lundi 9 janvier 2017

Les indispensables de la Globe trotteuse

Yo !

Ayé, une semaine de 2017 de passée... Plus que 51. Je sais pas toi, mais moi, j'ai comme l'impression qu'on va se retrouver à Noël avant d'avoir eu le temps de dire Pâques. Va falloir penser à se bouger les fesses.

Tu l'auras donc compris, je vais encore passer l'année à dire que j'ai le temps de rien tout en faisant un million de trucs par jour.

Résolution 2017, continuer à être moi-même, mais en mieux (ou en pire... au choix). Are you ready ?!

 

Pour commencer l'année en douceur, aujourd'hui, je t'emmène en voyage à l'autre bout du Monde. Plus précisément, et avant que tu ne te rendes compte que je t'ai roulée dans la farine comme une bonne vieille réclame pour de la crème anti-rides, dans le sac à dos de ma Globe-trotteuse de frangine. Pour ceux et celles qui ne sont pas au courant, ma sista a lâchement abandonné taf et appart (les pauvres) il y a un peu plus de 60 jours pour se lancer dans un voyage solo autour du Monde. Autant te dire que son année 2017, mis à part son passage de la quarantaine, ne devrait pas être trop dégueulasse. Après un mois et demi ou presque en Nouvelle-Zélande, elle a passé le réveillon à Sidney pour finir par atterrir aux Philippines il y a quelques jours. Je sais vraiment pas comment elle fait. Ça doit être tellement dur.

Bref. Pour un voyage de longue durée, inutile de s'encombrer de n'importe quoi, mais surtout, il ne faut pas oublier l'essentiel. J'imagine qu'elle a dû beaucoup réfléchir pour en arriver au contenu idéal. Un vrai casse-tête. Le résultat de ses réflexions l'ont ainsi conduite à me passer deux commandes spéciales : une housse pour sa mini bouillotte, et un pochon de rangement pour sa doudoune, afin de remplacer celui initialement vendu avec et qu'elle avait malheureusement perdu.

Forcément, j'ai eu bien deux mois pour accéder à sa demande... et j'ai réalisé le tout deux jours avant son départ. On ne change pas une équipe qui gagne. Tout va bien. En 2017, j'anticipe, ou pas.

Cette fois encore, je n'ai pas voulu aller chercher de tuto sur le net, et j'ai laissé libre court à mon imagination. En même temps, j'ai pas fait du Starck non plus... Il y a pas vraiment de quoi se vanter.

Housse bouillotte (1)

Modèle : housse de bouillotte (#patronperso)

Fourniture : polaire camouflage offerte par ma sister herself (cadeau intéressé ?)

Housse bouillotte (2)

Housse bouillotte (3)

Pour le pochon, je voulais absolument une petite personnalisation un peu marrante. Alors, forcément, c'est une private joke, mais je te traduis vite fait. On sait jamais, ça pourrait te faire sourire. Donc, ma frangine s'appelle Emmanuelle. Petite, tout le monde l'appellait Nunue =D Partie vivre en Angleterre, c'est devenu Newnew. Orthographié à la Française, ça donne Niouniou. CQFD. Qu'est-ce qu'on se marre. En tout cas, elle, ça l'a fait sourire... Et je t'avoue que de mon côté, j'étais bien fière de ma connerie. On se contente de peu, et ça, c'est SO 2017 =D

Pochons Moi, j'emballe (2)

Modèle : Pochon "Moi, j'emballe", taille M (20 cm de haut, 13 de diamètre), #patronperso

Fournitures : popeline moutarde et flex Happyflex.

Pochons Moi, j'emballe (1)

Pochons Moi, j'emballe (3)

Voilà, voilà. C'était pas grand chose, mais ça m'a fait plaisir. Et puis me dire qu'elle m'aura emporté partout avec elle pendant cette année, ça me donne presque l'impression de voyager... Non, je déconne ! Comment je suis trop deg en fait. Mais tant pis, on ne peut pas tout avoir dans la vie ;-)

 

Et c'est là que ce post, apparemment anodin, se transforme en campagne de pub, ni vu ni connu, je t'embrouille...

Tellement fière de moi que j'étais d'avoir pondu toute seule un pauvre modèle de pochon (genre j'ai inventé le fil à couper le beurre) que je me suis dit que je t'en vendrais bien. Tu peux donc en retrouver quelques uns dans ma boutique en ligne. Il n'y en a pas beaucoup. Je dis ça, je dis rien ;-)

Pochon moi j'emballe Fuchsia (2)   Pochon moi j'emballe lavande (2)

Pochon Moi j'emballe noir et noir (2)   Pochon Moi, j'emballe Diabolo Menthe (2)

Et pour continuer sur ma lancée, je me suis dit que ça serait peut-être pas mal de les décliner en différentes tailles, eux aussi.

J'ai donc fait un premier test en version XS, que j'ai customisé, pour mon chéri fan de jeux de rôles. Ce qui m'a permis de faire d'une pierre deux coups : valider la taille, et lui offrir la bourse qu'il attendait depuis maintenant presque deux ans... Hum hum...

Pochons Moi, j'emballe (7)

Modèle : Pochon "Moi, j'emballe), Taille XS (10 cm de haut, 7,5 de diamètre)

J'ai également pu valider la taille XL grâce à une commande personnalisée.

Pochons Moi, j'emballe (4)

Modèle : pochon "Moi, j'emballe", Taille XL (30 cm de haut, 19,5 de diamètre)

Une petite photo de famille pour bien se rendre compte des différentes tailles.

Pochons Moi, j'emballe (5)

Et qui dit tailles XS et XL, dit tailles S et L. Et voilà le travail. A l'heure actuelle, je me tâte encore entre en mettre systématiquement en stock ou les proposer à la commande. A voir. Très bientôt en tout cas. Et surtout, si ça t'intéresse, n'hésites pas à me contacter =D

Pochons Moi, j'emballe (6)

Je te rassure, je te ferai pas de la pub dans tous mes articles... Promis. D'ailleurs, tu le dis si ça te saoule.

 

Je te laisse en me disant que tu as peut-être remarqué que je ne t'ai pas présenté mes vœux pour la nouvelle année. Quelle mal élevée. Il paraît qu'on a jusqu'au 31 pour ça. Et comme je voulais faire ça bien...tu attendras encore un peu ;-)

Pendant ce temps-là, passe une bonne semaine.

A plus.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


jeudi 3 novembre 2016

Coming out, le jour où j'ai décidé de jouer à la marchande =D

Au commencement de cette histoire de dingue, il y a eu la fin de l'année scolaire. Il y a 5 mois... déjà...

Comme chaque année, je me suis torturée le cerveau, le pauvre, pour trouver une idée originale, un truc qui sorte un peu de l'ordinaire pour offrir à ces êtres irremplaçables qui éduquent avec tant de patience mes chères têtes blondes, les pauvres... (les enseignants, hein, pas mes gnomes).

Et puis, comme toujours, j'ai eu une illumination. Cette fois, on peut même parler d'épiphanie. La lumière divine est descendue directement sur moi, comme ça, sans prévenir, dans mon salon. Au début, je me suis sentie comme une lapine en plein phares, et puis j'ai entendu cette voix me dire : "des sacs de course tu feras, la fortune tu connaitras"... Maître Yoda en personne était venu m'insuffler la Force. Il ne m'en a pas fallu plus pour que la lapine apeurée se métamorphose en guerrière Jedi. J'avais une mission et pas moyen que je la foire.

Comme d'hab, je me suis jetée sur mon ami Google et j'ai cherché, j'ai cherché et j'ai laissé tomber. Rien, niet, que dalle, que tchi... Enfin si, j'ai bien trouvé un ou deux tutos, mais il y avait toujours un truc qui me chiffonnait. Une finition pas finie, un biais qui faisait moche. Bref, j'ai joué à être moi, j'étais insatisfaite. C'est chronique, on s'habitue.

Et là, pas le choix, j'ai patronné oO Autant te le dire tout de suite, ça ne m'arrive JAMAIS ! Je suis une feignasse dans l'âme. Pourquoi je m'emmerderais à refaire un truc que quelqu'un a déjà pensé pour moi... Sauf que là, pour la première fois, je n'ai pas eu le choix. Et il s'est passé un truc de malade. J'ai trouvé ça sympa.

Je suis donc partie sur le même principe qu'un sac plastique de base mais dans un tissu qui met de la joie, forcément doublé, pour de jolies finitions, et avec un soufflet pour la contenance. En clair, tu prends ton sac plastique pourri qui tue les dauphins, tu le mets à côté du mien et miracle, c'est les mêmes ! Sauf que le mien, il est beau, il est fun et il aime la nature.

Et comme je voulais qu'il soit vraiment fun, en plus d'être beau, je lui ai trouvé un petit slogan de derrière les fagots. The Amazing Bag* *Le sac qui en jette était né. Mazel Tov !!! Alleluïa !!! Etc... Mes midichloriens dansaient la Macarena, l'Univers était enfin en harmonie. Il y avait plus qu'à passer à la production de masse. Parce que mine de rien, 3 gosses, dont une en mater, ça fait 3 maîtresses, plus une ATSEM. Et au point où j'en étais et vu que j'avais les fournitures, je me suis avancé sur certains cadeaux. Pas folle la guêpe. Au final, se sont 8 sacs qui sont sortis de sous mon pied de biche.

En voici un petit échantillon.

The Amazing bag (1)

Modèle : total perso !

Fournitures : si je te le dis, faudra que je te tues.

The Amazing bag (2)

Comme ceux-là étaient destinés aux "maîcresses", j'ai customisé, pour encore plus de classe =D

The Amazing bag (3)

The Amazing bag (4)

The Amazing bag (5)

Où tu peux constater qu'on peut y mettre du monde... Il y a environ le quart de la piscine à balles du mini nain, c'est dire.

The Amazing bag (6)

Au final, totale fierté, sacs offerts, carton plein, bravo Madame, ça déchire, ah ah ah, et j'en passe. Faudrait pas que tu crois que je me la pète ;-)

Et c'est là que cette histoire prend une tout autre tournure.

Ma copine Chris, fervente bénévole d'une association locale Benj' & Friends pour ne pas la nommer, organisatrice d'un Festival montant de musique qui groove dans ma ville où que j'habite me dit : "Hey ! (ouais, on se parle comme ça, nous) Hey ! On fait le Frend'stival le 10 Septembre, la Mairie nous demande d'inviter des exposants, t'en es ?" Ouh la... Euh... Ben, je sais pas... Et puis, je sais pas ce qui s'est passé, une absence peut-être, j'ai dû perdre connaissance en disant OUI sans m'en rendre compte, mais je me suis retrouvée engagée dans l'affaire.

Je vais te passer les heures de réflexion, de coupe, couture, flexage etc... En cours de route, j'ai aussi repatronné. D'une taille de sac, on est passé à 3, avec 3 textes différents. Puis j'ai dessiné les pochettes... Là c'était trop. J'ai commencé à me prendre pour une créatrice. Je me suis sentie pousser des ailes. Jusqu'à une semaine de l'évènement, où j'ai commencé à me dire qu'il serait peut-être plus judicieux de prendre un billet pour Caracas, me faire oublier quelques temps, et dire que j'étais désolée de pas être venue, que j'avais été enlevée par des extra terrestres, mais que maintenant ça allait bien, et toi, comment ça va ? Ni vu ni connu, je t'embrouille. Sauf que j'ai une conscience, malheureusement. Alors j'y suis allée, la boule au ventre, j'ai vendu 3 trucs. Merci les copines. Et voilà.

The Amazing bag (7)

The Amazing bag (8)

The Amazing bag (10)

Entre temps, je te rassure, j'avais bien envisagé de revenir à la maison, la queue entre les jambes, avec toute ma marchandise, et l'idée du Amazing Shop avait fait son petit bonhomme de chemin.

Je vais encore te passer les heures de recherche pour trouver le meilleur Provider de shop en ligne, pour photographier les articles, traiter les images, écrire des textes, faire des choix de transport, créer des cartes de visite (merci frangine) etc... L'histoire retiendra que je suis un putain de diesel, que je suis une perfectionniste extrémiste, mais voilà, j'y suis arrivée. Et je suis vachement fière de moi.

Alors voilà, là tout de suite, si tu veux un de mes sacs, une de mes pochettes, tu cliques sur le lien en bas de l'article ou sur le lien à droite, dans la blog roll, et ils sont tiens. Je sais, je réalise un de tes rêves les plus fous. Je suis comme ça moi. Un coup Bonne Fée, un coup Guignol. J'aime tenter des aventures, vivre de nouvelles expériences.

Celle-là, j'espère la faire durer quelques temps, avec toi.

The Amazing bag (11)

The Amazing bag (12)

The Amazing bag (13)

Je t'en dis pas plus, tout est magnifiquement expliqué sur le shop. #autosatisfaction.

Aperçu boutique

Merci public.

PS : comme je t'aime, j'offrirai une pochette à la 11ème commande. 11, comme ma date de naissance. C'tout.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer