samedi 17 juin 2017

Call me Speedy Gonzales

Hello, hello !

Je ne sais pas si je te l'ai déjà dit, mais je suis un pur produit de l'été. Je suis née courant septembre, en 1976 l'année de la grande sécheresse, quelques milliers de kilomètres plus au Sud, en Côte d'Ivoire plus précisément, et presque à l'heure de l'apéro, au moment d'allumer le barbecue.

Avec les années, j'ai appris à accorder de l'importance aux signes, aux coïncidences, à toutes ces petites choses qui donnent un sens à la vie. Et je crois pouvoir dire, sans me tromper, que les circonstances de notre venue au Monde influent sur notre vie toute entière.

Pas étonnant alors, que dès que les jours rallongent, que le soleil brille, et que l'été s'installe, je retrouve quasi instantanément mon énergie disparue et me transforme en tornade infatigable. Ça pourrait également expliquer mon amour pour le houblon... mais chut, n'interrompons pas ce pur instant de poésie.

C'est ainsi que depuis le début du mois, j'ai énormément trié, rangé, déplacé, aménagé, bougé et surtout cousu. Très notablement plus qu'à l'accoutumée. Il semblerait que plus rien ne m'arrête ;-)

 

MINI MONCEAU, COZY LITTLE WORLD

Quand je t'avais présenté le mini Monceau d'Émilie, je t'avais dit qu'il allait falloir que j'en couse impérativement un à sa grande sœur, et vite. Malheureusement, je n'avais RIEN dans mon stock qui puisse convenir... 5 bacs de tissu pleins à craquer, et RIEN qui puisse être transformé en gilet pour ma grande... La dèche.

Et puis la semaine dernière, en prenant ma dose quotidienne de Facebook, je suis tombée sur une publication de Lolie Shop, annonçant des promos de -50% sur tout le site en prévision de travaux estivaux. Par simple curiosité, je suis allée faire un tour. 15 minutes plus tard, j'avais validé l'achat de 14 mètres de tissu, dont 3 de sweat molleton bleu ciel.

Encore 2 jours, et ils tournaient dans le tambour de ma machine.

Le tissu à peine séché, le gilet promis était découpé. 1h30 d'assemblage en tout et pour tout. Et vlan, ma grande avait un nouveau gilet.

Rien à dire, mais vraiment RIEN (décidément, c'est le mot du jour), sur la réalisation. T'en as fait un, tu peux en faire 1.000 les yeux fermés en faisant le poirier. Ce modèle est d'une simplicité enfantine. J'ai juste une petite interrogation concernant l'étape de préparation des coins. Je pense qu'il y a une coquille dans les explications et que la marge à appliquer n'est pas de 1,5 cm mais bien de 2 cm. Sinon, je ne vois pas bien comment faire un ourlet à 2 cm autrement. Petit détail, mais qui a sûrement son importance ;-)

Côté tissu, j'ai eu un peu peur en le recevant. Je ne m'attendais pas à quelques chose d'aussi souple et fin, et j'étais pas très confiante quant au résultat. Finalement, j'ai été plus qu'agréablement surprise. Il s'est laissé coudre sans aucun problème. Le gilet est indéniablement plus souple que celui de sa sœur, mais conserve une jolie tenue. Il paraitrait même qu'il tient chaud ;-)

Cette fois-ci, je n'ai pas bordé la parementure de biais. Ça me semblait risqué vu la souplesse du tissu... Pas de poches ajoutées non plus. Mais une petit custo rock'n'roll qui casse un peu le côté sage de ce gilet. Une tête de mort crochetée rapportée par ma sœur d'un de ses nombreux voyages. De quelque part en Amérique du Sud.

DSC_7676

DSC_7680

DSC_7686

DSC_7683

DSC_7684

DSC_7687

DSC_7688

En bref :

Je suis relativement satisfaite de cette pièce. Si je n'avais qu'une remarque à faire... je trouve le corps légèrement court et les manches un peu longues sur ma grande. Je le saurais pour la prochaine fois.

Sinon, malgré la simplicité, j'ai quand même réussi à faire une boulette. Je ne m'y suis pas très bien prise pour poser mes pressions. J'ai d'ailleurs dû en défaire quelques unes. Mais je crois qu'il n'y a que moi que ça gène ;-)

 

TRIO DE COUSSINS DE BASE

J'en profite pour te montrer les 3 housses que j'ai cousu pour remplacer celles qui couvraient des coussins donnés par ma petite sœur.

J'ai lu il n'y a pas longtemps que si tu veux changer de déco sans changer tes meubles, change tes coussins. Je confirme. Effet immédiat.

Je ne vais pas t'expliquer comment je les ai cousu... A moins que tu ne me le demandes. Ça m'a quand même obligé à faire quelques calculs et à travailler ma projection dans l'espace, LE truc que je gère pas du tout. Ce qui m'a d'ailleurs valu une belle galère avec le deuxième coussin, le rose. Ayant jeté mes calculs, comme une gourdasse, je me suis plantée en les refaisant... J'ai tout bonnement oublié une marge. Ce qui m'a obligé à coudre des rallonges...

DSC_7647

DSC_7632

DSC_7652

DSC_7653

DSC_7657

En bref :

  • coussins #patronmaison
  • divers cotons MT, côtés pile en velours 1.000 raies canard, et lins rose et gris, pressions Kam.

DSC_7655

DSC_7637

De petites réalisations qui attendaient depuis un temps certain et que je suis très satisfaite d'avoir enfin pris le temps de rayer de ma liste !

Sur ce, j'y retourne, parce que c'est pas tout ça, mais j'ai la MAC qui me démange.

Tschuss.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

 


mardi 29 mars 2016

Trois fois rien...

Attention, flashback.

Après l'orgie de cadeaux de Noël home made qui m'aura laissée quasi au bord de l'overdose, une bonne semaine de vacances bien méritées m'avait permise de souffler un petit peu, loin de mes machines. A tel point, comble de la contradiction, que j'ai fini par me retrouver en manque. Non, non, je ne suis pas une emmerdeuse.

C'est donc avec plaisir que je suis rentrée chez moi, la tête de nouveau pleine de projets. Et surtout, enfin libre de créer pour mes enfants, les grands laissés pour compte de mon délire en mode Mère Noël.

Occupée comme j'étais, je n'avais pas eu une minute pour accéder à leurs demandes. Et au-delà de ça, pas moyen que je leur mette du home made sous le sapin... Même si j'ai réussi, sournoisement, à leur faire croire à tous (eh oui, même aux deux grands !) que le vieux Barbu mandatait les parents possédant quelques aptitudes créatrices pour alléger le travail éreintant de ses petits lutins, je ne pouvais décemment pas œuvrer pour eux en plein jour. Et puis de toute façon, je n'en aurais pas eu le temps.

Pour reprendre en douceur et éviter de me faire mal, je me suis contentée de petits projets rapides mais efficaces. De quoi contenter vite fait, bien fait les désirs de mes Princesses. Puisque, le plus souvent, ce sont elles qui réclament.

Depuis la fête d'anniversaire de sa petite sœur, la grande me demandait régulièrement de lui coudre la même housse de coussin que celle que j'avais faite à ma chipie pour cette grande occasion. Sur ce coup-là, je ne me suis vraiment pas foulée, et j'ai reproduit exactement le même à peu de choses près. Les seules différences résident dans le fait que le motif n'est pas tout à fait centré de la même manière, à quelques centimètrres... (chipotage) et que j'ai utilisé un tissu différent pour le dos du coussin afin de pouvoir reconnaitre lequel est à qui et éviter ainsi les engueulades, hum, hum. Mais non, je te jure, c'est toujours hyper calme chez moi, jamais un mot plus que l'autre (dans mes rêves).

Coussins Reine des Neiges

Oreillers reine des Neiges

Modèle : ben il y en a pas... juste un dessin vite fait et quelques maths niveau 6ème.

Fournitures : tissu RDN et cotons à pois ou à étoiles MT.

De son côté, la petite sœur en question, ayant reçu pour son anniversaire un merveilleux calendrier de l'avent sur le thème, je te le donne en mille, de la RDN (youhou !), il lui fallait absolument de quoi ranger tous ses petits trésors. Petits trésors qui n'étaient autres que du... maquillage. Une trousse s'est donc avérée plus qu'indispensable. Voilà donc ma gamine de quatre ans propriétaire de sa propre trousse à maquillage. Trousse deux fois plus fournie que la mienne. Tout va bien.

Pochette Reine des Neiges

Trousse Reine des Neiges

Camille, quant à lui, n'ayant rien réclamé de précis, je me suis tournée ensuite vers un projet plutôt urgent pour son petit frère. Le pauvre petit chaton se trainait par terre depuis plusieurs semaines sans rien à se mettre aux pieds. Ayant passé l'âge, ou presque, de passer ses journées en grenouillère (quand je n'ai pas la flemme de l'habiller), le maheureux ne portait que des chaussettes qui glissaient et/ou se faisaient la malle. Il était grand temps de lui fournir des petits chaussons. D'autant plus, que loin d'être en retard, il se mettait déjà debout pour faire le tour des meubles. Avec des chaussettes en mode patins à glace, c'était le gadin assuré.

Je ne sais pas ce que j'ai foutu en les cousant, mais je me souviens avoir pas mal galéré... Peut-être parce que je tenais absolument à ce qu'ils soient entièrement doublés. En tout cas, je les trouve trop mignons et Chouchou les porte tous les jours. Aujourd'hui, ils ne ressemblent plus vraiment à l'image ci-dessous, mais ils restent portables. Je vais quand même devoir sous peu lui en refaire une paire. Ça grandit tellement vite à cet âge-là.

Chaussons velours

Modèle : Petit Citron

Fournitures : chutes de mon stock

Chouchou en mode sérieux. Pas de zoom sur les chaussons. Juste pour le plaisir ;-)

Chouchou

Chaussons guitares

Chaussons bébé

Et avec le sourire, c'est encore mieux ♥

Simon

Ainsi s'achève ce petit voyage dans le temps.

Tschuss.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook