mardi 15 novembre 2016

De Batman à Sherlock, le défi Open Bar

Il y a un mois, notre Reloux nationale battait le rappel pour un bon vieux défi à l'ancienne, du genre comme je n'en ai pas vraiment connu, étant finalement toute jeune... sur la toile. 

La pauvre Céline, traversant un désert couturesque mâtiné d'un manque de motivation abyssal, nous proposait alors un défi Open Bar. Un défi Mac Do quoi : "Venez comme vous êtes". Soit ! Moi, on me dit Open Bar, je pense fouille intégrale de frigo, réquisition d'Heineken et foutage de pieds sur la table. Bon, faut pas que j'y pense trop fort, je risque de m'y croire et d'être obligée d'aller me chercher une cuvette... rapport au manque d'endurance alcoolique dont j'ai fait preuve ces derniers mois oO Il y a pas à dire, je ne suis plus que l'ombre de la femme que j'ai été (soupirs...)

Je ne sais pas si tu as remarqué, ou si tu t'en fous, mais les défis, finalement, c'est pas trop mon truc. Il y en a que ça motive, je respecte. Moi, ça serait plutôt le contraire. Comme jadis à l'époque (j'aime ce mot... jadis...), ou aujourd'hui dans la vraie vie (la dure, la quotidienne, celle des vrais adultes... force et honneur... etc...), je fuis et combats tout ce qui m'est imposé. C'est mon côté rebelle... Tout en m'imposant moi-même des trucs. C'est mon côté tarée.

Bref, les défis, bof. Pourtant, j'avais bien envie de partciper à celui-là. Mais rien que de me dire qu'il fallait trouver une idée, je me suis dégonflée comme un vieux pneu. Et puis, j'ai oublié. Et j'ai cousu. Et je me suis rappelé. Et je me suis dit que ça le ferait carrément pour valider ma participation.

En même temps, on a dit Open Bar, non ? Le truc qui doit t'amener minimum un ou deux opportunistes de base. Je réponds donc "Présente" ;-) Même pas honte.

Alors, avec quoi ? Eh bien des capes tout ce qu'il y a de plus simple. Modèle de Vanessa Pouzet. Ultra rapide, ultra efficace.

L'idée me trottait dans la tête depuis quelques temps déjà. Et puis au dernier tri / recensement de fringues dans les placards des nains, je me suis rendue compte que Julie n'avait AUCUN manteau d'hiver. Juste un perf'. Joli, mais pas très adapté aux températures actuelles. J'ai cherché un modèle de manteau sympa. Je suis tombée amoureuse du perf' d'Her Little World. Mais acheter le pack entier juste pour lui, no way... Et puis j'ai repensé à mon idée de cape. J'ai proposé à la demi ado. Elle a dit OUI. Alléluïa. J'ai proposé des tissus. Elle a dit NON. Damn it. J'ai reproposé les mêmes tissus. Elle a fini par dire OUI, sans que je la frappe. Juré. Banco. Et le lendemain, elle avait une cape. Youhou.

Et comme il me restait assez de tissu et que je surkiffe de voir mes filles habillées pareil, j'en ai refait une à la minus. Mon duo Sherlock / Watson était né ;-)

Capes Vanessa Pouzet Ah non pas elle (4)

Modèle : cape de Vanessa Pouzet. 12 ans pour la grande, rallongée de 6 cm (et encore un peu courte... ), et 6 ans pour la petite, légèrement raccourcie dans le dos par manque de tissu.

Fournitures : velours gris grosses côtes, et lainage fin (de mon marché).

J'aimais assez l'idée de ces capes grises, toutes simples. Je me suis juste autorisée quelques touches de rose avec les passepoils au col, les pressions résines et une surpiqûre façon broderie sur tout le bas des capes. De petits détails, mais qui font toute la différence je trouve.

A la base, le patron ne prévois pas de surpiqûres, mais j'avais trop peur que la doublure bouge. On est jamais trop prudent. Et puis, c'est loin d'être inesthétique, non ?

Capes Vanessa Pouzet Ah non pas elle (2)

Capes Vanessa Pouzet Ah non pas elle (3)

Place aux photos. Je te préviens, j'ai été incapable de faire le tri... Un vrai duo comique... Les photos ont été prises le week-end dernier dans le jardin de la maison de mes grands-parents, que nous essayons d'occuper dès que nous le pouvons. Un véritable havre de paix et de verdure, parfait pour déconnecter et faire le plein de nature.

Capes Vanessa Pouzet Ah non pas elle (5)

Capes Vanessa Pouzet Ah non pas elle (6)

Capes Vanessa Pouzet Ah non pas elle (7)

Capes Vanessa Pouzet Ah non pas elle (8)

En mode Batman... et Robin ;-)

Capes Vanessa Pouzet Ah non pas elle (9)

Capes Vanessa Pouzet Ah non pas elle (10)

Capes Vanessa Pouzet Ah non pas elle (11)

"Viens, on joue à Anna et Elsa, quand Anna est gelée à la fin du film"...

Capes Vanessa Pouzet Ah non pas elle (12)

Capes Vanessa Pouzet Ah non pas elle (13)

Capes Vanessa Pouzet Ah non pas elle (14)

"Allez, on échange"... OMG... Elles m'épuisent.

Capes Vanessa Pouzet Ah non pas elle (15)

Capes Vanessa Pouzet Ah non pas elle (16)

En mode Gangsta Rap (sans le son, c'est naze, sorry...)

Capes Vanessa Pouzet Ah non pas elle (17)

Yo !

Capes Vanessa Pouzet Ah non pas elle (18)

C'te tronche d'amour ♥

Capes Vanessa Pouzet Ah non pas elle (19)

Capes Vanessa Pouzet Ah non pas elle (20)

Pour conclure, je suis ultra fan de ces capes ♥ Intemporelles. Parfaites avec tout. Du temps de couture bien investi. Et des poulettes absolument ravies ;-)

Capes Vanessa Pouzet Ah non pas elle (1)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

Posté par amazingironwoman à 07:15 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


vendredi 15 avril 2016

Windy days, le manteau à capuche

Ce que j'aime par dessus tout dans la couture, c'est le fait d'apprendre tous les jours, de surmonter petit à petit les difficultés et de pouvoir me satisfaire, une fois le dernier ourlet réalisé ou le dernier bouton cousu, d'un "waouh, c'est moi qui l'ai fait !" Chaque nouveau patron, même simplissime, se révèle être une découverte et un défi, à chaque fois renouvelé, lancé à moi-même. C'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai déserté les défis proposés deci delà sur la toile. Mes propres besoins et envies remplissant déjà parfaitement cet office.

En tant que maman au foyer, ce "hobby" qui devait à la base me permettre de ne pas passer mes journées inactives à regarder Arabesque à la télé (si tant est qu'on puisse passer sa journée entière à ne rien faire dans son canapé quand on élève quatre enfants) a pris une place de plus en plus importante dans ma vie. Si bien que j'ambitionne aujourd'hui de remplir les étagères de mes enfants avec des vêtements quasiment 100% home made, et que je me retrouve ainsi avec une liste de projets à réaliser aussi longue que mon bras.

Je sais d'avance qu'il ne pourra pas en être éternellement ainsi, qu'il viendra un temps où le petit dernier entrera à l'école et qu'il faudra que je me retrouve une place sur le marché du travail d'une manière ou d'une autre. Mais en attendant ce jour, que j'espère le plus loin possible (j'aime me bercer d'illusions), je m'autosatisfait de la part grandissante de vêtements faits maison qui sèchent sur mon étendoir. A tel point que je m'amuse régulièrement à compter le nombre de réalisations (accessoires compris) que mes enfants portent sur eux le matin quand je les emmène à l'école.

Au fil du temps, de réussites en déconvenues, j'ai réussi à identifier les projets qui me font vraiment vibrer et ceux qui me donnent le plus de fil à retordre. Je sais par exemple qu'une encolure et des ourlets de t-shirts me font toujours tellement peur que je recule à chaque fois le moment de les réaliser et qu'une pièce qui devrait me prendre 2h à tout casser, me prend réellement deux voire trois jours... Que j'aime faire des sacs mais que je déteste travailler le simili, même si j'y reviens toujours. Que j'adore faire des pantalons même si je ne maîtrise toujours pas cette foutue braguette. Et que par dessus tout, j'adooooore coudre des manteaux.

Mais il faut bien le reconnaître, ce n'est pas le genre de pièce qu'on coud tous les jours. Dans mon idéal de penderie minimaliste, un manteau par personne et par an me semble bien suffisant, même si dans la réalité, en tenant compte des saisons, deux serait plus réaliste. De ce côté-là, ça tombe bien pour mes filles qui ont, pour l'instant, tout ce dont elles ont besoin. Soit en manteaux du commerce qui leur ont été offerts, soit, dans le cas d'Émilie, avec le magnifique Agatha (autosatisfaction quand tu me tiens) que je lui ai cousu il y a presque deux ans déjà et qui devrait vivre cette année sa dernière saison.

Concernant mon grand garçon, c'est une tout autre histoire. Je ne sais pas si tu te rappelles le blouson "de la mort qui tue" que je lui avais fait l'année dernière, mais force a été de constater que celui-ci est devenu rapidement trop juste, voire trop petit. Damned. J'avais pourtant bien respecté le tableau des tailles, mais soit le patron taillait petit, soit les épaisseurs en réduisait l'ampleur. Toujours est-il que très vite les manches se sont retrouvées à la limite du trois-quart et le coup du pull qui dépasse des manches, c'est pas ce qu'il y a de plus seyant ni de plus agréable à porter...

Il a fallut que je me rende à l'évidence, je me devais de lui recoudre un manteau cet hiver. Et à force de l'entendre se plaindre du fait que ses sœurs, elles, avaient des capuches et pas lui, je me suis mise à la recherche d'un patron de manteau à capuche qui satisfasse ses envies. Comme souvent, j'ai trouvé mon bonheur dans un Ottobre. Et comme toujours, face à un tel ouvrage, j'ai fait traîner. D'abord pour décalquer le patron, ensuite pour couper les innombrables pièces oO et enfin pour assembler la bête.

Je pourrai te refaire tout l'historique de sa réalisation, mais ça me semble un peu fastidieux et lourdingue. Alors je vais te laisser l'admirer, comme je le fais presque tous les matins en le voyant sur le dos mon Camille.

 Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (2)

Modèle : Windy Days, modèle 34 du Ottobre 1/2013 en 134 pour mon fils de 128 cm

Fournitures : velours côtelé, coton et boutons MT, bord côte offert par ma copine Marie qui n'a pas de blog et triplure en polaire.

Ah si, il y a un truc pariculièrement notable dans le montage de ce manteau, c'est la construction des ourlets qui sont rabattus sur la doublure. J'ai dû relire une bonne dizaine de fois les instructions du magazine sans rien comprendre. Et comme toujours, c'est en le faisant que j'ai fini par y arriver.

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (1)

Les épaisseurs ont été assez ardues à gérer, surtout que j'ai voulu doubler mon fil pour les surpiqûres. Ce qui a eu pour effet de faire sauter des points à ma machine, comme tu peux le constater sur la poche. Avec le temps, j'ai également fini par apprendre que le mieux est l'ennemi du bien, et une fois que j'ai eu surmonté ce sentiment de ratage qui m'envahit à chaque fois que quelque chose n'est pas parfait, j'ai décidé de faire comme si je ne voyais rien. Et finalement, ça fonctionne très bien comme ça aussi.

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (3)

J'ai quand même essayé d'insister sur les surpiqûres de part et d'autre de la fermeture éclair. Mais j'ai fini par abdiquer et utiliser un fil ton sur ton pour éviter que ce saut de points ne saute immédiatement aux yeux. Et on n'y voit que du feu. Il faut savoir ruser !

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (4)

J'aime particulièrement le détail de ces bracelets de manches.

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (5)

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (6)

Et ceci est ma toute première capuche ! Youhou !

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (7)

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (8)

Porté par mon grand, je peux te dire que je ne suis pas peu fière. Et lui non plus d'ailleurs ! Et oui, je sais, Céline, il a encore le soleil dans la tronche ;-) Pour le bonnet et le col que tu peux voir sur les photos suivantes, tu trouveras tous les détais ici dans le précédent article.

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (9)

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (10)

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (11)

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (12)

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (13)

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (14)

Manteau Windy Days Ottobre 1-2013 (15)

Même si j'adore ça, je ne ferai quand même pas ça tous les jours. J'espère qu'il lui ira encore l'an prochain. Surtout que les journées se réchauffent pas mal par ici et que je le récupère systématiquement le manteau sous le bras à la sortie de l'école, et je n'ai pas forcément envie de lui coudre un manteau plus léger pour le Printemps.

Et puis, il serait peut-être temps que je m'en couse un pour moi. Mais ça, c'est une autre paire de manches ;-)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Posté par amazingironwoman à 07:30 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mercredi 15 avril 2015

THE blouson de la mort qui tue !

Vu ton enthousiasme débordant la dernière fois que je t'ai présenté de la cousette pour mon grand garçon, je me suis dit que j'allais être sympa et que j'allais t'en resservir une part. Ne me remercie pas, je suis comme ça, j'aime te rendre heureuse ;-)

Ça commençait à faire pas mal de temps que Camille se trainait un pauvre blouson d'hiver tout pourri... aux manches légèrement trop courtes - hum, hum - et aux aisselles déchirées -re hum, hum. Bref, un blouson en fin de vie, voire carrément décédé depuis quelques semaines. Une véritable honte. Et pour en rajouter dans le pathétique, il n'avait que celui-là.

Ben oui, mes gosses n'ont plus rien à se mettre. A croire que je ne sers vraiment à rien... Ce qui est véritablement le cas en ce moment. Il va falloir se rendre à l'évidence et aller acheter quelques basiques histoire qu'ils ne se baladent pas à poil tout le printemps.

Mais en attendant, s'il est bien un vêtement que je me refuse à acheter, c'est bien le manteau ou le blouson ! Alors oui c'est long, c'est fastidieux, parfois très prise de tête, mais bonjour le sentiment de fierté une fois la dernière couture achevée, le dernier petit fil coupé... Pas moyen qu'on me retire ce petit moment de plaisir solitaire.

Pour une fois j'ai cherché le patron après avoir selectionné mon tissu. Pour être honnête, j'ai un tel stock à la maison (et je sais que je suis très loin d'être la seule dans ce cas) et des moyens extrêmement limités en ce moment en raison des travaux et de l'aménagement, que je dois "me contenter" de ce que j'ai sous la main. Ça fait des mois que je n'ai pas acheté un seul bout de tissu. Tout ce que je te présente est inéxorablement issu de mes cartons. Alors loin de moi l'envie ni même l'idée de faire ma malheureuse. Vu ce que j'ai en stock, j'en suis super loin ! Ce petit aparté juste pour te montrer qu'on peut sans problème faire "avec ce qu'on a ;-)"

J'avais acheté il y a bien deux ans, lors de mes débuts en couture, un très joli coupon de velours milleraies bleu canard dans lequel j'avais imaginé un petit ensemble pour mon fils. Comme beaucoup de projets de cette époque, il est resté totalement en l'état depuis. C'est-à-dire qu'il n'a jamais franchit la barrière de mon cerveau. Mais je voulais absolument que ce coupon aille à Camille d'une manière ou d'une autre. Et comme je n'en avais pris qu'un mètre (ce qui n'est déjà pas si mal), il me fallait une réalisation pas trop gourmande. J'ai trouvé mon bonheur dans un Ottobre, comme souvent d'ailleurs. Il s'agit à la base d'un blouson style aviateur présenté en peau, bien chaud pour l'hiver. J'avais besoin d'un blouson de mi-saison. J'ai juste utilisé d'autres matières.

Avant de me lancer, je suis allée fouiller sur le blog co' et sur la toile pour voir un peu les réalisations des copines. Et je suis tombée sur les très jolies versions de Céline et de Véronique. J'ai particulièrement aimé les contours des empiècements d'épaules et des poches qu'elles avaient toutes deux passepoilés... J'ai tout bonnement copié.

En ce qui concerne l'intérieur, les températures n'étant pas encore estivales, je n'ai pas voulu faire l'impasse sur une triplure. J'ai donc ajouté une couche de polaire très fine sur les devants et le dos. Je n'ai pas triplé les manches, par contre, sur les conseils experts de Véronique j'ai utlisé du satin pour les doubler afin que le manteau s'enfile facilement.

En tout, il m'aura fallut une bonne semaine pour en venir à bout, dont une journée entière à comprendre la réalisation des poches... J'aurais mis le temps, mais j'ai fini par y arriver, comme toujours. Et à part un ou deux détails vraiment minimes, à la limite du chipotage, je suis terriblement fière de cet ouvrage. C'est sans conteste ma réalisation la plus technique à ce jour, et je suis ravie d'en avoir appris autant en cousant ce blouson. Il y a pas à dire, coudre des vestes et des manteaux, j'adore ça !!!

Je te laisse avec quelques clichés publiés au jour le jour sur mon compte Instagram (pseudo : amazingstephwoman) et ma page facebook (lien dans le blog roll à droite).

InstagramCapture_1b917064-14f5-4738-8a00-1df7b97c0221     InstagramCapture_18fdb9de-c64c-4f89-846e-ba13fff40b44

InstagramCapture_3ee04e03-2581-4f3f-8aec-e24806789a55     InstagramCapture_32fa56d5-f1c7-4768-9485-fb13b1c6b224

InstagramCapture_88b62ddc-8b1a-4176-bafd-2523c0792900

Patron : Blouson Cockpit, modèle numéro 17, Ottobre 4/2013 en 128 cm

Fournitures : velours milleraies bleu canard Motif Personnel, coton étoiles et FE métallique MT, triplure polaire et doublure satin pour les manches Rijs textiles, passepoil maison

Et quelques clichés sur mon parking. Parce que mon parking, il a la classe (et que chez moi il faisait trop sombre...)

Blouson Cockpit Camille (35)

T'as vu ? C'est moi dans le bouton =D

Blouson Cockpit Camille (40)

Blouson Cockpit Camille (41)

Blouson Cockpit Camille (43)

Blouson Cockpit Camille (46)

Et sur mon petit mec ♥

Blouson Cockpit Camille (48)

Blouson Cockpit Camille (50)

Genre, le gars, il remet ses lunettes =D

Blouson Cockpit Camille (52)

Blouson Cockpit Camille (55)

Cela fait maintenant plus d'un mois qu'il le porte tous les jours et tout se passe bien, fort heureusement -) On a frôlé le hâte crime un soir où il est rentré avec des tâches de sang provenant de sa lèvre toute craquelée (et que je n'arrive pas à soigner, grrr...). Mais finalement, après lavage, tout est rentré dans l'ordre. Il a d'ailleurs déjà fait deux séjours dans la machine à laver (le blouson, hein, pas mon fils) et il s'en sort toujours aussi bien. Si je peux me permettre juste quelques regrets, je trouve les manches un peu justes... Quand il porte son cartable sur les épaules, ça les fait légèrement remonter et elles ont l'air trop courtes. Et le bord côte blanc, c'est la classe, mais forcément c'est pas le top pour trainer à l'école. En même temps, je le savais, j'ai fait mon choix, j'assume ;-)

Et pour finir, je te montre quand même le fruit de mon après-midi de prise de tête avec le montage de la poche. Comme tu peux le constater, j'ai fait une toile ! Et j'ai bien fait, sinon, je te raconte pas dans quel état j'aurais mis mon pauvre velours...

Blouson Cockpit Camille (61)

Je ne sais pas quand, ni avec quoi je reviendrais la prochaine fois, mais sois en sûr(e), I'll be back !

Tschuss ;-)

PS : Julie ne possède actuellement qu'une doudoune trop chaude et trop petite... Je crois que c'est une nouvelle mission pour The Amazing Iron Woman... Mouah ah ah ah..

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

vendredi 19 septembre 2014

Quand Émilie rencontre... Agatha

L'hiver dernier, j'étais hyper motivée totalement inconsciente et j'avais mis sur ma to do list deux manteaux Elfiques de Her Little World, un pour chacune de mes filles. Le truc, c'est que je n'avais jamais cousu de manteau de ma vie, et à part le gilet molletonné de FDS, je n'avais jamais rien fait d'entièrement doublé non plus... Ce qui devait arriver, arriva. Le patron est resté bien au chaud sur mon étagère ainsi que les fournitures. Je te rassure mes filles n'ont pas passé l'hiver à poil. Julie avait encore un ou deux manteaux à sa taille, quant à Émilie, je la portais encore en écharpe à cette époque-là, pas besoin de plus pour les petits déplacments.

J'aurais pu m'y mettre cet été, mais la perspective de coudre de la polaire au mois de juilet ne m'enchantait pas vraiment. Je me suis donc penchée sur l'idée de manteaux pour la mi-saison. Après quelques recherches, je me suis arrêtée sur le modèle Agatha de Papillon et Mandarine. Le parfait patron pour petites filles sages (hum hum, de qui parle-t'on ?). Et ça tombait bien j'avais toutes les fournitures nécessaires à la réalisation d'un manteau en 4 ans pour Émilie, qui, pour le coup, se retrouvait sans rien du tout pour l'automne.

Que dire de la réalisation... Pas grand chose. Ah si ! Poser du biais dans des angles à 90° arrondis s'apparente un peu à de la chirurgie, à part que ça n'engage aucun pronostic vital (quoique...). Si t'es pas précis, tu foires. J'ai dû m'y reprendre plusieurs fois avant d'être satisfaite. Mais malgré les quelques poignées de cheveux que je me suis arraché, je peux afirmer avoir bien fait évoluer ma technique de pose du biais. Je suis limite passée pro... Au bout du compte, j'aurais mis quasi autant de temps à poser le biais sur le col et les martingales que d'assembler toutes les pièces. Tout s'emboîte sans effort. Un vrai plaisir à coudre. Pour ne pas gâcher tout ce travail et risquer d'abîmer mon œuvre, j'ai choisit de coudre des pressions à la place des boutonnières et de coudre des boutons par-dessus. Et puis, pour une petite fille de même pas trois ans, c'est tout de même plus facile à gérer au quotidien.

Agatha Émilie (24) 4

Patron : Agatha de Papillon et Mandarine en 4 ans

Fournitures : velours milleraies MT, tissu première étoile guimauve et biais assorti Motif Personnel, boutons Les filles à pois sur My little mercerie.

Agatha Émilie (25) 1

Pour ajouter encore un peu plus de fantaisise, j'ai choisit d'utiliser des boutons très colorés et dépareillés.

Agatha Émilie (23) 1

Agatha Émilie (22) 2

Tu le vois le raccord de biais invisible sur la martingale ? Bah non... Normal. Il est invisible ;-)

Agatha Émilie (26) 1

Agatha Émilie (27) 1

Forcément, comme c'est mon premier, je ne peux qu'être extrêmement fière de moi. Je le trouve magnifique, et pour une fois, sans défauts. Ce qui est également l'avis de sa petite destinataire, qui commence à bien comprendre le concept du fait maison. Elle est de plus en plus fière de montrer ses vêtements tout en disant : "C'est ma maman qui me la fait" ♥ Comment ne pas fondre ?

Agatha Émilie (37)

Agatha Émilie (38)

Celle-là, elle est pour toi Gaëlle. Peut-être a-t-elle vu la même chose que toi =D

Agatha Émilie (40)

Agatha Émilie (43)

Agatha Émilie (59)

Agatha Émilie (60)

Agatha Émilie (62)

Pour la petite histoire, Émilie a tenu absolument à porter ses attributs de Princesse pour la scéance photo. Attributs composés de sa Méhonia d'amour et de son diadème. Ça ne t'étonneras pas si je te dis qu'elle pars avec le matin à l'école. La maîtresse s'est bien habituée. Elle a une Princesse dans sa classe. Tout est normal.

Agatha Émilie (64)

Il ne me reste plus qu'à faire de même pour les deux grands. Les modèles sont choisis, les fournitures en route. Il ne sera pas dit que mes enfants n'auront pas de manteaux home made pour cet automne ;-)

Allez, tschuss ;-)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer