mercredi 29 mars 2017

La bande à Léon

Youhou !!!!

On y est copine ! Le Printemps est enfin arrivé !

Le soleil a arrêté de se coucher avec les poules. Maintenant, ce sont les Poules qui vont se coucher avec le soleil =D Et ça, c'est la méga teuf, même si je vais avoir besoin de minimum deux semaines pour me remettre du jet lag de l'heure d'été... C'est dingue à quel point avancer ma montre d'une pauvre petite heure arrive à me mettre dans le fond du trou. Je sais, je suis une petite nature.

Allez, c'est rien, c'est pour la bonne cause. Et puis, pour compenser, il fait beau et presque chaud. Tellement que, l'aprèm, tu sors sans ta petite laine (fais gaffe à l'angine de poitrine quand même) et qu'à force de rêver secrètement de remettre tes tishs manches courtes et tes débardeurs t'as fini par t'épiler les aisselles. Tu sais, juste au cas où. Et ça, ça sent bon le Printemps =D Parce que comme le dit le fameux Proverbe "quand Femme s'épiler sous les bras, Printemps bientôt là". A moins que ça ne soit le contraire... Je m'y perds un peu.

Bref, on va bientôt pouvoir se découvrir de tous les fils qu'on veut, alors il serait plus que temps que je te montre mes derniers tricots de l'Hiver, avant d'être encore une fois, totalement à l'Ouest.

 

Mon premier sur la liste ne se présente plus. Quoique... Vu qu'il date d'il y a deux ans et demi, peut-être l'as-tu oublié. Il s'agit de Léon, l'un des gilets loose imaginé par La Poule. J'ai craqué presque tout de suite pour ce modèle. Une envie folle de me tricoter un truc POUR MOI en plein cœur de ma dernière grossesse. Ouais, ouais, tu lis bien. J'ai commencé ce pull alors que j'étais enceinte du microbe... Et même qu'avant de le mettre de côté pour une cause inconnue, eh bien il ne me restait plus que les manches et l'encolure. Puis, j'ai accouché, et l'été a battu son plein. First Round.

A l'automne suivant, j'ai repris la bête, et je lui ai fait une manche. Waouh! Trop d'effort. Comme j'avais mal lu les explications, elle s'est avérée légèrement trop courte. J'ai démonté les côtes et j'ai laissé en plan. Encore. Second Round.

Et pendant les dernières vacances d'Hiver, je me suis dit qu'il était temps de mettre un point final à cette histoire qui n'avait que trop duré. Et puis, mine de rien, je me pelais les miches. J'avais un besoin urgent d'une petite laine. J'ai donc repris ma manche, puis tricoté la seconde et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire (ou presque) j'avais fini mon gilet.

Léon la poule (11)

J'ai un peu hésité à lui mettre des poches. Finalement, je suis partie du principe qu'on ne s'en sert pas forcément quand on en a, mais qu'on râle à coup sûr quand on en a pas et qu'on en a besoin. Je râle déjà bien assez comme ça, autant me faciliter la vie. J'ai mis des poches. Et je me suis grave appliquée à les coudre ;-)

Léon la poule (10)

Après lavage et blocage, qui m'ont un peu fait flipper j'avoue, j'ai enfin pu porter mon graal. Et je dois dire que je l'aime beaucoup beaucoup ♥

Léon la poule (3)

Léon la poule (1)

Modèle : Léon par La Poule (la plus grande taille)

Fournitures : eskimo de Drops, tellement pas chère que s'en est indécent. Je crois que le gilet a dû me coûter quelque chose comme 25 ou 30€...

Petit zoom sur mes poches caméléon =D

Léon la poule (2)

Et la Bête sur la Belle, ça donne quoi ? Fais pas gaffe au T-shirt, hein ;') Je suis parfaitement fréquentable comme fille.

Léon la poule (4)

Léon la poule (5)

Léon la poule (6)

Léon la poule (7)

Léon la poule (8)

Léon la poule (9)

Ce gilet est tout confort, doux, chaud. Bon, c'est pas le top de la sexy attitude, mais il ne fait pas non plus sac à patates. Moi, je l'adore.

 

Avant de passer à mon dernier tricot, je t'offre un petit trou Normand. Je te fais pas l'article. C'est mon 7ème, bla bla bla... Celui-ci a été crocheté pour la Maîtresse qui vit en maillot de bain. La veinarde ;-)

Shawl skull (1)

Modèle : Shawl Skull, traduction ici

Fournitures : 5 pelotes de coton Rico DK Essentials, chez Les Pelotes de Lolotte.

Shawl skull (2)

Je crois que je ne me lasserai jamais de ces têtes de mort...

Shawl skull (3)

 

Et last but not least. Un petit tricot vite fait, bien fait. Un petit bonnet. Mais pas n'importe lequel... un Pussy Hat ! Si tu ne sais pas ce que c'est, je t'excuse. Bouge pas. Je t'explique. Le Pussy Hat, c'est un bonnet tout simple, avec des oreilles de chat et imaginé par deux femmes pour être porté comme signe de ralliement lors de la manifestation féministe organisée à Washington, le lendemain de l'investiture de Donald Trump. Depuis, il est devenu l'un des symboles de la lutte pour les droits des femmes dans le Monde. 

Quand je l'ai découvert, la veille de cette fameuse manif, ce fut une évidence. Il m'en fallait un. A la base, il DOIT être rose. Sauf que je n'avais pas ce qu'il fallait. Je te rassure, je ne suis pas malade. J'avais du rose, mais pas assez pour un bonnet entier. J'ai hésité à faire des rayures, et puis, vu la construction du truc, j'ai abandonné. Ça sentait la connerie. Je me suis donc rabattue sur du prune. Prune, rose... C'est pareil, non ?

En tout cas, une chose est sûre, c'est que si la couleur n'y est pas, l'intention, elle, elle y est.

Pussy hat (2)

Pussy hat (3)

Pussy hat (1)

Et ces oreilles de chat, ça le fait, non ? En tout cas, ça fait son petit effet sur les enfants à la sortie de l'école.

 

Bien, maintenant que j'ai fait le vide dans mes dossiers de Hiver (comme dirait Oaken), je vais pouvoir dormir sur mes deux oreilles (ah ah ah) et me lancer à fond dans les cousettes Printemps/Eté. Que du bonheur en perspective !

A pluche.

Tschuss

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 


lundi 13 mars 2017

Aussitôt dit, aussitôt fait (ou presque)

Yo !

J'espère que tout roule, ma poule ;-)

Chose promise, chose due. Je reviens aujourd'hui pour te parler tricot, comme nos grands-mères, au bon vieux temps. Je confesse que j'ai bien failli oublier et revenir avec tout autre chose (de la critique cinoche, pour les curieuses) mais je me suis finalement rappelée ma promesse. Et mes enfants peuvent en témoigner, je n'ai qu'une parole. Hum hum...

Une fois n'est pas coutume, je serai brève. Le temps m'étant compté... La demi ado n'ayant rien trouvé de mieux que de me mettre devant un nouveau défi : lui coudre une tenue chic pour l'annuelle "Journée de l'élégance" organisée dans son Collège, et qui est tout bonnement prévue pour mardi... prochain (demain quoi). oO Et forcément, je n'ai été prévenue que mercredi... Normal. Tu me diras, elle aussi, apparemment. Mouais. Le temps que j'essayes de la convaincre d'utiliser sa tenue de fête qu'elle n'aura porté qu'une fois... Au secours. On s'est finalement retrouvé jeudi avec un modèle choisi parmi mes Ottobre. Vendredi, virée Mondial Tissu. Samedi, activités diverses et variées. Et donc Dimanche, décalquage, découpage et début d'assemblage. On y croit. Ce soir, au retour de l'école, essayage et ajustage si besoin. Et elle sera la plus belle pour aller bosser ! Et elle aura tout intérêt à se faire élire la Reine de sa classe, sinon, elle dormira sur le palier ;-)

Bon, j'avais dit brève.

En matière de couture, il m'arrive rarement qu'un projet entamé reste plusieurs semaines, voire plusieurs mois en stand-by. C'était le cas à mes débuts, quand je flippais à mort de faire un simple ourlet. Depuis, je me suis soignée à force d'expérience. En ce qui concerne mes projets tricot ou crochet, c'est une tout autre affaire. En règle générale, je sais quand je commence et presque jamais quand je vais finir. J'ai quelques encours qui dorment bien au chaud dans mes tiroirs, certains depuis de nombreuses années. Je pense notamment à un octopode commencé il y a 4 ans, qui a failli être terminé il y en a 2, et qui finalement attend toujours son heure. Ne désespère pas petit poulpe. Ton tour viendra.

Et souvent, ce qui fait que ces projets terminent aux oubliettes, ce n'est pas le manque de savoir-faire. De ce côté-là, mon envie de réussir est toujours la plus forte. Non. Le coupable, c'est le temps. Le temps que ce genre de projet nécessite. Un temps qui finit toujours par me sembler interminable. Parmi mes qualités, il est rare qu'on cite la patience. On se demande bien pourquoi. Je finis souvent par me lasser, et laisser tomber. Je sais, c'est pas bien. Mais comme me le disait ma maîtresse de CM1, je suis une girouette. Girouette un jour, girouette toujours.

Mais parfois, il arrive des miracles.

A moins que ce ne soit la conséquence circonstancielle des vacances d'Hiver, loin de tout et sans machine à coudre.

Qui sait ?

Toujours est-il que je suis partie avec un en-cours crochet entamé courant janvier, pas tout à fait terminé mais presque et de quoi faire un pull à Julie. Et j'en suis revenue avec le premier terminé et le second plus qu'avancé. La deuxième semaine de vacances et un ou deux jours de plus, et hop, le pull était prêt à être porté.

Un miracle je te dis.

Il faut dire que ce pull est d'une simplicité déconcertante. Il s'agit du dernier modèle de Muriel alias Kids Tricot alias La pelote masqué, le pull Doudou. Des kilomètres de jersey aux aiguilles circulaires pour obtenir une petite merveille au point mousse. Tellement simplissime que j'ai réussi à foirer quelques augmentations dans les raglans. Seul l'œil averti s'en rendra compte. J'ai laissé. J'ai aussi mal lu le nombre de rangs de côtes à faire en bas du pull. J'en ai fait le double de ce qui est préconisé. Visuellement, ce n'est pas gênant, on pourrait même croire que c'est fait exprès pour aller avec la longueur des côtes au bas des manches. Ni vu ni connu je t'embrouille.

J'ai fait un 12 ans pour ma presque 12 ans. A l'essayage, j'ai préféré rallonger le corps ET les manches de 5 cm chacun. Je n'avais pas pensé au blocage et au poids de la laine (surtout au point mousse). J'ai eu très peur après l'essorage en l'étendant. Mais finalement, après l'avoir bien laissé sécher contenu dans les dimensions espérées, c'était presque parfait.

Il s'est légèrement étiré à l'usage, mais rien de dramatique. Et il restera portable encore pas mal de temps. Tant mieux. Par contre, la laine bouloche énormément. Et le pull a très vite pris la forme des coudes et des fesses de l'ado oO Ça donne un style.

En dehors de ça, ça faisait très très longtemps que je n'étais pas arrivée au bout d'un projet tricot, qui plus est en moins de 3 semaines. Truc de ouf.

Doudou, le pull, Kids Tricot (1)

Les petits bidules sur le pull, ce sont des badges fait à la badge It avec le papier imprimé qui entourait les pièces en chocolat Star Wars que mon fils a eu à Noël. Idée volée à @mathildemariemade. Aucun rapport avec le pull...

Doudou, le pull, Kids Tricot (2

Modèle : Doudou, le pull, Kids Tricot, sur Laine et Tricot

Matos :  4 écheveaux (ou presque) de Gilliatt poivre et sel, De Rerum Natura (achetés il y a 2 ans pour un autre projet, pour moi...)

Doudou, le pull, Kids Tricot (3)

J'aime vraiment beaucoup ce petit pull tout simple. Julie aussi l'adore. Par contre, je ne sais pas si c'est la laine, les quelques centimètres en trop ou je ne sais quelle autre raison, mais le bas s'est un peu déformé et l'effet "resserré" qu'aurait dû donner les côtes à totalement disparu...

Doudou, le pull, Kids Tricot (4)

Doudou, le pull, Kids Tricot (5)

Doudou, le pull, Kids Tricot (6)

L'en-cours crochet, lui, je ne te le présente plus. Si je compte bien, je crois que c'est mon sixième. Et le septième vient d'être expédié à sa future propriétaire ;-)

Cette magnifique version verte était le cadeau de Noël, à la bourre, de ma Super Cops Émilie, alias Batman et Bobines, prof de son état. Vert pour aller avec ses lunettes et pour honorer une petite private joke. De quoi, peut-être, un peu impressionner ses élèves en leur promettant mille tourments s'ils osent déclencher la fureur de la Bête ;-)

Shawl Skull (3)

Shawl Skull (2)

Modèle : Shawl Skull, traduction ici.

Matos : 5 pelotes de Ricco DK Essential, coton, Les pelotes de Lolotte, crocheté en 3,5

Shawl Skull (1)

Décidément, je crois que je ne suis pas prête de me lasser de réaliser ce modèle. Et je déclare d'ailleurs officiellement que je suis en mesure de le réaliser de mémoire et presque les yeux fermés. Youhou !

Bon, aller, je te laisse. C'est pas tout ça, mais c'est moi qui subirait mille souffrances si la tenue de la demi ado n'est prête ce soir...

Tschuss ;-)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

jeudi 26 mai 2016

Our Queen's Birthday

Il y a à peine un peu plus d'un mois, la grande Reine Elisabeth fêtait ses honorables 90 ans. Quel incroyable destin que celui de cette femme.

Arrêtons nous un instant et remontons jusqu'au jour de sa naissance. Nous voilà le 21 avril 1926. Elisabeth, fille de George VI et héritière présomptive de la couronne Britannique vient de naitre par césarienne (merci Wikipédia...). What a glorious day.

Quelques jours plus tard, à quelques kilomètres de là (de l'autre côté de la Manche), un autre heureux évènement se prépare. C'est également une petite fille, qui répondra désormais au doux prénom de... Madeleine. Prénom qui figure aujourd'hui en seconde position sur mes papiers d'identité. Madeleine, ma grand-mère.

90 ans plus tard, les deux demoiselles ont bien grandit. Même si leurs destins n'ont absolument rien en commun, elles ont toutes deux connu la guerre, l'amour et les joies de la maternité. Deux vies si différentes et pourtant...

Même si l'une a fêté son anniversaire en grandes pompes à Buckingham Palace, la seconde aura également eu droit à une fête royale entourée de toute sa descendance. Aucun petit enfant, ni arrière petit enfant n'a manqué à l'appel. Une superbe fête dont elle fût, l'espace d'un week-end, notre Reine à  nous.

Joyeux anniversaire Mamie.

6tag_090516-004640

Pour l'occasion, une fois n'est pas coutume, j'ai totalement manqué d'inspiration en matière de présent. Un gros cadeau commun était prévu, mais je souhaitais quand même offrir un petit quelque chose. Et c'est ma sœur qui, dans un éclair de génie, a sauvé la situation. En bonne Londonnienne, l'anniversaire de la Reine n'ayant pu lui échapper, elle m'a suggéré l'idée totalement excentrique (je confirme, c'est de famille) de crocheter à notre grand-mère une couronne Royale. Elle n'avait pas manqué de joindre à sa requête quantité d'images et de tutos de tous bords et de tous poils. Il ne me restait plus qu'à choisir, m'équiper, et m'y mettre. Et vite. Nous étions le mercredi. La fête étant prévue pour le samedi, j'étais laaaarge.

Nous nous sommes arrêtées sur le tuto offert par Virginie, la talentueuse créatrice d'Oh bout du fil. Un tuto simple et clair au rendu parfaitement royal. Et le vendredi, l'affaire était pliée. J'ai d'abord voulu rigidifier ma couronne en la trempant dans un sirop de sucre mais j'ai detesté le rendu. Le blanc avait viré au maronnasse et j'ai eu très peur que la couronne sèche mal et finisse toute poisseuse. Je l'ai finalement rincée et séchée. Ce qui ne l'a pas empêché d'avoir une certaine tenue. Elle était parfaite.

Ma grand-mère a beaucoup aimé son cadeau. Et tout le monde a bien ri. Carton plein.

Couronne Oh bout du fil (1)

Couronne Oh bout du fil (2)

Modèle : patron gratuit Oh bout Du fil

Fournitures : DMC natura écru et fil à broder doré.

Couronne Oh bout du fil (3)

J'adore cette photo. Comme l'a souligné ma mère, ma grand-mère y apparaît totalement Royale : la couronne, le petit signe de la main et la coupe de champagne en guise de sceptre. Just perfect ♥

Couronne Oh bout du fil (4)

♥ ♥ ♥

Je profite de ce post pour te montrer une énième Doudou box réalisée pour le bébé d'une amie. Encore une poupée dans un pochon. Et ô surprise, c'est encore un Mahault... Quand on aime, on ne compte plus ;-)

Pochon (1)

Pochon (2)

Poupées à coudre Mahault (1)

Poupées à coudre Mahault (2)

Modèle : Mahault, Poupées à coudre de Clémentine Collinet aux éditions Marie Claire

Fournitures : cotons et feutrines MT

Désolée pour le mélange des genres, mais finalement, toutes ces réalisations et tous ces évènements s'accordent pour célébrer la vie.

Alors, en attendant que je revienne, profites en bien ;-)

Tschuss.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

lundi 11 avril 2016

Je moutonne, tu moutonnes, il/elle moutonne...

Début Février, j'ai décidé qu'il était plus que temps de se préparer pour l'hiver, au cas où celui-ci daigne enfin montrer le bout de son nez. Et puis nos vacances à la montagne se rapprochaient à grands pas et mes deux grands n'avaient pas l'ombre d'un bonnet à se mettre sur la tête. J'ai beau ne pas être éligible au titre de mère de l'année, je n'allais tout de même pas les laisser sortir sans rien sur le crâne. Côté microbes, médocs et garde malade, j'avais eu ma dose en Janvier. Pas moyen de remettre ça.

Ça tombait bien, puisque cela faisait déjà quelques semaines que je bavais littéralement sur un modèle de bonnet, vu et revu (à la limite du harcèlement) sur Instagram. Un concentré de mignonnitude avec des moutons en jacquard dessus, j'ai nommé le Baa-ble hat. Sauf que moi, le jacquard, j'avais essayé une fois il y a trois ans environ, et je n'avais pas trouvé ça très concluant. Et puis toutes ces couleurs, ça me semblait relativement insurmontable. J'ai donc continué à baver jusqu'à ce que Domitille nous montre les siens et qu'elle réponde à mon commentaire élogieux par des encouragements.

Et effectivement, en y réfléchissant bien, à part la peur de me planter, rien ne m'empêchait réellement d'y arriver. Je me suis donc retapée quelques vidéos Youtube sur la technique du jacquard, et je me suis lancée.

Te dire que je me suis amusée comme une petite folle serait un euphémisme. J'ai positivement adoré tricoter ce bonnet et voir ces mignons petits moutons apparaître au fur et à mesure que les rangs montaient. Côté jacquard, je peux te dire que c'est vraiment beaucoup plus simple que ça n'y paraît. Il n'y a jamais plus de deux couleurs par rang, ce qui est parfaitement gérable. Il suffit de bien s'organiser pour que les fils ne s'emmêlent pas en cours de route. Un vrai jeu d'enfant. Par contre, il ne faut pas être pressée, parce que faire courir des fils tout le long derrière son ouvrage, ça avance franchement moins vite qu'un bon vieux jersey. Mais je n'ai pas du tout l'impression d'avoir perdu mon temps. Ce bonnet est tellement beau, qu'il le vallait bien.

Baa-ble hat (1)

Modèle : Baa-ble hat, patron gratuit offert à l'occasion de la Shetland Wool Week

Fournitures : différentes laines de mon stock (initialement destinées à d'autres usages...)

Et l'envers, où tu peux voir les fils emprisonnés au dos du tricot. C'est presque aussi joli à l'intérieur qu'à l'extérieur ;-)

Baa-ble hat (2)

Mon seul regret est de ne pas avoir utilisé des aiguilles un tout petit peu plus petites. Ce n'est pas tellement qu'il est trop grand, mais le blocage l'a légèrement distendu et surtout, à complètement fait disparaître l'effet élastique des côtes qui sont devenues toutes plates... Rien de dramatique. Le bonnet reste parfaitement portable mais je ne peux m'empêcher d'être un petit peu déçue. On ne se refait pas. De son côté, ma grande l'adore. J'ai bien essayé de le lui piquer, en vain. L'ingrate.

Pour mon fils, j'ai faillit réitérer, puis une petite voix m'a dit que des petits moutons, pour un petit gars en CE2, c'était peut-être un peu too much. Je ne suis pas du genre à faire de distinction fille/garçon. Chez nous, les gars se déguisent en Princesses et les filles bricolent. Mais à l'école, en face des copains, c'est pas la même histoire. Alors pour éviter tout problème, je me suis reportée sur un modèle plus masculin qui venait tout juste de sortir, le Smalt de Lilofil.

Après le Baa-ble hat, j'ai tricoté ce bonnet les doigts dans le nez. La seule et unique difficulté résidant dans le fait de ne pas se perdre en suivant le diagramme. J'ai juste réussi à rater le pompon. Il serait temps d'investir dans un de ces trucs en plastique qui les font presque tout seuls.

Et comme la fiche proposait aussi le col assorti, je l'ai également tricoté. Pourquoi se priver ?

Smalt

Modèle : Smalt de Lilofil

Fournitures : Charly de Phildar

Baa-ble hat et Smalt (2)

Et voilà la seule et unique photo des bonnets portés pendant les vacances que j'ai réussi à rapporter. Tu remarqueras l'abscence du col. Normal. J'ai fini le bonnet sur le trajet aller, et j'ai tricoté le col pendant notre séjour. C'est d'ailleurs le seul ouvrage que j'ai réalisé en dix jours.

Baa-ble hat et Smalt (1)

Pour rattrapper le coup, on s'est fait une petite séance photo à la maison. Et mes deux zigotos s'en sont donné à cœur joie. Ils sont vraiment graves ces mômes...

Baa-ble hat et Smalt (3)

Baa-ble hat et Smalt (5)

Baa-ble hat et Smalt (6)

Baa-ble hat et Smalt (4)

Sur ces photos, tu peux également apercevoir deux cousettes pas encore montrées. Je reviendrais te les présenter en détail dans les jours prochains.

En attendant, je te laisse avec une photo qui a eu un succès fou sur Instagram... Va comprendre pourquoi ;-)

Baa-ble hat (3)

Je te souhaite un bon début de semaine, et de bonnes vacances, si c'est ton tour.

Tschuss.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

lundi 4 janvier 2016

Le Père Noël est une ordure #saison 2

Yo !

Comment ça farte ? J'imagine que, comme presque tout le monde ce matin, tu dois te payer une bonne petite dépression des familles bien caractéristique du lundi de rentrée post fêtes de fin d'années. Pas facile de reprendre le cours d'une vie normale après tous ces excès de bouffe(s) et d'alcool(s), toute cette euphorie festive et ce gouffre béant dans ton capital sommeil. Je compatis. Vraiment. Et saches que par pure solidarité, je vais un peu déprimer aussi aujourd'hui, étant donné que mon mec a décidé qu'il était enfin prêt à retourner au boulot. Aujourd'hui est donc le premier jour (depuis 6 mois) de ma vie de mère au foyer de famille nombreuse en solo. J'ai envie de dire : free style ! Voilà, je l'ai dit.

Bon, comme déprimer, ça rend moche, et qu'en ce début d'année, on a (j'ai) pris de bonnes résolutions genre perdre tout ce gras superflu, continuer à faire du sport, et entretenir cette folie créatrice qui m'a habité tous ce mois de Décembre et m'a, entre autres, tenu éloignée de ce blog un peu trop longtemps à mon goût, c'est avec de la bonne grosse déconnade que je vais réouvrir les hostilités.

T'excites pas, j'y suis pour rien sur ce coup-là. Tout le monde se lève et dit merci à Zézette pour avoir organisé cette deuxième édition du swap des ordures, et d'avoir choisit la date d'aujourd'hui pour la publication collective des diverses œuvres figuratives et autres petites laines pour sortir les poubelles reçues aux quatre coins de la France et de la blogo/IG sphère.

Pour rappel, ou pour celles qui l'ignoraient tout simplement, voilà un petit récapitulatif du concept. Il y a deux ans, un collectif de fêlées dont je tairais le nom pour leur éviter des problèmes avec les Messieurs en blouse blanche, a émis l'idée d'organiser un échange sur le thème hautement prometteur du "Père Noël est une ordure". Le principe était simple, envoyer un cadeau bien pourri à une victime désignée. Impossible pour moi de résister à l'appel. Telle le Scout que je n'ai jamais été, je suis toujours prête à participer à une grosse connerie. Et cette année-là, je m'étais bien fait plaisir. Remember. Alors, forcément, quand l'idée a été relancée en fin d'année, je n'ai pas hésité une seule seconde.

Comme je suis une fille bien élevée, je vais commencer par te montrer ce que j'ai reçu de la part de Mélanie alias Fleur2choux.

Au commencement, il y a eut cet énorme colis que je n'ai pas osé ouvrir tout de suite, moi qui avais simplement envoyé une petite enveloppe, je me sentais un peu honteuse, et j'avais un peu peur de ce que j'allais découvrir dedans. Ouais ouais, je suis pas aussi brave que tu le crois ;-)

Et voilà ce que j'ai trouvé à l'intérieur (moins un paquet de chocobons qui a à peine survécu quelques heures minutes...). Tout de suite tu te dis que la laine, c'est trop... Mais ça fait clairement plaisir ! Mille merci Mélanie. La honte m'envahit encore une fois. Bref.

DSC_4919

Et dans les paquets, il y avait... un bonnet "pour le running", un magnifique photophore dans une boîte de pâté et un tote en serpillière. La grande classe ! J'en ris encore ;-)

DSC_4920

DSC_4921

Et là, dans le détail, tu te dis que même en faisant du "moche", Mélanie n'a pas pu s'empêcher de faire du joli. J'adore ce flocon ♥ D'ailleurs je pense très sincèrement et très sérieusement utiliser ce tote comme sac à en-cours. Je suis plus à ça prêt ;-)

DSC_4922

DSC_4923

DSC_4924

Et ce bonnet spécial "running" alors ? Une vraie merveille ! Il est légèrement petit sur moi (quand je m'attache les cheveux... excuse pourrie), mais il est très seyant, n'est-il pas ? Par contre, j'avoue tout. J'avais pensé le porter pour cette dernière séance de l'année, mais je me suis dégonflée au dernier moment. Maintenant, c'est un peu tard, un peu trop décalé ! Mais je promets de le faire en fin d'année quand ça portera tout son sens. En même temps, je te promets ça maintenant. Aucune chance que tu t'en souviennes d'ici là. Pas folle la guêpe.

DSC_5037

Au passage, ne me remercie pas de t'avoir épargné la photo en pieds prise par mon chéri. Une vraie pub pour les régimes...

Bon, et moi, qu'est-ce que j'ai pondu ? Qu'est-ce qui est venu remplacer le string de Noël dans mon cerveau malade ? J'ai pas mal cogité pour essayer de trouver une idée originale et puis m'est revenue une vieille réponse que nos parents nous faisaient quasi systématiquement à chaque fois qu'on leur demandait ce qu'on allait avoir comme cadeau (de Noël, anniversaire, etc...): "un oignon dans un sac percé". Alors, me demande pas pourquoi, ni d'où ça vient. je sais juste qu'en en reparlant avec ma Grand-mère la semaine dernière, elle m'a dit qu'elle l'avait toujours entendu. Ça doit être familial, ou régional. Si tu en sais plus, n'hésites pas.

Pour cette nouvelle édition du swap, j'ai donc pris le parti de donner vie à une vieille private joke et à un fantasme d'enfance, j'ai offert un oignon dans un sac percé. Et un truc de moins sur la liste des trucs cons à faire au moins une fois dans ma vie.

En ce qui concerne le côté percé du sac, je n'ai pas pu me résoudre à le faire vraiment percé. Je voulais que ça soit un minimum utilisable. J'ai donc décidé de jouer sur les mots et de le "percer" à l'aide de pressions. Ouh...

DSC_4825

DSC_4828

Et cet oignon, il est comment ?

DSC_4830

DSC_4832

Eh bien, il est comme les vrais... On peut le peler. C'est pas la classe ?

DSC_4835

Modèle : oignon à peler d'après ce tuto

Fournitures : Cotons divers de mon stock

DSC_4837

DSC_4839

DSC_4841

Je me suis énormément amusée à réaliser ce petit légume et il a apparemment beaucoup plût à la fleur de Mélanie qui l'a immédiatement adopté et incorporé à sa dinette. Et c'est tant mieux, c'était fait pour ;-) Pas de doutes, je resignerais l'an prochain.

DSC_4843

Après cette débauche de grand nimporte quoi et avant de te laisser reprendre le cours de ta dépression du lundi matin, je tiens quand même à te souhaiter une bonne et heureuse année 2016 ! En espérant qu'elle t'apporte petits et grands bonheurs et qu'elle te permette de réaliser tes rêves.

InstagramCapture_c0896d53-e46b-496c-9008-9e687f954f74

En ce qui me concerne, 2015 m'a déjà permis d'en réaliser un et pas des moindres (genre 9 kilos), et j'ai des projets plein la tête pour cette année à venir. Mais la Force sera-t-elle avec moi ?

Pour ce qui est du blog, j'ai des tonnes de trucs à te montrer, Noël ayant été presque 100% home made... Si j'ai le temps, je ferai peut-être une petite restrospective des réalisations de 2015, mais je te promets rien. Sinon, tu peux toujours aller faire un petit tour des publications de l'an dernier. Ça sera peut-être plus efficace qu'un anti-dépresseur. Je dis ça, je dis rien ;-)

Aller, tschuss ! Et keep it real !

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 


lundi 7 décembre 2015

Rêve ta vie en couleurs

Yo !

Parlons peu, parlons bien... Hier, j'ai enfin atteint mon premier objectif running : 5 kilomètres d'une traite ! Un truc de ouf. Bon, je suis pas encore Speedy Gonzales, mais si tu m'avais vu courir au lycée, tu comprendrais pourquoi je me sens comme Rocky Balboa en haut des marches du Musée d'Art de Philadelphie... C'est limite si je ne me suis pas mise à sauter de joie une fois ma course terminée. Finalement, c'est peut-être mes jambes en coton et le manque d'oxygène qui m'en ont empêché. Qui sait ;-)

Histoire de mêler l'utile à l'agréable l'utile (en vrai j'aime bien courir mais tu sais déjà que je suis fêlée, est-ce nécessaire d'ajouter que je suis maso ?), j'avais à peu près planifié mon itinéraire de course pour atterir pas loin du bureau de vote. Franchement, je dois avoir l'âme d'un pigeon voyageur, ou un GPS coincé quelque part (tout près diront certains... - référence à Rambo cette fois-ci - dis pas merci pour l'éducation culturelle, it's my pleasure), parce que j'avais à peine dépassé ma destination d'une dizaine de mètres quand la dame dans mon oreillette a dit un truc du genre "vous avez parcouru 5 km" avec sa jolie voix de robot. Forcément, j'ai pilé net, et j'ai faillit m'étaler like a bullshit...

C'est donc d'un pas mal assuré et en soufflant comme un bœuf que j'ai fait demi tour pour aller remplir mon devoir citoyen. Bureau tenu uniquement par des mâles, et pas que des sexagénaires à la retraite. T'imagines même pas à quel point je me suis sentie sexy dans mon habit de lumière, transpirante, le visage écarlate et suivie par l'odeur tenace de transpiration. J'espère avoir laissé un souvenir mémorable à ces pauvres garçons. Tu me diras, il y a des chances vu l'affluence. Je ne suis pas sûre qu'ils aient eu beaucoup d'autres visiteurs...

SavedPicture(6)

Je t'avoue, arrivée devant les bulletins, je savais seulement qui je ne voulais pas mettre dans mon enveloppe. Et apparemment, au vu des résultats nous ne sommes plus très nombreux à résister encore et toujours à la Haine et à la connerie. J'ai envie de te dire que même si c'est violemment moche, ça ne m'étonne plus vraiment. J'ai quand même un peu de mal à comprendre comment il peut y avoir autant d'abrutis dans ce pays, autant d'amnésiques à l'Histoire. C'est affligeant.

Bref, autant je ne suis pas géopoliticienne, autant je vais m'arrêter là sur mes propres opinions politiques. Juste, si t'es facho, fais moi plaisir, passe ton chemin. Au passage, tant que j'y suis, ami homophobe, je t'invite à faire de même, ça assainira mon atmosphère.

Bon, à la base, j'hésitais un peu sur ce que j'allais te montrer aujourd'hui. J'ai encore l'embarras du choix dans mes archives... Mais je me suis dit qu'un peu de couleurs (même si ça n'en manque jamais vraiment chez moi), serait bienvenue. C'est donc avec ces magnifiques écheveaux de la Feefil que j'ai décidé de venir chasser la grisaille et le bleu Marine. Des couleurs gourmandes et chatoyantes aux noms résolument poétiques que je me suis offert pour mon anniversaire dans le but ultime de me tricoter un Everest, l'Exploration Station de Stephen West que ma copine Emilie était justement en train de se tricoter et avec lequel elle me faisait baver tous les soirs... Vilaine tentatrice.

InstagramCapture_32311056-1645-4d2f-8e29-62c1bd9ebe9d

Non  mais sérieux ! Quelles merveilles ♥

J'ai réussi à résister une ou deux semaines avant de me jeter dessus comme la misère sur le Monde. Nous avions prévu de repartir pour les vacances de la Toussaint, et cette fois-ci j'avais pensé n'emmener que des travaux laineux... C'était sans compter sur mon chéri qui m'a dit, la veille du départ, qu'il y avait bien assez de place dans la voiture pour emporter mes machines. Soit... Au final, elles auront fait une jolie promenade, tout absorbée que j'étais par mon tricot, et un autre projet au long cours dont je verrai peut-être le bout en 2025.

Alors... Comment te dire que j'ai rarement été aussi fière de moi d'arriver au bout d'un ouvrage...? Parce que j'ai vraiment cru que je n'y arriverai jamais, ou que j'allais tout simplement te bazarder le bousin dans la benne la plus proche afin de ménager mon état mental déjà vacillant.

Sérieusement, j'ai dû recommencer au moins 30 fois les 3 premiers rangs avant d'être totalement satisfaite. A ma décharge, c'était mon premier montage i-cord (i-cord que je love jusqu'à l'infini). Les rangs raccourcis sont passés quasi comme une lettre à la Poste. Je te passe les deux ou trois rangs que j'ai dû démonter pour cause d'oubli d'augmentation. Rien de critique... pour l'instant. Puis, est arrivé le grand moment de la section du point Brioche. Si tu ne tricotes pas, je t'ai perdu. Si tu tricotes et que tu ne connais pas ce point, faut que t'essayes, ça te propulsera direct dans une autre dimension oO

Franchement, ce point est une pure tuerie. J'ai découvert récemment tout un tas d'autres ouvrages à base de ce point, et depuis, ils m'obsèdent. Sache que c'est un point atrocement addictif mais destiné uniquement aux masos. Étant donné que j'ai fait mon coming out quelques lignes plus haut, plus rien ne t'étonnes. Comme nous passions nos vacances au fin fond de la Picardie dans un petit village où la 4G n'existe pas (WTF, j'ai faillit mourir...), j'ai dû me débrouiller par moi-même pour comprendre les explications du pattern en Anglais. Autant te dire que j'ai défait une bonne dizaine de fois, voire plus un nombre de rangs dont j'ai arrêté de faire le calcul au bout d'un moment afin de ne pas complètement basculer du côté Obscur.

Au plus fort de mon désespoir j'ai fini par dire à mon mec qui me regardait avec pitié que "défaire c'est aussi faire". On se rassure comme on peut. C'est là, qu'il a éclaté de rire et qu'il m'a demandé si c'était une citation de Winnie l'Ourson. Je crois que c'est à ce moment précis que j'ai perdu toutes mes illusions.

Au final, j'ai encore une fois lâché le pitbull qui vit en moi. Et à force de persévérance j'ai réussi à venir à bout de la bête. Et je l'A-DO-RE ♥ Mais je ferai pas ça tous les jours, hein ?!

Et sur la grosse bête ça donne quoi ? Non non, je ne me tiens pas du tout le bide pour éviter que tu vois mes bourrelets... =D

DSC_4804

Ah, et je précise que les photos ont été prises par ma Julie au sens artistique tellement inné. Quelques indications et hop, elle m'a fait un shooting de ouf. Elle est trop forte c'te môme.

DSC_4815

Modèle : Exploration Station de Stephen West

Fournitures : laines de la Fée fil coloris Un beau Zeste, Sardine Frétillante, Hyacinthus lilae et Pégasus.

1

DSC_4807

DSC_4816

bande_pour article_blog-10

DSC_4818

Ce châle est immense, doux, coloré. C'est un vrai bonheur à porter et à regarder. Bon je t'ai passé l'étape interminable des fils à rentrer et de la bordure en i-cord, mais une fois l'ouvrage bloqué, c'est comme après un accouchement, la beauté du résultat te fait vite oublier tes souffrances.

Je profite de ce post pour te montrer deux T-Shirt cousus au mois d'Avril si je me souviens bien (ou Mars, je ne sais plus).

Mon premier (et unique) Plantain. Mêmes impressions que la majorité de celles qui l'ont cousu : simple, rapide, seyant, parfait.

Plantain 1 (3)

Modèle : Plantain de Deer and Doe en 42 (pour compenser les marges de couture de 1,5 cm)

Fournitures : magnifique jersey acheté à une copine (qualité exceptionnelle) et coudières dans le tissu offert par Émilie l'an dernier pour mon anniv.

Plantain 1 (8)

Bon, ben, là, j'ai clairement pas réussi à rentrer assez mon bide pour que tu le vois pas. Sorry... On va dire que je compense avec une magnifique conversation. On peut pas tout avoir ;-)

DSC_4821

DSC_4822

Seul bémol à cette cousette portée, et reportée, les coudières qui se barrent. Le simple fait de les thermocoller et de les fixer au point droit à 2 mm du bord ne suffit absolument pas à les faire tenir en place. J'aurais dû m'en douter mais j'aime bien jouer les neuneus et faire une confiance aveugle aux créatrices. Bref, la prochaine fois, je t'y mettrais un bon coup de point zigzag, ça sera plus sûr.

Plantain 1 (9)

Je surkiffe cette encolure.

DSC_4824

Et un loose selon le tuto de MCPB, coupé, tiens toi bien, il y a plus de deux ans lors de ce défi, et assemblé en même temps que le Plantain. Mon projet le plus long à ce jour... Record à battre.

Loose 2 (24)

Modèle : Loose de MCPB (dos coupé en deux parties pour tout faire rentrer dans mon petit coupon)

Fournitures : jerseys de mon marché et biais liberty

Loose 2 (31)

Loose 2 (32)

Et sur la très grosse bête ;-)

Loose 2 (19)

Quand je pense que j'avais dit que je ne serai plus jamais nostalgique de mes périodes grossesse. En fait, non, même pas envie de replonger. Faut pas pousser mémé dans les orties.

Pour finir, et pour t'enlever de la tête cette image de femme enceinte parfaite et épanouie qui pourrait te donner envie de repeupler la Planète, deux petits chouchous assortis à mes deux looses. Parce que le chouchou c'est has been, mais je ne porte que ça, et j'assume.

Chouchous (1)

Si tu as survécu à ce post, je te kiss et je te dis à bientôt ;-)

Haut les cœurs et à bas les connards.

Tschuss.

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

jeudi 29 octobre 2015

Ah la bonne Blanket

Depuis 2 jours, tu as certainement dû en entendre parler de cette satanée Blanket. Forcément, puisque nous devions toutes, nous, les 32 conspiratrices, publier avant hier sur nos blogs respectifs. Mais voilà, moi, j'aime bien ne pas faire comme tout le monde afin de me faire remarquer ;-) En même temps, j'ai cru voir d'autres retardataires hier (je dis ça, je dis rien)... Mais bon, on n'est plus à un jour près, hein?! Et puis, ça fait durer le suspens.

Alors voilà, c'est avec une très grande fierté que je viens te parler de ce projet complètement dingue, ou comment réussir à réunir 32 bloggeuses/crocheteuses/tricoteuses/couseuses autour d'un cadeau commun. Une Blanket synonyme d'amitié, de respect et de soutien. Une Blanket destinée à la chef des Fées qui l'a amplement méritée. Une Blanket fabriquée avec amour et qui tire son nom de tout ce qui me vient à l'esprit quand je pense à Nathalie : une fille enjouée, bourrée d'humour et qui aime s'amuser entre ami(e)s. Une Bonne Blanket pour une fille à la bonne franquette.

Je sais que je n'ai pas forcément besoin de justifier ma participation à ce projet, mais j'y tiens, vraiment. Il y a trois ans, quand j'ai commencé à bloguer (et là, je me rends compte que ça fait déjà trois ans p*****...), je ne savais rien faire... Sérieux ! Je me suis lancée comme ça, sans filet, sans notions de rien. Je bricolais par-ci, par-là. Ah si, je tricotais. Mais je n'avais pas crocheté depuis mes 10 ans et je n'avais jamais cousu de vêtements. Bref, j'étais une quiche. Mais ça, c'était avant. Avant de rencontrer Nathalie qui a accepté, je ne sais par quel miracle, de me référencer sur Abracadacraft alors que je n'avais publié que deux ou trois articles. Nathalie qui m'a donné un peu de visibilité et surtout beaucoup de confiance en moi. Et qui grâce à son soutien et ses conseils m'ont permis de m'accrocher et d'être encore là aujourd'hui. Alors, elle te dira que c'est n'importe quoi, que j'ai tout fait toute seule et qu'elle n'y est pour rien. Soit. Elle n'a pas tenu le crochet ni les aiguilles à ma place, elle n'a ni cousu ni écrit à ma place, mais on a tous besoin d'un déclencheur, d'un coup de pouce, et le mien c'est elle qui me l'a donné.

Alors quand j'ai lu cet article dans lequel elle annonçait son départ, j'avoue, j'ai eu un gros pincement au cœur. Pour être totalement honnête, j'ai même un peu chialé. Mais je suis comme ça. Je suis sensible. J'ai tout de suite eu envie de lui offrir un cadeau de départ, et c'est là que le miracle a opéré, j'ai reçu un mail de Charlotte me proposant de participer à un projet commun. Forcément, j'ai dit oui !!!

Voici donc mes cinq carrés à moi. Mes cinq carrés pour te dire merci Nathalie.

wp_ss_20151010_0001

Et les voilà, assemblés, et mêlés à ceux des 31 autres grâce aux talents de la talentueuse Béatrice. Merci pour ce magnifique assemblage et ton orchestration.

20150723_171125-001

20150723_171206-001

20150723_171423-001

Afin de pouvoir la transporter partout dignement, Marion a réalisé ce sac, sur lequel a été a accroché un pendentif réalisé par Anne, ainsi qu'un grand granny crocheté par Isabelle.

IMG_0141

IMG_0145

Et enfin, Claire, a confectionné cette boîte en cartonnage afin de rassembler tous nos petits mots.

IMG_0157

IMG_0182

Même si je n'étais pas présente lors de la remise de ces cadeaux, je sais de source sûre qu'ils ont plût à leur destinataire.

Et puis, je me dis qu'on sera vachement bien cet hiver, à 33 sur le canapé ;-)

IMG_0108

Pour finir, je voudrais souligner la force et la singularité de ce projet. Pour la plupart, nous ne nous connaissons pas, mais la solidarité nous a toutes unies autour d'un même objectif. Comme quoi, tout est possible.

Sur ces bonnes paroles... Tschuss ;-)

♥ ♥ ♥

Si tu veux faire un petit tour : Angel Mélie, Anisbee, Au fil Rouge, Petite Pimprenelle, Loelem, Little Honey Pie, *Tadaam, Agathe Rose, Elles adorent by Elsa, Mon Petit Bazar, L'Atelier du second, La Cabane d'Elilou, Un et Un font quatre, Papillon et mandarine, Belette Print, Rue du Moulin des prés, Case à Co, Un fil sur la toile, Cléonis, Une poule à petit pas, CDA petites choses, Mithe, Des bouts de nous, Des étoiles et des pois, L'encre violette, Fikou Mikou, Lillicroche, De rerum natura

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

lundi 12 octobre 2015

Crafte-moi Nintendo ou quand Julie donne tout pour essayer de gagner un jeu vidéo

L'été est désormais loin, et alors que se profilent déjà les vacances de Toussaint (je sens que l'année va passer à la vitesse de la lumière...), il me reste encore quelques petits souvenirs de ces deux mois si particuliers que je n'ai pas encore eu le temps de partager avec toi.

Ah... l'été... Cette délicieuse période qui rime avec chaleur et couchers de soleil tardifs, apéros et barbecues. Ce qui remis dans le contexte de cette année se traduirait plutôt par "stage intensif de survie au contact d'enfants en supériorité numérique par temps caniculaire avec impossibilité de boire pour oublier pour cause d'allaitement". Tu rajoutes à ça la #foutueemboliepulmonaire de mon mec, et on se croirait presque dans une description de l'apocalypse. En vrai, à part la chaleur vraiment intense et difficilement supportable dans notre nouvel appartement situé sous les combles, et le coup de massue de l'hospitalisation du Monsieur, ça n'a pas été si horrible que ça. Incroyable, mais vrai.

Le plus difficile quand vient la période estivale et que tu es parent au foyer, c'est d'arriver à occuper et contenter toutes tes têtes blondes sans trop user et abuser du septième membre de la famille, j'ai nommé la télévision et ses dérivés les jeux vidéos. Challenge d'autant plus difficile à relever que nous même sommes de véritables télévores et de gros geeks totalement assumés. D'ailleurs, à l'instant où j'écris ces lignes, mon mec est en train de jouer à Star Wars on line... Plus geek que ça, tu meurs...

Alors quand Abracadacraft a annoncé l'ouverture d'un concours autour de l'univers de Nintendo, en partenariat avec l'éditeur de jeux vidéos pour célébrer la sortie du jeu Yoshi's Woolly World et au terme duquel deux gagnants remporteraient le jeu, j'ai tout de suite senti que je tenais là de quoi occuper sainement mes nains. Après moultes discussions autour du sujet, et le lancement d'un nombre incalculable d'idées toutes plus dingues (limites cons) les unes que les autres, l'aventure Concours s'est arrêtée avant même d'avoir commencé pour Camille et Émilie (pas moyen que je passe deux mois à déguiser toute la famille en personnages de Mario, non mais ça va pas !!!???) Ne restait plus que Julie en lice. Et je peux te dire que je suis encore épatée par le temps, l'énergie et la créativité qu'elle a réuni tout au long de ces deux mois pour tenter de gagner.

Tu l'auras compris, elle n'a finalement pas atteint cet objectif, mais malgré la déception, elle se sera tout de même énormément amusé. 

Dès le départ, elle est partie sur l'idée de recréer une scène de Super Mario représentant Mario et Luigi en plein saut ainsi que la Princesse Peach et des Toads. Il lui aura fallut un nombre certain d'heures de réflexion et de réalisation pour arriver à reproduire ce qu'elle avait en tête. Mais je crois, en toute objectivité, que son pari est plus que réussi. Je suis d'ailleurs très très fière de te présenter le fruit de ses efforts.

Je tiens à préciser qu'elle a réellement tout réalisé toute seule (à part la partie plateau du décor, celle avec la route peinte en jaune et les petites fleurs en papier, prise en charge par son Papa). Le dessin du château a été fait à "main levée"... Les dons artistiques de cette gamine me tuent. En ce qui concerne les personnages, ils ont tous pour base un bouchon de champagne (provenants de bouteilles que je n'ai malheureusement pas bues) auxquel s'ajoutent du papier, du coton, de la peinture, de la feutrine, du carton... etc... et même des cotons tiges. 

Les photos sont un peu ratées, mais elles ont été prises à une demi heure de la fin du temps imparti pour participer au concours. C'est pas la fille de sa mère pour rien ;-)

Je te laisse admirer l'oeuvre d'art.

DSC_4354

DSC_4355

DSC_4356

DSC_4358

Est-ce que tu sauras déceler lequel de ces Toads a été réalisé en premier ?

DSC_4363

DSC_4364

L'artiste en plein travail ♥

DSC_4352

Inutile de te répéter à quel point je suis fière d'elle. Et je me rends compte en écrivant ces lignes que nous avons joué les parents gravement indignes sur ce coup-là... On ne lui a même pas acheté le jeu pour la récompenser de son travail et la consoler de ne pas l'avoir gagné. Ça craint. Il va falloir qu'on remédie à ça fissa.

Et merci encore Abracadacraft d'avoir occupé l'un de mes 4 nains cet été ! Si tu pouvais trouver une idée du même genre pour l'année prochaine, ça serait tip top =D Enfin, je dis ça, je dis rien ;-)

♥ ♥ ♥

Avant de te laisser, je te montre vite fait un petit cadeau crocheté pour l'anniversaire d'une des copines de Julie. En bonne petite fille bien élevée et ultra sociable, elle a déjà débuté l'année avec deux invitations. Si j'ai décidé de moins me prendre la tête à offrir du home made à ses copines cette année, je n'ai pas pu résister à l'envie de faire ce mini Totoro à cette petite fille fraîchement débarquée dans l'école et qui a avoué devant toute sa classe, lors d'un exercice d'expression orale, que son rêve le plus cher serait de posséder tous les doudous de la Terre En voilà un de plus à sa collection. 

DSC_4512

Modèle : mini Totoro d'après ce tuto

Fournitures : Cotons Natura de DMC crochetés en 2,5

DSC_4521

Ici avec la version Grand Totoro pour que tu te rendes bien compte de la taille de la petite bête.

DSC_4523

Allez, après cet épisode 100% Geek, je te souhaite une belle semaine.

Tschuss ;-)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

jeudi 24 septembre 2015

Joséphine la ballerine

Tout d'abord, merci à toi pour tes bons vœux d'anniversaire. Même si cette année j'ai l'impression de le prendre plutôt bien, ça m'a très certainement évité de finir par me rouler en boule dans un coin, les mains sur les oreilles, en me balançant d'avant en arrière pour oublier que je vieillis. Parce que c'est bien connu, vieillir c'est moche... Tu te retrouves presque du jour au lendemain avec la peau flasque et des pattes d'oies autour des yeux. Non, non, je te jure qu'elles étaient pas là hier !!! Et puis ton pouvoir de récupération se divise subitement par deux, comme ça sans prévenir, le con. Plus moyen de boire sans le payer très cher pendant plusieurs jours, par exemple (enfin, je dis ça, je dis rien). Moi qui pouvait me vanter, il y a 10 ans à peine, d'avoir la plus grande descente de tout le Val d'Oise... Aujourd'hui, je ne suis plus que l'ombre de moi même.

Enfin, l'ombre... façon de parler, hein... ?! Je serai plutôt du genre à provoquer des éclipses, physiquement parlant. Limite c'est pas le moment de me refaire la série des "ta mère elle est tellement grosse..." sous peine d'être obligée de me faire une cure de Tranxène pour oublier que je ne peux pas boire pour oublier que je suis grosse. Enfin, non... comme dirait mon père "t'es pas grosse, t'es comme Obélix, t'es juste un peu enveloppée". Je sais, summum de la classe. Bon sur ce coup-là, je te rassure, ça fait tellement d'années que je l'entend, que ça me fait juste rire et presque pas jaune en plus.

En tout cas, je te remercie vivement pour ton soutien dans mon projet #bombasse2016. Je suis consciente qu'il va y avoir du boulot, mais je te raconte pas à quel point je suis MO-TI-VEE. D'ailleurs, force est de constater que je suis tellement motivée que je n'ai pas perdu 1 gramme depuis la semaine dernière. J'ai même gravement de la chance de ne pas avoir repris du poids vu le week-end hautement gastronomique que je viens de passer. Plus que 353 jours et je suis toujours un poids mort oO Bon, je me suis quand même tapé une petite rando de 4 km dimanche, c'est toujours ça de pris. Et les courbatures en prime, c'est cadeau.

Et là, tu commences à te demander sérieusement où se situe le rapport avec Joséphine. Ah bah, c'est bien simple, l'origine de la Belle ou de la Bête, c'est toi qui choise, remonte au mois de mai, quelques jours à peine avant la naissance du microbe. Période fatale pendant laquelle mon #bébésimontoutmignon finissait de faire du gras in utéro pendant que moi je m'empatais lamentablement dans mon canapé. Et encore, je n'ai pas atteint mon record de prise de poids de grossesse avec ce nain-là. C'est dire si j'ai du potentiel.

A ce moment-là, ça faisait déjà quelques semaines que je ne cousais qu'en cas d'extrême nécessité (les 10 ans de Julie par exemple). Mais pendant que ma MAC menaçait de prendre la poussière, mes crochets eux, travaillaient à plein régime. De vrais petits Chinois dans un atelier clandestin. Si bien que j'avais réussi à venir à bout de plusieurs en-cours parmis lesquels Hippolyte et Totoro. Ce qui m'avait ensuite conduite à crocheter un petit Gudule à mon gentil squatteur. Émilie ayant essayé plusieurs fois de le subtiliser pour son propre compte, je me suis dit qu'elle méritait bien que je lui fasse un petit doudou à elle aussi, la pauvrette. Après tout, elle n'allait pas tarder à perdre son statut de petite dernière. Il fallait bien compenser. Et puis, il faut bien dire ce qui est, j'ai vraiment du mal à lui refuser quoi que ce soit à cette petite coquine.

Étant donné que je n'avais pas encore épuisé tout le potentiel du livre de Tournicote, je lui ai fait choisir celui qu'elle préférait parmi les modèles, et c'est sans aucune hésitation qu'elle a choisit Joséphine la lapine avec comme unique consigne qu'elle soit ROSE. Eh oui, mon petit trésor aime le rose, comme sa manman. Et un lavage de cerveau réussi, un ! Encore une victoire de Canard. Assez vite Joséphine s'est retrouvée avec une tête, deux jambes puis un corps. Mais voilà, ce qui devait arriver, arriva et c'est en pièces détachées que la bestiole m'a accompagné à la maternité. Inutile de te dire que malgré les trois jours passés à l'hopital, j'ai à peine réussi à lui faire une demi oreille. La malheureuse était soudainement devenue totalement inintéressante. Tristesse.

Émilie a bien essayé de me forcer à la finir en me demandant régulièrement, les yeux pleins d'espoir, si j'avais terminé son lapin... Hum, hum... "Euh, pas encore ma chérie..." "Toujours pas..." Bref, j'avais activé le mode "mère indigne" et pas moyen de trouver le bouton off. Et puis, il y a deux semaines, j'ai eu envie d'un nouveau projet crochet et je me suis dit qu'avant de commencer encore un truc, ça serait peut-être pas mal de finir mes en-cours. Pour faire plaisir à ma tornade, j'ai opté pour Joséphine (sinon, on en parle ou pas du Oleg de Julie qui avance par à coup depuis déjà 2 ans...?)

Finalement ça aura été l'affaire de quelques heures étant donné qu'il ne lui manquait que ses oreilles, l'assemblage et sa jupette. Sur ce point, je suis moyennement fan de la version du livre. J'ai préféré improviser un petit tutu à la Swan de P&M afin d'être total raccord avec celui que j'avais fait à la Princesse l'an dernier pour son anniversaire. Ce qui me fait d'ailleurs penser que ce foutu anniv' revient dans moins d'un mois, déjà... Encore un an de passé, une fête à organiser, des cadeaux à préparer...

Bon, pendant que j'essaye de calmer ma crise de panique en respirant dans le sac en papier du jap' d'hier soir, je te laisse contempler ma Joséphine en mode Kate Moss. Et ça c'est pas moi qui le dit, c'est mon chéri =D

Joséphine la ballerine (26)

Modèle : Joséphine dans Tendre crochet par Tournicote... à cloche-pied

Fournitures : cotons divers crochetés en 3, fil diamant argenté DMC, yeux de sécurité Fifi jolipois, tulle et rubans MT

Joséphine la ballerine (9)

Joséphine la ballerine (22)

Joséphine la ballerine (43)

bande_pour article_blog-10

Joséphine la ballerine (12)

Joséphine la ballerine (60)

Joséphine la ballerine (67)

Joséphine la ballerine (58)

Joséphine la ballerine (4)

Joséphine la ballerine (13)

Joséphine la ballerine (57)

Durant cette séance photo, aucun lapin n'a été maltraité... Par contre, moi, j'ai bien souffert. Finalement, même sans mon bide de baleine, m'allonger sur le sol de mon salon, c'était pas tout confort. Et surtout, j'ai eu autant de mal à me relever que quand j'étais enceinte, ou presque. Ça craint du boudin... Bonjour la souplesse et la forme physique. Quand je te dis qu'il va y avoir du taf.

Bon ben je te laisse. Faut que j'aille remplir mon tableau WW du jour (en me faisant un petit rail de chocolat) et étudier mon programme de running pour débutant.

Tschuss ;-)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer

lundi 6 juillet 2015

Miss Rainicorn ou comment je me suis faite manipuler à l'insu de mon plein gré

Je crois qu'il va falloir se rendre à l'évidence, depuis plusieurs semaines, quelque chose en moi a changé (et je te parle pas de mes nouvelles vergetures ni de l'état déplorable de mon périnée).

A ce niveau-là, on ne peut plus parler de miracle, ou alors faut que j'envisage sérieusement de revendre mes poils comme reliques porte-bonheur. Mais bon, je compte pas trop dessus et c'est bien dommage, parce que vu ma pilosité, j'aurais pu devenir riche.

Mais alors que m'arrive-t-il ? Comment expliquer ma nouvelle tendance à la ponctualité... Comment se fait-il que j'arrive à tenir des délais ? Suis-je devenue un cas d'études scientifique ? Ou est-ce juste le deuxième effet kiss cool du statut de mère de famille nombreuse... C'est pas croyable, j'ai dû recevoir le don de l'organisation pendant cette grossesse. Je ne vois pas d'autre explication.

Figures-toi qu'une semaine après la naissance de Simon, lors d'une tétée nocturne, que j'optimise généralement en surfant sur IG, Facebook et en checkant mes mails, je suis tombée, sur IG justement, sur un appel à testeuses lancé par la talentueuse Sabine. Il s'agissait de réaliser un ou plusieurs modèles de son nouveau patron "les trophées équins", et de lui transmettre nos impressions ainsi que nos éventuelles corrections. Le tout dans un délai de trois semaines. La jeune maman baignée d'hormones et d'optimisme que j'étais à ce moment précis n'a pas su résister. Et c'est en toute conscience confiance que j'ai répondu présente à cet appel.

Et là, tu te demandes si j'aurais pas un peu craqué mon slip filet. Et tu as bien raison, parce que c'était vraiment loin d'être gagné d'avance. Je n'avais pas vraiment mesuré l'ampleur de mes nouvelles contraintes. Je crois que je m'étais imaginé que mon bébé tèterait et dormirait en toute quiétude ce qui me laisserait le champ libre pour coudre, crocheter et bloguer en toute liberté. Ben voyons. Comme dirait l'autre : "Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu". L'espoir fait vivre.

Forcément, ça ne s'est pas tout à fait passé comme ça, et j'ai mis plus de temps que prévu à réaliser mon ouvrage. Initialement j'avais l'intention de faire un zèbre ET une licorne rien que ça, en commençant par le zèbre. Mais c'était sans compter sur Émilie qui, après consultation, m'a réclamé... une licorne. Choix vraiment très étonnant de la part de ma Princesse en herbe. Pourquoi est-ce que je m'obstine à demander leur avis à mes gosses alors que je sais pertinemment que leur réponse ne correspondra pas à mes attentes. Ça confirme bien mes tendances masochistes. Ou alors, on pourrait dire que je suis habitée par un grand sens du sacrifice. Mouais... Laisse tomber. Je suis maso.

Donc la licorne. Et c'est à partir de là que j'ai commencé à me faire rouler dans la farine... par mon propre mec. Dès le départ, il m'a subtilement suggéré le code couleur, et je n'y ai vu que du feu... Du rose pour la tête et la corne en blanc et or (la corne, c'était mon idée, enfin je crois...). Rien de révolutionnaire. Et puis ça me plaisait bien. J'ai commencé à avoir de sérieux doutes quand on en est arrivé à la crinière. J'avais du mal à être convaincue par le jaune. Mais comme je n'avais pas d'autre idée à opposer, je me suis exécutée. Dans un soucis d'esthétique, j'ai choisit de réaliser le tour du cadre en jaune également. Et c'est à peu près là qu'un de mes gosses m'a dit "Han Maman, on dirait la copine de Jake". ??????? WTF ? "De quoi tu parles?" "Ben, oui, la licorne dans "Adventure Time", la copine de Jake".

Si tu ne connais pas ce dessin animé, dis toi que tu ne rates pas grand chose. C'est drôle mais vraiment très décalé. Je crois qu'il faut avoir été rôliste (ou être un gosse) pour apprécier. C'est vraiment très très barré. Bref, dans ce dessin animé, l'un des personnages principaux est un chien prénommé Jake qui a une licorne qui répond au doux nom de Miss Rainicorn pour petite amie. J'avoue que je regarde assez souvent avec mes gosses, mais que je n'avais jamais fait gaffe à ce personnage. Je suis donc allée faire un tour sur internet pour voir qu'elle tronche elle avait... et effectivement mis à part ses gros yeux, il y avait plus qu'un simple air de ressemblance. Après interrogatoire, mon mec a totalement nié m'avoir manipulé. Mais nous connaissons toutes la mauvaise foi légendaire des hommes... Je sais, c'est sexiste, mais tellement vrai chez moi.

En observant bien l'original, je me suis rendue compte qu'il manquait quand même un petit détail : l'arc-en-ciel. Ça tombait bien vu que je me suis plantée en fixant ma tête sur le cadre. Comme tu peux le constater, le museau ne pointe pas vers le bas comme sur les trophées de Sabine. Je l'ai cousue au feeling sans revérifier sur les images, ce qui lui confère un air assez bizarre. J'ai donc collé un arc-en-ciel dans le gros espace vide, et c'était tout de suite mieux.

J'ai immédiatement posté sa photo sur IG et Facebook pour voir si elle était reconnaissable... J'ai obtenu quelques réponses assez cocasses : un petit cochon (je plussoie d'ailleurs), un hippo breton (la corne ressemblerait à une coiffe de bigoudène...), et j'en passe. Mais heureusement, quelques copines ont trouvé, ce qui m'a pas mal rassuré.

Je te présente donc ma Miss Rainicorn ;-)

Miss Rainicorn (7)

Modèle : trophées équins par Anisbee disponible à l'achat sur son blog ou sur Ravelry.

Fournitures : cotons Natura DMC et Ricco DK 100% coton, fil diamant doré DMC. Crochetés en 3 pour un mini trophée d'environ 15 cm.

Miss Rainicorn (3)

Miss Rainicorn (6)

Miss Rainicorn (5)

Miss Rainicorn (9)

Au final, c'est un ouvrage relativement rapide (quand tu fais tes nuits et que tu n'allaites pas à la demande...) et très agréable à réaliser. Le modèle est vraiment très chouette et Sabine te propose également de crocheter un cheval, un zèbre ou un âne. Le patron comprend également plusieurs tailles d'oreilles et la hauteur de la corne a été réduite depuis ce test.

Encore merci Sabine pour ta confiance.

En éternelle insatisfaite, je t'avoue que je ne suis pas totalement convaincue par ma version, mais elle plaît à ma tribu d'accros aux dessins animés. Pour palier à ma frustration, je compte bien réitérer rapidement. Ça tombe bien, Émilie voudrait un zèbre maintenant... Il n'y a pas que mon mec qui sache employer la manipulation ;-)

Sur ce, je retourne à ma MAC. Il semblerait que j'ai presque réussi à coudre un bermuda à mon fils. Ne surtout pas relâcher la pression !

Tschuss ;-)

 

* * *

Pour ne rien rater, inscris-toi à la newsletter, en haut à gauche.

Et pour me suivre sur les réseaux sociaux :

Instagram / Facebook

 

Enregistrer