vendredi 5 mai 2017

Les oubliés de l'an dernier

Hello.

Mine de rien, ça commence à faire un bail que je ne suis pas venue me plaindre et partager mes états d'âmes par ici. D'ailleurs, ça fait un bail que je ne suis pas venue partager tout court...

Je commence à me demander si je ne me serai pas fait un petit burn out post défi délire à la con... A moins que ça ne soit encore un coup des Dalton, tu sais, les 4 nains qui hantent mon salon... ou bien toutes ces questions qui bourdonnent dans ma tête...

Qui suis-je ? Où vais-je ? Dans quelle étagère ?...

Ou tout simplement la faute à ce putain de Printemps qui ne vient pas et aux cons qui fleurissent à la place des jolies fleurs...

Qui sait ?

Quoiqu'il en soit, et comme je suis quelqu'un de parfaitement équilibré ET rationnel, j'ai quand même voulu faire quelques recherches hématologiques et biologiques, juste pour en avoir le cœur net. J'ai donc fait une prise de sang. Et ouf ! Pas de maladie cachée, pas de grosse carence, et même pas la queue d'un début de ménopause... (si si, je me suis vraiment posé la question pour de vrai). Conclusion, je suis soit tarée, soit "juste" chiante, soit "juste" fatiguée, soit les trois en même temps. Je pense d'ailleurs retenir cette dernière hypothèse, faut savoir être lucide.

Forcément, pendant toute cette période où je me suis encore regardé le nombril en gémissant, je n'ai pas été très productive. Mais comme dirait mon chéri, mon roc, ma péninsule "produire n'est qu'un moyen de se conformer à notre société de consommation... tu crées, donc tu es... Laisses tomber, dors". OK... Sauf que déjà que je consomme pas énormément - à part de la bouffe, genre beaucoup - si j'arrête, on va tous finir à poil... étant donné que je me refuse de plus en plus à aller acheter des fringues, exception faite des chaussures (pour l'instant) ;-)

Il serait donc plus que temps que je me foute un bon coup de pied au cul et que je rouvre mon petit atelier clandestin. En vrai, c'est déjà chose faite, mais comme ça fait juste 15 jours que je suis sur une petite tunique pour la mini tornade, ça commence à avoir des airs de mythic fail...

A se demander si je me suis pas faite marabouter, ou un truc du genre.

Pour pouvoir repartir sur de bonnes bases, je me suis dit que ça serait pas mal de solder tous mes trucs non publiés qui trainent. Comme ça, bien obligée de me bouger, si je veux reviendre un jour ;-) Pas con le bourdon...

Justement, je gardais depuis L'AN DERNIER oO quelques petites cousettes pour ma jolie Julie, du temps où elle était encore en CM2, et où elle avait encore des joues rondes de bébé... Snif... La sixième, je te le dis, c'est le mal absolu, une machine infernale à transformer les petites filles en jeunes filles, avec en option le rire à la con, le je-m'en-foutisme total niveau organisation et hygiène, et la croyance profonde qu'elle peut te répondre, comme ça, pour le fun "vas-y, fais pas ta meuf Maman". Je te rassure, sur ce dernier point, j'extrapole, pour la galerie. Sinon, tu penses bien que je lui aurais offert un aller-retour pour Mars, et pas en première classe.

Alors, de quoi s'agit-il ?

 

TROP TOP D'IVANNE S. VERSION B (ma préférée)

Encore. Cousu à la suite des trois autres réalisés environ à la même période. Mais en tissu chaine et trame.

Il a été porté, reporté, encore et encore. Je crois bien que c'est aussi son préféré. D'ailleurs, il sort tout juste de la machine. Et j'en suis ravie, parce que vu comment elle a grandi, c'était pas évident que ça lui aille toujours, un an après.

Le tissu vient de Mondial Tissu, un vrai coup de cœur. Le seul hic, c'est qu'il est OBLIGATOIRE de le repasser si je veux pas la voir se promener avec un chiffon sur le dos, ET que la parementure, malgré sous piquage et surpiquage (sous le col) refuse de tenir en place. La relou...

A part ça, on l'aime ♥

Trop Top Ivanne S (1)

Trop Top Ivanne S (2)

Trop Top Ivanne S (3)

En bref

  • Trop Top d'Ivanne S. en 12 ans.
  • Version B. Dos en un seul morceau. Col claudine et bas du devant arrondi comme le dos.
  • Tissu principal de chez Mondial Tissu, col claudine en lin violet de mon marché.

 

LATE SUMMER DE LOU AND ME

Je craque rarement sur des modèles au premier coup d'œil. Un peu comme dans la vie de tous les jours, je commence souvent par me méfier pour ensuite me laisser convaincre (ou pas...). Et parfois, il y a ces exceptions qui confirment la règle. J'ai littéralement adoré cette jolie robe salopette dès sa sortie, et j'avais hâte d'en coudre une. J'aime beaucoup les patrons de Lydie qui sont toujours simples sans être simplistes. Tout s'emboîte parfaitement, les explications sont claires. Pas de mauvaise surprise.

D'après mes souvenirs, ça a encore été confirmé lors de la réalisation de cette robe. Je crois me rappeler que je me suis bien amusée... J'ai volontairement mis la doublure des poches à l'extérieur afin que la robe puisse s'assortir avec le Trop Top vu précédemment, et inversement ;-) J'ai bordé ces mêmes poches de passepoil rose. Et j'ai tout surpiqué de manière visible afin de bien souligner tous les détails de cette jolie robe.

Le seul et unique problème que j'ai rencontré est uniquement dû au jean utilisé en matière principale. Celui-ci étant relativement épais, j'ai eu un peu de mal à faire mon ourlet - simple, mais quand même.

Robe Late Summer Lou and Me (1)

Robe Late Summer Lou and Me (2)

Robe Late Summer Lou and Me (3)

Robe Late Summer Lou and Me (7)

Robe Late Summer Lou and Me (8)

Robe Late Summer Lou and Me (9)

En bref

  • Late Summer de Lou and Me, en 12 ans.
  • Ajout d'une boutonnière centrale sur chacune des pattes de boutonnage latérales. Mon tissu étant épais, je voulais éviter que "ça baille".
  • Jean Lolie shop. Coton fleuri (viscose... je suis nulle en tissu) et boutons de chez Mondial Tissu. Coton de doublure RIJS textile.

Après essai il y a quelques jours, il s'est avéré que ma grande l'a trouvé "un peu courte"... De toute façon, au-dessus du genou, c'est indécent en ce qui la concerne. Je sais, ça ne va pas durer. En attendant, cette robe a été modérément portée l'an dernier. Comme tu peux le constater sur la dernière photo, j'avais cousu les boutons relativement haut sur les bretelles. Je les ai descendues au maximum pour rallonger la robe. J'espère qu'elle vivra quelques beaux jours cet été, avant d'aller rejoindre le carton des futurs vêtements d'Émilie.

 

SHORT JOYEUX D'HER LITTLE WORLD

Les deux pièces précédentes ayant été réalisées au mois d'avril (de l'an) dernier, je te propose un petit saut dans le temps, à peine quelques mois plus tard, début Août plus exactement.

Pour son anniversaire, Julie avait reçu pour cadeau un stage d'une semaine dans une école de cirque. Par soucis d'équité ET d'organisation, son frère et sa sœur ont également pu y participer. En terme d'équipement, on ne leur demandait qu'une tenue adaptée, normal, sauf que... La petite rentrait encore dans son Joyeux de l'été précédent (deux ans déjà... oO), j'avais taillé un short à Camille dans son jogging troué... et Julie était à poil. Comme d'hab'.

Je me suis donc retrouvée la veille ou l'avant-veille du premier jour de stage (je ne sais plus très bien) à lui coudre ce petit short que j'adore. Seulement voilà, il s'arrête au 10 ans, et ça, c'était clairement trop petit pour ma sauterelle. J'ai donc extrapolé un 12 ans... pas tout à fait à la ouaneaguène mais presque, en espérant très très fort que ça aille.

Côté tissu, j'ai utilisé un très vieux Boubou rapporté par mes parents ou mes grands-parents à l'époque où ils vivaient en Côte d'Ivoire (longue Histoire...). Après avoir découpé mes pièces, je me suis rendue compte que le tissu était beaucoup trop fin pour être porté tel quel. J'ai donc tout doublé. Et j'ai cassé le côté uni et un peu strict avec un passepoil que j'avais fait dans les restes de sa combi d'anniversaire.

Rien à dire sur ce short. J'ai hâte d'en coudre un nouveau à Émilie pour cet été... Ce short, c'est la base. Rien de plus.

Short Joyeux Her Little World (1)

Short Joyeux Her Little World (2)

Short Joyeux Her Little World (3)

En bref

  • Short Joyeux d'Her Little World extrapolé en 12 ans
  • A part ça, aucune modif ;-)
  • Recyclage de Boubou Africain et passepoil fabriqué dans des chutes.

Et sans surprise, celui-là va encore, et risque d'être encore très très porté cet été ;-)

 

Robe Late Summer Lou and Me (6)

 

Je te laisse sur cette photo de ma tragédienne en herbe...

A très bientôt.

Tschuss.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 


vendredi 3 mars 2017

Même pas froid

Ahhhhh !!! Mars, enfin... La promesse du Printemps, des premiers bourgeons et des petits zozios qui chantent au petit matin. Les journées qui rallongent, ces doux rayons du soleil qui se réchauffent et cette merveilleuse heure d'été ♥

Mars et ses formidables défis lancés sur les réseaux sociaux. Ce MMM, comprendre Me Made March (trad : un mois de Mars de "c'est moi qui l'ai fait"), que j'ai lâchement zappé... Pas certaine d'avoir assez à montrer. Et cet incroyable #defiunmarsetçarepart, totalement décalé et un brin déjanté. Normal, celui-là, "c'est moi qui l'ai fait" =D Si tu n'as pas Instagram, pas grave, tu peux voir mon humble contribution sur ma page Facebook. Sinon, il te reste la blog roll sur ta droite. Et puis je compte bien te faire un petit recap hebdomadaire avec making off. Le partage, tu le sais, c'est toute ma vie ;-) Faut dire que tant de poésie, ça serait dommage de ne pas en faire profiter tout le monde.

Maintenant que je t'ai bien mis l'eau à la bouche, on va changer radicalement de sujet. De rien. Eh oui, je ne suis pas QUE douceur, calme et volupté. J'excelle également dans la torture et la manipulation. Une formidable palette de talents. Un vrai couteau Suisse de la vie en société =D

La dernière fois, je t'avais annoncé une série de posts à réalisations multiples mais toujours avec un dénominateur commun.

Celui d'aujourd'hui s'articule autour de ces petits accessoires bien utiles pour ne pas se peler les miches en hiver, mais pas que. Parce qu'on a beau être au début du mois de Mars et de ses promesses... toussa... on n'en est pas moins toujours en hiver et par moment, ça caille encore sévère. Et puis, je te rassure, toutes ces petites choses ont été réalisées au moment opportun, ou presque. Pas moyen que je couse des moufles ce mois-ci oO Mon cerveau est déjà passé aux manches courtes, aux petits shorts et aux jolies petites robes. Apparemment, il est pas aussi frileux que moi le bougre.

Le premier "petit" accessoire de cette série commençait à devenir une urgence absolue. Ma grande, Cendrillon comme on l'appelle maintenant (pour tout un tas de raisons que je te laisse imaginer), allait et venait dans notre appart tantôt dans un pyj trop petit, tantôt dans un pyj déchiré (mal raccommodé depuis...). Bref, elle avait froid et elle avait pas la classe. Damned. Après des semaines de supplications, j'ai fini par ressortir mes amis les jerseys velours. Beurk beurk beurk. J'avais même pensé un temps les revendre ou les donner tellement mes dernières expériences avaient failli me conduire à l'HP (, et ). Mais bon, je suis faible. Renoncer, c'est mourir. Je les ai gardés, pour mon plus grand bonheur. Youhou.

Après choix et découpe des patrons, j'ai essayé de faire rentrer toutes mes pièces dans ce qui me restait du coupon à rayures. Il est vite apparu que tout ne rentrerait pas. #fclb J'ai donc consulté l'intéressée et sans grande conviction de ma part, nous avons décidé de faire les manches dans le tissu uni violet. Pour être raccord, je l'ai également utilisé pour les bracelets de cheville du futal ainsi que la bande d'encolure du T-shirt.

Comme prévu, j'en ai chié. Ce tissu est une horreur. J'ai eu beau mettre le différentiel de ma surjeteuse au plus bas, les coutures se sont étirées et gondolent. J'ai un peu résorbé le carnage au repassage mais franchement, ça m'a gonflé. Les finitions sont à l'arrache. Pas envie de tout donner pour un truc qui ne servira que pour dormir et trainer le dimanche. J'ai pas que ça à faire non plus ;-)

Malgré tout, j'aime beaucoup le résultat final. Cette association de tissus n'est pas aussi agressive que je me l'étais imaginé. Ça aurait pu être pire.

Pyjama Ottobre (1)

Modèles : haut, Simple Plain, Ottobre 6/2014, modèle 24, 152 cm; bas, Remainder, Ottobre 4/2013, modèle 32, 158 cm (le même que son bas de jogging)

Fournitures : Jerseys velours dont j'ai oublié la provenance

Je lui trouve un petit côté Joker, tu sais, l'ennemi de Batman... Ça doit être mon esprit tordu.

Pyjama Ottobre (2)

Et sur ma Belle au Bois Dormant, toujours prête à poser en faisant des conneries. C'est pas la fille de sa mère pour rien, celle-là aussi.

Pyjama Ottobre (7)

Pyjama Ottobre (5)

Pyjama Ottobre (6)

Pyjama Ottobre (4)

Pyjama Ottobre (3)

Pyjama Ottobre (8)

Pyjama Ottobre (9)

Et oui, Playskool présente Julie, 11 ans 1/2, fan de Tsum Tsum, jamais sans doudou et qui suce toujours son pouce... Aucune ressemblance avec l'un ou l'autre de ses parents... hum hum... Je précise qu'elle a insisté pour faire ces deux dernières photos et pour que je les publie. Apparemment, elle aussi elle assume #proudmama

Pour cette deuxième réalisation, je te la fais pas à l'envers, c'est vraiment d'un accessoire qu'il s'agit. Mi-janvier (je crois), on annonçait une grosse vague de froid. La petite avait encore réussi à perdre un de ses gants. No comment. Il fallait agir vite. Mouais. J'ai légèrement raté la distribution de vitesse à la naissance moi. J'ai quand même "vite" trouvé le patron dans mes dossiers. Par contre, j'ai mis deux jours à choisir mes tissus. En fait, je n'arrive JAMAIS à imaginer le rendu final, ce qui fait que je tourne en rond pendant des plombes avant de finir par me dire "on verra bien"... Je m'auto épuise. Après toutes ces tergiversations, j'ai encore mis quelques jours à les réaliser. Je le sentais pas. J'ai un peu galéré, mais pas trop en fait. J'ai juste eu un petit souci de taille. Au premier essai, les pouces de ma fille ne rentraient pas... J'ai dû recoudre en réduisant mes marges de couture. J'ai finalement réussi à m'en sortir bien aidée par les "ça sert un peu MAIS C'EST PAS GRAVE" limite excédés de ma tornade qui commençait à en avoir ras la casquette de faire des essais pour vérifier que ses pouces rentraient bien dans ses moufles. Faites des gosses qu'y disaient.

Moufles Edelweis Lou and me (2)

Modèle : moufles Edelweiss, patron gratuit de Lou and Me

Fournitures : velours milleraies et micro polaire MT, cordon rose d'origine inconnue et boutons de la toujours merveilleuse Manucréa.

Comme tu peux le constater, j'ai ajouté un lien pour les passer dans le manteau afin qu'elles y restent bien coincées. Pas moyen qu'elle les perde celles-là. Je sais que d'autres y arrivent pourtant.... Ysa, je compatis. Ici, elles tiennent bon.

Je n'ai pas pris le temps de faire des photos sur la tornade. Pas envie. Tu me croiras donc sur parole quand je te dis qu'elles s'accordent magnifiquement avec sa doudoune noire à étoiles argentées et intérieur de capuche en moumoute rose fuchsia. La classe internationale. Et quand elle met sa jupe... c'est la totale ♥

Moufles Edelweis Lou and me (1)

Je précise aussi qu'il aura suffi de deux jours pour qu'elles soient dégueulasses et que le blanc vire au gris crado. C'est le jeu ma pauvre Lucette.

On termine avec deux petits trucs commandés par ma Môman pour l'accompagner dans son voyage au Vietnam. Une semaine qu'elle y est, la veinarde. Pas toute seule, hein ;-) Avec mon Papounet, ils sont partis rejoindre ma sista dans son périple autour du Monde.

Comme il fait froid au Vietnam, c'est bien connu, il lui fallait absolument de quoi se tenir chaud. En vrai, il paraît que certaines nuits sont fraîches...

Je lui ai donc fabriqué très vite fait, une housse pour sa mini bouillotte. Elle voulait quelque chose de très simple. Encore plus que celle faite pour ma sœur avant son grand départ. J'ai donc fait selon ses souhaits. Deux pièces, cousues ensemble et un élastique, cousu à même l'intérieur pour resserrer autour du goulot. Basta.

Housse de bouillotte minute

Et puis, pour ne pas encombrer son sac de vêtements trop imposants, elle a choisi d'emporter un petit gilet tout fin. Malheureusement, il lui manquait des poches. Tu sais, celles qui servent à transporter ton portable et tes mouchoirs. La base quoi. J'ai donc sorti mon crochet, une pelote de coton et un petit motif trouvé dans un Chouette Kit. Et hop. Par contre, il y eu un léger hic. J'ai crocheté ces poches en suivant les indications de taille données par ma Maman. C'était un peu juste. J'ai donc dû rajouter des brides de chaque côté.

On croirait presque qu'elles sont d'origine, non ? ;-)

Poches au crochet (1)

Poches au crochet (2)

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui.

Tu peux reprendre une activité normale.

Tschuss !

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

mardi 11 novembre 2014

La tenue qui me rend malade (explications inside)

OMG !!! Presque un mois et demi sans publication... Non pas que je ne t'aimâsses plus ami(e) lecteur(rice), mais la vie s'est légèrement bousculée par chez moi, et a fait que je n'ai pas été en mesure de venir te compter mes déboires couturesques. On va de ce pas réparer ça vite fait, bien fait, et tu verras, ce sentiment de manque que tu éprouvais tout au fond de toi va vite s'en aller, promis, juré ;-)

Avant de se lancer dans le vif du sujet, je voulais quand même remercier celles qui parmi vous se sont inquiétés de ma disparition et sont venues aux nouvelles. Ça m'a franchement touché. Merci à vous :-* Pour les autres, comme dit si bien mon ami Roger Rabbit "Et merci pour RIEN !". Non, ça va, je déconne ! Mais bon, quand même, t'auras pas de cadeau de Noël, faut pas pousser.

Au mois de Septembre, je t'abandonnais après t'avoir montré la veste Agatha d'Émilie. Aujourd'hui, je reviens avec de nouveau de la couture pour ma chipie. J'avais acheté il y a quelques temps un joli coupon de velours milleraies rouille dont je savais déjà qu'il finirait en Boudoir de Vanessa Pouzet. Et comme je tenais absolument à l'inclure dans un ensemble, il me fallait absolument trouver un patron et un tissu à lui associer. Je me suis finalement décidé pour la tunique Hélianthe de Lydie de Lou and Me (une valeur sûre en ce qui me concerne) et j'ai opté pour un tissu très ethnique acheté lors de ma virée chez Émilie et qui me semblait parfaitement raccord avec la petite jupe culotte.

En ce qui concerne la réalisation, tout s'est déroulé sans aucun souci. Comme ce n'était pas ma première réalisation du Boudoir, c'est allé comme sur des roulettes, à part peut-être que j'ai eu un peu plus de mal à coudre le biais intérieur (celui qui fait que c'est tout beau dedans) à cause de l'épaisseur du velours. Mais rien d'insurmontable. Quant à la tunique, le patron est parfait, comme d'habitude chez Lydie. Et j'ai même réussi à sauter le pas de la boutonnière avec ma machine. Je ne me voyais pas lui coller 5 pressions Kam dans le dos... C'est pas ce qu'il y a de plus fin donc de plus agréable à sentir quand on s'adosse à une chaise par exemple (ce que font souvent les enfants à l'école... CQFD).

J'aime vraiment beaucoup le rendu de cette jupe culotte qui fait vraiment très féminine et qui est vraiment très facile à porter.

Boudoir et tunique Hélianthe (9)

Patron : Sweet Boudoir de Vanessa Pouzet en 3/4 ans

Fournitures : velours milleraies rouille et biais orange MT

Boudoir et tunique Hélianthe (1)

Afin de consolider la ceinture et d'éviter à l'élastique (hyper tendu...) de roulotter à l'intérieur, j'ai utilisé une astuce vue dans un Ottobre : j'ai tout simplement piqué une ligne de points droits au milieu de l'élastique. Opération à faire impérativement en tirant bien sur l'élastique pour le tendre. Il ne risque plus de s'enfuir comme ça ;-)

Boudoir et tunique Hélianthe (16)

Boudoir et tunique Hélianthe (22)

Patron : Tunique Hélianthe de Lou and Me

Fournitures : coton des Tissus du Centre à Laval, biais et passepoils oranges MT et boutons MT également.

Boudoir et tunique Hélianthe (28)

Boudoir et tunique Hélianthe (30)

Alors, je ne sais pas ce que tu penses de cette tunique, d'ailleurs un avis objectif me ferait énormément plaisir. En ce qui me concerne, je ne peux plus la voir en peinture. Elle ne l'aura mise que deux ou trois fois, dont, malheureusement le jour de la photo de classe (ce qui était fait exprès en fait...), et pendant 5 minutes le temps de faire les photos. Ce qui explique les photos légèrement floues. Je voulais juste avoir quelques clichés potables pour te la montrer, mais rien que de la voir, ça me rend malade.

Au delà du fait que, retrospectivement, je trouve que trop d'ethnique tue l'ethnique... mon cerveau a associé cette pauvre tunique à de très très violentes nausées. Nausées qui m'ont tenues éloignées de toi toutes ces semaines et qui se sont enfin estompées il y a à peine quelques jours. Jackpot ! Tu as bien compris (d'ailleurs beaucoup avaient déjà deviné le pourquoi de mon silence soudain). La famille va s'agrandir courant du mois de Mai. Joie et bonheur au pays des Amazing Geeks ;-)

Je te laisse avec une photo (trop magnifique) de mon squatteur de bidon.

InstagramCapture_ff5e3a8c-6432-4168-aff9-dc48c4560204

Allez Tschuss !

PS : j'avais découpé un gilet molletonné FDS avec les tissus des deux pièces présentées ci-dessus. Je sais déjà que je ne pourrais jamais le coudre. Rien que d'y penser, j'ai l'estomac qui se retourne. Si ça intéresse l'une d'entre vous. Je l'ai coupé en 4 ans, il ne reste plusqu'à le monter.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

jeudi 12 juin 2014

Ma tornade étoilée ♥

Voilà à peine plus d'un an que j'ai pris mon courage à deux mains et que je me suis lancée dans la confection de vêtements. Avant cette date, tu peux vérifier, je me contentais de petits accessoires et de tricots. Un an et des poussières, et que de chemin parcouru, que d'obstacles surmontés. Certes, il me reste encore pas mal de choses et de techniques à apprendre, mais je t'avoue que j'ai nettement moins peur qu'avant. Comme on dit chez moi "j'ai grave pris la confiance" ;-) Tellement que j'ai enfin osé ressortir mon tout premier projet couture laissé à l'abandon en pièces détachées dans ma panière à en-cours.

A mes tous débuts (genre je suis une vieille pro/peau à qui on ne l'a fait plus), j'avais craqué sur la collection d'été de Lou and Me, et plus particulièrement sur la robe Méhonia. D'une, parce que c'était vraiment trop joli (et ça l'est toujours). Deuz, parce que c'était du PDF, donc rapide à acquérir (j'ai pas tellement la patience de poireauter devant ma BAL). Et troiz ça avait l'air facile. Et le fait est que, finalement, ça l'est facile. Mais sur le coup devant les explis et mes morceaux découpés, ben ça a été le trou noir. Il faut dire aussi qu'à la base, ce patron devait faire l'objet d'un double duo-défi avec ma copine. Mais voilà, nous sommes toutes deux tombées dans un time warp, et les obligations de la vie ont fait que finalement ma cop's n'a pas pu me suivre dans ce délire. Et pour en rajouter, j'ai flippé à mort rien qu'à l'idée de surfiler mon tissu à la MAC tellement il est fin (et bien évidemment pas de surjetteuse à cette époque). De ce fait, après avoir découpé les pièces pour faire une taille deux ans à mon mini moi, j'ai un peu mis le projet de côté (genre dans un sac plastique et hop, aux oubliettes...). Là, on se situait à peu près en avril de l'année dernière, hum hum...

J'y ai repensé de temps en temps pendant toute l'année écoulée, à chaque fois que je me cherchais un nouveau projet ou quand je rangeais mon "petit" espace (qui s'agrandit de mois en mois en annexant de plus en plus la cuisine...). Mais j'avais toujours une bonne raison de le laisser là où il était : c'était plus la saison, ça serait trop petit, non non j'ai trop peur... Bref, plein de trucs hyper crédibles.

Et puis, il y a deux semaines, après avoir cousu la chemisette de ma grande, je me suis dit "allez, hop, on y va, en route pour l'aventure !" En vrai, j'avais réussi, grâce à l'aide précieuse d'une copinaute à régler ma surjetteuse pour faire de jolis surfils sur les tissus fins. C'était le moment où jamais de m'y mettre. Toutes les conditions requises étaient au rendez-vous : le soleil, la surj, Mars en Vénus, et le Taureau dans le Capricorne (je sais, c'est dégueulasse)... La seule inconnue restant juste de savoir si ça n'allait pas être trop petit. Je te rappelle que j'avais coupé en deux ans pour ma tornade de 18 mois... Le temps passe et les enfants grandissent, ben ouais. Forcément, le deux ans sur ma tornade de deux ans 1/2, j'avais le droit d'avoir des doutes. Allez, je lève le suspens tout de suite. On va dire que pour l'an prochain, même pas en rêve, mais pour cet été ça va le faire. Faut juste pas oublier de la faire passer par les pieds (parce que par la tête, c'est sûr, ça craque...).

Sinon, que dire du patron et de la réalisation. Ben pas grand chose en fait. Ça roule tout seul (facile à dire avec l'expérience). Il y a plein de petits détails qui donnent tout son charme à cette jolie robe. J'ai adoré la coudre, et je pense très certainement faire la version top à basques à Julie (si celle-ci me le permet...grr...ces gosses...). Seule modification au patron, je n'ai pas mis de rubans sur le devant. Connaissant la bête, je savais que ça serait source d'ennuis à la longue. A l'époque où j'ai coupé, c'était surtout pour l'empêcher de les machouiller. Aujourd'hui, ça m'évite de refaire le noeud toutes les dix secondes parce que Mademoiselle trouve rigolo de jouer avec... Et j'ai également opté pour un biais à cheval en guise d'ourlet, afin de ne pas raccourcir la robe et casser un peu le côté uni (même si plein d'étoiles) du tissu. Et ça rigidifie un peu le bas de la robe, et ça, j'aime beaucoup !

Je te laisse juger sur pièce, mais moi, c'est clair, je suis totalement in love ♥ La preuve, l'avalanche de photos. J'ai été totalement incapable (en tout lucidité) de faire le moindre choix entre tous mes clichés. J'en ai retiré quelques uns, je te livre le reste en vrac.

Méhonia Emilie (1)

Patron : Méhonia de Lou and Me

Fournitures : Première étoile lavande Motif Personnel (pas 100% coton, à repasser pas trop chaud sinon ça fond), tissu issu d'une box toujours de chez Motif Personnel, et biais du marché.

Méhonia Emilie (3)

Méhonia Emilie (6)

"Allez, tourne chérie, montres moi ton dos" ♥ Une poseuse née, c'te gosse !

Méhonia Emilie (8)

Méhonia Emilie (10)

Méhonia Emilie (11)

Et sans le tish, vu qu'on a le droit à un peu de canicule, autant en profiter. Le seul hic, c'est que c'était en sortant de la garderie où Mademoiselle s'était tranquillement craché du dentifrice dessus... La preuve que c'est également une robe à vivre ;-)

Méhonia Emilie (18)

Comment ça, j'achète les séances photos de mes réalisations avec des bonbons ? Je vois pas de quoi tu parles...

Méhonia Emilie (19)

Méhonia Emilie (20)

Méhonia Emilie (22)

Méhonia Emilie (24)

Méhonia Emilie (26)

Ça te donne pas envie de croquer dedans ?

Méhonia Emilie (27)

Méhonia Emilie (30)

On va pas dire que je regrette de ne pas m'être lancée plus tôt... Mais c'est quand même dommage qu'elle ne la porte que cette année. Tant pis, ça sera l'occas' d'en refaire une autre (ou pas).

Allez, Tschuss ;-)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Posté par amazingironwoman à 00:22 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mercredi 19 mars 2014

Faire d'une pierre deux coups, ou comment gâter ses neveux et relever des défis ni vue ni connue

Au début de l'année, au moment de prendre mes bonnes résolutions, je m'étais dit que ça serait pas mal d'essayer de relever les défis proposés çà et là sur la toile. Je me rends compte d'ailleurs que j'avais gardé cette bonne résolution pour moi. Et c'était pas plus mal finalement. Parce que quand tu es atteinte de la maladie incurable du retard chronique et que tu décides de relever des défis, faut voir les choses en face, t'es en pleine phase de déni. Et le déni, ça craint... Alors voilà un mois que j'essaye tant bien que mal de rattraper mon retard en la matière. Mais ce n'est pas chose aisée, surtout quand tu te plantes dans les tailles (mon défi Valseurs est en stand by), ou que tu rajoutes des trucs dans ta to-do list, comme ça, pour rien... Complètement inconsciente la meuf... Le pire c'est quand une de mes voix intérieures me dit que les défis, c'est sympa, mais que c'est pas très utile en fin de compte. Et qu'une autre lui répond : "Ben si, Madame ! Ça sert ces défis ! Ça te booste à faire des trucs que t'aurais jamais pensé à faire toute seule, à apprendre des techniques, à marier des matières, etc..." Et moi, j'aime apprendre. Alors je finis par écouter la voix numéro 2.

Et donc dans la série j'ai une liste longue comme mon bras, et je n'ai pas encore appris à anticiper (pauvre de moi), je me suis rendue compte en début de semaine dernière que ma petite nièce fêtait ses 6 ans le samedi et qu'il était peut-être temps de se décider à lui confectionner quelque chose ou d'aller lui acheter un truc. Forcément, mon lobe créatif l'a emporté. Il fallait donc trouver une idée pour une bricole home made à faire fissa fissa. Et si, cerise sur le gâteau, je pouvait valider dans la foulée un ou deux des défis sus-nommés, ça serait la fête du slip. Après concertation avec ma grande qui se sentait très concernée par le cadeau à offrir à sa petite cousine, mon choix s'est porté sur une petite robe d'été. Un modèle Ottobre qui me faisait de l'oeil depuis quelques temps. L'occasion de m'attaquer au défi de Charlotte "Ta mère en fluo et Liberty" ET à celui des BCE "à nous les petites anglaises". Forcément, le défi "Ta mère..." s'étant transformé en "ta nièce..." on va éviter les vannes graveleuses et autres blagues pourries. C'est pas que je sois contre le taclage de gnomes, mais je préfère m'en tenir aux miens, ils sont blindés, ils ont l'habitude (et puis ils le méritent...hum hum) ;-)

Ma recherche du tissu adéquat m'a permis de retrouver un coupon enfoui dans un de mes tiroirs et oublié depuis. Un joli coupon de tissu hautement fleuri absolument parfait. Bon, d'accord, ce n'est pas un vrai liberty, mais toutes ces fleurettes, ça compte quand même un peu, non ? Et puis, pour me donner bonne conscience et ne pas avoir l'impression d'escroquer tout le monde (et puis parce que ça fait joli aussi), j'ai utilisé du biais Betsy fluo pour les finitions. Du deux en un, la classe moi je dis. Là où ça s'est nettement compliqué, c'est quand il a fallu passer à la réalisation. Parce que qui dit coutures anglaises, dit marges de coutures adaptées. J'ai donc recalculé toutes les marges. Ça, encore, ça va. Mais comme je te l'ai déjà dit une fois, je suis hyper scolaire, et je ne voulais pas retirer les poches de ce modèle. Il m'a donc fallu trouver comment faire mes coutures anglaises tout en gardant les poches. Autant te dire que ça n'a pas été de la tarte. Mais j'ai vaincu et je peux affirmer fièrement que toutes, je dis bien TOUTES les coutures d'assemblage de cette robe ont été faites en coutures anglaises ! Et j'en profite pour affirmer également que c'est la première et la dernière fois que je réalise cet exploit... J'aime bien les défis, mais quand ma pause couture se transforme en casse-tête chinois, ça a tendance à me gonfler.

Flower Hexagon Daphné (3)

Modèle : Flower Hexagon, modèle 16, Ottobre 3/2013, taille 122

Fournitures : voile de coton (je crois que c'est comme ça que ça s'appelle) du marché, biais Betsy fluo et fil rose fluo.

Flower Hexagon Daphné (5)

Flower Hexagon Daphné (6)

Flower Hexagon Daphné (7)

Flower Hexagon Daphné (8)

Gros plans sur mes petites anglaises.

Flower Hexagon Daphné (9)

Flower Hexagon Daphné (11)

Flower Hexagon Daphné (13)

Flower Hexagon Daphné (15)

Unique modification au patron, je n'ai pas compris comment réaliser la fente avec du biais, alors j'ai récidivé comme ici, et je me suis servi d'une parementure "toute simple" dessinée à main levée.

Flower Hexagon Daphné (17)

Et la bête sur ma petite nièce qui a bien voulu se prêter au jeu des photos alors qu'on allait bientôt servir le gâteau. Comme nous étions dans un parc de jeu, je ne lui ai pas demandé de se déshabiller pour essayer sa nouvelle robe. J'aime bien vanner les gosses, mais je ne suis pas un tortionnaire, quoique... On peut voir qu'elle est légèrement transparente (mais ça reste décent) et un peu grande. Elle lui ira donc parfaitement cet été (si on en a un...). En tout cas, elle était ravie, même si elle m'a gentiment demandé si elle pouvait la retirer à la fin de la séance photo. Entre 500 m2 d'aire de jeux et ma robe, il y avait pas match. Et ça se comprend aisément.

Flower Hexagon Daphné (18)

Flower Hexagon Daphné (23)

 

Cet anniversaire a été également l'occasion d'offrir à ma belle-soeur ce que j'avais préparé à l'occasion de la naissance de mon neveu tout neuf. Pas si neuf que ça en réalité, puisqu'il est né le 25 décembre dernier. Mais nous n'avions pas encore eu le temps de nous voir et pour être honnête, mon cadeau n'était pas prêt depuis si longtemps que ça. C'est mon chéri, cette-fois, qui a décidé du cadeau, étant donné qu'il s'agit du fils de son frère. Il a opté pour une gigoteuse, et ça tombait bien, j'avais très envie d'essayer le patron de Lou and me, Bambou. Comme je n'avais pas eu le temps de terminer l'assemblage avant de partir en vacances, la gigoteuse a fini dans mes valises. Il ne m'a pas fallut longtemps pour en venir à bout. Et malgré quelques doutes, en cours de réalisation, quant au choix des tissus, le résultat final me plaît bien. Et à ma belle-soeur aussi ;-) Cette gigoteuse me permet d'ailleurs de clore le chapitre de mes cousettes de vacances.

Turbulette Marian (2)

bande_pour article_blog-10

Modèle : Bambou de Lou and me, version arrondie et col "garçon"

Fournitures : wax de mon stock, tissu guitares Michaël Miller, coton très fluide du marché (pour la doublure) et pressions kam

Turbulette Marian (8)

Turbulette Marian (5)

Turbulette Marian (13)

Petit délire avec mon appareil photo tout beau.

Turbulette Marian (18)

Turbulette Marian (19)

Je voulais accompagner cette gigoteuse de l'un de mes traditionnels lange teint, mais j'ai manqué de temps. La robe ayant été terminée 1h avant de partir à la fête. Je me rattraperai plus tard. Ce cadeau de naissance ne mérite donc pas (pour l'instant) l'appellation contrôlée de "baby box". Je sais, c'est inadmissible. J'ai d'ailleurs beaucoup hésité à me faire sepuku pour laver mon honneur. Mais je me suis dit que c'était peut-être un peu trop exagéré... J'espère simplement qu'il permettra à mon neveu de faire de jolis rêves.

Et puis j'ai encore quelques baby box à réaliser, pleins d'occasions de me remettre dans le droit chemin.

Tschuss

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

mardi 8 octobre 2013

Nous sommes deux soeurs jumelles...

Il y a un mois, j'ai craqué sur le défi "Autour de... Martine". Et comme le hasard fait parfois bien les choses, Lydie de Lou and Me a sorti au même moment le patron de la robe Cléome. Un véritable coup de foudre !!! C'était LA robe parfaite pour ce défi ! Alors, oui, pour le coup, là je suis plus qu'en retard vu que le défi était à rendre entre le 15 et le 20 septembre... Mais bon, c'est pas un concours, hein ? Le principal c'est de participer, non ?

En ce qui me concerne, je suis surtout ultra fière d'avoir réussi à réaliser ces deux robes pour mes Princesses. Ben voui, je leur en ai fait une chacune ;-) Je me suis d'ailleurs fixé comme objectif de tout coudre en double pour ELLES, pour les assortir, parce que je trouve ça trop mignon (et que ça évite les jalousies aussi), mais, et surtout, parce qu'elles adorent ça !!!

C'était la première fois que je réalisais une cousette "complexe" : parmentures, assemblage de pièces façon puzzle, col.... Pour en rajouter j'ai décidé de poser mon premier passepoil, et je peux te certifier que c'est, exactement comme tout le monde le dit, beaucoup plus simple que ça en à l'air et que le seul truc qui m'avait empêché de le faire avant, c'était la peur ! Seul hic peut-être... j'ai fait moi même mon passepoil avec de la queue de rat de chez ma mercière et celle-ci (la queue de rat, pas la mercière) était vachement rigide. Si tu as des tuyaux à partager, n'hésites pas ;-) Lydie préconise également de faire les finitions de la parementure à la main. En deux petites heures c'était réglé, et je ne regrette pas d'avoir suivi son conseil, c'est incroyable comme ça fini bien !

J'ai coupé le patron en 10 ans pour ma grande de 8 et 1/2 et en 2 ans pour ma mini de presque 2 ans (dans 10 jours). Et j'aurai pu/dû couper plus grand...

En bref, un super patron, un super défi, j'adore coudre pour mes filles ♥

Allez, je te laisse avec mon duo de Martine ;-)

Cléomes Julie et Emilie (24)

Cléomes Julie et Emilie (31)

Cléomes Julie et Emilie (32)

Cléomes Julie et Emilie (33)

Cléomes Julie et Emilie (34)

Cléomes Julie et Emilie (35)

Cléomes Julie et Emilie (36)

Patron : Cléome de Lou and Me

Fournitures : flanelle MT, coupons de cotons colorés offerts par ma Maman, tissu première étoile Motif personnel (j'ai oublié le nom du coloris) et pressions Kam en guise de boutons (pas envie de faire des boutonnières ;-))

Cléomes Julie et Emilie (38)

Cléomes Julie et Emilie (39)

Cléomes Julie et Emilie (41)

Cléomes Julie et Emilie (42)

Cléomes Julie et Emilie (43)

Cléomes Julie et Emilie (44)

Cléomes Julie et Emilie (46)

Cléomes Julie et Emilie (48)

Cléomes Julie et Emilie (49)

Cléomes Julie et Emilie (50)

Cléomes Julie et Emilie (51)

Cléomes Julie et Emilie (52)

Je suis amoureuse de mes deux filles, elles sont pas mignonnes ? D'où l'avalanche de photos, impossible de faire le tri :-p

Pour voir les autres Martine, c'est par ici

Allez, je vais couper mon tissu pour le défi Cap ou pas Cap de samedi... dernier ;-)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Posté par amazingironwoman à 10:42 - - Commentaires [47] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,