Ahhhh ! Les vacances d'été... Jusqu'à tout récemment, c'était synonyme de soleil et de plage. Mais les circonstances de la vie ont fait que nous n'avons plus jouissance de notre petit pied à terre de bord de mer (snif snif). J'ai conscience que ça fait un peu enfant gâtée de dire ça, mais d'une part, je mesurais bien notre chance à l'époque, d'autre part, au-delà du problème des vacances, j'accordais une très grande valeur sentimentale à ce lieu... Par conséquent, j'avoue sans honte que ça a bien piqué la première année. Depuis, on s'y est fait. Le plus dur c'est de trouver à occuper les nains quand tu n'as pas de jardin et que ton mec bosse tout le mois de Juillet.

Pour l'instant, je m'en sors pas trop mal. Entre les invitations chez les copains (les leurs et les notres), les soirées cinoche (dans le canapé), le pique nic (dans le salon), les après-midis au parc et la journée chez Mickey (ouais, je sais, encore... mais quand on aime, on ne compte pas), j'avoue qu'on n'a pas encore vraiment eu le temps de s'ennuyer. Tu rajoutes à ça les séances cahiers de vacances, le squattage de télé et de consoles vidéos, les voyages au pays merveilleux des Barbies ainsi que quelques activités manuelles, et au final, on peut même dire qu'on n'est pas loin d'avoir été surbooké. J'exagère un peu, mais moi qui ai toujours l'impression de ne pas en faire assez, lister par écrit tout ce qui a rempli nos premières journées, me permet grandement de relativiser.

Bon, faut pas rêver, hein...?! Je suis pas encore guérie. J'ai encore et toujours le sentiment que je pourrais en faire plus, mais ça soulage quand même un peu ma conscience. J'ai dit que je relativisais, pas que j'arrêtais de me prendre la tête. Si seulement.

A cause de toute cette activité bouillonnante (et je te parle pas de la canicule), on déplorait (jusqu'à hier) une pauvre victime innocente: Ginette, ma MAC. Après le petit sursaut de fin d'année scolaire, elle végétait sur la table de mon atelier, triste et abandonnée. La présence non stop de mes 4 monstres ne me laissant qu'à peine 5 minutes par jour à lui accorder. Pas de quoi venir à bout d'un quelconque projet. Mais ça, c'était avant la journée de repos de mon chéri, pendant laquelle j'ai enfin pu m'atteler aux finitions de non pas une mais deux pièces qui attendaient impatiemment depuis quelques temps déjà.

Malheureusement, ces deux pièces faisant partie d'un #projetsecret, je ne peux pas te les montrer dans l'immédiat. Ce qui est bien dommage, vu que je suis presque arrivée au bout de mes réserves. A tel point que me voilà obligée d'exploiter mes gosses pour alimenter les pages de ce blog. Si c'est pas honteux...

Lors du dernier Noël, Julie a reçu une véritable machine à coudre ainsi que des accessoires et un livre. Jusqu'ici, elle n'a pas tellement eu le temps de s'y mettre. Enfin, disons plutôt que je n'ai pas vraiment pris le temps de l'accompagner. A ce jour, son unique réalisation date du mois de février, un peu avant les vacances d'Hiver. A l'époque, elle avait choisit de se coudre un masque de nuit, l'un des nombreux projets inclus dans son livre. Je la laisse te donner ses impressions sur sa première cousette (quitte à l'exploiter, autant le faire jusqu'au bout...)

 

La toute première chose que j'ai cousu n'était pas si simple, et ça m'a beaucoup énervé, pourtant ça n'était pas si mal parce que:

1) J'ai choisi un tissu bleu foncé avec des étoiles blanches. Et pour un masque de nuit, c'est super joli !!! (modestie quand tu nous tiens, ndlr)

2) Pour les yeux, ce n'est pas pas moi qui ai inventé. C'était dans le livre. Mais je l'ai fait quand même parce que j'ai trouvé ça ingénieux ;-)

3) Pour l'élastique, une épingle et du tissu c'est suffisant. Et c'est assez facile, sauf quand l'élastique ne veut pas passer... C'est embêtant. . .

4) Et enfin, l'ourlet, ça c'est The Amazing Iron Woman qui l'a fait sinon... aïe ! (l'élève reconnaît son maître, mdr, ndlr)

Bon en gros, sans maman (The Amazing Iron Woman), je n'aurais pas pu le faire.

 

Elle est pas top ma #joliejuliepresqueparfaite ? Je te jure que je ne l'ai nullement forcée, ni payée pour me passer la brosse à reluire. Je suis son idole ;-) Par contre, j'ai légèrement corrigé et remanié son texte... j'ai une réputation à tenir, faut pas déconner.

Pour en revenir à sa cousette, elle a effectivement quasiment tout fait et cousu toute seule, du choix des tissus, à la couture d'assemblage en passant par la broderie des yeux. Je me suis uniquement chargée du biais... et ce n'est pas vraiment une réussite.

Masque de nuit Julie (15)

Patron : masque de nuit issu de "Un mercredi en Automne" de Virginie de Mes Petits Ateliers aux éditions de Saxe

Fournitures : tissus première étoile, fil à broder DMC, biais première étoile.

Masque de nuit Julie (16)

Masque de nuit Julie (17)

Je dois dire que je suis assez fière de ma grande. Pour une première, c'est tout de même plutôt réussi. Pour son anniversaire, elle a reçu un autre livre: celui de Raphaëlle du blog Les Doudous d'Olivia. D'ailleurs, actuellement, un bavoir chat destiné à son petit frère est en cours de réalisation. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle ne cherche pas systématiquement la facilité dans ses choix de projets. Par contre, en ce qui concerne la patience... c'est une autre histoire. Ce n'est pas toujours facile de guider une enfant qui veut aller trop vite ou qui rechigne à recommencer plusieurs fois quand elle n'y arrive pas. Comment user ma patience tout en développant la sienne...

Voilà donc le premier article, et normalement pas le dernier, d'une nouvelle catégorie. Pourvu que ça dure.

Pour la prochaine fois, je vais essayer de racler mes fonds de tiroirs. J'ai encore un ou deux trucs pas encore shootés à te présenter. Et puis, soyons ouf, peut-être que j'aurais bientôt aussi un peu de neuf... Allez, on y croit.

Tschuss !

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer