5 ans... et demi (important, le "et demi").

5 ans ET DEMI que je suis Mère au Foyer. Eh ouais... 5 ans ET DEMI que je me prends la tête pour trouver L'ORGANISATION. Tu sais, celle qui me permettrait de coudre/tricoter/bloguer/lire/vivre MA vie à MOI quoi , tout en élevant/éduquant (torchant) les mômes, en éradiquant la poussière, en vidant le lave-vaisselle, en pliant le linge, en faisant de bons petits plats sains mijotés avec amour (dans mes rêves) et en faisant les allers-retours aux activités... etc... etc... etc... jusqu'à ce que j'en crève ou que je finisse alcoolique ou sous Prozac.

5 ans ET DEMI que je me fous une pression de dingue pour être une mère parfaite, qu'à l'évidence je ne suis pas au regard des réflexions assassines qu'il m'arrive de prendre dans la tronche. Une mère parfaite que je ne serai finalement jamais. Mais à quoi bon en fait ?

5 ans ET DEMI que j'en fais de plus en plus tout en m'auto-flagellant d'en faire de moins en moins, ou en tout cas de ne pas arriver à faire TOUT ce que je voudrais. Non mais parce que tu comprends, LES AUTRES, elles y arrivent bien ELLES !!! Si, si, je te jure ! T'as qu'à regarder mon fil Instagram. Le Monde est peuplé de mères parfaites qui font deux millions de trucs par jour et qui en plus arrivent à rester coiffées jusqu'à l'heure du coucher. A l'évidence, je ne suis pas la seule mère de famille nombreuse au foyer sur cette Planète... mais je suis bien la seule à ne pas y arriver... POURQUOIIIIIIIIIIIII ???

Eh bien, parce que.

Parce que je réfléchis trop, tout le temps, pour tout, pour rien. Je suis littéralement incapable de prendre une décision toute seule. Trop de responsabilités...

Parce que je procrastine tout le temps aussi, sauf quand je suis à fond, une semaine par mois, avant de m'effondrer de fatigue.

Parce que je suis nulle ???

Ou parce que finalement, je me suis laissée entraîner, comme un mouton, par cette mode de la sur-organisation, parce que je suis ultra fragile et hyper influençable... Ben ouais.

Tu sais, c'est un peu comme la première fois que tu entends une chanson à la radio et que ta première réaction c'est de te dire que c'est de la MERDE. Et puis, à force de l'entendre, tu finis par trouver ça sympa, et de fil en aiguille, deux semaines plus tard, tu surkiffes, tu danses, tu chantes et limite t'irais bien voir en concert. Alors là, je me dis "ok, il y a que les cons qui ne changent pas d'avis"... mais ça pue quand même à plein nez le formatage intellectuel.

Eh bien tu vois, là, en ce moment, je me sens horriblement formatée, limite violée par toute cette culpabilisation ambiante que te balancent dans la tronche toutes les Konmari et autres prêtresses de l'organisation. Même combat pour le Bullet et son nouveau pote le M3 oO Non mais sérieux, c'est quoi cette nouvelle connerie ?

Tu vas dire mais elle raconte quoi la meuf là ??? Le Bullet, il y a pas six mois, elle t'en faisait des caisses pour te dire à quel point c'était GENiÂââLLL, comment ça avait limite changé sa vie... Foutage de gueule en bonne et due forme.

Ben ouais, je te l'ai dit, il y a que les cons qui ne changent pas d'avis.

Parce que force est de constater qu'après 5 ans et DEMI de tentative d'organisation militaire de mon emploi du temps,  RIEN, mais alors absolument RIEN, QUE DALLE n'a changé. Je me sens toujours aussi débordée, toujours autant au bord de la crise. Et je dirais même plus, c'est pire depuis que je tiens mon Bullet. Et encore plus depuis que j'essaye de trouver comment me reconvertir... sans grand succès...

Au départ, ce Bullet, ce n'était qu'une légère transformation de mon carnet de listes sensé me faire tenir des objectifs uniquement imposés par moi-même. Non mais parce qu'il faut être honnête, hein. Jamais PERSONNE d'autre que MOI ne m'a demandé d'en faire des tonnes. Je n'ai absolument aucune obligation de résultat, à part celle que m'impose ma conscience/folie/maniaquerie. En rajoutant la présentation, le dessin, les tracks lists, les objectifs de la semaine, du mois, de l'année... c'est devenu tellement étouffant que j'en somatise en m'étouffant littéralement du soir au matin. Pour de vrai. La vie de ma mère. No LIE.

Et puis en Décembre, j'ai pas eu le temps de le tenir. Juste celui de noter des idées par-ci par-là. Point barre. ET là, j'ai eu le déclic. Au feu le Bullet. Casses-toi pauvre con. Va pourrir la vie de quelqu'un d'autre. J'ai fini par recommencer un cahier (moi qui déteste gâcher...). Un cahier tout simple dans lequel je me suis engagée à ne pas avoir d'objectifs, mais des idées, des envies. A ne pas dessiner, parce que je suis super nulle et que ça me sert à rien. A ne surtout PAS traquer mes habitudes oO Non mais quelle horreur !!! J'en étais arrivée à traquer des trucs absolument inutiles que s'en est limite inavouable de débilité profonde. A la place je me suis dit que ça serait peut-être plus sympa de noter TOUS les jours, 3 petits plaisirs de la vie. Non mais, putain, encore un truc inventé par je ne sais quel psychopathe. 3... Pourquoi 3 et pas 1, 2, 4, 5, 12... ??? Ces derniers jours, je me suis retrouvée plusieurs fois assise devant mon cahier, comme une conne, à chercher un truc à écrire pour finalement noter des banalités comme avoir mangé un sandwich ou avoir fait ma lessive home made oO Non mais allo quoi !!! T'as pas autre chose à foutre ???

Mas au final, ça n'a pas suffi. J'ai recommencé à me prendre la tête en me disant que je n'en faisais pas assez... Tu te rends compte, on est le 13, déjà la moitié du mois de Janvier (attention, banalité) et tout ce que j'ai cousu depuis le début de l'année c'est 6 pochons Oo C'te honte ! Il y a vraiment trop de laisser aller Madame. Pendant ce temps-là, ma grande n'a pas de pyjama, la petite sort sans moufles, mes tissus dorment, mes envies s'accumulent, mes enfants se plaignent que je ne joue pas avec eux, mes dents grincent, j'étouffe, je ne dors plus. Bref, je pète un câble.

Dans cette société du mérite, de la course à la réussite, de la rentabilité, de l'organisation sensée te faire gagner du temps et qui finalement t'en fait perdre, je me suis totalement laissée bouffer. Et je m'en veux tellement, si tu savais.

J'ai toujours aimé l'ordre, la propreté, le calme etc... mais là c'est devenu totalement obsessionnel. Limite je ferai un bon sujet pour les émissions de merde diffusées sur D8 ou NRJ12 (Dieu merci, on a plus la télé). Tout ce que je déteste. La fille qui hurle et court en permanence, sans jamais prendre le temps de VIVRE, BORDEL. Je vis au bord des larmes tout le temps. Tu sais, cette sensation désagréable qui te prends à la gorge. Le burn out me guette. A moins que je ne sois déjà en plein dedans. D'après mon psy, c'est une déprime passagère... Ok. Et elle se casse quand cette connasse ?

Mais bon, de quoi je me plains ? Je bosse pas, je fais ce que je veux. Ben ouais, c'est ça, dans tes rêves.

Il est bien pourri le rêve de la mère au foyer qui se prend des bains, qui se fait des gommages et qui regarde les Feux de l'Amour.

Des comme ça, j'en connais pas. Par contre, des filles comme moi qui se demandent pourquoi les autres y arrivent et pas elles, ben finalement, j'en connais plein... Et ça, c'est la faute de cette société de merde qui t'oblige à travailler dans des conditions épouvantables, qui t'oblige à savoir ce que tu veux faire de ta vie, qui te formate pour être un bon petit consommateur, alors que toi, t'as juste envie de VIVRE BORDEL. Parce qu'au final, une vie t'en aura qu'une, donc forcément, faudrait voir à pas la rater. Faudrait voir à pas passer à côté de toutes ces jolies choses.

C'est un peu pour ça que je regrette de ne pas être née plus tard finalement. Parce que tous ces changements sociétaux qui montrent le bout de leur nez, on n'en profitera pas ou peu. Je suis pour une réduction du temps de travail. Mais pas pour avoir plus de temps pour consommer ! Pour avoir le temps de VIVRE ! Pour un salaire universel, pour que TOUT le monde puisse profiter de la vie...

Parce qu'en plus de tout ce que je DOIS faire, je me prends aussi la tête pour trouver LA solution qui me permettra de rapporter de l'argent dans mon foyer quand je ne serai plus en Congé Parental. Bientôt, en Mai. Tu me diras, il me restera le chômage. Youhou. Je vais enfin passer de l'assistée qui garde ses mômes en en branlant pas une, à l'assistée qui profite du Système tout en gardant ses mômes et en en branlant pas une.  Et comme je vais devoir chercher un travail sinon on me culpabilisera de recevoir de l'argent alors que je ne fais RIEN, je vais encore devoir péter un plomb. Genre la meuf qui aura le beurre ET l'argent du beurre et qui en plus se permettra de râler pour avoir le cul du crémier. Parce que je DOIS savoir ce que je veux faire de ma vie ! Je DOIS participer à l'Effort National,. Je DOIS être un bon petit soldat de l'Etat, payer mes taxes et consommer pour ETRE. To be or not to be, là est la question. Pression, pression, pression...

En ce qui me concerne, je pense très très sincèrement qu'être chez moi, m'a grandement permis de ne pas rater toutes les évolutions de mes enfants, et rien que pour ça, c'est priceless. Par contre, cette surenchère de l'organisation, du il FAUT faire ça, ça, ça et ça. NON...

Alors tout ça pour dire quoi ?

Pour dire que pour cette année 2017, je m'engage à être plus présente pour ma famille, pas juste la mère qui fait les lessives et emmène les gosses à l'école, que je m'engage à ne pas avoir d'objectifs qui dépassent mes capacités. FAIRE DE MON MIEUX, pas plus. Je m'engage à n'utiliser mon cahier que comme un pense bête, noter mes idées, garder des souvenirs de ce qui m'aura marqué en bien comme en mal. Parce que finalement, ne se souvenir que des Belles Choses, c'est juste enjoliver sa vie et se mettre la tête dans le sable. Juste un journal de VIE quoi..

J'aimerai arriver à me coucher le soir sans me flageller pour ce que je n'ai pas fait la journée et penser à ce que je vais DEVOIR faire le lendemain (qui s'accumulera forcément avec ce qui reste à faire, et ainsi de suite) jusqu'à ce sentiment profond d'inutilité, de nullité. Et puis arriver à m'endormir sans me dire que je vais mourir et que j'aurais pas eu le temps de coudre tel truc ou de faire tel machin. Car DORMIR, c'est MOURIR, et moi je meurs tous les soirs, comme dans un jour sans fin. Jusqu'au jour où...

Parce que finalement, s'organiser c'est bien... mais si c'est pour ne pas vivre, ça pue.

Et bonne année bien sûr.

PS: ce post est volontairement dénué de toute production créative. Tout commentaire uniquement tourné sur la beauté de mon œuvre m'aurait grandement fait chier.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook