jeudi 11 mai 2017

L'habit ne fait pas le moine...

Oyé, oyé !

Sonnez musettes, résonnez trompettes ! Je ne sais pas si tu te souviens de la petite tunique dont je t'ai touché deux mots dans le billet précédent. Eh bien accroche toi à ton sloggy parce que l'ai FINIE. Je te jure. Je suis en total mode toutouyoutou. Moi-même je me suis pas crue quand je me le suis dit. C'est dire.

Je te conseille d'ailleurs de ne pas ranger tout de suite ta doudoune des sports d'hiver parce qu'il y a de fortes chances qu'il se remette à neiger... (ça a été le cas le week-end dernier si je ne m'abuse - cherche pas, c'est ma faute). Ouep, parce qu'en plus, après avoir fini la tunique, j'ai cousu un autre truc. Et même que ça m'a pris que deux jours. Le truc de dingue. Mais je te garde ça pour une prochaine fois. Chaque chose en son temps.

 

SHY EYES, OTTOBRE 6/2016

Je t'avais dit que quand j'avais acheté les tissus pour faire sa robe spéciale "journée de l'élégance" à Julie, j'avais failli mourir sur place en découvrant le montant de mes achats. Ben ouais, je suis ce genre de fille qui regarde, qui touche, qui kiffe, qui zieute le prix (OMG), mais qui demande quand même la découpe, sans faire de calculs... et qui se retrouve à s'étrangler au moment de faire son code de carte bancaire. Ça ne s'invente pas. C'est un don.

Après avoir coupé les pièces de ladite robe, il me restait pas mal de mes deux tissus, et il était totalement impensable qu'ils finissent à l'état de chutes stagnantes dans le fond d'un de mes bacs. A ce prix-là, ils avaient intérêt à être rentabilisés.

Pour une fois, je savais très exactement en quoi les transformer. A force de la voir un peu partout, j'avais craqué sur la tunique Shy eyes du dernier Ottobre de 2016. Une petite mignonnerie toute en poésie.

J'ai un peu galéré à la coudre, il faut l'avouer. D'une parce que je me sentais rouillée de la couture, et de deux... ben je sais pas... j'ai galéré quoi.

A commencer par la découpe. N'ayant pas assez de gabardine noire, j'ai dû improviser des empiècements d'épaules en dentelle, pour pouvoir caser mes pièces dans le peu qui me restait. Ce qui, au final, est plutôt joli je trouve.

Concernant les volants, j'ai tenté le roulotté sur ma dentelle. Veni, vidi et pas vici du tout. Une grosse foirade. Pour ne pas risquer la méga boulette, j'ai opté pour le biais à cheval. Du coup, le rendu est beaucoup moins fluide que prévu, mais j'aime bien.

Et j'ai remplacé les appliqués par du flex. Sauf que, ne trouvant plus le logiciel de ma Cameo sur mon portable nouvellement réinstallé, j'ai passé une heure à rechercher le CD d'installation, qui s'est avéré être dans la boîte d'origine, dans ma cave... Tout ça pour me rendre compte que j'avais mal regardé, et qu'il était déjà parfaitement installé... Un don, je t'ai dit.

Mais là où j'ai le plus eu du mal, c'est pour la goutte dans le dos. D'ailleurs, acte manqué, je ne t'ai pas fait de gros plan. On va dire que c'est pas la peine ;-)

La tornade, quant à elle, l'aime d'amour, sauf que... ça gratte dans le cou, ET qu'elle ne va pas avec ses jupes mais uniquement avec ses jeans... Et une fille en pantalon "c'est moooooooche". Je l'ai prévenu que si elle ne la mettait pas, je la filerai à sa copine. Ça ne lui a pas plu du tout =D #mèreindigneetfièredelêtre

Comme je ne voulais pas laisser passer trop de temps entre la petite touche finale et les photos, on a joué au modèle et au photographe lundi quand il faisait moche. D'où les photos... moches. Enfin, pas très lumineuses quoi. Mais pas besoin de soleil quand on a une si jolie blondinette dans une tunique qui brille ;-)

Shy eyes Ottobre (1)

Shy eyes Ottobre (2)

Shy eyes Ottobre (8)

Shy eyes Ottobre (3)

Shy eyes Ottobre (4)

6tag-1000906896-1497999504836809005_1000906896

Shy eyes Ottobre (5)

Shy eyes Ottobre (6)

Shy eyes Ottobre (9)

Shy eyes Ottobre (7)

"C'est bon Maman ? J'en ai marre des photos..."

Shy eyes Ottobre (10)

En bref

  • Shy eyes, modèle 29, Ottobre 6/2016, 116 sans marges (pour une petite fille de 5 ans 1/2 qui fait pas tout à fait 110 cm)
  • Ourlets roulottés des volants remplacés par un biais à cheval. Appliqué remplacé par du flex. Empiècements d'épaules.
  • Gabardine stretch, biais satin et dentelle Mondial Tissu, flex Happyflex.

Je ne sais pas ce que tu en penses, mais moi je suis super fan. Je la trouve vraiment trop craquante dans cette tunique.

 

SHAWL SKULL #8

Avant de te quitter, je te montre le shawl que j'ai crocheté pour Priscilla. Je ne te le présente plus, hein, c'est pas la peine... Si tu veux plus d'infos, suis juste le tag, il t'emmènera vers les 7 autres ;-)

J'ai trouvé cette couleur rose absolument merveilleuse, et j'ai particulièrement apprécié le contraste entre le coloris et les têtes de mort =D

Shawl Skull (1)

Shawl Skull (2)

Shawl Skull (3)

 En bref

 

Et voilà. That's all Folks ;-)

Ah si, juste un truc avant d'aller mettre la viande dans le torchon (je suis fan de cette expression - tellement de poésie). Avant de me reprendre en main, dans ma période "épaules tombantes/cheveux gras", j'ai eu envie de bouger les meubles. Comme chez moi, c'est compliqué, j'ai un temps hésité à migrer vers un autre hébergeur. Et puis, je me suis finalement contenté de relooker, modifier deux trois trucs par-ci par-là. Si tu n'as pas fait gaffe, pas grave ;-) Dans le cas contraire, n'hésites pas à me dire ce que tu en penses.

Tschuss ;-)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 


mercredi 29 mars 2017

La bande à Léon

Youhou !!!!

On y est copine ! Le Printemps est enfin arrivé !

Le soleil a arrêté de se coucher avec les poules. Maintenant, ce sont les Poules qui vont se coucher avec le soleil =D Et ça, c'est la méga teuf, même si je vais avoir besoin de minimum deux semaines pour me remettre du jet lag de l'heure d'été... C'est dingue à quel point avancer ma montre d'une pauvre petite heure arrive à me mettre dans le fond du trou. Je sais, je suis une petite nature.

Allez, c'est rien, c'est pour la bonne cause. Et puis, pour compenser, il fait beau et presque chaud. Tellement que, l'aprèm, tu sors sans ta petite laine (fais gaffe à l'angine de poitrine quand même) et qu'à force de rêver secrètement de remettre tes tishs manches courtes et tes débardeurs t'as fini par t'épiler les aisselles. Tu sais, juste au cas où. Et ça, ça sent bon le Printemps =D Parce que comme le dit le fameux Proverbe "quand Femme s'épiler sous les bras, Printemps bientôt là". A moins que ça ne soit le contraire... Je m'y perds un peu.

Bref, on va bientôt pouvoir se découvrir de tous les fils qu'on veut, alors il serait plus que temps que je te montre mes derniers tricots de l'Hiver, avant d'être encore une fois, totalement à l'Ouest.

 

Mon premier sur la liste ne se présente plus. Quoique... Vu qu'il date d'il y a deux ans et demi, peut-être l'as-tu oublié. Il s'agit de Léon, l'un des gilets loose imaginé par La Poule. J'ai craqué presque tout de suite pour ce modèle. Une envie folle de me tricoter un truc POUR MOI en plein cœur de ma dernière grossesse. Ouais, ouais, tu lis bien. J'ai commencé ce pull alors que j'étais enceinte du microbe... Et même qu'avant de le mettre de côté pour une cause inconnue, eh bien il ne me restait plus que les manches et l'encolure. Puis, j'ai accouché, et l'été a battu son plein. First Round.

A l'automne suivant, j'ai repris la bête, et je lui ai fait une manche. Waouh! Trop d'effort. Comme j'avais mal lu les explications, elle s'est avérée légèrement trop courte. J'ai démonté les côtes et j'ai laissé en plan. Encore. Second Round.

Et pendant les dernières vacances d'Hiver, je me suis dit qu'il était temps de mettre un point final à cette histoire qui n'avait que trop duré. Et puis, mine de rien, je me pelais les miches. J'avais un besoin urgent d'une petite laine. J'ai donc repris ma manche, puis tricoté la seconde et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire (ou presque) j'avais fini mon gilet.

Léon la poule (11)

J'ai un peu hésité à lui mettre des poches. Finalement, je suis partie du principe qu'on ne s'en sert pas forcément quand on en a, mais qu'on râle à coup sûr quand on en a pas et qu'on en a besoin. Je râle déjà bien assez comme ça, autant me faciliter la vie. J'ai mis des poches. Et je me suis grave appliquée à les coudre ;-)

Léon la poule (10)

Après lavage et blocage, qui m'ont un peu fait flipper j'avoue, j'ai enfin pu porter mon graal. Et je dois dire que je l'aime beaucoup beaucoup ♥

Léon la poule (3)

Léon la poule (1)

Modèle : Léon par La Poule (la plus grande taille)

Fournitures : eskimo de Drops, tellement pas chère que s'en est indécent. Je crois que le gilet a dû me coûter quelque chose comme 25 ou 30€...

Petit zoom sur mes poches caméléon =D

Léon la poule (2)

Et la Bête sur la Belle, ça donne quoi ? Fais pas gaffe au T-shirt, hein ;') Je suis parfaitement fréquentable comme fille.

Léon la poule (4)

Léon la poule (5)

Léon la poule (6)

Léon la poule (7)

Léon la poule (8)

Léon la poule (9)

Ce gilet est tout confort, doux, chaud. Bon, c'est pas le top de la sexy attitude, mais il ne fait pas non plus sac à patates. Moi, je l'adore.

 

Avant de passer à mon dernier tricot, je t'offre un petit trou Normand. Je te fais pas l'article. C'est mon 7ème, bla bla bla... Celui-ci a été crocheté pour la Maîtresse qui vit en maillot de bain. La veinarde ;-)

Shawl skull (1)

Modèle : Shawl Skull, traduction ici

Fournitures : 5 pelotes de coton Rico DK Essentials, chez Les Pelotes de Lolotte.

Shawl skull (2)

Je crois que je ne me lasserai jamais de ces têtes de mort...

Shawl skull (3)

 

Et last but not least. Un petit tricot vite fait, bien fait. Un petit bonnet. Mais pas n'importe lequel... un Pussy Hat ! Si tu ne sais pas ce que c'est, je t'excuse. Bouge pas. Je t'explique. Le Pussy Hat, c'est un bonnet tout simple, avec des oreilles de chat et imaginé par deux femmes pour être porté comme signe de ralliement lors de la manifestation féministe organisée à Washington, le lendemain de l'investiture de Donald Trump. Depuis, il est devenu l'un des symboles de la lutte pour les droits des femmes dans le Monde. 

Quand je l'ai découvert, la veille de cette fameuse manif, ce fut une évidence. Il m'en fallait un. A la base, il DOIT être rose. Sauf que je n'avais pas ce qu'il fallait. Je te rassure, je ne suis pas malade. J'avais du rose, mais pas assez pour un bonnet entier. J'ai hésité à faire des rayures, et puis, vu la construction du truc, j'ai abandonné. Ça sentait la connerie. Je me suis donc rabattue sur du prune. Prune, rose... C'est pareil, non ?

En tout cas, une chose est sûre, c'est que si la couleur n'y est pas, l'intention, elle, elle y est.

Pussy hat (2)

Pussy hat (3)

Pussy hat (1)

Et ces oreilles de chat, ça le fait, non ? En tout cas, ça fait son petit effet sur les enfants à la sortie de l'école.

 

Bien, maintenant que j'ai fait le vide dans mes dossiers de Hiver (comme dirait Oaken), je vais pouvoir dormir sur mes deux oreilles (ah ah ah) et me lancer à fond dans les cousettes Printemps/Eté. Que du bonheur en perspective !

A pluche.

Tschuss

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

lundi 13 mars 2017

Aussitôt dit, aussitôt fait (ou presque)

Yo !

J'espère que tout roule, ma poule ;-)

Chose promise, chose due. Je reviens aujourd'hui pour te parler tricot, comme nos grands-mères, au bon vieux temps. Je confesse que j'ai bien failli oublier et revenir avec tout autre chose (de la critique cinoche, pour les curieuses) mais je me suis finalement rappelée ma promesse. Et mes enfants peuvent en témoigner, je n'ai qu'une parole. Hum hum...

Une fois n'est pas coutume, je serai brève. Le temps m'étant compté... La demi ado n'ayant rien trouvé de mieux que de me mettre devant un nouveau défi : lui coudre une tenue chic pour l'annuelle "Journée de l'élégance" organisée dans son Collège, et qui est tout bonnement prévue pour mardi... prochain (demain quoi). oO Et forcément, je n'ai été prévenue que mercredi... Normal. Tu me diras, elle aussi, apparemment. Mouais. Le temps que j'essayes de la convaincre d'utiliser sa tenue de fête qu'elle n'aura porté qu'une fois... Au secours. On s'est finalement retrouvé jeudi avec un modèle choisi parmi mes Ottobre. Vendredi, virée Mondial Tissu. Samedi, activités diverses et variées. Et donc Dimanche, décalquage, découpage et début d'assemblage. On y croit. Ce soir, au retour de l'école, essayage et ajustage si besoin. Et elle sera la plus belle pour aller bosser ! Et elle aura tout intérêt à se faire élire la Reine de sa classe, sinon, elle dormira sur le palier ;-)

Bon, j'avais dit brève.

En matière de couture, il m'arrive rarement qu'un projet entamé reste plusieurs semaines, voire plusieurs mois en stand-by. C'était le cas à mes débuts, quand je flippais à mort de faire un simple ourlet. Depuis, je me suis soignée à force d'expérience. En ce qui concerne mes projets tricot ou crochet, c'est une tout autre affaire. En règle générale, je sais quand je commence et presque jamais quand je vais finir. J'ai quelques encours qui dorment bien au chaud dans mes tiroirs, certains depuis de nombreuses années. Je pense notamment à un octopode commencé il y a 4 ans, qui a failli être terminé il y en a 2, et qui finalement attend toujours son heure. Ne désespère pas petit poulpe. Ton tour viendra.

Et souvent, ce qui fait que ces projets terminent aux oubliettes, ce n'est pas le manque de savoir-faire. De ce côté-là, mon envie de réussir est toujours la plus forte. Non. Le coupable, c'est le temps. Le temps que ce genre de projet nécessite. Un temps qui finit toujours par me sembler interminable. Parmi mes qualités, il est rare qu'on cite la patience. On se demande bien pourquoi. Je finis souvent par me lasser, et laisser tomber. Je sais, c'est pas bien. Mais comme me le disait ma maîtresse de CM1, je suis une girouette. Girouette un jour, girouette toujours.

Mais parfois, il arrive des miracles.

A moins que ce ne soit la conséquence circonstancielle des vacances d'Hiver, loin de tout et sans machine à coudre.

Qui sait ?

Toujours est-il que je suis partie avec un en-cours crochet entamé courant janvier, pas tout à fait terminé mais presque et de quoi faire un pull à Julie. Et j'en suis revenue avec le premier terminé et le second plus qu'avancé. La deuxième semaine de vacances et un ou deux jours de plus, et hop, le pull était prêt à être porté.

Un miracle je te dis.

Il faut dire que ce pull est d'une simplicité déconcertante. Il s'agit du dernier modèle de Muriel alias Kids Tricot alias La pelote masqué, le pull Doudou. Des kilomètres de jersey aux aiguilles circulaires pour obtenir une petite merveille au point mousse. Tellement simplissime que j'ai réussi à foirer quelques augmentations dans les raglans. Seul l'œil averti s'en rendra compte. J'ai laissé. J'ai aussi mal lu le nombre de rangs de côtes à faire en bas du pull. J'en ai fait le double de ce qui est préconisé. Visuellement, ce n'est pas gênant, on pourrait même croire que c'est fait exprès pour aller avec la longueur des côtes au bas des manches. Ni vu ni connu je t'embrouille.

J'ai fait un 12 ans pour ma presque 12 ans. A l'essayage, j'ai préféré rallonger le corps ET les manches de 5 cm chacun. Je n'avais pas pensé au blocage et au poids de la laine (surtout au point mousse). J'ai eu très peur après l'essorage en l'étendant. Mais finalement, après l'avoir bien laissé sécher contenu dans les dimensions espérées, c'était presque parfait.

Il s'est légèrement étiré à l'usage, mais rien de dramatique. Et il restera portable encore pas mal de temps. Tant mieux. Par contre, la laine bouloche énormément. Et le pull a très vite pris la forme des coudes et des fesses de l'ado oO Ça donne un style.

En dehors de ça, ça faisait très très longtemps que je n'étais pas arrivée au bout d'un projet tricot, qui plus est en moins de 3 semaines. Truc de ouf.

Doudou, le pull, Kids Tricot (1)

Les petits bidules sur le pull, ce sont des badges fait à la badge It avec le papier imprimé qui entourait les pièces en chocolat Star Wars que mon fils a eu à Noël. Idée volée à @mathildemariemade. Aucun rapport avec le pull...

Doudou, le pull, Kids Tricot (2

Modèle : Doudou, le pull, Kids Tricot, sur Laine et Tricot

Matos :  4 écheveaux (ou presque) de Gilliatt poivre et sel, De Rerum Natura (achetés il y a 2 ans pour un autre projet, pour moi...)

Doudou, le pull, Kids Tricot (3)

J'aime vraiment beaucoup ce petit pull tout simple. Julie aussi l'adore. Par contre, je ne sais pas si c'est la laine, les quelques centimètres en trop ou je ne sais quelle autre raison, mais le bas s'est un peu déformé et l'effet "resserré" qu'aurait dû donner les côtes à totalement disparu...

Doudou, le pull, Kids Tricot (4)

Doudou, le pull, Kids Tricot (5)

Doudou, le pull, Kids Tricot (6)

L'en-cours crochet, lui, je ne te le présente plus. Si je compte bien, je crois que c'est mon sixième. Et le septième vient d'être expédié à sa future propriétaire ;-)

Cette magnifique version verte était le cadeau de Noël, à la bourre, de ma Super Cops Émilie, alias Batman et Bobines, prof de son état. Vert pour aller avec ses lunettes et pour honorer une petite private joke. De quoi, peut-être, un peu impressionner ses élèves en leur promettant mille tourments s'ils osent déclencher la fureur de la Bête ;-)

Shawl Skull (3)

Shawl Skull (2)

Modèle : Shawl Skull, traduction ici.

Matos : 5 pelotes de Ricco DK Essential, coton, Les pelotes de Lolotte, crocheté en 3,5

Shawl Skull (1)

Décidément, je crois que je ne suis pas prête de me lasser de réaliser ce modèle. Et je déclare d'ailleurs officiellement que je suis en mesure de le réaliser de mémoire et presque les yeux fermés. Youhou !

Bon, aller, je te laisse. C'est pas tout ça, mais c'est moi qui subirait mille souffrances si la tenue de la demi ado n'est prête ce soir...

Tschuss ;-)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

jeudi 23 février 2017

Noël 2016 - l'intégrale

Yo ! Ça farte ?

Je m'excuse de t'avoir laissée tomber comme une vieille chaussette, comme ça, sans prévenir, mais j'avais vraiment besoin de faire le vide... Je sais, tu as énormément souffert de mon absence. Alors je te rassure, je vais bien, je suis vraiment de retour, c'est pas un fake. Tu peux recommencer à respirer, à dormir, à manger. Arrête le Zoloft. Je suis là. Plus rien ne peut t'arriver d'affreux maintenant ♪♫♪

Après quelques séances d'auto analyse, j'en ai conclu que je m'étais gentiment laissée glisser dans ce qu'on appelle vulgairement "le burn-out maternel". L'auto analyse, tu sais, c'est toute ma vie... A se demander pourquoi je dépense du pognon chez un spécialiste, juste pour qu'il me confirme que le lémurien est en moi Jean-Claude. Ça doit avoir un rapport avec mon besoin viscéral d'être rassurée en permanence. La confiance en soi, toussa. Et puis il paraît que quand on paye, on guérit plus vite. Mouais...

Donc, un vilain burn-out... Un petit, hein. Parce que j'ai lu des descriptions de cas bien plus violents que ce que j'ai ressenti. Mais bien assez quand même pour me mettre KO et me donner envie de partir vivre en Papouasie sans laisser d'adresse. Pour éviter toute décision hâtive ou irréversible, on a un temps envisagé que mon chéri parte une semaine avec les nains, avant que j'en jette un par la fenêtre, et puis finalement, on a collé au plan de départ, on est parti au ski. Aucun lien, fils unique.

Je te fais pas tout l'historique, ça serait chiant. Mais sache qu'en bonne accro à mon smartphone et à mon réseau 4g, j'ai même pas râlé de pas avoir de couverture. Rien à battre. J'ai compensé avec du dodo, de la bière, des patates, du fromage, du ski, de la bière, des patates, du tricot, du ski, de la bière, des patates, etc... T'as compris le pattern. Décompression intégrale à 1200 m. Le pied. Je suis revenue détendue du sloggy et sans aucune photo, ou presque oO

Mon objectif, maintenant, c'est de continuer en mode no pression. Challenge accepted.

Paradoxalement, me détendre n'a pas limité ma productivité, bien au contraire. Ce qui fait que je me retrouve avec pleins des trucs à te montrer (en plus du million de trucs que je n'ai pas encore pris le temps de publier...). Par conséquent, et subséquemment à un bref calcul mathématique, j'ai unilatéralement voté pour des posts à rallonge bourrés à craquer. C'était soit ça, soit, à raison d'une ou deux réalisations par post, une à deux fois par semaine, j'aurai pu espérer t'avoir tout montré courant Mai 2018... en arrêtant tout acte de production pendant ce laps de temps, ça va sans dire.

Tu m'excuseras donc, une fois encore. En même temps, t'as l'habitude. Je ne sais pas (plus) faire court.

Malgré tout, à rallonge, ne veut pas dire en bordel, faut pas pousser. J'ai une réputation quand même.

Donc, aujourd'hui, je vais te solder mes cadeaux de Noël. Version One Shot.

Si je ne m'abuse, à part pour nos gosses et une ou deux autres personnes, nous n'avons rien acheté. J'ai tout fait moi-même. Ce qui pourrait, vu comme ça, expliquer un léger surmenage... En tout cas, je dois dire que sur le coup, je ne l'ai pas réellement ressenti. Je dirais même que je me suis beaucoup amusée à réaliser tous ces cadeaux. Mais c'est vrai, qu'avec un peu de recul, vu comme ça, ça fait un peu beaucoup...

Le plus gros du boulot l'a été pour les cadeaux de mes neveux et nièces. Mon frère, qui doit être aussi fêlé que moi, à lui aussi 4 nains. Donc 4 cadeaux. Et comme j'avais zappé les cadals d'anniversaire, j'ai tout multiplié par deux. En fait, je crois que je suis juste bonne à interner... Après avoir consulté ma belle-sœur, il a été décidé que je leur ferai un ensemble chacun, un haut et un bas. Des shorts et des polos pour les garçons, des t-shirts et des jupes pour les filles. Yavaipluka.

Et voilà le résultat. Ça t'en bouche un coin ? Ben, à moi aussi...

Trop top, jupette sans patron, polo Lalymaya, short Ottobre (1)

Pour le petit dernier, 2 ans.

Polo Lalymaya, short Ottobre (2)

Patrons : short Explorer, modèle 18, Ottobre 3/2015, 98 - Polo Lalymaya, 4 ans

Fournitures : jean et maille polo MT, liberty Cars Liberty of London.

Aucune difficulté pour le short. En revanche, avec celui de son frère, et un réalisé pour Camille il y a deux ans, et un pour mon père, ce polo est mon quatrième et certainement mon dernier, de ce modèle... parce que très franchement, c'est une horreur... Les finitions sont merdiques, la méthode employée plus qu'approximative. J'ai dû démonter la bande du bas tellement ça boudinait mon neveu... Pour un débutant, ça passe. Si tu as plus d'expérience, passe ton chemin. C'est beurk. Ou alors, tu t'en sers juste de base, et tu modifies beaucoup, beaucoup...

Pour la troisième, 3 ans.

Trop top, jupette sans patron (2)

Et la deuxième, 5 ans.

Trop top, jupette sans patron (1)

Patrons : trop top, Ivanne S, versions A. J'ai coupé les versions col rabattu, mais en relevant les cols, pour obtenir des t-shirts moins échancrés au niveau du cou - Jupettes sans patron, Petit D'om.

Fournitures : velours milleraies, voile de coton et tissu noir ajouré MT, velours milleraies offert par ma cops Émilie. Jerseys de mon marché.

Et pour le grand, 7 ans.

Polo Lalymaya, short Ottobre (1)

Patrons : short Explorer, modèle 18, Ottobre 3/2015, 128 - Polo Lalymaya, 10 ans.

Fournitures : idem que pour son frère, à part le wax, de mon stock.

 Je n'ai pris le temps de faire des photos que des garçons.

Polo Lalymaya, short Ottobre

Et dans l'ordre ;-)

Trop top, jupette sans patron, polo Lalymaya, short Ottobre (2)

Ma belle-sœur, non contente de m'avoir commandé tout une garde-robe, m'avait déjà mandaté pour lui réaliser un Shawl Skull. Je le kiffe tellement, que je n'ai pas su dire non ;-) Toutes les occasions sont bonnes. Pour ne pas l'offrir dans du papier, et vu qu'elle non plus n'avait pas eu son cadeau d'anniversaire, je le lui ai emballé dans un de mes petits pochons. Tu peux encore en trouver ici, si ça t'intéresse ;-)

Pochon moi j'emballe

Shawl skull (1)

Modèle : shawl Skull, traduction ici

Fournitures : essentials cotton DK, Rico, Les pelotes de Lolotte, crocheté en 3,5.

Shawl skull (2)

Shawl skull (3)

Pour finir, il y a aussi eu des Amazing Bags sous le sapin. Normal ;-) Dont deux spécialement dédicacés. Celui de droite a été offert à ma mèregrand, pour compléter sa collec de chouettes. Celui de gauche, à mon frangin, le plus grand fan interplanétaire de M. Jordan. Je te raconte pas la crise cardiaque que j'ai failli faire le jour où j'ai vu le nombre de paires de baskets qu'il a dans son placard oO Sans compter les tishs, les pulls, etc... Maintenant, il sera assorti jusqu'au bout du sac. La classe à Chicago =D

Sacs customisés (2)

Si t'en veux un, il m'en reste plein ici =D

Aller, c'est tout pour ce Noël 2016... Tu auras compris mon besoin irrépressible d'hibernation.

See you soon.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

jeudi 7 avril 2016

Tout vient à point à qui sait attendre...

...ou comment j'ai réussi à me trouver de bonnes excuses pour avoir plus d'un an de retard sur l'échéance d'un échange. La honte.

En règle générale, j'essaie au maximum de respecter mes engagements. Et même si je ne suis pas la reine de la ponctualité, j'ai développé assez d'auto discipline pour éviter, autant que faire se peut, de remettre ce qui doit être fait au lendemain. Mais force est de constater que je ne suis pas un robot, et que comme dirait l'autre "des fois ça marche, et des fois, ça marche pas".

Et là, il y a pas à dire, cette fois, ça n'a carrément pas marché du tout.

Il y a deux ans maintenant, Delphine et moi avons décidé de devenir des NSP, Non Secret Pal pour les néophytes. Le but du jeu étant de nous envoyer mutuellement un colis par trimestre, et ce, pendant un an.

Les deux premiers envois, que tu peux retrouver chez moi ici et ici se sont déroulés sans encombre. On ne peut pas en dire autant des deux suivants. La troisième partie de notre échange a dû attendre environ 6 mois, le temps que mes nausées du premier trimestre disparaissent et que les fêtes de fin d'année ainsi que notre déménagement se passent. Le quatrième volet, quant à lui, s'est carrément fait à l'unilatérale... Delphine m'ayant fait parvenir sa part courant Mai, peu de temps avant la naissance de Chouchou, alors que le mien n'est parti que la semaine dernière... Oups.

Alors, effectivement, on peut dire que j'avais de bonnes excuses pour avoir pris du retarrd. L'arrivée d'un quatrième enfant, les nuits pourries, la foutue embolie pulmonaire de mon mec (qui va bien mieux, merci). Autant de bonnes raisons pour ne pas être au top. Mais il faut se rendre à l'évidence que tous ces paramètres ne m'ont pas empêché de créer ces 10 derniers mois. Et pour être vraiment honnête, ce n'est pas tellement le temps qui m'a manqué, mais plutôt l'inspiration.

Delphine a toujours fait preuve de beaucoup de générosité dans ses envois et sachant que j'allais avoir du retard, je ne pouvais décemment pas me permettre de lui renvoyer n'importe quoi.

Avant de te montrer ce que j'ai finalement décidé de lui offrir, je te présente ce que j'ai reçu de sa part, il y a bientôt un an.

Je commence par le gros morceau, le truc qui m'a complètement fait halluciner et qui m'a obligé à me creuser la tête pour être à la hauteur : un superbe sac Romy de Mavada qui a remplacé avantageusement mon vieux sac à langer. Une pure merveille ♥ Et regarde moi ces raccords de dingue oO

En le découvrant dans mon colis, j'en suis restée sans voix. Et ça, mon mari te le dira, ça n'est pas chose courante.

Romy Mavada (1)

Romy Mavada (2)

Romy Mavada (3)

Avec le sac, il y avait également une très jolie corbeille crochetée, qui trône depuis sur la commode de ma chambre.

Corbeille hooked

Et une petite attention pour chacun de mes enfants. Sauras-tu retrouver quoi est pour qui ?

Cadeaux Récréations de Delphine

Indice...

Emilie au bandeau

Il y avait également une attache tétine pour Simon, mais j'ai oublié de la photographier.

Tu comprends maintenant pourquoi je tenais absolument à ne pas bâcler mes remerciements.

Et donc, voici ce que j'ai fini par lui envoyer.

Shawl skull, maxi pochette et Mahault le Viking (1)

La première pièce de mon colis a été comme une évidence. Après trois Shawl Skull, j'étais maintenant bien rôdée, et je savais qu'elle rêvait de s'en faire un. J'ai crocheté ce châle au mois d'Août dernier, pendant nos vacances à la campagne. Et rien que de le regarder, ça me donne envie d'en refaire un.

Shawl skull

bande_pour article_blog-10

Modèle : shawl skull d'après ce tuto

Fournitures : coton ricco DK

Et après ça, le trou noir. Toutes les idées qui me venaient me semblaient totalement insipides... jusqu'au jour où j'ai découvert les petites poupées de Clémentine Collinet dans mon Marie Claire Idées. Après ma publication sur mes premières réalisations issues de mon petit livret, Delphine m'a fait part, comme beaucoup d'entre vous d'ailleurs, de son coup de cœur pour Mahault le petit Viking. Bingo ! J'avais enfin mon idée. Et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, Mahault deuxième du nom était né.

Mahault le petit Viking

Modèle : Mahault, Poupées à coudre de Clémentine Collinet aux éditions Marie Claire.

Fournitures : chutes de mon stock

Et dans la foulée, après avoir testé et approuvé le tuto de la maxi pochette de Quick and Lovely que tu as pu découvrir en début de semaine, j'en ai recousu une seconde. Et je sens que ça ne sera pas la dernière. Tu peux constater au fil des photos que cette pochette à la particularité d'avoir deux faces différentes. Je trouvais ça amusant de jouer sur les contrastes.

Maxi pochette Quick and Lovely

Modèle : maxi pochette dont le tuto est inclus dans les kits chez Quick and Lovely

Fournitures :  cotons MT

En écrivant ces lignes, je me rends compte que je n'ai rien fait pour ses enfants, honte à moi... Mais je crois que ce colis lui a tout de même plût. En tout cas, moi, j'ai pris énormément de plaisir à le composer pour elle.

Shawl skull, maxi pochette et Mahault le Viking

Et une bonne chose de faite. Les bons comptes font les bons amis.

Tschuss.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

jeudi 12 novembre 2015

Au nom de la mère, de la sœur et du Saint Sunny

Yo !

Et oui, je sais, encore un titre tout pourri, mais que veux-tu, la privation de sommeil et la multiplication des nains pour cause d'anniversaire Reine des Neiges, ça empêche la bonne oxygénation du cerveau et ça pousse à écrire n'importe quoi... CQFD Bon, j'espère quand même que je ne t'ai pas froissée amie praticante. Ceci étant dit, si tu ne m'en veux pas, je serai pas contre une petite prière pour le retour de mes nuits de 7h minimum (et s'il pouvait y avoir un bonus avec la perte de mes kilos en trop, je dis banco). Bon, ok, j'arrête, je m'enfonce... Mais je te jure que c'est pas ma faute. L'épuisement, je te dis.

D'ailleurs, je ne suis tellement pas en pleine possession de mes moyens que je suis à deux doigts de te faire un post concept, genre photos et descriptif, point barre. Seulement, même comme ça, j'arriverai à te meubler des dizaines de lignes avec du vent, juste pour que tu ais l'impression d'avoir lu quelque chose. La preuve ;-)

Alors, comme je suis incapable de ne pas écrire tout comme je ne suis pas capable de ne pas parler, ça sera un post concept avec des photos toutes pourries mais du blabla pour les accompagner.

Depuis que je me suis mise à coudre, j'ai très peu cousu pour ma mère. D'habitude, je me contente de lui faire des cadeaux crochetés ou tricotés, et les rares fois où j'ai cousu pour elle, je me suis contenté d'accessoires. L'unique fois où je lui ai réalisé un vêtement date d'il y a plus deux ans, c'est-à-dire pas très longtemps après mes débuts en couture, et si j'aime toujours autant ce que je lui avais fait à l'époque, force est de constater que je ne l'ai jamais vu le porter. Cette année, pour son anniversaire, je tenais encore une fois à lui "fabriquer" quelque chose, mais histoire d'être sûre de ne pas coudre pour rien, j'ai préféré ne pas lui faire de surprise et la laisser choisir parmi mes patrons et mes tissus. Autant te dire que vu le stock, il a fallut procéder par élimination. Ma mère a opté pour un T-shirt, ce qui nous a conduites au Today Woman de Vanessa Pouzet. Un peu de spéléo dans mes jerseys, et c'était parti.

Toujours rien à dire sur ce patron. Il se coud en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire. Par contre, j'avais le souvenir qu'il était un peu large, je me suis donc fiée au tour de poitrine de ma mère et il s'avère qu'il est légèrement juste, mais portable. J'ai également allongé le corps car ma maman n'aime pas les T-shirts trop courts. Et malgré le fait que lors de notre séance préparatoire, elle m'avait demandé de faire le col et les emmanchures façon bord côtes, je n'en ai finalement fait qu'à ma tête (borné un jour...) et bordé ces extrémités d'un mini biais. J'ai également opté pour un ourlet avec biais rapporté, qui permet à tous les coups de finir joliment les arrondis et qui a également le mérite d'éviter à l'ourlet de "rebiquer"

Il faudra te contenter de photos à plat sur mon magnifique parquet, étant donné que j'ai envoyé le dit T-shirt à ma maman sur son lieu de vacances et que j'ai totalement oublié par la suite de la faire venir pour une séance photo. Tant pis.

Today Woman Maman (2)

Modèle : Today Woman de Vanesssa Pouzet (en 42, je crois)

Fournitures : jersey de mon marché et biais Motif personnel dont le nom de la couleur m'échappe.

Today Woman Maman (4)

Et voilà pour la mère ;-) Tu l'auras donc compris, le prochain ouvrage a été offert à ma sœur, ma sista qui "lives In London".

Il y a quelques mois, après que j'ai publié sur FB une photo du Shawl Skull que je venais de finir de crocheter en vue des 10 ans de ma grande, ma sœur m'avait laissé un commentaire du genre "je surkiffe, je veux !" Tout en finesse, en suggestion masquée... Forcément, je ne pouvais pas lui dire non. D'une part, parce que c'est ma petite sœur et que j'aime bien lui faire plaisir, d'autre part parce que je suis toujours flattée qu'on me demande de réaliser quelque chose (ça, ça marche à tous les coups...ou presque) et enfin, que je suis raide dingue de ce châle et que je ne me lasse pas de le crocheter. Celui-ci est ma troisième version, et j'en aurai encore une quatrième à te montrer. A ce niveau-là, c'est plus de la monomanie, mais carrément de la production de masse.

Shawl skull Nunue (7)

Modèle : Shawl Skull selon cette traduction

Fournitures : Coton Ricco DK couleur Pastèque, 4 pelotes crochetées en 3,5

Shawl skull Nunue (9)

bande_pour article_blog-10

Sur ma frangine, en mode Pirate, il y a à peine quelques semaines lors de ses vacances en Grèce. Je la déteste.

12112458_10153762091239271_1834805591503626105_n

Shawl skull Nunue (11)

Nous voilà donc arrivé(e)s au Saint Sunny. Mais c'est qui ce Sunny ? Eh bien rien à voir avec un quelconque membre de ma famille, quoique, vu le nombre de fois qu'il a été porté (d'ailleurs, je l'ai en ce moment même sur moi). Sunny, c'est tout bêtement le nom d'un pantalon casual à la coupe très estivale issu d'un Maison Victor.

En mode post grossesse, j'ai une forte tendance à déborder de mes anciens futals. Il faut dire que je ne suis pas le genre de femme à ne prendre que les quelques kilos nécessaires à la bonne fabrication de mon bébé. Au bout de 4, j'ai fait mon deuil de la silhouette de future maman chez qui la seule partie rebondie n'est autre que son ventre. C'est bien simple, moi, je gonfle de partout. Pas grave. Je m'y suis faite. Et puis, cette grossesse n'aura pas été la pire de toutes vu que je m'en suis sortie avec un bon 46 contre un 52 (très difficile à assumer) après la naissance de Julie. Je peux t'assurer qu'en ce moment, je me sens limite svelte en repensant à cette période de ma vie. Bref, je stocke et l'allaitement du microbe (toujours en cours) n'aide pas vraiment à éliminer...

A la sortie de la maternité, j'avais fouillé dans mes tiroirs et j'avais trouvé un pantalon dans lequel je rentrais à peu près (comprendre qui me boudinait, mais dans lequel j'arrivais encore à respirer). Malheureusement, celui-ci n'étant pas neuf, il a fini par craquer de toutes parts. Je le soupçonne d'avoir mis fin à ses jours prématurément afin de ne pas avoir à subir ma couenne. Le traitre. Étant donné que je ne pouvais absolument pas me résoudre à aller m'acheter un fute neuf en 46, j'ai décidé de m'en coudre un. J'ai opté pour du simple et c'est ainsi qu'est né mon Sunny qui pique les yeux ;-) Ultra simple et rapide à coudre. J'ai juste beaucoup de mal avec l'élastique large à la taille. Il finit toujours par tourner ou se plier en deux. Et je l'ai pourtant fixé à plusieurs endroits stratégiques. Le tissu provient de mon marché. C'est l'un des premiers coupons que j'avais acheté et que je destinais à une robe pour ma grande. Mais finalement, j'aime assez son effet sur moi ;-)

InstagramCapture_cd036585-fc4d-490c-b7e4-8e1e3732ee4b

Modèle : Pantalon Sunny Maison Victor en 46

Fourniture : tissu léger et ultra glissant de mon marché.

J'espère que tu auras su apprécier ce magnifique article fourre tout aux clichés imprenables !

J'essaye de revenir avec un peu plus de qualité la prochaine fois. Faudrait tout de même pas que tu crois que je te prends pour un jambon ;-)

Tschuss !

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

Enregistrer

lundi 29 juin 2015

Les 10 ans de Julie #2 - les cadals (+ défi de ma copine super héroïne inside)

Oui, oui, tu n'es pas en pleine hallu. C'est encore moi. Comme je ne savais pas quoi faire ce week-end entre le spectacle de l'école, la fête d'anniversaire de Camille avec ses copains et l'atelier cadeaux des maîtresses, je me suis dit que ça serait pas mal de venir enfin te parler des fameux cadals pour les 10 ans de Julie. Et si en plus je te dis que j'ai réussi à coudre... Nan, mais vas-y, reviens ! Je déconne. Sur ce plan là, c'est toujours le désert... J'ai juste découpé un patron reporté il y a plus d'un mois et pour lequel j'avais déjà choisi les tissus. Le truc de dingue. Reste plus qu'à découper les pièces et à les coudre. Une formalité...

D'ailleurs, c'est ce que j'aurais dû faire hier soir. Mais à force de m'épuiser à jouer les mères parfaites tout le week-end, je n'ai pas pris le temps de rédiger mon article. Et pas moyen de faire l'impasse vu que je m'étais engagée à poster ce matin, en même temps que mes co-détenues... Rassures toi, pas la peine d'appeler Interpol, d'ameuter les associations de défense des droits de l'Homme, ni de créer de page de soutient Facebook pour obtenir notre libération. La simple parution de ce billet a enfin mis fin à presque 10 mois d'une interminable rétention. Je t'en dit plus sur notre calvaire quelques lignes plus bas.

Pour maintenir un peu de suspens, je vais commencer par te présenter l'un des multiples cadeaux que ma #joliejuliepresqueparfaite a reçu de notre part le soir de son anniversaire. Tu te souviens qu'on avait mis le paquet pour sa fête, afin de bien marquer le coup. 10 ans, c'est vraiment une étape (surtout pour nous pauvres parents...). Et bien, côté cadals, on n'a pas non plus fait les choses à moitié. Tout comme pour l'organisation de la teuf, j'avais commencé au moins un mois avant à faire une liste des présents potentiels. Pour une fois, j'avais des idées à la pelle, surtout concernant tout ce qui allait être home made. En même temps, c'était facile, j'avais soigneusement noté dans ma tête au fur et à mesure à chaque fois qu'elle me réclamait un truc en me voyant coudre ou crocheter pour les autres. Malinx le lynx ;-)

Le plus prisé de tous et qui s'est de facto retrouvé en top priorité sur ma to-do list n'était autre que le fameux shawl skull. Malgré son caractère docile, ma fille n'est pas ma fille pour rien. Elle aime le rock'n'roll et les têtes de mort. En même temps, c'est mode et à son âge, on aime encore les mêmes choses que ses parents. Profitons-en... Ça devrait plus durer. Donc, tu l'as compris, en voyant mon shawl rose, ma fille a totalement craqué, et m'a presque supplié de lui en faire un. Je lui ai demandé de quelle couleur elle le voulait. Elle m'a répondu "jaune". Je lui ai dit que je lui en ferai un, en précisant bien "quand j'aurais le temps". Ce qui en règle générale sous entend "un jour peut-être", voire "tu peux te brosser Martine"... Mais là, j'avais bien l'intention de m'éxécuter. J'avais hâte de voir sa tête en le recevant.

Je me suis donc mise à l'ouvrage avec beaucoup d'entrain. J'étais hyper motivée par la perspective de l'offrir à ma grande. Ce qui fait que j'ai profité de chaque journée d'école et de mes soirées pour crocheter frénétiquement. Et en moins d'une semaine, j'avais achevé la bête. Contrairement à ma première fois, j'ai trouvé ça simple et ludique, certainement justement parce que je l'avais déjà surmonté une première fois. J'ai tellement apprécié que je m'apprête à entamer ma troisième version. Je crois que la monomanie me guette.

InstagramCapture_7ec3f252-09ed-4344-81f3-4534187928cf

10 ans de Julie (79)

Modèle : shawl skull selon cette traduction

Fournitures : 4 pelotes de coton DK Ricco design coloris Banane crochetées en 3,5 et achetées chez Les Pelotes de Lolottes.

Pour les besoins de l'article, on s'est fait la traditionnelle séance photo. Séance au cours de laquelle ma grande a faillit me rendre dingue en prenant des poses totalement improbables qu'elle aurait vu "chez mes copines blogeuses"... Je te laisse donc apprécier la façon dont ma fille te voit quand elle mate ton blog par-dessus mon épaule. Si tu te reconnais, fais moi signe. En ce qui me concerne, j'ai comme un doute...

Shawl skull Julie (2)

Shawl skull Julie (3)

Shawl skull Julie (4)

Shawl skull Julie (6)

Shawl skull Julie (7)

Shawl skull Julie (8)

Tu auras su apprécier tout le naturel qui se dégageait de ces images. Si je devais faire un pronostic sur l'avenir, je verrais plus ma fille en clown qu'en mannequin... La digne fille de sa mère, peut-être ? ;-)

Shawl skull Julie (9)

Shawl skull Julie (10)

Shawl skull Julie (11)

Shawl skull Julie (14)

Décidément, en rose ou en jaune, je surkiffe ce modèle. C'est vraiment trop la classe ♥

Pour le deuxième cadeau, je me souvenais qu'elle m'avait un jour demandé de lui faire une de mes petites pieuvres tirées d'un Chouette kit d'été. Un de mes doudous préféré, si ce n'est THE doudou pref de pref. Et ça tombe bien, parce que Julie a une attirance toute particulère pour les pieuvres. Ne me demande pas pourquoi. Elle en a d'ailleurs fait l'objet de l'exposé demandé par la maîtresse cette année. J'avais juste oublié de quelle couleur elle la voulait. Je le lui ai tout simplement demandé. J'étais sûre qu'elle n'y verrait que du feu. Je ne me suis pas trompée. Sa surprise a été totale en la découvrant parmi ses cadeaux. J'étais ravie, et elle aussi.

10 ans de Julie (76)

Et voilà enfin venu le moment de raviver les souvenirs douloureux de notre détention. En septembre dernier, Émilie (encore et toujours elle) me faisait parvenir un petit colis avec quelques présents pour mon anniversaire. Au milieu de toutes ces merveilles, il y avait ça (voir photo ci-dessous). A priori, ces quelques fournitures avaient l'air totalement inoffensives, jusqu'au moment où j'ai découvert des instructions sur un bout de papier. En substance, Émilie m'enjoignait à "créer" ce que je voulais à partir de tous ces éléments en prévision d'une publication ultérieure. J'avais quartier libre. Par contre, aucune date n'étais précisée. Et toi même tu sais que sans dead line, c'est la porte ouverte à toutes les fenêtres...

Bref, je venais d'être provoquée en défi. Enfin, nous venions d'être provoquées en défi. Puisque je n'étais pas seule à m'être faite prendre en otage par la chauve souris masquée...

Cadeaux reçus d'Émilie (4)

Comme je te l'ai dit plus haut, il n'y avait pas de dead line... Ce qui devait arriver arriva. J'ai fourré tout ça dans un tiroir, et hop.. aux oubliettes. Et puis, j'ai cousu les mini perles de mes gonzesses. Et j'ai ressorti ce coupon de ouf. Une fois finies, je me suis dit que je verrai bien un petit accessoire pour aller avec. J'ai donc cousu un petit sac à Émilie qui adore les sacs, et surtout faire l'écureuil en chippant des trucs à droite à gauche dans tout l'appart pour les fourrer dedans. Si je perds un truc, j'ai juste à aller fouiller dans l'un d'eux. 9 fois sur 10 j'y retrouve l'objet en question. Sale gosse.

J'ai rempli toutes les conditions requises par Émilie pour valider le défi. Ne restait plus qu'à attendre les instructions.

Sacs Émilie et Julie (3)

Sacs Émilie et Julie (5)

Comme rien ne venait, et que Julie m'avait également réclamé un sac identique à celui de sa sœur, j'ai profité du silence radio de notre provocatrice pour faire un grand frère au sac d'Émilie. Je me suis rendue compte après coup que j'avais inversé le sens des rayures. Et non, ce n'était pas du tout intentionnel. Mais je trouve que ça rend plutôt bien.

Sacs Émilie et Julie (9)

Sacs Émilie et Julie (11)

Sacs Émilie et Julie (12)

Modèle : sac pour petites filles, tuto ici. J'ai moletonné celui de Julie. On voit d'ailleurs bien sur les photos qu'il a beaucoup plus de tenue que celui de sa sœur.

Fournitures : envoyées par Émilie

Il est pas beau mon duo de nénettes ?

Sacs Émilie et Julie (15)

Sacs Émilie et Julie (22)

Pour mettre un terme à cette histoire de prise d'otage, 9 mois après avoir tout reçu, nous n'avions toujours pas d'instructions. Mais pour une fois, j'avais rempli ma part du contrat en temps et en heure. Comme une partie de mon défi avait été offert à Julie et que je me devais de l'intégrer dans cet article, j'ai demandé à Émilie si elle avait prévu une date de publication... Forcément, elle avait légèrement oublié, comme une partie des copines qu'elle avait défié. Ce qui a eu pour effet de la pousser à rappeler tout le monde à l'ordre et à imposer une dead line... 2 semaines plus tard. Hum, hum... Qui a dit "collabo"? Cette annonce a déclenché un léger vent de panique mais a très certainement dû booster l'esprit créatif des copines. Je t'invite à aller faire un tour chez Émilie pour découvrir leurs noms et leurs réalisations.

En tout cas, nous voilà toutes enfin libérées, délivrées... Un conseil, si tu croises Émilie un jour sur la blogospère, baisse la tête et évites son regard, une dangereuse psycopathe se cache derrière ce charmant sourire et ses jolies boucles blondes. Demande aux copines qui en ont perdu le sommeil et l'appétit ces dernières semaines. Un jour peut-être, qui sait, tu feras également parti de ses victimes (petite musique angoissante, genre "Les dents de la mer"...)

Trêve de conneries. Pour en finir avec les cadeaux de Julie, voilà le sac que lui a cousu ma belle-sœur. Forcément, elle l'a adoré. Du rose et des têtes de mort. En plein dans le mille ! Merci Tatie Delphine.

10 ans de Julie (74)

Et last but not least, mais pas home made. En bonne fan de Harry Potter (en même temps elle a pas le choix, vu que je les regarde au moins une fois par mois...), nous avions prévu la visite de l'expo à Paris. Ça tombait bien, elle avait vu la pub à la télé et nous avait bien bassiné pour qu'on s'y rende.

DSC_3914

Nous y sommes donc allés la semaine dernière. Nos trois minis geeks ont adoré. La visite a été un peu courte à mon goût, mais ça valait quand même le détour. Et je me suis bien marrée quand Émilie a scotché pendant 10 minutes sur la reproduction de Buck l'Hyppogriffe. Il a fallut lui faire lui dire au revoir pour pouvoir passer à la salle suivante. Elle était comme hypnotisée.

InstagramCapture_edd16d31-ed22-4c62-b985-728d555f8671

InstagramCapture_6ab1d0a4-f02e-46fd-8d0a-95e38300be6a

Et comme c'est maintenant de notoriété publique que nous sommes des parents parfaits, plutôt que de rentrer directement chez nous après la visite, nous avons fait un "détour" par chez Mickey pour parfaire la journée. Je te raconte pas la tête des mouflets quand ils ont compris où on était ;-)

InstagramCapture_27d98fc3-f03b-4c73-90ee-c44c07472331

Pour conclure, j'espère que tu as noté que tous ces cadeaux ont été offerts le soir de l'anniv de la Princesse. Et oui, tu as bien lu, tous sans exception. Aucun retard à déplorer... Mais que m'arrive t-il ?

En attendant d'élucider ce mystère, ou pas, je te laisse méditer sur la question. Et moi, je vais aller faire chauffer la MAC. Parce qu'à force de venir de montrer des trucs et te raconter ma vie, et bien j'ai épuisé mon stock, et je n'ai presque plus rien pour alimenter ce blog. Misère, c'est la dèche.

Allez, tschuss ;-)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

lundi 11 mai 2015

En mode ado rebelle #jeveuxunscooter

InstagramCapture_1d6cb334-66bb-4ce9-8dc4-aa58fc889e5f

Ça y est, les moches, comme on les appelle avec mon mec, sont de retour depuis une bonne semaine. Semaine qui est passée deux fois plus vite qu'une semaine sans eux... C'est fou comme ça peut occuper la vie ces machins là. Même quand tu les laisses toute la journée à l'école. Comme j'ai bien fait le plein de sommeil et de patience pendant ces deux semaines, je me surprend à ne pas partir au quart de tour à chaque connerie (comme avant leur départ), et pourtant, je peux te dire que sur ce plan-là, ils sont revenus pleinement fidèles à eux-même. Je m'épate également à essayer de détourner l'attention de la dernière quand elle fait un caprice au lieu de lui hurler dessus, de prêter une oreille plus attentive à mon fils ou à rire plus facilement. Bref, ça nous a fait un bien fou !

Je tiens malgré tout à rassurer toutes les mères indignes qui me lisent (si si, toi aussi, là-bas, dans le fond), il m'arrive aussi d'avoir des envies de torture et d'abandon au bord de l'autoroute. Nobody's perfect... Faut pas rêver.

Bon, j'ai eu beau me creuser la tête pour trouver une transition valable entre l'évocation de ma vie presque parfaite de mère de famille presque parfaite et mon sujet du jour, mais ça été le black out total. Inspiration zéro ou alors ça me semblait beaucoup trop capilotracté pour être crédible. J'utilise donc mon joker et saute directrement du coq à l'âne. Et pour la peine, je ne passe pas par la case départ, et je ne touche pas les 200 M... Autopunition.

Je sais pas toi, mais moi, j'ai eu une adolescence un peu mouvementée... J'étais un peu le genre ado rebelle, à fleur de peau. Look cheveux longs qui auront arborés toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, y compris le bleu azur, le noir corbeau voire carrément l'arc-en-ciel lui même (résultante d'une teinture bleue made in London appliquée après un henné rouge... un truc de ouf...). Jeans noir bootleg, bottines Harley Davidson aux pieds et foulard têtes de mort of course. Le genre à faire la gueule pour un oui ou pour un non et qui fumait comme un pompier. Forcément j'étais fan des Gun's, Nirvana, Metallica mais aussi Queen #freddiemercuryforever et un peu plus tard de Kiss, Poison et autres groupes de glam rock. Le genre à aller aux concerts pour se taper des pogos et headbanger comme une tarée à la Wayne's World #waynesworlforever. Le genre à faire des jeux de rôles jusqu'au bout de la night avec mes copains chevelus. Bref, une ado rebelle et rock'n'roll, pas tellement éloignée finalement de l'adulte que je suis devenue. A l'exception peut-être du fait que j'ai arrêté de fumer depuis bientôt deux ans, que les concerts se font rares et que j'ai mis de la couleur dans ma vie (ailleurs que dans mes cheveux) ;-)

Et donc, avec un passif pareil, ce qui devait arriver arriva, je suis tombée raide dingue du fameux shawl skull. A croire que ce pattern avait été créé pour moi. Le coup de foudre au premier regard. Mais j'avoue que la bête m'a parue bien compliquée. J'ai donc un peu tergiversé avant de me lancer. Tu me diras, comme d'hab'... Faudrait vraiment que je me débarrasse de mon côté cérébral pour laisser plus libre cours à mes instincts primitifs (et pas primaires, hein ?!...) Bref, j'ai attendu le bon moment... Genre que Saturne entre en Capricorne, ou le déluge ou que sais-je encore. Ça aurait pu durer longtemps si Yolaine n'avait pas publié une de ses versions. Version qui a achevé de me motiver. Tout mon corps hurlait NEEEEED à la vue de ce shawl de ouf. J'ai donc commandé de quoi me le faire et en trois couleurs s'il te plaît !!! Au final je ne m'en suis fait qu'un seul, les autres couleurs ayant été utilisées pour d'autres projets.

Alors, il faut bien dire ce qui est, j'ai eu un peu de mal au départ à me faire au motif. Il faut vraiment être hyper vigilante, chaque rang étant différent du précedent. J'ai énormément pénélopé sur les premières répétitions, ce qui a eu pour effet de me faire abandonner, et ça, en général c'est pas du tout mon genre. Et puis sont arrivées les vacances d'Hiver. Et cette année, pas moyen de déménager la MAC, la surj et mon stock de tissus. J'ai préféré rester sobre, sachant que je ne pourrai pas profiter des plaisirs de la glisse et que j'aurai minimum deux heures par jour à moi toute seule pendant que mes nains seraient à leurs cours de ski, même la dernière ! LIBERTAD ! J'ai donc fait le tour de mes en cours tricot et crochet, beaucoup plus "light" à transporter et je me suis donnée comme mission d'en finir quelques uns. Et le premier à bénéficier de cette merveilleuse résolution et de ce temps libre providentiel fût bien évidemment mon châle d'ado rebelle. J'ai même réussi à éveiller la curiosité de la serveuse qui m'apportait ma tisane/croissant dans le rade au pied des pistes dans lequel je squattais tous les matins ;-)

Allez, sans plus attendre, je te le montre mon châle de la mort qui tue avec ses têtes de mort qui déchirent et... rose ♥ J'en suis raide dingue. 

Shawl skull rose fluo (5)

Patron : shawl skull selon cette traduction

Fournitures : 4 pelotes de Ricco design 100% coton DK achetées sur le site "Les pelotes de lolottes" et crochetées en 3,5

Shawl skull rose fluo (6)

bande_pour article_blog-10

Shawl skull rose fluo (8)

Shawl skull rose fluo (15)

Shawl skull rose fluo (9)

Shawl skull rose fluo (18)

Il est absolument parfait pour les températures actuelles et les petites soirées frisquettes. Ma grande a totalement craqué aussi. Je lui en ai donc crocheté un, en jaune comme elle le voulait, mais chutttt... c'est pour son anniversaire mercredi.

Sur ce, je te souhaite une bonne journée et LONG LIVE ROCK'N'ROLL comme dirait Jesus ;-)

Et comme j'en suis à J-15, je ne peux absolument pas te dire quand je reviendrais... J'espère seulement être encore là mercredi, pour participer aux 10 ans de Julie, mais il paraît que ce n'est pas moi qui décide...

Allez Tschuss !!!

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer