pas te faire de cours sur le sujet, il y a déjà plein de sites pour ça. Et puis, même si j'aime bien raconter ma vie ici, ça reste avant tout un blog dédié à mes loisirs créatifs. Alors pourquoi je te le dis ? D'abord, parce que j'ai envie. Ça me semble une raison suffisante. Et puis, je suis plus à ça près dans le déballage... Et peut-être que ça fera résonnance chez l'une d'entre vous. On sait jamais. C'est pas un truc anodin qu'il faut ignorer. Vraiment. Parce que ça permet souvent de comprendre pourquoi on se pourri la vie, pour rien, tout le temps.

J'ai coutume de dire que c'est la faute de mon cerveau, de ce truc qui fonctionne en permanence même quand je dors. Mais au fond, c'est vrai. C'est pas juste une excuse de merde pour ne pas prendre mes responsabilités. Si je suis incapable de faire un choix c'est parce qu'avant j'analyse toutes les possibilités et leurs conséquences, souvent multiples, et devant la multitude, mon cerveau m'envoie un bon vieux message d'erreur. Game Over.

Malheureusement, ce truc des rayures et moi, on se connait depuis toujours  (de loin) mais depuis pas longtemps, Mai je crois (de près). Alors j'oublie. Je pète des plombs. Et je me rappelle. Bref.

Tout ça pour te dire que ça va. Je vais m'en remettre. Quand je te dis que cette société me rend dingue et qu'elle marche sur la tête, c'est normal au fond. On ne se comprend pas elle et moi. Ça ne m'empêche pas de vivre. Ça renforce juste mon horrible sentiment de solitude. Alors qu'au fond, je ne suis jamais seule.

Et ça exacerbe à un point difficilement imaginable mon besoin d'Exister. Celui qui s'exprime généralement par la rébellion. Celles qui me connaissent vraiment savent que je parle fort, que je m'exprime parfois à tort et à travers, et que je donne souvent l'impression de vivre dans une colère permanente. C'est tout moi.

En vrai, si je n'ai pas encore trouvé quoi faire de ma vie c'est parce que je me rêve tour à tour Présidente de la République, tenancière de bar, écrivain, exploratrice, inventeur, psy, créatrice, flic, etc...

Ce qui m'a fait craquer, c'est pas la pile de repassage, ça je fais pas. C'est pas le ménage, j'ai bien lâché là-dessus aussi... No comment. C'est cette liste à rallonge de trucs que je voudrais Faire, ces milles vies que je rêve de vivre... alors que je n'en ai qu'une... C'est con.

 

Je vais m'arrêter là même si je me rends compte que je pourrais écrire des heures. Si tu as des questions, besoin de partager, d'échanger, n'hésite pas. Un commentaire ou, si tu es pudique, ce qu'à l'évidence je ne suis pas, via le formulaire de contact. Je répondrais en toute transparence.

 

Je voulais pas te faire deux fois de suite le coup du bla bla sans image. Alors, pour rester dans le thème, je te présente le joli protège cahier que j'ai offert à mon carnet de listes et de tout ce qui me passe par la tête ;-)

Je me suis basée sur le tuto simplissime de Mavada dans son premier livre, en réduisant légèrement les marges de couture afin d'avoir des bordures un peu moins larges. Ce qui m'a d'ailleurs valu de me planter en beauté et de gâcher un bon gros rectangle de Lib. Sacrilège ! Brûlons-là ! J'ai mis précieusement de côté. Je lui trouverai sans aucun doute une autre utilité. Et comme je voulais mettre une inscription mais pas en plein milieu, pour ne pas gâcher (trop tard...), j'ai improvisé une tranche colorée. Sur la version ratée, cette tranche était rose.. Mais finalement, c'est un mal pour un bien. Je la préfère largement en moutarde.

Protège cahier de listes et de Vie (1)

Pour le texte, ça s'est imposé tout seul. J'ai même pas eu à réfléchir. Comment ça fait du bien.

Protège cahier de listes et de Vie (2)

Protège cahier de listes et de Vie (3)

Je ne vais pas m'attarder plus sur la réalisation de ce machin, même si, comme d'habitude, j'aurais plein de trucs à dire... Hyper intéressants les trucs en plus...

Je vais juste te remercier d'être arrivé(e) jusque-là. D'avance, je m'excuse si tout ce déballage t'as mis(e) mal à l'aise, mais il arrive un moment où le besoin de dire est plus fort que celui de ménager les autres. 

Tschuss ;-)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par amazingironwoman à 23:30 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 9 janvier 2017

Les indispensables de la Globe trotteuse

Yo !

Ayé, une semaine de 2017 de passée... Plus que 51. Je sais pas toi, mais moi, j'ai comme l'impression qu'on va se retrouver à Noël avant d'avoir eu le temps de dire Pâques. Va falloir penser à se bouger les fesses.

Tu l'auras donc compris, je vais encore passer l'année à dire que j'ai le temps de rien tout en faisant un million de trucs par jour.

Résolution 2017, continuer à être moi-même, mais en mieux (ou en pire... au choix). Are you ready ?!

 

Pour commencer l'année en douceur, aujourd'hui, je t'emmène en voyage à l'autre bout du Monde. Plus précisément, et avant que tu ne te rendes compte que je t'ai roulée dans la farine comme une bonne vieille réclame pour de la crème anti-rides, dans le sac à dos de ma Globe-trotteuse de frangine. Pour ceux et celles qui ne sont pas au courant, ma sista a lâchement abandonné taf et appart (les pauvres) il y a un peu plus de 60 jours pour se lancer dans un voyage solo autour du Monde. Autant te dire que son année 2017, mis à part son passage de la quarantaine, ne devrait pas être trop dégueulasse. Après un mois et demi ou presque en Nouvelle-Zélande, elle a passé le réveillon à Sidney pour finir par atterrir aux Philippines il y a quelques jours. Je sais vraiment pas comment elle fait. Ça doit être tellement dur.

Bref. Pour un voyage de longue durée, inutile de s'encombrer de n'importe quoi, mais surtout, il ne faut pas oublier l'essentiel. J'imagine qu'elle a dû beaucoup réfléchir pour en arriver au contenu idéal. Un vrai casse-tête. Le résultat de ses réflexions l'ont ainsi conduite à me passer deux commandes spéciales : une housse pour sa mini bouillotte, et un pochon de rangement pour sa doudoune, afin de remplacer celui initialement vendu avec et qu'elle avait malheureusement perdu.

Forcément, j'ai eu bien deux mois pour accéder à sa demande... et j'ai réalisé le tout deux jours avant son départ. On ne change pas une équipe qui gagne. Tout va bien. En 2017, j'anticipe, ou pas.

Cette fois encore, je n'ai pas voulu aller chercher de tuto sur le net, et j'ai laissé libre court à mon imagination. En même temps, j'ai pas fait du Starck non plus... Il y a pas vraiment de quoi se vanter.

Housse bouillotte (1)

Modèle : housse de bouillotte (#patronperso)

Fourniture : polaire camouflage offerte par ma sister herself (cadeau intéressé ?)

Housse bouillotte (2)

Housse bouillotte (3)

Pour le pochon, je voulais absolument une petite personnalisation un peu marrante. Alors, forcément, c'est une private joke, mais je te traduis vite fait. On sait jamais, ça pourrait te faire sourire. Donc, ma frangine s'appelle Emmanuelle. Petite, tout le monde l'appellait Nunue =D Partie vivre en Angleterre, c'est devenu Newnew. Orthographié à la Française, ça donne Niouniou. CQFD. Qu'est-ce qu'on se marre. En tout cas, elle, ça l'a fait sourire... Et je t'avoue que de mon côté, j'étais bien fière de ma connerie. On se contente de peu, et ça, c'est SO 2017 =D

Pochons Moi, j'emballe (2)

Modèle : Pochon "Moi, j'emballe", taille M (20 cm de haut, 13 de diamètre), #patronperso

Fournitures : popeline moutarde et flex Happyflex.

Pochons Moi, j'emballe (1)

Pochons Moi, j'emballe (3)

Voilà, voilà. C'était pas grand chose, mais ça m'a fait plaisir. Et puis me dire qu'elle m'aura emporté partout avec elle pendant cette année, ça me donne presque l'impression de voyager... Non, je déconne ! Comment je suis trop deg en fait. Mais tant pis, on ne peut pas tout avoir dans la vie ;-)

 

Et c'est là que ce post, apparemment anodin, se transforme en campagne de pub, ni vu ni connu, je t'embrouille...

Tellement fière de moi que j'étais d'avoir pondu toute seule un pauvre modèle de pochon (genre j'ai inventé le fil à couper le beurre) que je me suis dit que je t'en vendrais bien. Tu peux donc en retrouver quelques uns dans ma boutique en ligne. Il n'y en a pas beaucoup. Je dis ça, je dis rien ;-)

Pochon moi j'emballe Fuchsia (2)   Pochon moi j'emballe lavande (2)

Pochon Moi j'emballe noir et noir (2)   Pochon Moi, j'emballe Diabolo Menthe (2)

Et pour continuer sur ma lancée, je me suis dit que ça serait peut-être pas mal de les décliner en différentes tailles, eux aussi.

J'ai donc fait un premier test en version XS, que j'ai customisé, pour mon chéri fan de jeux de rôles. Ce qui m'a permis de faire d'une pierre deux coups : valider la taille, et lui offrir la bourse qu'il attendait depuis maintenant presque deux ans... Hum hum...

Pochons Moi, j'emballe (7)

Modèle : Pochon "Moi, j'emballe), Taille XS (10 cm de haut, 7,5 de diamètre)

J'ai également pu valider la taille XL grâce à une commande personnalisée.

Pochons Moi, j'emballe (4)

Modèle : pochon "Moi, j'emballe", Taille XL (30 cm de haut, 19,5 de diamètre)

Une petite photo de famille pour bien se rendre compte des différentes tailles.

Pochons Moi, j'emballe (5)

Et qui dit tailles XS et XL, dit tailles S et L. Et voilà le travail. A l'heure actuelle, je me tâte encore entre en mettre systématiquement en stock ou les proposer à la commande. A voir. Très bientôt en tout cas. Et surtout, si ça t'intéresse, n'hésites pas à me contacter =D

Pochons Moi, j'emballe (6)

Je te rassure, je te ferai pas de la pub dans tous mes articles... Promis. D'ailleurs, tu le dis si ça te saoule.

 

Je te laisse en me disant que tu as peut-être remarqué que je ne t'ai pas présenté mes vœux pour la nouvelle année. Quelle mal élevée. Il paraît qu'on a jusqu'au 31 pour ça. Et comme je voulais faire ça bien...tu attendras encore un peu ;-)

Pendant ce temps-là, passe une bonne semaine.

A plus.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

lundi 7 novembre 2016

Les 5 ans de la tornade

Hello !

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je vais commencer par te remercier pour l'accueil que tu as fait à ma modeste boutique. Et je remercie plus particulièrement celles et ceux qui m'ont déjà fait confiance et sont sur le point de recevoir chez eux leur tout premier Amazing Bag ;-) Je t'annonce également que la pochette a été remportée ! Youhou ! Merci Elisabeth. Mais, c'est pas parce qu'il n'y a plus rien à gagner qu'il faut que t'arrêtes de commander, hein ?! =D J'en profite pour te dire que d'autres sacs sont en cours de production, mais dans des teintes plus hivernales. Malheureusement, le joli moutarde que tu aimais tant est en rupture chez mon dealer... Donc pas moyen d'en refaire pour l'instant. Mais je garde espoir. Il te reste toujours les pochettes ;-) Et une nouveauté devrait faire également son apparition dans les jours prochains. Stay tuned.

Après cette courte pause publicitaire (faut bien que je nourisse mes 12 enfants, ma brave Dame...), nous allons faire un petit saut de 3 semaines en arrière, du temps ou ma tornade avait encore 4 ans...

Ma petite Émilie jolie étant née le 18 octobre, cette année, ça tombait en plein pendant les vacances, et pour ne pas trop faire traîner l'affaire, nous avons décidé d'anticiper la date pour organiser la fête avec les copains de l'école. L'an dernier, nous n'avions pas trop eu à hésiter sur le thème. La folie Reine des Neiges battait encore son plein. Easy. Gavant, mais easy. D'ailleurs, je ne sais plus si je l'avais écris à l'époque (et flemme de me relire), mais notre petite rebelle avait alors expressément demandé une fête Reine des Neiges / Halloween. On avait un peu zappé le côté Halloween de la requête... Ce qui fait que cette année, après presque un an (sans exagération aucune oO) de réclamation de la part de notre future Rockeuse Gothique, pas moyen d'y couper. Nous lui avons donc organisé un anniversaire sous le signe des fantômes, araignées, chauves souris et autres joyeusetées... Yipikaï. Ça sera quoi pour les 6 ans ???

Comme souvent et pour beaucoup d'entre nous je crois, Pinterest a été notre ami.

Pour les invitations, mon chéri avait repéré un super printable chez Zü. N'ayant pas tout le matos sous la main, nous avons laissé notre petite dessinatrice perso se charger de la contrefaçon. Décidément, cette Julie est bien utile. Je compte peut-être commencer à la louer dans un avenir proche =D

Invitations Halloween (1)

Invitations Halloween (2)

Pour la déco, encore un printable trouvé sur Pinterest. Tu le trouveras facilement sur mon tableau Halloween (flemme de rechercher le lien, sorry). Alors, franchement, c'est un peu longuet, mais c'est tellement facile... Tu imprimes, tu coupes, tu fais des trous, tu passes du fil, ici de la ficelle à gigot, hum hum, et tu suspends. That's all. Et ça claque =D Depuis, elle décore notre salon. Encore une dizaine de jours, et je la vire à grand coup de balai pour installer Noyel. OMG...

Guirlande Halloween

Pour être au top, on a proposé un petit atelier maquillage, hyper raccord avec la tendance de cette année : el dia de los muertos. En même temps, Émilie est ultra méga fan de "La légende de Manolo", LE DA par excellence sur le thème avec, au passage, une BO de ouf guedin ♥ Donc forcément, fallait être maquillée comme Maria Posada. Inévitable. Sur les 4 mômes présents, Émilie incluse (ouais, cette année, on a fait dans le minimalisme... #onesttropvieuxpourcesconneries), seules deux filles se sont prétées au jeu. La troisième avait déjà une petite araignée au plafond, euh, sur le front =D Et le dernier, était le mini amoureux d'Émilie, Léandre, 4 ans, qui a presque pleuré quand je l'ai touché avec le maquillage noir... J'ai pas insisté.

Maquillage Dia de muertos

Et last but not least, celui que certaines attendent avec impatience, THE gâteau de mon chéri. Une espèce de tuerie au chocolat, glacé au chocolat blanc avec un décor mi-flippant mi-Princesse. Tu auras noté la toile d'araignée rose, bien évidemment. Le pauvre, il n'a pas passé la nuit. C'est vraiment dur la vie de gâteau d'anniversaire. Par contre, je te raconte pas la tronche d'Émilie le lendemain matin quand elle a demandé où était son gâteau et qu'on lui a dit qu'on l'avait mangé. Ouais, ouais, on est des parents monstrueux. La vie est injuste.

Gâteau Halloween

Son véritable anniversaire étant 4 jours plus tard, il me restait du temps pour finaliser faire son cadeau. Pour le coup, c'était pas l'idée qui m'avait manqué. Déjà plusieurs mois que j'y avais réfléchi. Mais comme d'hab', tout faire au dernier moment... Je me fatigue toute seule.

Pour ses 2 ou 3 ans, je ne sais plus, nous lui avions offert le lit de poupée Ikéa. Malheureusement, une folle après-midi de jeu entre cousins / cousines, et la pauvre plaque de contrecollé de 2 mm d'épaisseur qui servait de sommier a fini fendue en deux. Depuis, Rose et je-ne-sais-plus-comment-elle-s'appelle dormaient à même le sol. Chez nous, la vie est dure, même pour les poupées.

Duktig Ikea

J'ai donc enfin eu pitié, et j'ai décidé de réparer ce pauvre lit. Et au passage, tant qu'à y être, de lui refaire une beauté, et de lui ajouter de vrais accessoires dignes de ce nom. Parce qu'il faut bien dire ce qui est, le pauvre matelas de m..... , son oreiller et la couverture fournis avec le lit... OMG.

Lit de poupée (1)

bande_pour article_blog-10

Concernant le cadre lui-même, j'ai juste poncé très légèrement, puis, avec ce qui me restait des pots de peinture qui m'avait servi à repeindre le lit de Chouchou (un jour je te montrerai), je l'ai entièrement repeint. Deux couches ont suffit. En bleu Reine des Neiges. Of course. Comme je voulais le customiser un peu plus, j'ai peint une petite couronne stylisée, en doré, normal, et j'ai écris le prénom de ma Princesse au feutre indélébile. Pour le fond, j'ai (mon chéri) a vissé une plaque de medium plutôt épaisse en lieu et place du contrecollé même pas fixé Oo. Et j'ai finalisé le tout en collant de la feutrine rose sous les pieds, pour éviter les bruits sur le parquet =D

Lit de poupée (3)

Lit de poupée (2)

Je lui ai cousu quelques oreillers... assortis, ou non, et dans des chutes de tissus que tu reverras très prochainement.

Lit de poupée (10)

Lit de poupée (9)

Lit de poupée (6)

Pour aller avec les oreillers, il fallait absolument un traversin. Idée trouvée sur le net et librement adaptée.

Lit de poupée (11)

Concernant le matelas, je suis tombée en amour pour un tuto simplissime mais à l'effet bœuf. On dirait pas un vrai, dis ? D'ailleurs, je crois que c'est le truc que je préfère dans ce lit. Pour le réaliser, j'ai utilisé du lin rose, deux couches de ouatine et de vieux boutons dépareillés trouvés dans la travailleuse de ma grand-mère.

Lit de poupée (17)

Lit de poupée (12)

Lit de poupée (7)

Forcément qui dit lit, dit draps. Chez nous, on est plutôt couette. J'ai donc cousu une véritable couette.

Lit de poupée (15)

Et la housse de couette qui va avec.

Lit de poupée (14)

Le scratch permet à la bête de ne pas se défaire constamment à force de manipulation. Et puis faut dire ce qui est, le matelas n'est pas très épais, ni très lourd, comme un vrai. Donc forcément, ça tiens moins bien.

Après avoir tenté toutes les colles de la maison, sans succès, j'ai finalement fixé ce scratch avec de l'adhésif pour miroirs. Nickel.

Lit de poupée (13)

Lit de poupée (8)

Et une petite photo de l'ensemble. Je ne suis pas souvent entièrement satisfaite de moi, mais là, y a pas à dire, je suis fan ♥

Lit de poupée (16)

Lit de poupée (4)

Lit de poupée (5)

EnregisEt last but not least, celui que certaines attendent avec impatience, THE gâteau de mon chéri. Une espèce de tuerie au chocolat, glacé au chocolat blanc avec un décor mi-flippant mi-Princesse. Tu auras noté la toile d'araignée rose, bien évidemment. Le pauvre, il n'a pas passé la nuit. C'est vraiment dur la vie de gâteau d'anniversaire. Par contre, je te raconte pas la tronche d'Émilie le lendemain matin quand elle a demandé où était son gâteau et qu'on lui a dit qu'on l'avait mangé. Ouais, ouais, on est des parents monstrueux. La vie est injuste.trer

Forcément, carton plein, la tornade a A-DO-RE. C'est bien simple, nous avons projeté de partir à la campagne le week-end prochain, et la question a déjà été lancée : le lit fait-il parti du voyage ? Une demande pareille, ça ne se refuse pas, si ?

Vivement jeudi, tiens ;-)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

jeudi 19 mai 2016

L'A.M.A. ou l'Association des Monomaniaques Anonymes

Bonjour, je me présente, je m'appelle biiip Stéphanie, j'ai biip 39 ans et je suis monomaniaque. Depuis quelques temps, j'ai développé une véritable addiction à la couture de poupées. C'est devenu un besoin véritablement irrépressible et au final, je ne suis pas tellement sûre d'avoir envie de me soigner ;-) Bonjour, la dingo.

Par contre, même si j'assume pleinement d'en coudre uniquement pour moi, pas pour mes gosses qui m'en réclament à cor et à cris hein, juste pour MOI, je ne suis pas contre un petit alibi de temps en temps. Tu me diras, je pourrai en coudre pour ces fameux gosses qui réclament, mais voilà, en ce moment, et ce malgré tout l'amour que je leur porte, ils me surgonflent tellement que je n'ai aucune envie de jouer la carte de la mère sympa... Je sais, c'est mal, mais c'est comme ça. Il n'y a guère que Julie qui profite encore de mes largesses couturesques, et ce surtout parce que la pauvrette n'a encore et toujours rien à se mettre. C'est pas possible de grandir à une vitesse pareille ! Je m'efforce donc d'étoffer sa misérable garde-robe, et il faut reconnaître que ça m'occupe pas mal.

Mais heureusement pour moi, et mes besoins compulsifs, mon entourage, proche ou moins proche, continue à m'offrir des occasions de replonger en apportant sa petite contribution au renouvellement de la population Mondiale. Bref, heureusement qu'il y en a qui pensent encore à se reproduire ;-) Parce que soyons bien clairs, dans ce domaine, j'ai fait plus que ma part. Chacun son tour.

C'est ainsi que récemment deux petits bébés sont venus agrandir notre famille et celle de nos amis. Une jolie petite fille éclose dans une rose chez l'un de mes cousins, et un mignon petit garçon tout droit sorti d'un chou chez l'un des collègues de mon chéri. Collègue qui est, accessoirement, également le parrain de Chouchou.

Je ne suis pas toujours à jour niveau cadeaux de naissance, mais là, l'occasion était trop bonne de donner libre cours à mes pulsions. J'ai donc confectionné à chacun de ces mignons petits chérubins une simplissime Doudou box. Simple, mais au haut potentiel de mignonitude. Chacune d'entre elle contenant une poupée, bien évidemment, et un lange teint customisé avec un flex, encore une fois coupé à la main. Le tout emballé dans un pochon doublé et réversible, comme déjà vu ici.

Inutile de te dire que je me suis éclatée à confectionner ces quelques cadeaux. J'attends d'ailleurs avec impatience les prochaines naissances prévues dans mon entourage pour pouvoir remettre ça. Ouais, ouais.

Je te laisse deviner lequel était destiné à qui... Malgré le fait que je sois parfaitement convaincue par l'interconnexion des genres, je n'ai pas pu m'empêcher d'orienter ces Box selon le sexe de l'enfant. Quoi que, il y a quand même quelques touches de rose dans celle du petit boy. Encore une addiction difficile à soigner.

Pochons

Je te présente donc Rosalie et Ferdinand troisième du nom. 

Rosalie et Ferdinand Poupées à coudre

Ferdinand poupée à coudre

Modèle : Ferdinand dans Poupées à coudre de Clémentine Collinet aux Editions Marie Claire

Fournitures : wax offerte par ma copine Marie et différentes chutes de mon stock

J'ai eu un peu peur que toute cette brillance fasse too much, mais au final, je le trouve plutôt classe et sacrément Royal.

Ferdinand et lange

Ferdinand, lange et pochon

Rosalie poupée à coudre

Modèle : Rosalie dans Poupées à coudre de Clémentine Collinet aux Editions Marie Claire

Fournitures : chutes de mon stock

Je craque totalement pour cette délicate petite lapine ♥

Rosalie et lange

Rosalie, lange et pochon

Rosalie et Ferdinand, langes et pochons

bande_pour article_blog-10

Comme tu l'auras compris, ce n'est pas la dernière fois que je viens te présenter une de ces petites créatures. Je suis vraiment très très loin d'avoir exploré toutes les possibilités offertes par ces patrons, pour mon plus grand plaisir, et pour le tiens aussi je l'espère ;-)

Et si d'aventure tu en voulais un ou une toi aussi, tu sais ce qu'il te reste à faire !

Tschuss.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 


mardi 26 avril 2016

Quand le hasard fait bien les choses

Plus je vieillis, et plus je me dis que, même si elle n'est pas tous les jours rose, la vie réserve malgré tout de jolies surprises. Je n'irai pas jusqu'à dire que je crois au destin, mais j'aime être attentive à tous ces signes qui jalonnent notre route. Toute Athée que je suis, j'aime cette impression que quelque part, quelqu'un ou quelque chose donne une cohérence à notre vie. Et surtout, j'adore ce sentiment qu'aussi vaste qu'il soit, notre Monde est, finalement, minuscule.

Je ne sais pas ce qu'il en est pour toi, mais moi, je vois des signes partout.

Un immense signe d'amour et d'espoir le jour de la naissance de Julie, 6 ans jour pour jour après la disparition de son arrière-grand père.

Celui d'être toujours connectée à mon chez moi à travers ces noms de rue, de canaux, de restaurants, et même de magasins qui portent systématiquement ceux des lieux que je chéris le plus.

Et encore une fois, cette sensation que le Monde est tout petit, dans cette rencontre avec un ami depuis longtemps perdu de vue, un matin, devant la garderie au pied des pistes, à plus de 500 km de chez moi.

Je pourrai te dresser une liste impressionnante de tous ces hasards, plus ou moins heureux, qui pimentent mon existence. Mais je vais me contenter d'un seul, et pas des moindres.

Il y a maintenant un an et demi, Émilie, ma tornade, mon exhubérante, à rejoint les bancs de l'école. A peine quelque jours après la rentrée des classes, en arrivant devant l'école, j'aperçois un Papa accompagné de deux petites filles portant le même manteau visiblement faits mains. D'après mes souvenirs, il me semble que c'étaient des Sidney de C'est Dimanche en matelassé FDS. Quelque part, on s'en fout, là n'est pas l'important. Mais qu'ils étaient beaux ces manteaux... J'ai resisté à mon envie de les suivre, et finalement, en déposant ma Princesse devant sa classe, j'ai eu la bonne surprise de voir que l'un des manteaux était accroché pas loin du sien. Le Papa étant toujours là, j'ai mis ma timidité légendaire de côté et je lui ai carrément demandé si sa femme cousait. Réponse : oui. Ô surprise ;-) J'ai poussé ma chance en demandant si elle bloguait aussi. Et là, grosse suprise. Re oui. Et il s'est avéré que je venais de dénicher Mme Mademoiselle Angèle, pourvoyeuse de merveilles en tout genre. Mais l'histoire ne s'arrête pas là, heureusement. Si tu connais un peu son blog, tu connais peut-être aussi la petite sœur d'Angèle, la magnifique Simone, Sissi pour les intimes. Sissi est une petite fille timide (avec moi en tout cas), relativement réservée, mais qui au contact de ma tornade se transforme en petit zébulon. Un vrai plaisir à regarder que ces deux petites filles qui se sont trouvées un jour réunies dans une salle de classe, et qui depuis, ne cessent de parler l'une de l'autre. Deux petites filles qui sont devenues tellement inséparables que fêter l'anniversaire de l'une sans l'autre est totalement inenvisageable. D'ailleurs, la fête des 4 ans d'Émilie a dû être reportée au moins deux fois pour coller à l'emploi du temps de sa copine pour la vie ;-) Surtout que, hasard des hasards, il s'avère que ces deux-là sont de presque jumelles !!! Quelle n'a pas été ma surprise de découvrir qu'elles étaient nées le même jour, dans le même hôpital, à quelques heures d'intervalle oO Si ça c'est pas un signe...

Alors forcément, quand Sissi, enfin ses parents, trouvent enfin le temps d'organiser, avec à peine quelques mois de retard, un goûter pour son anniversaire, on ne raterait ça pour rien au Monde. En même temps, le retard, c'est bien aussi, ça permet d'étaler les fêtes sur l'année. Et comme ça, on est sûr de ne pas faire ça le même jour ;-)

Comme Sissi est la presque jumelle de mon Émilie, forcément, elle voue un culte à la grande blonde qui ne porte pas de manteau quand il fait -12, et voit, elle aussi, la vie en bleu Reine des Neiges. Je te raconte pas les regards entendus quand elles sont ressorties de l'école après la chandeleur avec leurs couronnes bleues. Je crois que la maîtresse et son ATSEM s'en souviendront de ces deux-là.

Après concertation avec ma jolie Princesse, nous nous sommes mises d'accord sur une poupée d'un des personnages de la RDN. Bon, on était pas si d'accord que ça en réalité, parce que si j'avais dû l'écouter, j'aurais dû tous les faire : Elsa, Anna, Olaf, Christophe et Sven... Mouais. Un seul, c'était bien assez.

Et comme un joli cadeau, ne va pas sans joli emballage, j'ai cousu un joli pochon doublé en guise de papier cadeau. Mais qui se cache donc à l'intérieur ?

Pochon (2)

Pochon (1)

Je pense que tu avais deviné. C'est évidemment Elsa qui a reçu le plus de suffrages, même si j'avoue avoir pas mal hésité avec Olaf. Je suis partie d'un des patrons de ma monomanie du moment : Ferdinand de poupées à coudre, transformé en Elsa. Je ne saurai te dire avec quel plaisir j'ai cousu cette poupée... Et je sais de source sûre qu'elle a également plût à sa destinataire.

Poupée à coudre Reine des Neiges (1)

Poupée à coudre Reine des Neiges (2)

Poupée à coudre Reine des Neiges (3)

Poupée à coudre Reinde des Neiges et pochon

Modèles : Ferdinand de Poupées à coudre aux éditions Marie Claire (transformé en Elsa) et pochon doublé trouvé sur un blog dont je n'ai pas noté le nom (shame on me)

Founitures : tout ce qui trainait dans mon stock, dont les restes de la robe de RDN cousue l'an dernier à ma tornade.

Je crois que je suis définitivement accro à ces mignonneries. D'ailleurs, j'en ai cousu deux autres, et j'en ai une troisième en préparation.

Je suis foutue, mais ça, tu le savais déjà ; -)

bande_pour article_blog-10

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

jeudi 7 avril 2016

Tout vient à point à qui sait attendre...

...ou comment j'ai réussi à me trouver de bonnes excuses pour avoir plus d'un an de retard sur l'échéance d'un échange. La honte.

En règle générale, j'essaie au maximum de respecter mes engagements. Et même si je ne suis pas la reine de la ponctualité, j'ai développé assez d'auto discipline pour éviter, autant que faire se peut, de remettre ce qui doit être fait au lendemain. Mais force est de constater que je ne suis pas un robot, et que comme dirait l'autre "des fois ça marche, et des fois, ça marche pas".

Et là, il y a pas à dire, cette fois, ça n'a carrément pas marché du tout.

Il y a deux ans maintenant, Delphine et moi avons décidé de devenir des NSP, Non Secret Pal pour les néophytes. Le but du jeu étant de nous envoyer mutuellement un colis par trimestre, et ce, pendant un an.

Les deux premiers envois, que tu peux retrouver chez moi ici et ici se sont déroulés sans encombre. On ne peut pas en dire autant des deux suivants. La troisième partie de notre échange a dû attendre environ 6 mois, le temps que mes nausées du premier trimestre disparaissent et que les fêtes de fin d'année ainsi que notre déménagement se passent. Le quatrième volet, quant à lui, s'est carrément fait à l'unilatérale... Delphine m'ayant fait parvenir sa part courant Mai, peu de temps avant la naissance de Chouchou, alors que le mien n'est parti que la semaine dernière... Oups.

Alors, effectivement, on peut dire que j'avais de bonnes excuses pour avoir pris du retarrd. L'arrivée d'un quatrième enfant, les nuits pourries, la foutue embolie pulmonaire de mon mec (qui va bien mieux, merci). Autant de bonnes raisons pour ne pas être au top. Mais il faut se rendre à l'évidence que tous ces paramètres ne m'ont pas empêché de créer ces 10 derniers mois. Et pour être vraiment honnête, ce n'est pas tellement le temps qui m'a manqué, mais plutôt l'inspiration.

Delphine a toujours fait preuve de beaucoup de générosité dans ses envois et sachant que j'allais avoir du retard, je ne pouvais décemment pas me permettre de lui renvoyer n'importe quoi.

Avant de te montrer ce que j'ai finalement décidé de lui offrir, je te présente ce que j'ai reçu de sa part, il y a bientôt un an.

Je commence par le gros morceau, le truc qui m'a complètement fait halluciner et qui m'a obligé à me creuser la tête pour être à la hauteur : un superbe sac Romy de Mavada qui a remplacé avantageusement mon vieux sac à langer. Une pure merveille ♥ Et regarde moi ces raccords de dingue oO

En le découvrant dans mon colis, j'en suis restée sans voix. Et ça, mon mari te le dira, ça n'est pas chose courante.

Romy Mavada (1)

Romy Mavada (2)

Romy Mavada (3)

Avec le sac, il y avait également une très jolie corbeille crochetée, qui trône depuis sur la commode de ma chambre.

Corbeille hooked

Et une petite attention pour chacun de mes enfants. Sauras-tu retrouver quoi est pour qui ?

Cadeaux Récréations de Delphine

Indice...

Emilie au bandeau

Il y avait également une attache tétine pour Simon, mais j'ai oublié de la photographier.

Tu comprends maintenant pourquoi je tenais absolument à ne pas bâcler mes remerciements.

Et donc, voici ce que j'ai fini par lui envoyer.

Shawl skull, maxi pochette et Mahault le Viking (1)

La première pièce de mon colis a été comme une évidence. Après trois Shawl Skull, j'étais maintenant bien rôdée, et je savais qu'elle rêvait de s'en faire un. J'ai crocheté ce châle au mois d'Août dernier, pendant nos vacances à la campagne. Et rien que de le regarder, ça me donne envie d'en refaire un.

Shawl skull

bande_pour article_blog-10

Modèle : shawl skull d'après ce tuto

Fournitures : coton ricco DK

Et après ça, le trou noir. Toutes les idées qui me venaient me semblaient totalement insipides... jusqu'au jour où j'ai découvert les petites poupées de Clémentine Collinet dans mon Marie Claire Idées. Après ma publication sur mes premières réalisations issues de mon petit livret, Delphine m'a fait part, comme beaucoup d'entre vous d'ailleurs, de son coup de cœur pour Mahault le petit Viking. Bingo ! J'avais enfin mon idée. Et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, Mahault deuxième du nom était né.

Mahault le petit Viking

Modèle : Mahault, Poupées à coudre de Clémentine Collinet aux éditions Marie Claire.

Fournitures : chutes de mon stock

Et dans la foulée, après avoir testé et approuvé le tuto de la maxi pochette de Quick and Lovely que tu as pu découvrir en début de semaine, j'en ai recousu une seconde. Et je sens que ça ne sera pas la dernière. Tu peux constater au fil des photos que cette pochette à la particularité d'avoir deux faces différentes. Je trouvais ça amusant de jouer sur les contrastes.

Maxi pochette Quick and Lovely

Modèle : maxi pochette dont le tuto est inclus dans les kits chez Quick and Lovely

Fournitures :  cotons MT

En écrivant ces lignes, je me rends compte que je n'ai rien fait pour ses enfants, honte à moi... Mais je crois que ce colis lui a tout de même plût. En tout cas, moi, j'ai pris énormément de plaisir à le composer pour elle.

Shawl skull, maxi pochette et Mahault le Viking

Et une bonne chose de faite. Les bons comptes font les bons amis.

Tschuss.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

mardi 5 avril 2016

Quick and Lovely, la couture garantie 100% pas relou(x)

Oyé oyé ! Amie Instagrameuse, il est enfin temps de lever le voile sur ces énigmatiques clichés au #projetsecret qui ont envahi ton fil toute la journée d'hier.

Et à toi, qui n'est pas encore inscrite sur ce réseau social, véritable lieu de perdition et de tentation, je t'explique. A la demande de notre plus si mystérieuse coordinatrice, mes amies blogueuses (ou pas) et moi-même avons légèrement "floodé" IG de photos comme celle que tu peux voir ci-dessous. Un vrai teasing de ouf digne des plus grandes créatrices.

Pochette Quick and Lovely (5)

Mais c'est quoi donc, m'a-t-on demandé dans la foulée...?

Réponse : une siouperbe maxi pochette à ouvrage, mais pas que.

En fait, il s'agit du tout premier kit de couture proposé par la créatrice du site Quick and Lovely, créatrice qui n'est autre que Céline, la célébrissime Reloux ;-) Un kit de couture destiné "aux débutant(e)s et aux couturier(ère)s qui souhaitent se perfectionner". Ici, en apprenant à poser un zip.

Ce kit comprend de quoi réaliser non pas une, mais deux maxi pochettes ! Il contient deux tissus prédécoupés, un au choix et un surprise, deux zips assortis, deux cordelettes pour accrocher aux zips et un livret complet et détaillé pour te guider dans ta réalisation.

Pour ce premier kit, Céline te propose pas moins de 25 assortiments différents, tous plus beaux les uns que les autres. De quoi passer plus de temps à te prendre la tête sur le choix de ton premier tissu que sur ton projet en lui-même. C'est dire. Voilà pour le Lovely.

En ce qui concerne la réalisation, je peux te confirmer que c'est simple et rapide, même si tu débutes. Chaque étape est parfaitement expliquée et illustrée dans le livret contenu dans le kit. Voilà pour le Quick.

La preuve en image. C'est y pas mignon ? Et mon petit doigt me dit que c'est pas la seule pochette que tu vas voir aujourd'hui...

Pochette Quick and Lovely (4)

Modèle : maxi pochette à retrouver dans les kits sur le site de Quick and Lovely

Pour info, cette maxi pochette n'a pas été réalisée à partir d'un des kits mais uniquement grâce aux explications contenues dans le livret. N'ayant pas de cordelette, j'ai utilisé quelques fils à broder tressés et j'ai personnalisé ma pochette grâce à un flex (non inclus dans les kits).

Pochette Quick and Lovely (2)

Pochette Quick and Lovely (3)

Et pour te permettre de te rendre compte de la taille de cette pochette qui mérite bien son titre de maxi ;-) Idéale pour transporter ton projet tricot/crochet ou, pourquoi pas, ton pyjama. Ben quoi ? On sait jamais, ça peut toujours servir.

Pochette Quick and Lovely (1)

Alors si tu veux te faire un petit quicky couture et donner un max de plaisir à ta mac, rendez-vous sur la boutique de Q&L, il y en a pour tous les goûts ;-) Tu peux aussi retrouver Q&L sur son blog, ici, sur FB, , ou encore sur IG, here.

Tschuss

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Posté par amazingironwoman à 07:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 29 mars 2016

Trois fois rien...

Attention, flashback.

Après l'orgie de cadeaux de Noël home made qui m'aura laissée quasi au bord de l'overdose, une bonne semaine de vacances bien méritées m'avait permise de souffler un petit peu, loin de mes machines. A tel point, comble de la contradiction, que j'ai fini par me retrouver en manque. Non, non, je ne suis pas une emmerdeuse.

C'est donc avec plaisir que je suis rentrée chez moi, la tête de nouveau pleine de projets. Et surtout, enfin libre de créer pour mes enfants, les grands laissés pour compte de mon délire en mode Mère Noël.

Occupée comme j'étais, je n'avais pas eu une minute pour accéder à leurs demandes. Et au-delà de ça, pas moyen que je leur mette du home made sous le sapin... Même si j'ai réussi, sournoisement, à leur faire croire à tous (eh oui, même aux deux grands !) que le vieux Barbu mandatait les parents possédant quelques aptitudes créatrices pour alléger le travail éreintant de ses petits lutins, je ne pouvais décemment pas œuvrer pour eux en plein jour. Et puis de toute façon, je n'en aurais pas eu le temps.

Pour reprendre en douceur et éviter de me faire mal, je me suis contentée de petits projets rapides mais efficaces. De quoi contenter vite fait, bien fait les désirs de mes Princesses. Puisque, le plus souvent, ce sont elles qui réclament.

Depuis la fête d'anniversaire de sa petite sœur, la grande me demandait régulièrement de lui coudre la même housse de coussin que celle que j'avais faite à ma chipie pour cette grande occasion. Sur ce coup-là, je ne me suis vraiment pas foulée, et j'ai reproduit exactement le même à peu de choses près. Les seules différences résident dans le fait que le motif n'est pas tout à fait centré de la même manière, à quelques centimètrres... (chipotage) et que j'ai utilisé un tissu différent pour le dos du coussin afin de pouvoir reconnaitre lequel est à qui et éviter ainsi les engueulades, hum, hum. Mais non, je te jure, c'est toujours hyper calme chez moi, jamais un mot plus que l'autre (dans mes rêves).

Coussins Reine des Neiges

Oreillers reine des Neiges

Modèle : ben il y en a pas... juste un dessin vite fait et quelques maths niveau 6ème.

Fournitures : tissu RDN et cotons à pois ou à étoiles MT.

De son côté, la petite sœur en question, ayant reçu pour son anniversaire un merveilleux calendrier de l'avent sur le thème, je te le donne en mille, de la RDN (youhou !), il lui fallait absolument de quoi ranger tous ses petits trésors. Petits trésors qui n'étaient autres que du... maquillage. Une trousse s'est donc avérée plus qu'indispensable. Voilà donc ma gamine de quatre ans propriétaire de sa propre trousse à maquillage. Trousse deux fois plus fournie que la mienne. Tout va bien.

Pochette Reine des Neiges

Trousse Reine des Neiges

Camille, quant à lui, n'ayant rien réclamé de précis, je me suis tournée ensuite vers un projet plutôt urgent pour son petit frère. Le pauvre petit chaton se trainait par terre depuis plusieurs semaines sans rien à se mettre aux pieds. Ayant passé l'âge, ou presque, de passer ses journées en grenouillère (quand je n'ai pas la flemme de l'habiller), le maheureux ne portait que des chaussettes qui glissaient et/ou se faisaient la malle. Il était grand temps de lui fournir des petits chaussons. D'autant plus, que loin d'être en retard, il se mettait déjà debout pour faire le tour des meubles. Avec des chaussettes en mode patins à glace, c'était le gadin assuré.

Je ne sais pas ce que j'ai foutu en les cousant, mais je me souviens avoir pas mal galéré... Peut-être parce que je tenais absolument à ce qu'ils soient entièrement doublés. En tout cas, je les trouve trop mignons et Chouchou les porte tous les jours. Aujourd'hui, ils ne ressemblent plus vraiment à l'image ci-dessous, mais ils restent portables. Je vais quand même devoir sous peu lui en refaire une paire. Ça grandit tellement vite à cet âge-là.

Chaussons velours

Modèle : Petit Citron

Fournitures : chutes de mon stock

Chouchou en mode sérieux. Pas de zoom sur les chaussons. Juste pour le plaisir ;-)

Chouchou

Chaussons guitares

Chaussons bébé

Et avec le sourire, c'est encore mieux ♥

Simon

Ainsi s'achève ce petit voyage dans le temps.

Tschuss.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

lundi 21 mars 2016

Pour petites et grandes filles

Fin Janvier, et début Février, il a fallut assurer pas moins de trois invitations, quasi coup sur coup, à des fêtes d'anniversaire. Deux pour la grande, et fatalement, scolarisation oblige, une pour la petite. Une grande première pour elle, parce que même si c'est déjà sa deuxième année d'école, les invitations se font quand même rares en petite section, et c'est bien compréhensible (cf. le traquenard de la fête d'anniversaire de ma petite tornade).

Je peux te dire que si ma petite choupinette était totalement excitée par la perspective de cette fête, de mon côté, j'étais très émue. Ça a beau ne pas être mon premier enfant, chaque étape où je la vois grandir me touche autant que si c'était le cas. Tu me diras, il y a qu'à voir dans quel état je me mets quand Chouchou dit "Maman" ou qu'il tente de se mettre debout. Irrécupérable, je te dis.

Pour la fête d'Émilie, et comme pour toute petite fille qui se respecte ces deux dernières années, nous elle avions avait choisi le thème ô combien original de la Reine des Neiges. Forcément, ça avait amené tout un tas de cadeaux sur le même thème. Youhou. L'occasion de se rendre compte que plusieurs des petites camarades de ma fillle avaient, elles aussi, été touchées par ce virus (au grand bonheur de leurs parents d'ailleurs... hum, hum...). La petite fille dont c'était à son tour l'anniversaire en faisant partie, mon cadeau était tout trouvé. Étant alors dans une "période" couronne et baguette, je n'ai eu qu'à reproduire le cadeau offert à ma nièce pour Noël. Une petite réalisation rapide, puisque déjà testée et approuvée, et qui a eu un succès fou.

Baguette et couronne Reine des Neiges

Modèle : patron perso

Fournitures : simili doré de mon marché, cotons et rubans MT

Pour les grandes, il m'a fallut me casser un peu plus la tête. La première invitation ayant été lancée par l'une des meilleures amies de Julie, chez qui elle dort assez régulièrment, et qui, ayant eu la bonne idée de naître pas très loin de Noël, n'avait jamais fêté son anniversaire avec ses copines (choix parental que je respecte), j'ai voulu marquer le coup. Exit la trousse (trop simple), la pochette d'artiste (trop bébé), le tote bag (déjà offert lors de l'anniversaire de Julie)... J'ai donc proposé à ma grande de coudre un sac... de grande. C'est pas comme si elles rentraient en sixième en Septembre. OMG.

Nous avons choisi le modèle dans le seul livre que je possède sur le thème et qui regorge de merveilles encore inexploitées à ce jour, j'ai nommé "Cartables et sacs à dos" d'Edwige Foissac. Et notre choix s'est porté sur le sac Pénélope. Une fouille dans mes bacs de tissus, quelques heures de couture, et voilà le travail. 

Pénélope Mavada

Modèle : sac Pénélope, "Cartables et sacs à dos" d'Edwige Foissac

Fournitures : Velours stretch et coton intérieur Rijs textiles, lin violet de mon marché, cotons d'origines diverses et pressions Kam.

bande_pour article_blog-10

Ce sac est d'une simplicité déconcertante pour un résultat trop mignon. Comme toujours, avec Edwige, tout s'emboîte parfaitement. La seule difficulté dans cette réalisation a résidé dans le caractère extensible de mon velours. Mais rien de bien catastrophique. J'ai vu pire.

Pénélope sac à main

Pénélope velours milleraies

Pénélope velours rose

Sac Pénélope

Pénélope Cartables et Sac à dos

Encore une fois, gros succès.

C'est pourquoi je n'ai même pas essayé de réfléchir à une autre option pour l'anniversaire qui se tenait le week-end suivant. Le patron étant déjà décalqué, je n'ai eu qu'à m'y remettre. Je ne vais pas te redire que c'était facile, mais j'avoue que réaliser deux fois de suite le même ouvrage, c'est un peu lassant... Surtout que si j'étais, à la base, assez convaincue de mon choix de tissus, une fois le sac terminé, je l'étais beaucoup moins. Les rabats de poches sont trop ternes à mon goût. Heureusement, ça n'a pas été l'avis de sa petite destinataire.

Pénélope cabane de Mavada

Modèle : idem que précédemment

Fournitures : velours Lolishop, cotons MT et pressions Kam.

Pénélope velours bordeaux

Pénélope graphique

Pénélope sac rentrée

Au final, trois demoiselles ravies. Que demander de plus ? ;-)

Tschuss.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook