mercredi 17 mai 2017

Mini Monceau pour mini chipie

Hello, hello !

Good news. Il semblerait que cette dernière semaine j'ai enfin réussi à remettre la main sur ma motivation portée disparue depuis les calendes Grecques. Et miracle des miracles, non contente de m'avoir remise derrière ma MAC, elle m'a aussi permis de faire un pas de géant dans notre ménage/tri de Printemps. Un dernier petit effort, et on en verra enfin le bout. Ouf...

Qui dit tri, dit vide... CQFD...

Verdict. Les 4 nains ont TOUS de quoi se vêtir cet été, certains plus que d'autres d'ailleurs. Sur ce point, pas de #teammauvaisemère Je gère =D J'ai quand même failli retrier une deuxième fois pour en avoir le cœur net... La seconde d'après, je me suis regardée et je me suis auto filée des coups de pieds pour me punir d'avoir des idées aussi cons. Comme toute bonne baston qui se respecte, ça s'est fini affalé dans le canapé. La raison a été la plus forte.

Forcément, pas de besoin particulier = pas d'urgence non plus. La Voie Royale à la couture plaisir.

 

MINI MONCEAU DE COZY LITTLE WORLD

Ça faisait un petit bout de temps que je lorgnais sur ce petit gilet. A force de n'en lire que du bien, j'ai fini de me convaincre qu'il m'était indispensable d'en coudre un. Maintenant que j'ai moi aussi tenté l'expérience du Monceau, je peux te confirmer qu'il est d'une simplicité/rapidité déconcertante.

Je t'avoue avoir d'abord été plus que dubitative en m'apercevant que les explications de montage se réduisaient à une quinzaine de lignes, sans illustration. Moi, j'aime les illustrations. Je suis plutôt du genre visuelle. Tu peux m'expliquer un truc pendant des heures sans que je capte que dalle. Une petite démo ou une image, et hop. C'est acquis. C'est pas simple tous les jours c't'histoire ;-)

Mais finalement, dans le cas qui nous occupe, c'est passé tout seul. Suffit de suivre les instructions à la lettre. Et tadam. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, tu te retrouves avec un petit gilet trop trop mignon. 

Mini Monceau Cozy Little World (1)

Mini Monceau Cozy Little World (5)

Mini Monceau Cozy Little World (4)

La demoiselle tenait ABSOLUMENT à ce que son nouveau gilet possède DEUX poches. Le petit détail indispensable pour pouvoir fourrer dedans tout ce qu'on trouve dans la cour de récré. La base quoi. J'étais pas très chaude d'ailleurs. Et puis, j'ai fini par céder. Après tout, c'est pas moi qui le porte. En ce qui concerne le comment, rien de bien compliqué. J'ai fait deux rectangles. J'ai bordé les bords supérieurs d'un biais à cheval. J'ai arrondi les coins inférieurs. Et je les ai appliquées sur les devants après le montage - pour être bien sûre de les positionner correctement.

Sur la première photo, tu peux constater un décalage. En vrai, ce n'est pas si flagrant.

Mini Monceau Cozy Little World (7)

Mini Monceau Cozy Little World (2)

Même si mon bébé grandit et qu'elle porte un peu moins d'attributs Royaux dans la vie quotidienne, elle n'en reste pas moins une Princesse dans l'âme. La couronne s'imposait. La magie du flex.

Mini Monceau Cozy Little World (6)

On dirait une petite veste de tailleur. J'adore ♥

Mini Monceau Cozy Little World (3)

Pour faire plus joli, j'ai copié la grande majorité des réalisations que j'ai pu voir sur la toile, et j'ai remplacé le surjet suggéré dans le patron par un biais pour border la parementure. C'est nettement plus sympa.

Mini Monceau Cozy Little World (9)

Mini Monceau Cozy Little World (8)

En bref

Inutile de te dire que le gilet a été immédiatement adopté, et qu'il lui donne enfin un excellent prétexte pour ne plus être obligée de mettre de manteau le matin. Parce que tu sais, "j'aime pas porter de manteauuuuuuuuuuu" Au secours.

Me reste plus qu'à trouver un tissu sympa pour en faire un à la grande. Grande qui n'a pas fait beaucoup d'efforts pour dissimuler sa jalousie ;-)

Bon mercredi sous le soleil !

Tschuss.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 


jeudi 11 mai 2017

L'habit ne fait pas le moine...

Oyé, oyé !

Sonnez musettes, résonnez trompettes ! Je ne sais pas si tu te souviens de la petite tunique dont je t'ai touché deux mots dans le billet précédent. Eh bien accroche toi à ton sloggy parce que l'ai FINIE. Je te jure. Je suis en total mode toutouyoutou. Moi-même je me suis pas crue quand je me le suis dit. C'est dire.

Je te conseille d'ailleurs de ne pas ranger tout de suite ta doudoune des sports d'hiver parce qu'il y a de fortes chances qu'il se remette à neiger... (ça a été le cas le week-end dernier si je ne m'abuse - cherche pas, c'est ma faute). Ouep, parce qu'en plus, après avoir fini la tunique, j'ai cousu un autre truc. Et même que ça m'a pris que deux jours. Le truc de dingue. Mais je te garde ça pour une prochaine fois. Chaque chose en son temps.

 

SHY EYES, OTTOBRE 6/2016

Je t'avais dit que quand j'avais acheté les tissus pour faire sa robe spéciale "journée de l'élégance" à Julie, j'avais failli mourir sur place en découvrant le montant de mes achats. Ben ouais, je suis ce genre de fille qui regarde, qui touche, qui kiffe, qui zieute le prix (OMG), mais qui demande quand même la découpe, sans faire de calculs... et qui se retrouve à s'étrangler au moment de faire son code de carte bancaire. Ça ne s'invente pas. C'est un don.

Après avoir coupé les pièces de ladite robe, il me restait pas mal de mes deux tissus, et il était totalement impensable qu'ils finissent à l'état de chutes stagnantes dans le fond d'un de mes bacs. A ce prix-là, ils avaient intérêt à être rentabilisés.

Pour une fois, je savais très exactement en quoi les transformer. A force de la voir un peu partout, j'avais craqué sur la tunique Shy eyes du dernier Ottobre de 2016. Une petite mignonnerie toute en poésie.

J'ai un peu galéré à la coudre, il faut l'avouer. D'une parce que je me sentais rouillée de la couture, et de deux... ben je sais pas... j'ai galéré quoi.

A commencer par la découpe. N'ayant pas assez de gabardine noire, j'ai dû improviser des empiècements d'épaules en dentelle, pour pouvoir caser mes pièces dans le peu qui me restait. Ce qui, au final, est plutôt joli je trouve.

Concernant les volants, j'ai tenté le roulotté sur ma dentelle. Veni, vidi et pas vici du tout. Une grosse foirade. Pour ne pas risquer la méga boulette, j'ai opté pour le biais à cheval. Du coup, le rendu est beaucoup moins fluide que prévu, mais j'aime bien.

Et j'ai remplacé les appliqués par du flex. Sauf que, ne trouvant plus le logiciel de ma Cameo sur mon portable nouvellement réinstallé, j'ai passé une heure à rechercher le CD d'installation, qui s'est avéré être dans la boîte d'origine, dans ma cave... Tout ça pour me rendre compte que j'avais mal regardé, et qu'il était déjà parfaitement installé... Un don, je t'ai dit.

Mais là où j'ai le plus eu du mal, c'est pour la goutte dans le dos. D'ailleurs, acte manqué, je ne t'ai pas fait de gros plan. On va dire que c'est pas la peine ;-)

La tornade, quant à elle, l'aime d'amour, sauf que... ça gratte dans le cou, ET qu'elle ne va pas avec ses jupes mais uniquement avec ses jeans... Et une fille en pantalon "c'est moooooooche". Je l'ai prévenu que si elle ne la mettait pas, je la filerai à sa copine. Ça ne lui a pas plu du tout =D #mèreindigneetfièredelêtre

Comme je ne voulais pas laisser passer trop de temps entre la petite touche finale et les photos, on a joué au modèle et au photographe lundi quand il faisait moche. D'où les photos... moches. Enfin, pas très lumineuses quoi. Mais pas besoin de soleil quand on a une si jolie blondinette dans une tunique qui brille ;-)

Shy eyes Ottobre (1)

Shy eyes Ottobre (2)

Shy eyes Ottobre (8)

Shy eyes Ottobre (3)

Shy eyes Ottobre (4)

6tag-1000906896-1497999504836809005_1000906896

Shy eyes Ottobre (5)

Shy eyes Ottobre (6)

Shy eyes Ottobre (9)

Shy eyes Ottobre (7)

"C'est bon Maman ? J'en ai marre des photos..."

Shy eyes Ottobre (10)

En bref

  • Shy eyes, modèle 29, Ottobre 6/2016, 116 sans marges (pour une petite fille de 5 ans 1/2 qui fait pas tout à fait 110 cm)
  • Ourlets roulottés des volants remplacés par un biais à cheval. Appliqué remplacé par du flex. Empiècements d'épaules.
  • Gabardine stretch, biais satin et dentelle Mondial Tissu, flex Happyflex.

Je ne sais pas ce que tu en penses, mais moi je suis super fan. Je la trouve vraiment trop craquante dans cette tunique.

 

SHAWL SKULL #8

Avant de te quitter, je te montre le shawl que j'ai crocheté pour Priscilla. Je ne te le présente plus, hein, c'est pas la peine... Si tu veux plus d'infos, suis juste le tag, il t'emmènera vers les 7 autres ;-)

J'ai trouvé cette couleur rose absolument merveilleuse, et j'ai particulièrement apprécié le contraste entre le coloris et les têtes de mort =D

Shawl Skull (1)

Shawl Skull (2)

Shawl Skull (3)

 En bref

 

Et voilà. That's all Folks ;-)

Ah si, juste un truc avant d'aller mettre la viande dans le torchon (je suis fan de cette expression - tellement de poésie). Avant de me reprendre en main, dans ma période "épaules tombantes/cheveux gras", j'ai eu envie de bouger les meubles. Comme chez moi, c'est compliqué, j'ai un temps hésité à migrer vers un autre hébergeur. Et puis, je me suis finalement contenté de relooker, modifier deux trois trucs par-ci par-là. Si tu n'as pas fait gaffe, pas grave ;-) Dans le cas contraire, n'hésites pas à me dire ce que tu en penses.

Tschuss ;-)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

vendredi 5 mai 2017

Les oubliés de l'an dernier

Hello.

Mine de rien, ça commence à faire un bail que je ne suis pas venue me plaindre et partager mes états d'âmes par ici. D'ailleurs, ça fait un bail que je ne suis pas venue partager tout court...

Je commence à me demander si je ne me serai pas fait un petit burn out post défi délire à la con... A moins que ça ne soit encore un coup des Dalton, tu sais, les 4 nains qui hantent mon salon... ou bien toutes ces questions qui bourdonnent dans ma tête...

Qui suis-je ? Où vais-je ? Dans quelle étagère ?...

Ou tout simplement la faute à ce putain de Printemps qui ne vient pas et aux cons qui fleurissent à la place des jolies fleurs...

Qui sait ?

Quoiqu'il en soit, et comme je suis quelqu'un de parfaitement équilibré ET rationnel, j'ai quand même voulu faire quelques recherches hématologiques et biologiques, juste pour en avoir le cœur net. J'ai donc fait une prise de sang. Et ouf ! Pas de maladie cachée, pas de grosse carence, et même pas la queue d'un début de ménopause... (si si, je me suis vraiment posé la question pour de vrai). Conclusion, je suis soit tarée, soit "juste" chiante, soit "juste" fatiguée, soit les trois en même temps. Je pense d'ailleurs retenir cette dernière hypothèse, faut savoir être lucide.

Forcément, pendant toute cette période où je me suis encore regardé le nombril en gémissant, je n'ai pas été très productive. Mais comme dirait mon chéri, mon roc, ma péninsule "produire n'est qu'un moyen de se conformer à notre société de consommation... tu crées, donc tu es... Laisses tomber, dors". OK... Sauf que déjà que je consomme pas énormément - à part de la bouffe, genre beaucoup - si j'arrête, on va tous finir à poil... étant donné que je me refuse de plus en plus à aller acheter des fringues, exception faite des chaussures (pour l'instant) ;-)

Il serait donc plus que temps que je me foute un bon coup de pied au cul et que je rouvre mon petit atelier clandestin. En vrai, c'est déjà chose faite, mais comme ça fait juste 15 jours que je suis sur une petite tunique pour la mini tornade, ça commence à avoir des airs de mythic fail...

A se demander si je me suis pas faite marabouter, ou un truc du genre.

Pour pouvoir repartir sur de bonnes bases, je me suis dit que ça serait pas mal de solder tous mes trucs non publiés qui trainent. Comme ça, bien obligée de me bouger, si je veux reviendre un jour ;-) Pas con le bourdon...

Justement, je gardais depuis L'AN DERNIER oO quelques petites cousettes pour ma jolie Julie, du temps où elle était encore en CM2, et où elle avait encore des joues rondes de bébé... Snif... La sixième, je te le dis, c'est le mal absolu, une machine infernale à transformer les petites filles en jeunes filles, avec en option le rire à la con, le je-m'en-foutisme total niveau organisation et hygiène, et la croyance profonde qu'elle peut te répondre, comme ça, pour le fun "vas-y, fais pas ta meuf Maman". Je te rassure, sur ce dernier point, j'extrapole, pour la galerie. Sinon, tu penses bien que je lui aurais offert un aller-retour pour Mars, et pas en première classe.

Alors, de quoi s'agit-il ?

 

TROP TOP D'IVANNE S. VERSION B (ma préférée)

Encore. Cousu à la suite des trois autres réalisés environ à la même période. Mais en tissu chaine et trame.

Il a été porté, reporté, encore et encore. Je crois bien que c'est aussi son préféré. D'ailleurs, il sort tout juste de la machine. Et j'en suis ravie, parce que vu comment elle a grandi, c'était pas évident que ça lui aille toujours, un an après.

Le tissu vient de Mondial Tissu, un vrai coup de cœur. Le seul hic, c'est qu'il est OBLIGATOIRE de le repasser si je veux pas la voir se promener avec un chiffon sur le dos, ET que la parementure, malgré sous piquage et surpiquage (sous le col) refuse de tenir en place. La relou...

A part ça, on l'aime ♥

Trop Top Ivanne S (1)

Trop Top Ivanne S (2)

Trop Top Ivanne S (3)

En bref

  • Trop Top d'Ivanne S. en 12 ans.
  • Version B. Dos en un seul morceau. Col claudine et bas du devant arrondi comme le dos.
  • Tissu principal de chez Mondial Tissu, col claudine en lin violet de mon marché.

 

LATE SUMMER DE LOU AND ME

Je craque rarement sur des modèles au premier coup d'œil. Un peu comme dans la vie de tous les jours, je commence souvent par me méfier pour ensuite me laisser convaincre (ou pas...). Et parfois, il y a ces exceptions qui confirment la règle. J'ai littéralement adoré cette jolie robe salopette dès sa sortie, et j'avais hâte d'en coudre une. J'aime beaucoup les patrons de Lydie qui sont toujours simples sans être simplistes. Tout s'emboîte parfaitement, les explications sont claires. Pas de mauvaise surprise.

D'après mes souvenirs, ça a encore été confirmé lors de la réalisation de cette robe. Je crois me rappeler que je me suis bien amusée... J'ai volontairement mis la doublure des poches à l'extérieur afin que la robe puisse s'assortir avec le Trop Top vu précédemment, et inversement ;-) J'ai bordé ces mêmes poches de passepoil rose. Et j'ai tout surpiqué de manière visible afin de bien souligner tous les détails de cette jolie robe.

Le seul et unique problème que j'ai rencontré est uniquement dû au jean utilisé en matière principale. Celui-ci étant relativement épais, j'ai eu un peu de mal à faire mon ourlet - simple, mais quand même.

Robe Late Summer Lou and Me (1)

Robe Late Summer Lou and Me (2)

Robe Late Summer Lou and Me (3)

Robe Late Summer Lou and Me (7)

Robe Late Summer Lou and Me (8)

Robe Late Summer Lou and Me (9)

En bref

  • Late Summer de Lou and Me, en 12 ans.
  • Ajout d'une boutonnière centrale sur chacune des pattes de boutonnage latérales. Mon tissu étant épais, je voulais éviter que "ça baille".
  • Jean Lolie shop. Coton fleuri (viscose... je suis nulle en tissu) et boutons de chez Mondial Tissu. Coton de doublure RIJS textile.

Après essai il y a quelques jours, il s'est avéré que ma grande l'a trouvé "un peu courte"... De toute façon, au-dessus du genou, c'est indécent en ce qui la concerne. Je sais, ça ne va pas durer. En attendant, cette robe a été modérément portée l'an dernier. Comme tu peux le constater sur la dernière photo, j'avais cousu les boutons relativement haut sur les bretelles. Je les ai descendues au maximum pour rallonger la robe. J'espère qu'elle vivra quelques beaux jours cet été, avant d'aller rejoindre le carton des futurs vêtements d'Émilie.

 

SHORT JOYEUX D'HER LITTLE WORLD

Les deux pièces précédentes ayant été réalisées au mois d'avril (de l'an) dernier, je te propose un petit saut dans le temps, à peine quelques mois plus tard, début Août plus exactement.

Pour son anniversaire, Julie avait reçu pour cadeau un stage d'une semaine dans une école de cirque. Par soucis d'équité ET d'organisation, son frère et sa sœur ont également pu y participer. En terme d'équipement, on ne leur demandait qu'une tenue adaptée, normal, sauf que... La petite rentrait encore dans son Joyeux de l'été précédent (deux ans déjà... oO), j'avais taillé un short à Camille dans son jogging troué... et Julie était à poil. Comme d'hab'.

Je me suis donc retrouvée la veille ou l'avant-veille du premier jour de stage (je ne sais plus très bien) à lui coudre ce petit short que j'adore. Seulement voilà, il s'arrête au 10 ans, et ça, c'était clairement trop petit pour ma sauterelle. J'ai donc extrapolé un 12 ans... pas tout à fait à la ouaneaguène mais presque, en espérant très très fort que ça aille.

Côté tissu, j'ai utilisé un très vieux Boubou rapporté par mes parents ou mes grands-parents à l'époque où ils vivaient en Côte d'Ivoire (longue Histoire...). Après avoir découpé mes pièces, je me suis rendue compte que le tissu était beaucoup trop fin pour être porté tel quel. J'ai donc tout doublé. Et j'ai cassé le côté uni et un peu strict avec un passepoil que j'avais fait dans les restes de sa combi d'anniversaire.

Rien à dire sur ce short. J'ai hâte d'en coudre un nouveau à Émilie pour cet été... Ce short, c'est la base. Rien de plus.

Short Joyeux Her Little World (1)

Short Joyeux Her Little World (2)

Short Joyeux Her Little World (3)

En bref

  • Short Joyeux d'Her Little World extrapolé en 12 ans
  • A part ça, aucune modif ;-)
  • Recyclage de Boubou Africain et passepoil fabriqué dans des chutes.

Et sans surprise, celui-là va encore, et risque d'être encore très très porté cet été ;-)

 

Robe Late Summer Lou and Me (6)

 

Je te laisse sur cette photo de ma tragédienne en herbe...

A très bientôt.

Tschuss.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

vendredi 7 avril 2017

Le baggy, c'est la vie...

...et c'est surtout bien pratique pour y caser de jolies petites fesses... empaquetées dans des couches ;-)

Tu noteras avec quelle finesse j'ai réussi à faire débuter ce billet à peu près comme j'avais clos le précédent. Des années d'études pour en arriver à une telle maîtrise de la transition. Bloguer, c'est vraiment pas facile tous les jours.

Tu auras donc compris qu'aujourd'hui je ne te parlerai pas de mon royal postérieur mais bien de celui du seul et unique membre de la famille n'ayant pas encore acquis la propreté, en dehors de mon mec bien sûr (mais ça, c'est une autre histoire...=D). Et oui, enfin un peu de mignonnerie dans ce Monde de Brutes. La Star du jour n'est autre que Simonchouchou, le Chouchou de tous les Chouchous ;-) Je sais que certaines attendaient ce jour avec impatience. You're welcome.

Ces derniers mois, le microbe a bien grandi, et il a fallu se rendre à l'évidence, malgré le petit stock de vêtements offerts, prêtés ou donnés - j'avais fini par me débarrasser de la plupart de ceux datants de son grand frère par manque de place - le pauvre malheureux n'avait plus grand chose à se mettre. Entre les pantalons qui lui donnaient l'air d'aller aux fraises et les T-shirts qui lui remontaient au-dessus du nombril, il devenait évident qu'il fallait agir. Et vite.

J'ai donc mis un bon mois à lui coudre un jean et 4 T-shirts. Normal.

Smart Guitars et Baggy Bottom - Ottobre 1-2015 (1)

Pour les t-shirts, rien d'extraordinaire. J'ai cousu 4 fois le même en jouant sur les associations de tissus. J'ai juste foiré quasi toutes mes encolures... Pas grave, vu le temps qu'ils seront portés. Et je crois que le microbe ne se rendra compte de rien. Alors, chut ;-)

Smart Guitars - Ottobre 1-2015 (1)

Modèle : Smart Guitars, modèle 11, Ottobre 1/2015, 92 cm (sans les marges)

Fournitures : Jerseys de mon marché et jersey guitares Lillestoff acheté au CSF il y a deux ans...

Smart Guitars - Ottobre 1-2015 (2)

Smart Guitars - Ottobre 1-2015 (3)

Côté bas, l'an dernier, ma copine Émilie m'avait transmis un petit pantalon en velours côtelé jaune moutarde qu'elle avait cousu jadis pour son petit dernier. Comment te dire que ce fute, je l'aime d'amour. Je n'ai donc pas cherché plus loin quand j'ai décidé de lui faire un pantalon. J'avais le fameux Ottobre dans lequel elle avait pris le patron. Yavaipluka.

Au départ, je comptais le faire dans une de mes chutes de velours milleraies canard, mais je ne m'étais pas rendue compte de la quantité ENORME de tissu qu'il fallait pour un pauvre petit pantalon en 3 ans oO Ouais, je suis passée direct au 3 ans... D'une, ça ira plus longtemps, et de deux, le modèle n'est pas proposé la taille au-dessous. Après avoir tenté de faire rentrer toutes mes pièces dans mon mini coupon de 50 x 30, l'espoir fait vivre, j'ai évidemment abandonné. En faisant la gueule, bien entendu. J'ai voulu me rabattre sur une autre chute, de jean cette fois-ci. Même déconvenue. Nan mais sérieux ? J'allais pas aller acheter un mètre de tissu pour ça quand même. Nan mais allo quoi ?! Et c'est là que je me suis rappelée les jeans usés de son père, que je gardais au cas-où... Ben c'était le cas-où-jamais =D

Après un minimum de procrastination, mon loulou a enfin pu enfiler son nouveau petit baggy 100% jean recyclé, d'où la totale inégalité des teintes quel que soit l'angle sous lequel tu le regardes. Et je trouve ça bien marrant.

Le seul truc qui m'a posé problème, c'est la ceinture. J'ai eu beaucoup de mal à faire en sorte que l'élastique ne s'étire pas trop à la couture, rendant le pantalon trop large. J'ai fini par le coudre avec le point le plus long possible. Je ne suis pas totalement satisfaite, mais ça fera l'affaire.

Baggy Bottom - Ottobre 1-2015 (1)

Modèle : Baggy Bottom, modèle 12, Ottobre 1/2015, 92 cm

Fournitures : vieux jean de son père

Baggy Bottom - Ottobre 1-2015 (2)

Baggy Bottom - Ottobre 1-2015 (4)

Baggy Bottom - Ottobre 1-2015 (3)

Smart Guitars et Baggy Bottom - Ottobre 1-2015 (2)

Et comme il va comme un gant à mon petit homme, je lui pardonne sans peine ses petites imperfections ♥

Smart Guitars et Baggy Bottom - Ottobre 1-2015 (5)

Smart Guitars et Baggy Bottom - Ottobre 1-2015 (6)

Il est pas beau mon fils... ? ♥

Smart Guitars et Baggy Bottom - Ottobre 1-2015 (3)

Smart Guitars et Baggy Bottom - Ottobre 1-2015 (4)

J'espère que tu auras apprécié ce retour à la couture et à la poésie ;-)

See you soon.

Tschuss.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Posté par amazingironwoman à 07:30 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

lundi 20 mars 2017

Pour qu'elles soient les plus belles ♥

Hello ;-)

Ouais, je sais, j'ai zappé la récap, Ô combien attendue, de mon magnifique défi de Mars...

Ceci n'est en réalité pas un oubli, et est totalement indépendant de ma volonté. La semaine ayant été entièrement placée sous le signe de notre amie la gastro, sautant d'hôte en hôte, jour après jour, telle une puce dans un chenil... Se concluant en apothéose, par Émilie rendant son apéro fraîchement englouti, samedi soir, chez des amis. Mais je te rassure, en bons parents indignes que nous sommes, nous l'avons bien calée dans le canapé avec un doliprane et une couverture. On allait pas se gâcher la fête pour si peu ;-)

Et cerise sur le gâteau, j'ai réussi, dans un geste d'une élégance toute Royale, à faire choir, de toute ma hauteur, la prunelle de mes yeux. oO Finalement, rien de cassé. Mais il a fallu accélérer une opération capitale, prévue de longue date et systématiquement repoussée. Après quelques heures d'angoisse, tout est revenu dans l'ordre. Je suis soulagée de te dire que mon formidable PC fonctionne de nouveau parfaitement, et même mieux qu'avant, grâce à son tout nouveau disque dur électronique. Décidément, je kiffe la technologie =D

Pour en revenir à l'épisode viral, tu te souviens peut-être que dans mon dernier billet, je te parlais d'une tenue que je devais coudre d'urgence à la demi ado, et ce pour le lendemain. Forcément, c'est elle qui a ouvert le bal. Malade comme un chien toute la nuit de dimanche à lundi, elle a tout de même tenu à aller au Collège pour montrer à ses copines le résultat de nos essais de bigoudis. Ces ados... Sans surprise, elle est rentrée à la maison, en moins de temps qu'il ne m'en a fallu pour boire mon café. Et c'est donc avec ma gamine verdâtre, allongée dans le canapé, que j'ai cousu une jolie robe de fête pour la "journée de l'élégance" organisée par le Collège.... En espérant qu'elle soit assez remise le lendemain pour pouvoir la porter.

La réalisation de ladite robe ne présentant aucune difficulté majeure, elle a été assez vite assemblée, jusqu'au moment où j'ai dû poser la fermeture éclair invisible. Une grande première pour moi. LE truc que j'évitais soigneusement depuis des années.... Eh bien je dois dire que je ne m'en suis pas si mal sortie, surtout sans pied spécial. Il faut pas mal de minutie, mais finalement ça fait partie des choses que j'aime dans la couture. Je n'irai pas jusqu'à te mentir et te dire que je l'ai posé parfaitement du premier coup... Tu n'es pas dupe. Je m'y suis reprise à 3 fois avant d'obtenir un résultat qui me satisfasse. Et ça fait plutôt bien le job je trouve.

Wendy Ottobre 6-2015 (11)

Le soir venu, ma grande ayant recouvré ses forces... nous sommes passé à la préparation de la bête. Le test boucles de la veille était concluant, mais je n'avais vraiment pas assez de bigoudis dans mon placard, et pas de fer à friser ni à lisser en ma possession non plus. Et si le proverbe dit que "ce que femme veut...", ramène ça à l'échelle d'une ado de presque 12 ans, et tu t'approcheras presque de la dure réalité. Dans ses recherches sur Youtube (l'ami des grands et des petits), elle avait dégotté un tuto dans lequel la jeune femme utilisait des feuilles de Sopalin en guise de bigoudis. Dommage, j'ai banni l'essuie-tout il y a de cela quelques semaines... Et c'est dans un éclair de génie que je me suis rappelée toute ces chutes qui attendaient leur heure à l'étroit dans leur petite boîte.

C'est pas joli comme ça ? Limite j'aurai pu la laisser aller au Collège avec ces papillotes colorées, non ? ;-)

Bigoudis chutes

Le lendemain, elle était levée aux aurores... Habillage, coiffage, maquillage... Petite séance photo très très vite faite sur le parking. J'ai gardé ce cliché parce que c'est le seul que j'avais en pied et donc sur lequel tu pouvais avoir une vue d'ensemble, chaussures comprises. Je t'avoue que je ne la trouve pas trop à son avantage... Le sourire crispé y est certainement pour quelque chose. Ça lui donne de faux airs de Nelly Olson... MDR

Wendy Ottobre 6-2015 (1)

Wendy Ottobre 6-2015 (8)

Modèle : Wendy, modèle numéro 25, Ottobre 6/2015, en 158 cm

Matos : dentelle, gabardine, biais satin et fermeture éclair invisible de chez MT.

J'ai payé le tout une petite fortune. Jamais je n'aurais acheté une robe à ce prix-là... Mais je me console en me disant qu'il m'en reste bien assez pour faire une ou deux pièces à sa petite sœur. Et que vu ses résultats scolaires, elle la méritait bien.

Wendy Ottobre 6-2015 (9)

La journée était assortie d'un petit concours. Chaque classe devait élire son Roi et sa Reine de l'élégance. Ma grande est rentrée un peu déçue de ne pas avoir été choisie. Mais elle a quand même remporté quelques suffrages, et ça, en début d'année, c'était loin d'être gagné.

Et puis pour moi, elle était forcément la plus belle ♥

Wendy Ottobre 6-2015 (2)

Wendy Ottobre 6-2015 (3)

Wendy Ottobre 6-2015 (4)

Wendy Ottobre 6-2015 (5)

Je sais pas toi, mais je trouve qu'avec ces baskets, c'est la grande classe.

Wendy Ottobre 6-2015 (6)

Wendy Ottobre 6-2015 (7)

Je termine cette série avec une photo prise le Jour J avec mon portable, recadrée et passée par un des filtres d'Instagram. Je me demande encore comment mon bébé a pu devenir une aussi jolie jeune fille.

Wendy Ottobre 6-2015 (10)

 

Il ne t'aura pas échappé que le titre parlait "d'elleS", au pluriel.

Samedi soir, nous étions donc invités chez des amis. Les parents du meilleur ami pour la vie de notre grand, en l'occurrence, et heureux jeunes parents d'une petite fille depuis bientôt... 18 mois. Honte sur moi, je n'avais jamais pris le temps de leur offrir un petit cadeau. J'ai profité de l'occasion pour réparer l'affront.

Je lorgnais depuis très très longtemps sur la Kate's dress, admirée moult fois chez la Reloux et sa concubine Louetjo. Pour les adeptes du premier degré, je précise qu'un fait alternatif s'est glissé dans la phrase précédente....

Et justement, avant de me jeter sur Kate sans réfléchir, eh bien j'ai beaucoup trop cogité. Je suis tombée raide dingue de cette version de Céline, et je me suis autorisée à la copier sans vergogne. Et j'en ai chié... Cette robe m'a pris des heures, alors qu'en réalité elle est extrêmement simple à réaliser.

Mais à trop vouloir simplifier...

J'ai donc retiré la doublure, ce qui m'a obligé à finir l'encolure et les emmanchures avec un biais. Que j'ai fait moi-même forcément. J'en ai bavé pour les emmanchures. Je crois que c'est le truc qui m'a fait le plus enrager. Juste parce que cette finition n'était finalement pas compatible avec cette version de plastron... Tant pis.

J'ai doublé les manchons. Et ça, j'adore ♥

Et j'ai fait le dos en une seule partie en préférant une fente, qui ne m'a posé aucun problème. SAUF ! Et ça je ne m'en suis rendue compte que le lendemain. Comme j'ai coupé le dos en une seule partie, et que les marges sont incluses dans le patron... le dos est sensiblement plus large que le devant... Ça ne devrait pas être flagrant porté, mais c'est encore un de ces semi-échecs qui me gonflent bien comme il faut.

J'y ai donc passé l'après-midi et je n'ai fini la robe qu'une poignée de minutes avant de partir pour notre dîner. D'où les photos pourraves à la lumière de ma lampe de salon...

Kate's dress Lily Bird Studio (1)

Modèle : Kate's dress, Lily Bird Studio, en 3 ans (trop peur qu'elle soit trop petite...)

Matos : Coton ? de mon marché et liberty Mauvey rose gagné chez Stragier.

Kate's dress Lily Bird Studio (2)

Kate's dress Lily Bird Studio (3)

J'ai eu un peu de mal à me détendre après avoir lutté avec cette pauvre Kate, mais la vue d'ensemble m'a rassurée. Je la trouve superbe. Il va d'ailleurs falloir que j'en refasse une à Émilie de toute urgence ;-) Et tu me connais, l'urgence, c'est mon dada...

 

Rendez-vous dans 2 jours pour une "petite" récap des deux dernières semaines de défi.

En attendant, bon lundi. Keep it real.

Tschuss.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 


vendredi 3 mars 2017

Même pas froid

Ahhhhh !!! Mars, enfin... La promesse du Printemps, des premiers bourgeons et des petits zozios qui chantent au petit matin. Les journées qui rallongent, ces doux rayons du soleil qui se réchauffent et cette merveilleuse heure d'été ♥

Mars et ses formidables défis lancés sur les réseaux sociaux. Ce MMM, comprendre Me Made March (trad : un mois de Mars de "c'est moi qui l'ai fait"), que j'ai lâchement zappé... Pas certaine d'avoir assez à montrer. Et cet incroyable #defiunmarsetçarepart, totalement décalé et un brin déjanté. Normal, celui-là, "c'est moi qui l'ai fait" =D Si tu n'as pas Instagram, pas grave, tu peux voir mon humble contribution sur ma page Facebook. Sinon, il te reste la blog roll sur ta droite. Et puis je compte bien te faire un petit recap hebdomadaire avec making off. Le partage, tu le sais, c'est toute ma vie ;-) Faut dire que tant de poésie, ça serait dommage de ne pas en faire profiter tout le monde.

Maintenant que je t'ai bien mis l'eau à la bouche, on va changer radicalement de sujet. De rien. Eh oui, je ne suis pas QUE douceur, calme et volupté. J'excelle également dans la torture et la manipulation. Une formidable palette de talents. Un vrai couteau Suisse de la vie en société =D

La dernière fois, je t'avais annoncé une série de posts à réalisations multiples mais toujours avec un dénominateur commun.

Celui d'aujourd'hui s'articule autour de ces petits accessoires bien utiles pour ne pas se peler les miches en hiver, mais pas que. Parce qu'on a beau être au début du mois de Mars et de ses promesses... toussa... on n'en est pas moins toujours en hiver et par moment, ça caille encore sévère. Et puis, je te rassure, toutes ces petites choses ont été réalisées au moment opportun, ou presque. Pas moyen que je couse des moufles ce mois-ci oO Mon cerveau est déjà passé aux manches courtes, aux petits shorts et aux jolies petites robes. Apparemment, il est pas aussi frileux que moi le bougre.

Le premier "petit" accessoire de cette série commençait à devenir une urgence absolue. Ma grande, Cendrillon comme on l'appelle maintenant (pour tout un tas de raisons que je te laisse imaginer), allait et venait dans notre appart tantôt dans un pyj trop petit, tantôt dans un pyj déchiré (mal raccommodé depuis...). Bref, elle avait froid et elle avait pas la classe. Damned. Après des semaines de supplications, j'ai fini par ressortir mes amis les jerseys velours. Beurk beurk beurk. J'avais même pensé un temps les revendre ou les donner tellement mes dernières expériences avaient failli me conduire à l'HP (, et ). Mais bon, je suis faible. Renoncer, c'est mourir. Je les ai gardés, pour mon plus grand bonheur. Youhou.

Après choix et découpe des patrons, j'ai essayé de faire rentrer toutes mes pièces dans ce qui me restait du coupon à rayures. Il est vite apparu que tout ne rentrerait pas. #fclb J'ai donc consulté l'intéressée et sans grande conviction de ma part, nous avons décidé de faire les manches dans le tissu uni violet. Pour être raccord, je l'ai également utilisé pour les bracelets de cheville du futal ainsi que la bande d'encolure du T-shirt.

Comme prévu, j'en ai chié. Ce tissu est une horreur. J'ai eu beau mettre le différentiel de ma surjeteuse au plus bas, les coutures se sont étirées et gondolent. J'ai un peu résorbé le carnage au repassage mais franchement, ça m'a gonflé. Les finitions sont à l'arrache. Pas envie de tout donner pour un truc qui ne servira que pour dormir et trainer le dimanche. J'ai pas que ça à faire non plus ;-)

Malgré tout, j'aime beaucoup le résultat final. Cette association de tissus n'est pas aussi agressive que je me l'étais imaginé. Ça aurait pu être pire.

Pyjama Ottobre (1)

Modèles : haut, Simple Plain, Ottobre 6/2014, modèle 24, 152 cm; bas, Remainder, Ottobre 4/2013, modèle 32, 158 cm (le même que son bas de jogging)

Fournitures : Jerseys velours dont j'ai oublié la provenance

Je lui trouve un petit côté Joker, tu sais, l'ennemi de Batman... Ça doit être mon esprit tordu.

Pyjama Ottobre (2)

Et sur ma Belle au Bois Dormant, toujours prête à poser en faisant des conneries. C'est pas la fille de sa mère pour rien, celle-là aussi.

Pyjama Ottobre (7)

Pyjama Ottobre (5)

Pyjama Ottobre (6)

Pyjama Ottobre (4)

Pyjama Ottobre (3)

Pyjama Ottobre (8)

Pyjama Ottobre (9)

Et oui, Playskool présente Julie, 11 ans 1/2, fan de Tsum Tsum, jamais sans doudou et qui suce toujours son pouce... Aucune ressemblance avec l'un ou l'autre de ses parents... hum hum... Je précise qu'elle a insisté pour faire ces deux dernières photos et pour que je les publie. Apparemment, elle aussi elle assume #proudmama

Pour cette deuxième réalisation, je te la fais pas à l'envers, c'est vraiment d'un accessoire qu'il s'agit. Mi-janvier (je crois), on annonçait une grosse vague de froid. La petite avait encore réussi à perdre un de ses gants. No comment. Il fallait agir vite. Mouais. J'ai légèrement raté la distribution de vitesse à la naissance moi. J'ai quand même "vite" trouvé le patron dans mes dossiers. Par contre, j'ai mis deux jours à choisir mes tissus. En fait, je n'arrive JAMAIS à imaginer le rendu final, ce qui fait que je tourne en rond pendant des plombes avant de finir par me dire "on verra bien"... Je m'auto épuise. Après toutes ces tergiversations, j'ai encore mis quelques jours à les réaliser. Je le sentais pas. J'ai un peu galéré, mais pas trop en fait. J'ai juste eu un petit souci de taille. Au premier essai, les pouces de ma fille ne rentraient pas... J'ai dû recoudre en réduisant mes marges de couture. J'ai finalement réussi à m'en sortir bien aidée par les "ça sert un peu MAIS C'EST PAS GRAVE" limite excédés de ma tornade qui commençait à en avoir ras la casquette de faire des essais pour vérifier que ses pouces rentraient bien dans ses moufles. Faites des gosses qu'y disaient.

Moufles Edelweis Lou and me (2)

Modèle : moufles Edelweiss, patron gratuit de Lou and Me

Fournitures : velours milleraies et micro polaire MT, cordon rose d'origine inconnue et boutons de la toujours merveilleuse Manucréa.

Comme tu peux le constater, j'ai ajouté un lien pour les passer dans le manteau afin qu'elles y restent bien coincées. Pas moyen qu'elle les perde celles-là. Je sais que d'autres y arrivent pourtant.... Ysa, je compatis. Ici, elles tiennent bon.

Je n'ai pas pris le temps de faire des photos sur la tornade. Pas envie. Tu me croiras donc sur parole quand je te dis qu'elles s'accordent magnifiquement avec sa doudoune noire à étoiles argentées et intérieur de capuche en moumoute rose fuchsia. La classe internationale. Et quand elle met sa jupe... c'est la totale ♥

Moufles Edelweis Lou and me (1)

Je précise aussi qu'il aura suffi de deux jours pour qu'elles soient dégueulasses et que le blanc vire au gris crado. C'est le jeu ma pauvre Lucette.

On termine avec deux petits trucs commandés par ma Môman pour l'accompagner dans son voyage au Vietnam. Une semaine qu'elle y est, la veinarde. Pas toute seule, hein ;-) Avec mon Papounet, ils sont partis rejoindre ma sista dans son périple autour du Monde.

Comme il fait froid au Vietnam, c'est bien connu, il lui fallait absolument de quoi se tenir chaud. En vrai, il paraît que certaines nuits sont fraîches...

Je lui ai donc fabriqué très vite fait, une housse pour sa mini bouillotte. Elle voulait quelque chose de très simple. Encore plus que celle faite pour ma sœur avant son grand départ. J'ai donc fait selon ses souhaits. Deux pièces, cousues ensemble et un élastique, cousu à même l'intérieur pour resserrer autour du goulot. Basta.

Housse de bouillotte minute

Et puis, pour ne pas encombrer son sac de vêtements trop imposants, elle a choisi d'emporter un petit gilet tout fin. Malheureusement, il lui manquait des poches. Tu sais, celles qui servent à transporter ton portable et tes mouchoirs. La base quoi. J'ai donc sorti mon crochet, une pelote de coton et un petit motif trouvé dans un Chouette Kit. Et hop. Par contre, il y eu un léger hic. J'ai crocheté ces poches en suivant les indications de taille données par ma Maman. C'était un peu juste. J'ai donc dû rajouter des brides de chaque côté.

On croirait presque qu'elles sont d'origine, non ? ;-)

Poches au crochet (1)

Poches au crochet (2)

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui.

Tu peux reprendre une activité normale.

Tschuss !

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

jeudi 23 février 2017

Noël 2016 - l'intégrale

Yo ! Ça farte ?

Je m'excuse de t'avoir laissée tomber comme une vieille chaussette, comme ça, sans prévenir, mais j'avais vraiment besoin de faire le vide... Je sais, tu as énormément souffert de mon absence. Alors je te rassure, je vais bien, je suis vraiment de retour, c'est pas un fake. Tu peux recommencer à respirer, à dormir, à manger. Arrête le Zoloft. Je suis là. Plus rien ne peut t'arriver d'affreux maintenant ♪♫♪

Après quelques séances d'auto analyse, j'en ai conclu que je m'étais gentiment laissée glisser dans ce qu'on appelle vulgairement "le burn-out maternel". L'auto analyse, tu sais, c'est toute ma vie... A se demander pourquoi je dépense du pognon chez un spécialiste, juste pour qu'il me confirme que le lémurien est en moi Jean-Claude. Ça doit avoir un rapport avec mon besoin viscéral d'être rassurée en permanence. La confiance en soi, toussa. Et puis il paraît que quand on paye, on guérit plus vite. Mouais...

Donc, un vilain burn-out... Un petit, hein. Parce que j'ai lu des descriptions de cas bien plus violents que ce que j'ai ressenti. Mais bien assez quand même pour me mettre KO et me donner envie de partir vivre en Papouasie sans laisser d'adresse. Pour éviter toute décision hâtive ou irréversible, on a un temps envisagé que mon chéri parte une semaine avec les nains, avant que j'en jette un par la fenêtre, et puis finalement, on a collé au plan de départ, on est parti au ski. Aucun lien, fils unique.

Je te fais pas tout l'historique, ça serait chiant. Mais sache qu'en bonne accro à mon smartphone et à mon réseau 4g, j'ai même pas râlé de pas avoir de couverture. Rien à battre. J'ai compensé avec du dodo, de la bière, des patates, du fromage, du ski, de la bière, des patates, du tricot, du ski, de la bière, des patates, etc... T'as compris le pattern. Décompression intégrale à 1200 m. Le pied. Je suis revenue détendue du sloggy et sans aucune photo, ou presque oO

Mon objectif, maintenant, c'est de continuer en mode no pression. Challenge accepted.

Paradoxalement, me détendre n'a pas limité ma productivité, bien au contraire. Ce qui fait que je me retrouve avec pleins des trucs à te montrer (en plus du million de trucs que je n'ai pas encore pris le temps de publier...). Par conséquent, et subséquemment à un bref calcul mathématique, j'ai unilatéralement voté pour des posts à rallonge bourrés à craquer. C'était soit ça, soit, à raison d'une ou deux réalisations par post, une à deux fois par semaine, j'aurai pu espérer t'avoir tout montré courant Mai 2018... en arrêtant tout acte de production pendant ce laps de temps, ça va sans dire.

Tu m'excuseras donc, une fois encore. En même temps, t'as l'habitude. Je ne sais pas (plus) faire court.

Malgré tout, à rallonge, ne veut pas dire en bordel, faut pas pousser. J'ai une réputation quand même.

Donc, aujourd'hui, je vais te solder mes cadeaux de Noël. Version One Shot.

Si je ne m'abuse, à part pour nos gosses et une ou deux autres personnes, nous n'avons rien acheté. J'ai tout fait moi-même. Ce qui pourrait, vu comme ça, expliquer un léger surmenage... En tout cas, je dois dire que sur le coup, je ne l'ai pas réellement ressenti. Je dirais même que je me suis beaucoup amusée à réaliser tous ces cadeaux. Mais c'est vrai, qu'avec un peu de recul, vu comme ça, ça fait un peu beaucoup...

Le plus gros du boulot l'a été pour les cadeaux de mes neveux et nièces. Mon frère, qui doit être aussi fêlé que moi, à lui aussi 4 nains. Donc 4 cadeaux. Et comme j'avais zappé les cadals d'anniversaire, j'ai tout multiplié par deux. En fait, je crois que je suis juste bonne à interner... Après avoir consulté ma belle-sœur, il a été décidé que je leur ferai un ensemble chacun, un haut et un bas. Des shorts et des polos pour les garçons, des t-shirts et des jupes pour les filles. Yavaipluka.

Et voilà le résultat. Ça t'en bouche un coin ? Ben, à moi aussi...

Trop top, jupette sans patron, polo Lalymaya, short Ottobre (1)

Pour le petit dernier, 2 ans.

Polo Lalymaya, short Ottobre (2)

Patrons : short Explorer, modèle 18, Ottobre 3/2015, 98 - Polo Lalymaya, 4 ans

Fournitures : jean et maille polo MT, liberty Cars Liberty of London.

Aucune difficulté pour le short. En revanche, avec celui de son frère, et un réalisé pour Camille il y a deux ans, et un pour mon père, ce polo est mon quatrième et certainement mon dernier, de ce modèle... parce que très franchement, c'est une horreur... Les finitions sont merdiques, la méthode employée plus qu'approximative. J'ai dû démonter la bande du bas tellement ça boudinait mon neveu... Pour un débutant, ça passe. Si tu as plus d'expérience, passe ton chemin. C'est beurk. Ou alors, tu t'en sers juste de base, et tu modifies beaucoup, beaucoup...

Pour la troisième, 3 ans.

Trop top, jupette sans patron (2)

Et la deuxième, 5 ans.

Trop top, jupette sans patron (1)

Patrons : trop top, Ivanne S, versions A. J'ai coupé les versions col rabattu, mais en relevant les cols, pour obtenir des t-shirts moins échancrés au niveau du cou - Jupettes sans patron, Petit D'om.

Fournitures : velours milleraies, voile de coton et tissu noir ajouré MT, velours milleraies offert par ma cops Émilie. Jerseys de mon marché.

Et pour le grand, 7 ans.

Polo Lalymaya, short Ottobre (1)

Patrons : short Explorer, modèle 18, Ottobre 3/2015, 128 - Polo Lalymaya, 10 ans.

Fournitures : idem que pour son frère, à part le wax, de mon stock.

 Je n'ai pris le temps de faire des photos que des garçons.

Polo Lalymaya, short Ottobre

Et dans l'ordre ;-)

Trop top, jupette sans patron, polo Lalymaya, short Ottobre (2)

Ma belle-sœur, non contente de m'avoir commandé tout une garde-robe, m'avait déjà mandaté pour lui réaliser un Shawl Skull. Je le kiffe tellement, que je n'ai pas su dire non ;-) Toutes les occasions sont bonnes. Pour ne pas l'offrir dans du papier, et vu qu'elle non plus n'avait pas eu son cadeau d'anniversaire, je le lui ai emballé dans un de mes petits pochons. Tu peux encore en trouver ici, si ça t'intéresse ;-)

Pochon moi j'emballe

Shawl skull (1)

Modèle : shawl Skull, traduction ici

Fournitures : essentials cotton DK, Rico, Les pelotes de Lolotte, crocheté en 3,5.

Shawl skull (2)

Shawl skull (3)

Pour finir, il y a aussi eu des Amazing Bags sous le sapin. Normal ;-) Dont deux spécialement dédicacés. Celui de droite a été offert à ma mèregrand, pour compléter sa collec de chouettes. Celui de gauche, à mon frangin, le plus grand fan interplanétaire de M. Jordan. Je te raconte pas la crise cardiaque que j'ai failli faire le jour où j'ai vu le nombre de paires de baskets qu'il a dans son placard oO Sans compter les tishs, les pulls, etc... Maintenant, il sera assorti jusqu'au bout du sac. La classe à Chicago =D

Sacs customisés (2)

Si t'en veux un, il m'en reste plein ici =D

Aller, c'est tout pour ce Noël 2016... Tu auras compris mon besoin irrépressible d'hibernation.

See you soon.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

mardi 24 janvier 2017

Festive (adjectif) : relative à la fête, à l'amusement

Hello !

Encore une fois, je vais commencer par te remercier pour tes gentils commentaires suite au billet précédent. Je suis également heureuse de constater que mon petit déballage a permis à certaines de se poser les bonnes questions. Et rien que pour ça, je ne regrette pas de m'être confiée ici.

Avant de passer à autre chose, je tenais à répondre publiquement aux deux principales problématiques qui se dégageaient de ces nombreux commentaires.

La première concernait le temps que devait me prendre la tenue de ce blog. Temps que je ne consacre effectivement pas à mes enfants ni à mes diverses tâches ménagères, ou tout simplement à mes loisirs. C'est indéniablement plein de bon sens... Alors pourquoi est-ce que je "perds" tout ce temps à venir partager ici ? Manifestement, pas uniquement dans le but de te montrer ce que je commets avec mes 10 doigts. Sinon, je me contenterai de quelques photos accompagnées de quelques lignes explicatives, un peu comme au commencement de ce blog (si tu veux te faire mal, ou de taper une barre de rire, je te conseille un petit voyage dans le temps... moi, je m'en suis pas remise...). La réponse me semble évidente. Le fait est que cet espace me sert d'exutoire, au même titre que la course à pied. Sport que je ne pratique plus, à mon grand désespoir, depuis que mon barbu m'est tombé sur le pied voilà bientôt deux mois... C'est qu'il pèse son poids le bougre. Tu me diras que je pourrai me trouver une autre activité sportive. Tout à fait. Je comptais me remettre au Yoga, rapport à mon besoin de détente et de vide cérébral. Tu me diras aussi que je pourrai garder tout ça pour mon Psy. Ben ouais, mais non. C'est pas pareil. Parler et écrire, c'est pas la même gymnastique, la même dynamique. Ici, je ne suis pas limitée par le temps justement, ni par l'espace. Je n'ai aucun visage, en face, qui pourrait manifester la moindre expression que je m'empresserai immédiatement d'interpréter. Alors, oui, je suis attentive et en attente de tes commentaires, mais ils ne sont pas un frein à mon besoin de m'exprimer. Juste le carburant qui réalimente le moteur. Je pourrai aussi écrire pour moi... Mouais...

Ce qui nous conduit directement à la deuxième problématique. On m'a fait remarquer que j'avais bien du courage d'oser me livrer ainsi avec autant d'honnêteté. J'imagine que pour certain(e)s, ma franchise doit être libératrice, pour d'autres, je dois cruellement manquer de pudeur... Je répondrais simplement que j'ai appris ces 40 dernières années que le ridicule ne tuait pas, et je peux te dire que de ce côté-là, j'ai pas mal d'expérience ;-) "Un max", comme dirait Camille. J'ai appris également qu'il valait mieux exprimer ses sentiments, même quand ils sont mal reçus, que de les garder pour soi. Comme le dit Shrek "c'est toujours mieux dehors que d'dans". Je confirme. Alors, attention ! Je ne dis pas que s'exprimer permet de tout régler, loin de là, mais je peux t'affirmer que ça libère. Je sais que ce n'est pas forcément simple pour tout le monde... Alors je me dis qu'en partageant mes joies, mes soucis, mes expériences et mes conflits intérieurs avec toi, peut-être que j'exprimerai tout haut ce que certain(e)s n'osent pas dire, et qu'ainsi, ça les libèrera. Pour ce qui est de la pudeur... Je crois qu'elle a les limites qu'on veut bien lui donner. J'avoue n'en avoir jamais eu beaucoup. Je ne suis pas du genre à me mettre à poil sur la plage, ça non. Mais je ne vais pas aller me cacher pour changer de t-shirt si j'ai des potes à la maison, par exemple. Je ne vois pas la différence entre se voir en maillot de bain à la piscine et en sous-vêtements à la maison. Pour ce qui se passe dans ma tête, c'est pareil. J'ai mes limites, je te rassure. Le misérabilisme en fait partie, entre autres.

Voilà pour la petite mise au point du jour ;-) Je me rends compte qu'on est bien loin du titre de ce billet. C'est pas super festif tout ça. Désolée pour la publicité mensongère.

 

Juste avant les fêtes, je suis tombée raide dingue du nouveau patron d'Her Little World. Je n'adhère pas toujours à son style, mais il faut bien reconnaître qu'elle, elle en a un, rien qu'à elle... Avec Festive, Nadège propose un ensemble de réalisations allant de la robe de Princesse à la tenue de ville un peu chic. La version Princesse, dans les tissus présentés ne m'a absolument pas attirée, mais j'ai littéralement craqué sur celle de la tenue de fête composée de la tunique et d'un jupon en tulle. Le patron étant proposé jusqu'au 16 ans, j'ai réfléchi à peu près 30 secondes avant de me décider à l'acheter. Bon, un peu plus en fait. Juste le temps de vérifier que Julie aimait bien le visuel. Réponse affirmative. Quel sens du suspens. D'ailleurs, fait étonnant, elle a également validé la version Princesse avec robe longue et jupon long... Un jour peut-être.

Une semaine avant Noël, alors que je m'apprêtais enfin à mettre la touche finale à mon marathon de gentil Lutin, j'ai envoyé son père me chercher de la mercerie chez Mondial Tissu. Et ouais, il sert aussi à ça mon mec. Pour gagner un peu de temps, j'ai demandé à ma grande de l'accompagner pour faire un petit repérage tissus pour sa tenue... Tagada tsoin tsoin... Elle est revenue avec une photo d'un tissu pas vraiment à mon goût, mais acceptable, néanmoins en attente de validation visuelle et tactile de ma part. Faut pas pousser.

Nous y sommes donc retournées toutes les deux le lendemain. Et, horreur, malheur, j'en aurais mis ma main au feu, le tissu en question n'était absolument pas approprié pour ce genre d'ouvrage. Un bon vieux rouleau de cretonne à Patchwork. Je te laisse imaginer le carnage en petite tunique. Bref, il a fallu EXPLIQUER à la demi ado, sans la TUER, que NON, ce tissu-là, c'était pas possible. En plus, il était moche. Puis passer 30 minutes à fouiller le magasin de fond en comble pour trouver un tissu blanc ET doré pour aller avec du tulle ROUGE à PAILLETTES. Le tout, non négociable, sous peine d'une gueule de 6 pieds de long. Normal. Tu rajoutes à ça la vendeuse, gentille mais moyennement coopérante, sur le visage de laquelle tu pouvais lire soit une grande fatique (période de fêtes, je compatis), soit un ennui profond (genre je la faisais vraiment chier avec mes demandes à la con). Un pur moment de bonheur dans ce qui reste pourtant l'un de mes endroits préférés sur la Planète ces derniers temps. Faudrait voir à arrêter de pourrir mon groove. On a fini par repartir avec le tulle tant convoité et un bon métrage de tissu écru à étoiles dorées. L'honneur était sauf. Je précise qu'entre temps, il a fallu que j'appelle l'homme, resté à la maison, pour qu'il me donne les mensurations de Julie, notées dans mon cahier, resté sur mon bureau. Parce que c'est bien connu qu'acheter des fournitures sans savoir à quoi se faire référence pour obtenir le bon métrage, c'est toujours plus simple. Boulet.

A partir de là, je n'ai pas grand-chose d'autre à dire sur le sujet. Juste que j'ai vraiment beaucoup apprécié coudre ce patron. Vraiment beaucoup.

J'ai commencé par le jupon, dont j'ai modifié le montage. En fait, j'ai juste doublé le haut, contrairement à ce qui était préconisé. Je n'étais pas à l'aise avec l'idée que les épaisseurs de tulles ne soient que "rabattues vers le haut", et non pas emprisonnées entre deux couches de tissu, comme pour le Swan de P&M. L'image qui m'est venue tout de suite à l'esprit, ce sont des collants filés... J'ai donc préféré suivre la construction proposée par Karine. Ce qui rajoute juste du tissu et du temps de couture. C'est un choix ;-) Malgré tout, il était prêt pour le réveillon de Noël, et c'est tout ce que ma grande souhaitait. Youpi. Best Mom ever.

Tu l'auras compris, la tunique, quant à elle, a été terminée pour le réveillon du Nouvel an... Je me rends compte que j'ai réinventé l'Avent de la tenue de fête. La tenue de fête en Kit. Un morceau avant chaque fête... N'est pas créateur de concept qui veut ;-)

La construction de cette tunique est vraiment surprenante. A tel point que je me suis réellement amusée à la coudre. Un pur moment de couture comme j'en ai rarement eu. Pour un rendu que je trouve particulièrement sublime. A refaire, donc.

 

Pour la petite histoire, j'ai mis la touche finale à cette tunique, à peine quelques heures avant de passer aux festivités du réveillon, que nous passions seuls, entre nous, dans notre retraite campagnarde. Et oui, je suis aussi cette fille totalement fêlée qui emporte sa machine à coudre en week-end pour poser des volants à des manches et faire un ourlet rapporté. Tout ça pour une tenue qu'elle sera seule à voir. Il n'y a pas de petit plaisir dans la vie ;-)

Et pour la petite histoire, dans la petite histoire (et après je te lâche), je suis aussi cette fille qui part en week-end, persuadée d'avoir les clés du Paradis... Mais qui se rend compte, au moment de remplir le réservoir d'essence que lesdites clés ne sont ni dans son sac, ni dans la boîte à gants oO Merci chéri d'avoir posé la question qui tue. Après un bref passage par chez nous, totalement infructueux, nous sommes tout de même partis vers notre destination, sachant que sur place, un ami avait le double des clés. C'est en chemin, que je me suis "rappelée" ne pas avoir fermé moi-même la maison lors de notre dernier séjour. Les clés ne pouvaient se trouver ailleurs que suspendues à leur crochet, bien au chaud à l'intérieur. Bravo Sherlock ! Je les ai bien entendu retrouvées là. Deux jours plus tard, au moment de notre départ, mon chéri me repose la même question concernant... SES clés... de notre chez nous, que j'avais utilisé pour partir à la recherche des autres (tu me suis ?). Introuvables. J'en ai conclu, en retrouvant mon propre jeu de clés, que je ne me souvenais pas avoir pris, que j'avais dû faire l'échange sans m'en apercevoir. Re Bingo. Conclusion, soit je suis surmenée, soit Alzheimer me guette. C'est pas gagné cette affaire.

Aller, je te laisse avec la jolie tenue de ma grande.

Festive Her Little World 12 ans (7)

Patron : Festive, Her Little World, 12 ans.

Fournitures : tulle à paillettes (une horreur, j'en retrouve encore), et coton écru à étoiles dorées, MT.

Festive Her Little World 12 ans (8)

Festive Her Little World 12 ans (9)

Festive Her Little World 12 ans (10)

Festive Her Little World 12 ans (5)

Festive Her Little World 12 ans (6)

Photos prises le 1er janvier vers 11h00, par -12° (minimum).

Festive Her Little World 12 ans (1)

Festive Her Little World 12 ans (2)

Festive Her Little World 12 ans (3)

Festive Her Little World 12 ans (4)

Je te confirme, une ado a bien été maltraitée au cours de cette séance photo... M'en fous, j'assume.

Pour te remercier d'être arrivé(e) jusqu'ici, je te resouhaite une excellente année 2017, pleine de rires et de fêtes.

Bonne année 2017

Tschuss

PS : je t'invite à aller jeter un œil sur le blog de Mélanie, La Lune à coudre. Elle t'y propose un concours créatif avec tout un tas de très chouettes cadeaux à gagner, dont un Amazing Bag Exclusif.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par amazingironwoman à 23:58 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

lundi 16 janvier 2017

Des rayures et du Liberty

Waouh... Il y a pas à dire, les pètages de câble, ça te parle ;-) Merci à celles qui ont pris le temps de commenter, de partager leurs expériences, de compatir, de me soutenir, etc... Ça fait du bien de ne pas se sentir seule, même si je m'en doutais déjà ;-) D'ailleurs, j'ai répondu individuellement à chacune, en profondeur, ou pas.

Pour être parfaitement honnête, et aller au fond des choses, j'avais pas vraiment besoin de me sentir soutenue. Je n'ai pas écrit tout ça pour te faire pitié. J'ai juste eu un sursaut de conscience après une semaine ultra difficile pendant laquelle j'ai recommencé à me foutre la barre plus haute que j'étais capable de sauter. Je me suis lâchée en mode écriture automatique en tapant simplement ce que j'avais dans la tête. Et ça m'a fait un bien fou. Si ça t'as fait du bien aussi, tu m'en vois ravie.

Le propos n'était pas de fustiger ce pauvre Bullet, j'imagine qu'il doit apporter beaucoup à certain(e)s. A l'évidence, pas à moi. Tout ce qui en est résulté, c'est une accentuation malsaine de mon besoin permanent de perfection. Celui qui m'oblige à passer des heures sur une couture pour que tout soit nickel. Ou à arpenter mon appart à l'affût du moindre truc pas rangé (de ce côté-là, je me suis pas mal soignée...). Une case pas cochée me rendait ouf... Et plus ça allait, plus j'en mettais. Je te laisse imaginer le tableau. J'ai déjà tendance à être ultra exigeante avec moi-même, mais là, ça confinait à l'auto mutilation psychologique.

Beaucoup d'entre vous m'ont conseillé de lâcher du leste, d'arrêter de me foutre la pression. Amen ! J'en rêve... Mais c'est pas si facile à faire. Pour moi en tout cas.

On m'a également rappelé que la vie sur les réseaux sociaux, c'était pas la vraie vie, qu'on ne voyait que ce que les autres veulent bien montrer. Alléluia. Je sais que ça partait d'un bon sentiment ;-) Mais je te rassure, il m'arrive souvent d'être naïve, mais je suis loin d'être crédule. Malgré tout, je reste humaine. Et ce que je déplore, c'est le manque d'honnêteté, de spontanéité... Dans cette société de la compet, t'as vite fait d'avoir l'impression d'être à chier...

Alors moi, là, tout de suite, je vais t'en donner de l'honnêteté. En même temps, t'as l'habitude, la langue de bois, c'est pas mon truc. On va y aller à fond... Ce Bullet (encore lui) m'a également permis, un temps, de me donner l'illusion d'un sentiment d'appartenance à un groupe. Parce que pire que mon besoin de perfection, il y a mon besoin de reconnaissance. Celui qui me pousse à demander mille fois à mon chéri et mes gosses, si ce que je fais c'est bien ou pas. Celui qui me pousse à angoisser sur ce que tu vas penser de mes réalisations. Attention, je dis pas ça pour me faire caresser dans le sens du poil. Les caresses de chat ça donne des puces ;-) Celui qui me pousse à me sentir mal quand je ne me sens pas aimée. Ce putain de besoin de reconnaissance qui domine mes émotions. Ces saletés d'émotions qui dominent ma vie...

Et puis, il y a cette impression permanente d'être en décalage total avec les autres. La plupart du temps. Dès que tu me dis noir, je pense blanc. Dès que tu me dis blanc, je pense noir. Une véritable emmerdeuse. Je ne suis en phase qu'avec très peu de personnes au fond. Je suis une bête sauvage, en vrai, mais ça ne se voit pas, parce que je me cache super bien. Tu me diras, ça dépend avec qui...

Et ça, tu vois, ça a un nom... Attention gros mots... Adulte surdoué, haut potentiel, zèbre, bête à rayures, etc. Il y a plein de qualificatifs, mais je m'arrête là. T'as compris le principe. Ou peut-être pas.

Encore une fois, je ne te raconte pas ça pour me faire plaindre, et encore moins pour me la péter. Surtout pas pour me la péter. Ceux qui savent, et j'en connais, comprennent parfaitement la problématique. En ce qui me concerne, c'est une source récurrente de souffrance.

Je ne vais pas te faire de cours sur le sujet, il y a déjà plein de sites pour ça. Et puis, même si j'aime bien raconter ma vie ici, ça reste avant tout un blog dédié à mes loisirs créatifs. Alors pourquoi je te le dis ? D'abord, parce que j'ai envie. Ça me semble une raison suffisante. Et puis, je suis plus à ça près dans le déballage... Et peut-être que ça fera résonnance chez l'une d'entre vous. On sait jamais. C'est pas un truc anodin qu'il faut ignorer. Vraiment. Parce que ça permet souvent de comprendre pourquoi on se pourri la vie, pour rien, tout le temps.

J'ai coutume de dire que c'est la faute de mon cerveau, de ce truc qui fonctionne en permanence même quand je dors. Mais au fond, c'est vrai. C'est pas juste une excuse de merde pour ne pas prendre mes responsabilités. Si je suis incapable de faire un choix c'est parce qu'avant j'analyse toutes les possibilités et leurs conséquences, souvent multiples, et devant la multitude, mon cerveau m'envoie un bon vieux message d'erreur. Game Over.

Malheureusement, ce truc des rayures et moi, on se connait depuis toujours  (de loin) mais depuis pas longtemps, Mai je crois (de près). Alors j'oublie. Je pète des plombs. Et je me rappelle. Bref.

Tout ça pour te dire que ça va. Je vais m'en remettre. Quand je te dis que cette société me rend dingue et qu'elle marche sur la tête, c'est normal au fond. On ne se comprend pas elle et moi. Ça ne m'empêche pas de vivre. Ça renforce juste mon horrible sentiment de solitude. Alors qu'au fond, je ne suis jamais seule.

Et ça exacerbe à un point difficilement imaginable mon besoin d'Exister. Celui qui s'exprime généralement par la rébellion. Celles qui me connaissent vraiment savent que je parle fort, que je m'exprime parfois à tort et à travers, et que je donne souvent l'impression de vivre dans une colère permanente. C'est tout moi.

En vrai, si je n'ai pas encore trouvé quoi faire de ma vie c'est parce que je me rêve tour à tour Présidente de la République, tenancière de bar, écrivain, exploratrice, inventeur, psy, créatrice, flic, etc...

Ce qui m'a fait craquer, c'est pas la pile de repassage, ça je fais pas. C'est pas le ménage, j'ai bien lâché là-dessus aussi... No comment. C'est cette liste à rallonge de trucs que je voudrais Faire, ces milles vies que je rêve de vivre... alors que je n'en ai qu'une... C'est con.

 

Je vais m'arrêter là même si je me rends compte que je pourrais écrire des heures. Si tu as des questions, besoin de partager, d'échanger, n'hésite pas. Un commentaire ou, si tu es pudique, ce qu'à l'évidence je ne suis pas, via le formulaire de contact. Je répondrais en toute transparence.

 

Je voulais pas te faire deux fois de suite le coup du bla bla sans image. Alors, pour rester dans le thème, je te présente le joli protège cahier que j'ai offert à mon carnet de listes et de tout ce qui me passe par la tête ;-)

Je me suis basée sur le tuto simplissime de Mavada dans son premier livre, en réduisant légèrement les marges de couture afin d'avoir des bordures un peu moins larges. Ce qui m'a d'ailleurs valu de me planter en beauté et de gâcher un bon gros rectangle de Lib. Sacrilège ! Brûlons-là ! J'ai mis précieusement de côté. Je lui trouverai sans aucun doute une autre utilité. Et comme je voulais mettre une inscription mais pas en plein milieu, pour ne pas gâcher (trop tard...), j'ai improvisé une tranche colorée. Sur la version ratée, cette tranche était rose.. Mais finalement, c'est un mal pour un bien. Je la préfère largement en moutarde.

Protège cahier de listes et de Vie (1)

Pour le texte, ça s'est imposé tout seul. J'ai même pas eu à réfléchir. Comment ça fait du bien.

Protège cahier de listes et de Vie (2)

Protège cahier de listes et de Vie (3)

Je ne vais pas m'attarder plus sur la réalisation de ce machin, même si, comme d'habitude, j'aurais plein de trucs à dire... Hyper intéressants les trucs en plus...

Je vais juste te remercier d'être arrivé(e) jusque-là. D'avance, je m'excuse si tout ce déballage t'as mis(e) mal à l'aise, mais il arrive un moment où le besoin de dire est plus fort que celui de ménager les autres. 

Tschuss ;-)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par amazingironwoman à 23:30 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 9 janvier 2017

Les indispensables de la Globe trotteuse

Yo !

Ayé, une semaine de 2017 de passée... Plus que 51. Je sais pas toi, mais moi, j'ai comme l'impression qu'on va se retrouver à Noël avant d'avoir eu le temps de dire Pâques. Va falloir penser à se bouger les fesses.

Tu l'auras donc compris, je vais encore passer l'année à dire que j'ai le temps de rien tout en faisant un million de trucs par jour.

Résolution 2017, continuer à être moi-même, mais en mieux (ou en pire... au choix). Are you ready ?!

 

Pour commencer l'année en douceur, aujourd'hui, je t'emmène en voyage à l'autre bout du Monde. Plus précisément, et avant que tu ne te rendes compte que je t'ai roulée dans la farine comme une bonne vieille réclame pour de la crème anti-rides, dans le sac à dos de ma Globe-trotteuse de frangine. Pour ceux et celles qui ne sont pas au courant, ma sista a lâchement abandonné taf et appart (les pauvres) il y a un peu plus de 60 jours pour se lancer dans un voyage solo autour du Monde. Autant te dire que son année 2017, mis à part son passage de la quarantaine, ne devrait pas être trop dégueulasse. Après un mois et demi ou presque en Nouvelle-Zélande, elle a passé le réveillon à Sidney pour finir par atterrir aux Philippines il y a quelques jours. Je sais vraiment pas comment elle fait. Ça doit être tellement dur.

Bref. Pour un voyage de longue durée, inutile de s'encombrer de n'importe quoi, mais surtout, il ne faut pas oublier l'essentiel. J'imagine qu'elle a dû beaucoup réfléchir pour en arriver au contenu idéal. Un vrai casse-tête. Le résultat de ses réflexions l'ont ainsi conduite à me passer deux commandes spéciales : une housse pour sa mini bouillotte, et un pochon de rangement pour sa doudoune, afin de remplacer celui initialement vendu avec et qu'elle avait malheureusement perdu.

Forcément, j'ai eu bien deux mois pour accéder à sa demande... et j'ai réalisé le tout deux jours avant son départ. On ne change pas une équipe qui gagne. Tout va bien. En 2017, j'anticipe, ou pas.

Cette fois encore, je n'ai pas voulu aller chercher de tuto sur le net, et j'ai laissé libre court à mon imagination. En même temps, j'ai pas fait du Starck non plus... Il y a pas vraiment de quoi se vanter.

Housse bouillotte (1)

Modèle : housse de bouillotte (#patronperso)

Fourniture : polaire camouflage offerte par ma sister herself (cadeau intéressé ?)

Housse bouillotte (2)

Housse bouillotte (3)

Pour le pochon, je voulais absolument une petite personnalisation un peu marrante. Alors, forcément, c'est une private joke, mais je te traduis vite fait. On sait jamais, ça pourrait te faire sourire. Donc, ma frangine s'appelle Emmanuelle. Petite, tout le monde l'appellait Nunue =D Partie vivre en Angleterre, c'est devenu Newnew. Orthographié à la Française, ça donne Niouniou. CQFD. Qu'est-ce qu'on se marre. En tout cas, elle, ça l'a fait sourire... Et je t'avoue que de mon côté, j'étais bien fière de ma connerie. On se contente de peu, et ça, c'est SO 2017 =D

Pochons Moi, j'emballe (2)

Modèle : Pochon "Moi, j'emballe", taille M (20 cm de haut, 13 de diamètre), #patronperso

Fournitures : popeline moutarde et flex Happyflex.

Pochons Moi, j'emballe (1)

Pochons Moi, j'emballe (3)

Voilà, voilà. C'était pas grand chose, mais ça m'a fait plaisir. Et puis me dire qu'elle m'aura emporté partout avec elle pendant cette année, ça me donne presque l'impression de voyager... Non, je déconne ! Comment je suis trop deg en fait. Mais tant pis, on ne peut pas tout avoir dans la vie ;-)

 

Et c'est là que ce post, apparemment anodin, se transforme en campagne de pub, ni vu ni connu, je t'embrouille...

Tellement fière de moi que j'étais d'avoir pondu toute seule un pauvre modèle de pochon (genre j'ai inventé le fil à couper le beurre) que je me suis dit que je t'en vendrais bien. Tu peux donc en retrouver quelques uns dans ma boutique en ligne. Il n'y en a pas beaucoup. Je dis ça, je dis rien ;-)

Pochon moi j'emballe Fuchsia (2)   Pochon moi j'emballe lavande (2)

Pochon Moi j'emballe noir et noir (2)   Pochon Moi, j'emballe Diabolo Menthe (2)

Et pour continuer sur ma lancée, je me suis dit que ça serait peut-être pas mal de les décliner en différentes tailles, eux aussi.

J'ai donc fait un premier test en version XS, que j'ai customisé, pour mon chéri fan de jeux de rôles. Ce qui m'a permis de faire d'une pierre deux coups : valider la taille, et lui offrir la bourse qu'il attendait depuis maintenant presque deux ans... Hum hum...

Pochons Moi, j'emballe (7)

Modèle : Pochon "Moi, j'emballe), Taille XS (10 cm de haut, 7,5 de diamètre)

J'ai également pu valider la taille XL grâce à une commande personnalisée.

Pochons Moi, j'emballe (4)

Modèle : pochon "Moi, j'emballe", Taille XL (30 cm de haut, 19,5 de diamètre)

Une petite photo de famille pour bien se rendre compte des différentes tailles.

Pochons Moi, j'emballe (5)

Et qui dit tailles XS et XL, dit tailles S et L. Et voilà le travail. A l'heure actuelle, je me tâte encore entre en mettre systématiquement en stock ou les proposer à la commande. A voir. Très bientôt en tout cas. Et surtout, si ça t'intéresse, n'hésites pas à me contacter =D

Pochons Moi, j'emballe (6)

Je te rassure, je te ferai pas de la pub dans tous mes articles... Promis. D'ailleurs, tu le dis si ça te saoule.

 

Je te laisse en me disant que tu as peut-être remarqué que je ne t'ai pas présenté mes vœux pour la nouvelle année. Quelle mal élevée. Il paraît qu'on a jusqu'au 31 pour ça. Et comme je voulais faire ça bien...tu attendras encore un peu ;-)

Pendant ce temps-là, passe une bonne semaine.

A plus.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer